Appel à communications: Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO. Douzièmes Rencontres du GRIM, 23 mai 2019 – Paris, INHA

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Âge, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art liée au CESCM de Poitiers, et porté par un nouveau comité scientifique.

Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art), qui sont ouvertes à tous, tout en donnant une place notable aux doctorants et aux jeunes chercheurs (dès le Master 2).

Comme pour les précédentes journées du GRIM (les programmes sont disponibles sur le site http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/, onglet Autres projets/GRIM), les communications dureront 20 mn. Elles seront dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie, et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

La journée d’étude du 23 mai 2019,qui aura lieu à l’INHA, s’intitule : Matérialité, visualité et signification.

Les notions de matérialité et de visualité constituent aujourd’hui deux champs de recherche majeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales. Centrées autour de l’œuvre comme artefact et comme chose vue, elles permettent de nouer un riche dialogue entre l’histoire de l’art, l’anthropologie, la culture matérielle et l’histoire des sciences et des techniques, et elles renouvellent l’ensemble de l’interprétation iconographique. À partir d’études de cas, il s’agira donc de poser la rencontre entre le matériau, le signe et l’image, et de rendre compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

On s’attachera tout particulièrement à la notion de support, sans que cela exclue d’autres questionnements. Après le geste du peintre, du sculpteur, de l’orfèvre, du brodeur etc., la matière devient une condition de l’image. En quoi est-elle agissante, signifiante ? Ne fait-elle qu’un avec son support ? Y-a-t il du jeu entre l’image et sa mise en œuvre technique, ses matériaux ? De quelle manière les matériaux employés et leurs caractéristiques visuelles peuvent-ils être questionnés ? Et si l’image figure et imite parfois des matériaux (marbre,pierres précieuses, éléments d’orfèvrerie), en quoi ces procédés jouent-ils un rôle dans le discours du figuré ?

Les propositions de communications se feront par retour du formulaire ci-dessous en courrier attaché avant le 16 mars, à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.fr

Formulaire GRIM https://cescm.hypotheses.org/files/2018/12/Fiche_R%C3%A9pertoire_GRIM.pdf 


L’accès aux Rencontres du GRIM est ouvert à tous, et les étudiants de licence et de Master sont cordialement invités à venir écouter les conférenciers. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, les intervenants et les auditeurs s’adresseront aux centres de recherche dont ils dépendent pour une éventuelle prise en charge des frais.

Le programme définitif sera établi et diffusé début mai, envoyé par e-mail à toutes les personnes inscrites, et également disponible sur le site du CESCM : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/forma/grim-imago/

Les Responsables du GRIM

NB. Indépendamment de la journée d’étude du 23 mai, les chercheurs en iconographie médiévale occidentale, byzantine ou islamique, peuvent, s’ils le souhaitent, inscrire leur sujet d’étude et leurs publications dans le Répertoire du GRIM, par l’entremise d’un autre formulaire, à remplir ou à mettre à jour pour les personne déjà inscrites.

Fiche répertoire: https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1430/files/2018/12/Fiche_R%C3%A9pertoire_GRIM.pdf

Journée d’étude. « Pour les 150 ans du Cabinet des manuscrits de Léopold Delisle », 17 décembre 2018, Ecole nationale des chartes

En 1868, Léopold Delisle publiait, sous les auspices de la ville de Paris, le premier tome de son Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, dont les deux suivants devaient paraître après le changement de régime (Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. II et III, 1874 et 1881). En écrivant l’histoire de ce qui allait devenir le Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous l’angle des accroissements successifs des collections, décrits chronologiquement règne après règne depuis l’époque de Charles V, Léopold Delisle ne s’est pas contenté de produire une étude monographique. Il a fourni à la fois aux conservateurs et aux historiens des bibliothèques un matériau de travail exceptionnel, témoignage de sa fréquentation assidue et de sa connaissance intime des fonds dont il avait la charge, mais aussi une méthode, appelée à être durablement éprouvée.

À l’occasion du cent-cinquantenaire de cette publication pionnière, il nous a semblé important de nous interroger sur sa réception et sa postérité. Le Cabinet des manuscrits demeure, aujourd’hui encore, l’ouvrage de référence, jamais remplacé, pour qui veut connaître l’histoire de la constitution des fonds manuscrits de la Bibliothèque nationale ; il reste aussi, pour l’identification de copistes ou de lieux de production, comme pour la datation de manuscrits ou d’inventaires de bibliothèques, une source très souvent citée. Il importe d’autant plus, aujourd’hui, de comprendre l’apport des travaux de Léopold Delisle, et de son Cabinet en particulier, à l’histoire de la Bibliothèque nationale comme à l’histoire des bibliothèques en général, et de mesurer les avancées réalisées depuis la fin du XIXe siècle.

Capture d_écran 2018-11-26 à 11.03.33

Programme :

Chaque communication, d’une durée de 30 minutes, est suivie de 15 minutes de discussion.

9h15 : accueil des participants.
9h30-9h45 : mot d’accueil, par Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes
9h45-10h : introduction, par les organisateurs

10h-10h45 : Françoise Vielliard (ENC), « “Je les aimais passionnément”. La place du Cabinet des manuscrits dans la carrière de Léopold Delisle »
11h-12h : Véronique de Becdelièvre (BnF) et Monique Peyrafort-Huin (IRHT), « La librairie royale sous Charles V et Charles VI et le “prince des bibliothécaires” : apports et limites des recherches de Léopold Delisle. 1) L’édition des inventaires : un catalogue méthodique. 2) L’identification des personnages cités dans les inventaires »
12h-12h45 : Marie-Pierre Laffitte (BnF), « La librairie de Blois au travers des sources de Léopold Delisle »

14h30-15h15 : Thomas Falmagne (Bibliothèque nationale du Luxembourg), « Une troisième version du catalogue des manuscrits de Jacques-Auguste de Thou retrouvée à New-York »
15h15-16h : Jérémy Delmulle (IRHT), « Delisle à l’école des mauristes ? Les archives personnelles des érudits bénédictins dans Le cabinet des manuscrits »
16h15-17h : Marie Galvez (BnF), « Présentation du Comité d’histoire de la BnF. Portrait de la Bibliothèque impériale en 1868 »
17h-17h45 : Charlotte Denoël (BnF), « Delisle catalographe »
17h45-18h : conclusions, par les organisateurs

Informations pratiques :

17 décembre 2018, 9h15-18h

École nationale des Chartes
65, rue Richelieu – Paris
Salle Léopold Delisle

Journée d’étude organisée par Jérémy Delmulle (IRHT – CNRS), Charlotte Denoël (BnF) et François Ploton-Nicollet (ENC).

Réservez vos manuscrits depuis les catalogues en ligne !

À compter du 3 décembre 2018, les procédures de réservation et de communication des documents en salle de lecture du département des Manuscrits évoluent.

Comme dans les salles de lecture du Rez-de-Jardin sur le site François-Mitterrand, et, plus récemment, dans celles des départements spécialisés (depuis le 13 novembre à la Bibliothèque de l’Arsenal, y compris pour les manuscrits), toutes les demandes de communication de documents patrimoniaux (…ou presque !) passent désormais par les catalogues en ligne : BnF Archives et Manuscrits et BnF catalogue général.

Réserver le manuscrit Smith-Lesouëf 70 dans BnF Archives et Manuscrits

Continuer la lecture de Réservez vos manuscrits depuis les catalogues en ligne !

France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 (sites web et colloque)

Nous sommes heureux d’annoncer la mise en ligne du site « France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 », aboutissement d’un programme de coopération avec nos collègues de la British Library. Nous avons numérisé et catalogué ensemble 800 manuscrits médiévaux de France et d’Angleterre : grâce à deux sites web qui en permettent la consultation et la compréhension, ils sont maintenant accessibles à tous.

Hélios sur son char (Corbie, IXe s.) : BnF, Latin 12957, f. 74r

Continuer la lecture de France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 (sites web et colloque)

Prêt de trois manuscrits médiévaux à l’exposition « Agen médiéval » (Agen, église des Jacobins, jusqu’au 18 novembre 2018)

Pour la première fois depuis 1959, le musée des Beaux-Arts d’Agen organise une exposition qui explore le passé médiéval agenais dans toutes ses composantes artistiques (architecture, sculpture, orfèvrerie, archives, manuscrits).

Ouverte depuis le 7 juillet 2018 dans l’église des Jacobins, cette exposition présente depuis les Journées du Patrimoine (15 septembre) trois manuscrits prêtés par la département des Manuscrits de la BnF. Si deux d’entre eux avaient déjà fait le voyage en 1959 pour l’exposition « Art sacré en Agenais », le troisième revient à Agen pour la première fois depuis la Révolution française.

Rares sont les manuscrits agenais (réalisés à Agen ou pour des commanditaires) à nous être parvenus. La plupart disparurent dès le XVIe siècle, lors des troubles et destructions causés par les guerres entre protestants et catholiques.

BnF, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, 4-Lk7-35

La médiathèque d’Agen ne conserve ainsi que peu de manuscrits médiévaux, à l’exception notable du Livre des coutumes, vers 1271-1279 (ms. 42).

Agen, médiathèque, ms. 42, f. 11v-12
Continuer la lecture de Prêt de trois manuscrits médiévaux à l’exposition « Agen médiéval » (Agen, église des Jacobins, jusqu’au 18 novembre 2018)

Manuscrits médiévaux exposés lors des journées du patrimoine 2018

À l’occasion de la 35e édition des journées du patrimoine, consacrées à l’art du partage, deux manuscrits médiévaux seront exposés dans les salles du site Richelieu, aux côtés de manuscrits orientaux et contemporains. Il s’agit des poèmes figurés d’Optatien (IIIe-IVe s.) et de Raban Maur (VIIIe-IXe s.).

BnF, Latin 7806, f. 2r

BnF, Latin 11685, f. 15v

Continuer la lecture de Manuscrits médiévaux exposés lors des journées du patrimoine 2018

Trésors de calligraphie et d’enluminure normandes

Grâce au partenariat entre la BnF et la ville d’Avranches, onze manuscrits de la BnF produits entre le Xe et le XIIe siècle sont exposés pour la première fois au Scriptorial d’Avranches jusqu’au 30 septembre 2018. L’exposition se propose de porter un nouveau regard sur la production du scriptorium montois grâce à un parcours en trois étapes.

BnF, Latin 2639, f. 31v

Continuer la lecture de Trésors de calligraphie et d’enluminure normandes

NAF 28970 : un insolite recueil de noëls du XVIIe siècle

 La Bibliothèque nationale de France a récemment acquis un curieux recueil manuscrit de chants de Noël, dont les initiales enluminées offrent un intriguant mélange de formes ornementales propres au Grand Siècle et de motifs rappelant l’art du haut Moyen Âge.

BNF, Manuscrits, NAF 28970, p. 7 et 31

Continuer la lecture de NAF 28970 : un insolite recueil de noëls du XVIIe siècle

Magiques Licornes au Musée national du Moyen Âge (du 14 juillet 2018 au 25 février 2019)

La Bibliothèque nationale de France a consenti un prêt remarquable à l’occasion de l’exposition « Magiques Licornes », qui marque la réouverture du Musée national du Moyen Âge – Musée de Cluny. Le commissariat de l’exposition a été confié à Béatrice de Chancel-Bardelot, conservateur général au musée de Cluny. Pour des raisons de conservation, les manuscrits ne peuvent être exposés pendant toute la durée de l’exposition, du 14 juillet 2018 au 25 février 2019, ce qui suppose des rotations de trois mois. Les œuvres prêtées par le département des Manuscrits permettent de retracer l’histoire livresque de la licorne.

Français 1877, La fleur de vertu, vers 1530, f.65.

Continuer la lecture de Magiques Licornes au Musée national du Moyen Âge (du 14 juillet 2018 au 25 février 2019)

Le Roman de Renart

Le Roman de Renart n’est en vérité pas vraiment un roman, du moins pas au sens moderne du terme. Il s’agit en fait d’un recueil de textes écrits en langue romane aux XIIe et XIIIe siècles, par des auteurs presque tous anonymes. Ce long texte se compose de récits disparates, appelés « branches », issus d’une longue tradition de récits animaliers en latin qui remonte, entres autres influences, à Ésope et ses fables.

Roman de Renart, BNF, Manuscrits, Français 12584, f. 59

Continuer la lecture de Le Roman de Renart

Un manuscrit (ou 600) pour l’été

L’été commence, et ses beaux jours nous apportent une moisson de nouveaux textes à découvrir et à partager. Le programme « France-Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 » vous offre une sélection de choix parmi 600 manuscrits catalogués et numérisés, 300 à la BnF et 300 à la British Library, désormais disponibles en ligne grâce au mécénat de la Fondation Polonsky.

BnF, Latin 12033, f. Av (détail)

Continuer la lecture de Un manuscrit (ou 600) pour l’été

Le Roman de la Rose

Le mardi 12 juin, de 17h30 à 18h30, une rencontre Gallica est consacrée au Roman de la Rose (Bibliothèque François-Mitterrand – Salle 70) . C’est l’occasion de revenir sur un best-seller médiéval.

Le Roman de la Rose est un long poème écrit au XIIIe siècle par deux auteurs successifs : Guillaume de Lorris et Jean de Meun. Il s’inscrit dans la tradition des « arts d’aimer » inspirés d’Ovide. Prenant la forme d’un songe allégorique, il conte la quête et la cueillette d’une rose – une jeune fille – par un jeune homme, l’Amant, du coup de foudre initial à la conquête-défloration de l’Aimée. Tout à la fois délicieusement aimable et misogyne, codifié et subversif, ce long poème traite d’un sujet intemporel : l’amour, ses joies, ses écueils, ses enjeux sociaux et spirituels.

Roman de la Rose, BNF, Manuscrits, français 380, f. A (Paris, vers 1400)

Continuer la lecture de Le Roman de la Rose

Stratégies de conservation et numérisation

Dans le cadre du programme « France-Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 », soutenu par la Fondation Polonsky, un workshop est organisé au sujet des stratégies de conservation mises en place par les deux bibliothèques partenaires, la British Library et la BnF, en lien avec la numérisation de manuscrits médiévaux.

BnF, NAL 1498 (avant traitement)

La rencontre aura lieu dans le Petit Auditorium de la BnF (site François Mitterrand), le 15 juin 2018 de 11h à 17h. Elle est conçue pour les professionnels des bibliothèques, les étudiants se spécialisant dans les domaines de la conservation et du patrimoine, et toute personne s’intéressant aux questions soulevées par la numérisation des manuscrits médiévaux.

Voir le programme détaillé (ou en français)

L’héritage de Charlemagne. Conférence sur les Évangiles de Drogon

Les Évangiles de Drogon, transmis dans le manuscrit Latin 9388, ont été réalisés à Metz au milieu du IXe siècle. L’attention qui leur a été réservée ne s’est pas limitée au programme iconographique des enluminures, mais aussi à celui des cinq plaques d’ivoire sculptées datant de la même époque.

Latin 9388, f. 12r (détail)

Continuer la lecture de L’héritage de Charlemagne. Conférence sur les Évangiles de Drogon

Appel au mécénat pour la restauration de reliures d’orfèvrerie

En collaboration avec les Amis de la BnF et la King Baudouin Foundation, la Bibliothèque nationale de France lance un appel au mécénat autour de trois programmes en particulier :

  • la « Renaissance de Richelieu » en lien avec la restauration des bâtiments historiques de la bibliothèque
  • la publication d’un ouvrage sur les « Trésors de Richelieu » à l’occasion de la réouverture complète du site, en 2021
  • la restauration des principales reliures d’orfèvrerie des manuscrits médiévaux de la BnF

Continuer la lecture de Appel au mécénat pour la restauration de reliures d’orfèvrerie

« Les collections du département des Manuscrits (…) sont le plus solide fondement des études qui ont pour objet l'histoire, la littérature et les arts du moyen âge » (Léopold Delisle)