Bilan de la numérisation des manuscrits médiévaux de la BnF en 2016

Au cours de l’année 2016, la BnF a envoyé en numérisation plus de 150 000 documents. À lui seul, le département des Manuscrits a fait numériser par les ateliers spécialisés de la bibliothèque ou par ses prestataires 1 798 manuscrits (et 5 201 microfilms), la bibliothèque de l’Arsenal 210 (plus 838 imprimés et 364 microfilms).

Dans le cadre d’une programmation scientifique établie par les chargés de collection, mais également grâce à des partenariats ou encore à l’occasion d’opérations de conservation ou grâce à des reproductions à la demande, ce sont donc plus d’un millier de nouveaux manuscrits médiévaux disponibles sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF. Près de 500 numérisations – de manuscrits médiévaux, mais également modernes ou orientaux – fournissent par ailleurs de nouvelles reproductions à la base d’enluminures Mandragore.

Les microfilms numérisés

Les numérisations en noir-et-blanc, d’après microfilms, ne sont pas les plus élégantes au premier coup d’œil, mais, meilleur marché, elles permettent de rendre le texte de très nombreux manuscrits accessible aux chercheurs, avec une qualité meilleure que ce que permettent même les lecteurs de microfilms des salles de lecture. En 2016, la quasi-totalité des microfilms des fonds Grec, Supplément grec et Coislin ont été numérisés et sont ou seront prochainement accessibles dans Gallica, soit près de 1 000 cotes. Pour les orientalistes, sachez que les microfilms arabes sont également concernés.

BnF, département des Manuscrits, Grec 1882

Réserves et trésors enluminés

Par contraste, la numérisation en couleur et en haute-définition s’est concentrée sur les ouvrages les plus précieux, et en particulier ceux dont les riches enluminures ne sont rendues que par les meilleures images. En 2016, la BnF a poursuivi sa politique de numérisation des réserves : 107 ouvrages du département des Manuscrits ont été numérisés dans ce cadre, y compris des pièces aussi prestigieuses que les traduction françaises de la Cité de Dieu de saint Augustin enluminées par le maître François (Français 18 et 19), un exemplaire du traité de fauconnerie de Frédéric II (Français 12400) ou encore le très grand manuscrit de la Cosmographie de Ptolémée avec ses cartes peintes sur double-pages et sa splendide reliure Henri II (Grec 1401).

BnF, département des Manuscrits, Grec 1401 (Voir BAM Gallica Mandragore)

BnF, département des Manuscrits, Français12400 (Voir BAM Gallica)

La Bibliothèque de l’Arsenal a également numérisé plus d’une trentaine de manuscrits médiévaux enluminés de ses réserves, parmi lesquels quatre fleurons de la bibliothèque de son fondateur, le marquis de Paulmy : le très célèbre Armorial de la Toison d’or (Ms-4790 Rés), une superbe copie enluminée du Romuléon de Roberto da Porta, (Ms-667 Rés), une copie de la Fleur des histoires de Jean Mansel enluminée, sous la surveillance de l’auteur, par Loyset Liédet, (Ms-5087 Rés) et une copie du Livre du gouvernement des princes de Gilles de Rome réalisée pour Robert Stuart d’Aubigny, maréchal de France (mort 1543), (Ms-5062 Rés).

BnF, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms-5062 Rés

BnF, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms-667 Rés.

BnF, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms-5087 Rés.

BnF, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms-4790 Rés.

Des acquisitions très récentes de la BnF sont aussi concernées, comme le manuscrit des Grandes Chroniques de France copié par Raoulet d’Orléans et enluminé par trois fameux enlumineurs de la cour de Charles V, acquis fin 2015 (NAF 28876) ou encore le fameux Bréviaire de Saint-Louis de Poissy (NAL 3255), numérisé fin 2016 après d’importants travaux de restauration, et qui sera prochainement visible de tous sur Gallica (voir l’album Facebook BnF sur le déroulement de cette numérisation exceptionnelle).

Numérisations de conservation

Jugées indispensables à la bonne conservation des originaux, les numérisations réalisées avant prêt en exposition, avant reliure pour les plus récents, ou tout simplement pour fournir un support de substitution à un manuscrit incommunicable, les numérisations dites « de conservation » ne sont pas forcément les moins prestigieuses, ou les moins utiles aux chercheurs.

Si vous avez manqué, par exemple, l’exposition « Marie-Madeleine, la passion révélée » du monastère royal de Brou, vous pourrez retrouver (et feuilleter intégralement !), entre autres le psautier richement enluminé du XIIIe siècle prêté par la BnF, NAL 1392. Suite à sa restauration, vous pouvez maintenant retrouver dans Gallica cette généalogie armoriée des rois de France, de saint Louis à Henri IV, dessinée sur une peau (presque) entière et conservée dans le Cabinet des Titres (Français 33245). Enfin, dans la continuité d’un partenariat avec l’École Pratique des Hautes Études, certains des fragments de papyrus grecs les plus précieux ont pu être numérisés en très haute définition, gage de leur bonne conservation, puisque la manipulation la plus minime les met à risque, mais également amélioration considérable pour les chercheurs susceptibles de remettre en ordre des fragments dispersés dans diverses bibliothèques européennes. Tous ne sont pas encore en ligne, mais vous pouvez déjà admirer, par exemple, ce fragment enluminé d’un roman grec du Ier siècle (Supplément Grec 1294).

BnF, département des Manuscrits, Français 33245 (Cabinet des titres 1405)

BnF, département des Manuscrits, NAL 1392

BnF, département des Manuscrits, Supplément grec 1294

Corpus et partenariats

Très attachée à travailler pour et avec les chercheurs, la BnF est engagée dans plusieurs partenariats de numérisation de manuscrits, dont l’ampleur peut varier. Le mécénat de la fondation Polonsky pour la numérisation concertée entre la Bibliothèque nationale de France et la British Library de 800 manuscrits franco-anglais antérieurs au XIIIe siècle, bien entendu, est celui sur lequel se portent en ce moment tous les regards. La numérisation a commencé à la fin de l’été 2016, et, si nous sommes attachés à prendre tout le temps nécessaire pour nous assurer de la qualité des images mises en ligne, près d’une centaine de manuscrits numérisés grâce à ce programme sont déjà en ligne dans Gallica, où ils seront très prochainement mieux mis en lumière. Pour ne prendre qu’un exemple, cette glose ordinaire au Livre des Nombres a été l’un des premiers manuscrits numérisés dans ce cadre (Latin 74).

Mais 2016 a été également marquée par l’achèvement d’un autre partenariat au volet numérisation considérable pour la Bibliothèque nationale de France, très précieux également à de nombreux projets de recherche, en lien avec l’Equipex Biblissima. Non seulement le financement de l’Agence Nationale de la Recherche, à travers Biblissima, a permis la mise en ligne de nombreux catalogues anciens, comme la série des anciens catalogues manuscrits de la Bibliothèque du Roi ou les Archives des Dépôts littéraires conservées par la Bibliothèque de l’Arsenal, mais ce sont également des manuscrits en lien avec des programmes de recherche en cours, tels les manuscrits de Mazarin, ou ceux de Robert de Sorbon, qui ont pu être numérisés.

Programme Polonsky
(Glose du livre des Nombres)

BnF, département des Manuscrits, Latin 74
Programme Biblissima
(Testament de Robert de Sorbon)

BnF, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms-1228
Programme Biblissima
(Ancien catalogue de la Bibliothèque du Roi, fonds Notre-Dame)

BnF, département des Manuscrits, NAF 5479
Programme Biblissima
(programme de recherche sur la bibliothèque de Mazarin)

BnF, département des Manuscrits, Français 148

Tous les partenariats, bien entendu, ne sont pas d’une telle ampleur et, plus modestement, par exemple, la numérisation (toujours en cours), concertée avec le projet COLLECTA, de catalogues de la collection Gaignières, devrait contribuer à rendre plus accessibles les sources relatives à cette prestigieuse collection dispersée. En outre, toutes les numérisations intégrales réalisées à la demande par le département de la Reproduction sont reversées sur Gallica après avoir été livrées à leur acquéreur, permettant à tous de profiter des efforts de chacun pour la numérisation du patrimoine manuscrit de la Bibliothèque nationale de France.

Testament de Nicolas Flamel (copie de 1421) mis en ligne sur Gallica suite à une reproduction à la demande

BnF, département des Manuscrits, Latin 9164

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *