Prix Hubert Heilbronn : les Évangiles dits de Saint-Lupicin

BnF, latin 9384, plat supérieur

Le manuscrit des Évangiles dits de Saint-Lupicin, conservé au département des manuscrits de la BnF sous la cote ms. latin 9384, renferme le texte des quatre Évangiles, transcrit sur du parchemin pourpré. Exécuté dans un foyer de France septentrionale ou orientale au cours du second quart du IXe siècle, ce manuscrit présente toutes les caractéristiques de la production d’apparat de l’époque carolingienne, avec ses feuillets pourprés et son texte écrit à l’encre d’or et d’argent.

BnF, latin 9384, f. 54v

BnF, latin 9384, f. 78r

Le format du manuscrit est plus réduit que la reliure de maroquin rouge qui le protège. Signée P. Lefebvre, celle-ci porte au dos le chiffre de Louis XVIII et correspond à un train de reliure du 17 décembre 1817. Sur ses plats est fixé un diptyque d’ivoire d’éléphant du VIe siècle, dont les deux volets sont chacun constitués de cinq plaques, sur le modèle des diptyques consulaires que le consul en fonction offrait à l’empereur à l’occasion du nouvel an.

BnF, latin 9384, plat inférieur

Emblématique de la production tardive des ivoiriers antiques, ce diptyque témoigne de la diffusion des modèles constantinopolitains en-dehors de l’Orient et de l’Italie. Ici, la facture un peu fruste des silhouettes, les arêtes à pans coupés du nez des visages, le traitement schématique des drapés, les incisions brutales et les affinités stylistiques de ce diptyque avec d’autres productions gauloises telles qu’une pyxide à scènes néo-testamentaires et une plaque de diptyque représentant saint Paul, toutes deux conservées au Musée de Cluny (Cl. 445 et 13074), suggèrent une fabrication en Gaule. Les dix plaques qui composent ce diptyque renferment des scènes religieuses autour de la vie du Christ et de la Vierge.

[IMAGE de la PYXIDE du musée Cluny]

Dans le cadre de l’exposition Les Temps mérovingiens, qui s’est tenue au Musée de Cluny du 26 octobre 2016 au 13 février 2017, cette reliure a été présentée pour la première fois dans une vitrine aux côtés d’autres ivoires de facture similaire, la pyxide et le saint Paul du Musée de Cluny, ainsi que le saint Pierre du trésor de la cathédrale de Tongres.

Dans cette optique, une restauration des plaques du diptyque a pu être menée grâce à un mécénat de Monsieur Hubert Heilbronn. La restauration a été menée par Marie-Emmanuelle Meyohas et Juliette Lévy. Elle s’est faite en deux temps : d’une part, certaines plaques sont légèrement mobiles ont été refixées pour permettre une présentation du manuscrit debout dans la vitrine ; d’autre part, les ivoires qui étaient très empoussiérés et présentaient en plusieurs endroits des traces d’adhésif et des taches d’oxyde de fer autour des clous qui ont servi à fixer les plaques ont été nettoyés en profondeur afin de retrouver leur éclat.

Enfin, une étude technique du matériau et de la structure des plaques, ainsi qu’une analyse à la loupe binoculaire et à la lampe UV ont été effectuées en vue de mieux connaître la composition des plaques et leur agencement, de détecter la présence éventuelle de traces d’un décor et de reconstituer la chronologie des interventions postérieures. Les résultats de cette étude seront publiés prochainement dans une revue spécialisée.

Pour en savoir plus :
– Description du manuscrit Latin 9384.
– Corpus documentaire autour des Temps mérovingiens, publié dans Gallica : http://gallica.bnf.fr/html/und/histoire/les-temps-merovingiens
– Site internet documentaire dédié à l’époque mérovingienne : www.temps-merovingiens-musee-cluny.electre.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *