Exposition « Jean Malouel », du 6 octobre 2017 au 7 janvier 2018, Rijksmuseum, Amsterdam

Du 6 octobre 2017 au 7 janvier 2018, le Rijksmuseum organise une exposition en l’honneur du peintre Jean Malouel (Johann Maelwael en néerlandais). Le département des Manuscrits s’associe à cette rétrospective par le prêt de cinq œuvres exceptionnelles, dont nous présentons ici une sélection.

Né vers 1370/5 à Nimègue dans le duché de Gueldre (actuels Pays-Bas), Jean Malouel entre au service de la reine de France, Isabeau de Bavière, avant de devenir le peintre officiel du duc de Bourgogne Philippe le Hardi. Les œuvres de cet artiste novateur se distinguent par leur raffinement et leur recherche de réalisme ainsi que par une palette de couleurs vives. Devenu l’artiste le plus connu d’Europe, il favorise la carrière de ses neveux, les célèbres frères de Limbourg. D’abord engagés par le duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, ceux-ci passent ensuite au service du duc de Berry. 

Jean Malouel meurt en 1415 à Dijon. Ses trois neveux disparaissent l’année suivante, emportés par une épidémie de peste, laissant inachevée leur œuvre majeure, Les très riches Heures du duc de Berry.

L’exposition du Rijksmuseum met en lumière l’influence de Malouel (en particulier sur et à travers les frères Limbourg) dans l’enluminure, la peinture ou l’orfèvrerie du XVe siècle, en mettant en regard des oeuvres d’art exceptionnelles rarement présentées ensemble.

Manuscrit Français 166, Bible Moralisée, vers 1402, f. 13v, Frères de Limbourg, La Résurrection.

Cette Bible Moralisée est la première œuvre connue des frères de Limbourg. La réputation de leur oncle est probablement à l’origine de cette commande de Philippe le Bon. Cette œuvre exceptionnelle représente un trait d’union entre deux générations de peintres.

 

Manuscrit NAL 3093, Les Très belles Heures de Notre Dame, vers 1410, p. 225, Frères de Limbourg, Adoration de la Trinité.

Les frères de Limbourg ont ajouté trois miniatures à ce manuscrit commandé par le duc de Berry (voir aussi la base de données Mandragore)

Manuscrit Français 414, Jacques de Voragine, La Légende dorée, vers 1404, f.1, Maître du Virgile, Vierge à l’enfant glorifiée, ajout vers 1407.

Pour réaliser cette enluminure, le maître du Virgile s’est inspiré d’une réalisation de Jean Malouel. La mise en parallèle de ces différents témoins enluminés est l’un des points forts de l’exposition du Rijksmuseum.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *