Restauration de la reliure du psautier de charles le Chauve

Le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France conserve l’une des plus grandes collections au monde de reliures précieuses à plaques d’ivoire et / ou d’orfèvrerie. Cet ensemble, qui couvre une large période allant du VIe au XVIIIe siècle, est composé d’une quarantaine de volumes. Parmi eux figurent l’insigne Psautier de Charles le Chauve (Latin 1152) dont la reliure est la seule d’époque carolingienne qui nous soit parvenue sans modification majeure. Cette reliure a été restaurée en 2019 grâce au mécénat de Michael I. Allen. Elle sera présentée dans le musée du site Richelieu qui ouvrira à la fin des travaux de rénovation de celui-ci.

BnF, Mss., Latin 1152. Psautier de Charles le Chauve. Plat supérieur (après restauration)

Continuer la lecture de Restauration de la reliure du psautier de charles le Chauve

L’histoire des prophètes

Figure 1, Supplément persan 1313, f. 6v°, Adam est le seul (image mise en avant de cet article), dans cette représentation, devant qui les anges se prosternent. Dans le  Persan 54 (ici), il est accompagné d’Ève. S’agit-il ici d’une interprétation du peintre ou d’une autre version de cette histoire ? On remarque, cependant, que dans les deux peintures, se trouve sur le coin, en haut à gauche, une représentation de Satan en train de suivre la scène de loin.

En l’année 615 de notre ère, afin d’échapper aux exactions des Qurayshites, un groupe de dix hommes et quatre femmes tous musulmans, se dirigèrent, sur le conseil du Prophète, vers le royaume chrétien d’Axoum, d’Abyssinie (aujourd’hui l’Éthiopie et l’Érythrée), où, selon sa recommandation, il y avait un roi vertueux et juste qui ne lésait personne. Continuer la lecture de L’histoire des prophètes

Les mystères du sublime

Datable du premier siècle de notre ère, le traité sobrement intitulé « Du Sublime » (Περὶ ὕψους) constitue un des sommets de la critique littéraire antique, remis à l’honneur par Boileau, son premier traducteur, qui l’utilisa dans la Querelle des anciens et des modernes.

Qu’est-ce que le sublime ? C’est « l’excellence et la souveraine perfection du discours » (I, 3). Même si la maîtrise technique y contribue, le sublime ne s’obtient pas par une servile reproduction des préceptes oratoires – l’auteur traite d’ailleurs avec mépris les « technographes » ou rédacteurs de manuels tout autant que ceux qui s’en tiennent simplement à une correction oratoire sans défauts  –, mais par une confluence des dons de la nature et du contrôle exercé par la méthode. Sorte de trait de génie littéraire, le sublime provoque chez l’auditeur non pas la persuasion, mais l’extase ; il « confère au discours un pouvoir, une force irrésistible  qui domine entièrement l’âme de l’auditeur » ; en un mot , il est « comme la foudre » (I, 4). Continuer la lecture de Les mystères du sublime

Un luxueux lectionnaire des évangiles syriaque, de l’ancienne bibliothèque de l’évêché de Séert

Le lectionnaire des évangiles Syriaque 355, intitulé « Le Saint Évangile divisé en leçons », daté de la fin du 12è s. – début du 13è s., est remarquable tant du point de vue matériel que par son histoire. Cette copie luxueuse de la version héracléenne pour le rite syro-orthodoxe (jacobite) constitue en effet l’un des rares exemples de manuscrit syriaque richement enluminé1 et nommant le peintre des miniatures avec le programme décoratif et son coût2.

Continuer la lecture de Un luxueux lectionnaire des évangiles syriaque, de l’ancienne bibliothèque de l’évêché de Séert

  1. A. Bausi (éd.), Comparative Oriental Manuscript Studies: an Introduction, Hambourg, 2015, p. 263 indique que parmi la quarantaine de manuscrits syriaques enluminés produits entre 586 et 1851, listés par  S. Brock, 29 sont des lectionnaires des évangiles. []
  2. A. Bausi (éd.), ibid., p. 263, cite le manuscrit de la BnF Syriaque 356 et un troisième cas, le codex Or. 60 de la Biblioteca nazionale Marciana de Venise. La plupart des colophons mentionne parfois les copistes avec une date, en général les donateurs, et quelquefois des avertissements à des lecteurs peu consciencieux quant aux dégradations qu’ils pourraient faire subir au manuscrit. []

Livre de dévotion et manuel d’enseignement : le psautier à la cour de France au XIIIe siècle

Livre de prière dédié à la dévotion privée bien représenté dans les librairies princières, le psautier servit dès le XIIIe siècle de livre pédagogique pour les enfants royaux. « Cist psaultiers fuit mon seigneur saint Looys qui fu roys de France, ouquel il aprist en s’enfance », lit-on au f. 30v du psautier conservé à la Bibliothèque universitaire de Leyde, le ms. BPL 76A. Ainsi l’image du dauphin s’exerçant à la lecture sous la direction d’un clerc, peut-être son confesseur, en présence de Blanche de Castille, a-t-elle été représentée à plusieurs reprises[1].

[1] BnF, Français 2813, f. 265 (Grandes Chroniques de France, « Geste de saint Louis ») ; Français 5716, f. 16 (Guillaume de Saint-Pathus, Vie et miracles de saint Louis) ; NAL 3145, f. 85v (Heures de Jeanne de Navarre, « Heures de saint Louis »).

NAL 3145, f. 85v (Heures de Jeanne de Navarre) : saint Louis enfant apprenant à lire

Continuer la lecture de Livre de dévotion et manuel d’enseignement : le psautier à la cour de France au XIIIe siècle

Yoga : la position des manuscrits

Le yoga connaît un essor considérable dans les pratiques physico-spirituelles quotidiennes à travers le monde. Souvent réduit à un créneau horaire des salles de fitness, le yoga est pourtant, et d’abord, une des six grandes écoles philosophiques de l’Inde. Il s’appuie sur un texte, le Yogasūtra, composé par Patañjali dont le nom, pour célèbre qu’il soit, recouvre plus certainement une école, une lignée de penseurs qui ont cherché, entre le IIIe siècle avant notre ère et le IIIe siècle de notre ère, à établir les bases d’une philosophie mettant en avant l’existence d’un soi désigné par les termes sanskrits ātman ou puruṣa. L’adepte doit tout mettre en œuvre pour connaître la véritable nature de ce soi, en l’isolant de toute activité physique ou psychique, afin de le libérer du cycle infini des transmigrations, le saṃsāra, dans lequel l’âme renaît éternellement, connaissant à nouveau les afflictions, les maladies et la mort.

Continuer la lecture de Yoga : la position des manuscrits

Lecture typologique de l’Ancien Testament : Abel, Isaac, Melchisédech, Samson, préfigures du Christ

La concordance entre l’Ancien et le Nouveau Testament tient une place centrale dans l’exégèse chrétienne. Le symbolisme typologique voit dans l’Ancien Testament l’annonce du Nouveau. Dans le chapitre XXVI du livre XVI de La Cité de Dieu, saint Augustin résume cette doctrine en une formule appelée à une grande fortune : « Quid enim est quod dicitur Testamentum Vetus, nisi occultatio Novi ? » (Saint Augustin, De Civitate Dei, P.L. 41, col. 505). Ce qui est voilé dans l’Ancien Testament est dévoilé dans le Nouveau.

L’interprétation figurative se trouve en germe dans la Bible, où le Christ insiste sur le lien entre les deux Testaments. Selon cette concordance, Abel fait partie des préfigures du Christ. Ce rapprochement se rencontre très tôt et trouve son origine dans le texte biblique. En effet, dans l’Epître aux Hébreux, saint Paul évoque la mort d’Abel le Juste qui annonce celle du Christ (Hb 12, 24). Son offrande, annonciatrice de la Cène, symbolise l’Eucharistie.  

BnF, Français 159, fol. 10, Offrandes d’Abel et Caïn
Dans Gallica
Dans Mandragore

L’offrande d’Abel se trouve mentionnée dans le canon romain qui rappelle aussi le sacrifice d’Abraham et de Melchisédech. Melchisédech, prêtre-roi, prononça une bénédiction sur le patriarche Abraham en offrant du pain et du vin (Gn 14, 18).
Continuer la lecture de Lecture typologique de l’Ancien Testament : Abel, Isaac, Melchisédech, Samson, préfigures du Christ

Chorégraphie de la parole sacrée : le décor micrographié d’une bible hébraïque médiévale

Au Moyen-âge, les Juifs trouvèrent dans la copie des manuscrits de la Bible et dans leur décoration une forme d’art sacré. La mise en page du texte hébreu en constitue le principal élément de décor. Le texte doit être embelli par une calligraphie soignée et rigoureuse respectant les règles de mise en page. Le principe du hidour c’est-à-dire de l’embellissement est essentiel dans la pratique des commandements en général et s’applique également pour la copie du manuscrit. La qualité des matériaux, la présence d’or, de pigments rares, sont également, comment en milieu chrétien et musulman, les témoins non seulement d’une richesse matérielle mais également spirituelle.

Hébreu 13, bible hébraïque copiée en Espagne 13ème siècle, page tapis

C’est dans ce contexte que l’on vit apparaître dans les bibles hébraïques copiées en Espagne dès le XIIIème siècle et jusqu’à la fin du XVème siècle, des décors réalisés au moyen de lignes d’écriture en petit module réalisant de véritables parures ornementales que l’on nomme micrographie, du grec micros « petit » et graphé « lettre ».

Le manuscrit Hébreu 1314, une bible hébraïque copiée en Espagne à la fin du XVème siècle. Le manuscrit présente un riche décor micrographié. Il est emblématique des décors micrographiés des bibles hébraïques copiées dans la Péninsule ibérique jusqu’au XVème siècle

Continuer la lecture de Chorégraphie de la parole sacrée : le décor micrographié d’une bible hébraïque médiévale

Le Psautier de Paris : un chef-d’œuvre de la ‘renaissance macédonienne’

Parmi les livres bibliques circulant dans le Moyen Âge byzantin, le livre des Psaumes est, avec les tétraévangiles, l’un des plus diffusés : plus de 600 exemplaires en sont encore conservés de nos jours. L’un des plus remarquables est le Psautier de Paris, le manuscrit Grec 139 de la Bibliothèque nationale de France, qui date du milieu du Xe siècle. Continuer la lecture de Le Psautier de Paris : un chef-d’œuvre de la ‘renaissance macédonienne’

Le livre des merveilles

Figure 1, (Supplément persan 332, f.16), Type d’information issue probablement du ḥadīṯ de l’ascension (Miʿāǧ) L’ange Mīkāʾīl, (Michel) qui est « distributeur des miséricordes divines » tenant une balance ».

L’étrange et le merveilleux ont souvent été des ingrédients astucieux pour attiser la curiosité des lecteurs et gagner leur attention. On les trouve parsemés dans les livres d’histoire, de géographie ou de récits de voyage. C’est un moyen comme un autre pour divertir le lecteur et le sortir de la monotonie du savoir logique et prévisible, soit pour le distraire soit pour le surprendre en le mettant face à des faits ou des récits qui lui sont inhabituels, merveilleux voire fantastiques.

Continuer la lecture de Le livre des merveilles

Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées

Un manuscrit discret

La rubrique des « manuscrits sans confinement » met sur le devant de la scène des manuscrits médiévaux remarquables des collections de la BnF, et, à ce titre, on découvrira dans cette rubrique de vrais chefs-d’œuvre, qui fascineront autant par leurs décorations que par leur contenu. Cependant, tous les manuscrits médiévaux ne peuvent se targuer de posséder de magnifiques enluminures, schémas ou illustrations, de contenir un écrit autographe ou unique, ou encore d’être le témoin le plus ancien d’un auteur illustre. Nombreux sont les manuscrits d’aspect presque banal, dépourvus de décoration et dont le contenu peut paraître abscons ou peu digne d’intérêt. Pourtant, même les manuscrits apparemment les plus modestes peuvent receler des richesses, des richesses qui ne sont pas forcément évidentes, ni éblouissantes, mais néanmoins remarquables. C’est l’un de ces manuscrits que je me propose d’aborder.

Le manuscrit latin 13026 est un manuscrit du IXe siècle en minuscule caroline. Il contient des traités de grammaire, un traité de métrique et un certain nombre d’œuvres ou d’extraits d’œuvres en vers. Continuer la lecture de Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées

De Samarcande aux étoiles : Un catalogue des constellations pour Ulug Beg (1394-1449)

Le Kitāb ṣuwar al-kawākib al-ṯābita (que l’on traduit traditionnellement Catalogue des étoiles fixes mais qui littéralement signifie Livre des images des constellations fixes) s’insère dans la tradition ptolémaïque, combinée à la tradition des anciens Arabes.

Arabe 5036, reliure, plat supérieur

Son auteur, ʿAbd al-Raḥmān ibn ʿUmar al-Ṣūfī était astronome et astrologue du souverain buyide ʿAdud al-dawla (r. 949-983). Il rédigea des ouvrages dans les deux disciplines, mais elles étaient bien distinctes l’une de l’autre. Cet ouvrage connut un grand retentissement dans le monde musulman. Traduit en persan par Naṣīr al-Dīn al-Ṭūṣī (1201-1274), un autre astronome qui était aussi philosophe et mathématicien, il fut utilisé par le souverain timouride Ulūġ Beg (1394-1449), qui rédigea des tables astronomiques à Samarcande (actuellement en Ouzbekistan) où il fit construire un observatoire dont les vestiges ont été retrouvés au début du XXe s. Le manuscrit du Catalogue des étoiles fixes d’al-Ṣūfī que je vous propose de feuilleter a été copié pour la bibliothèque d’ Ulūġ Beg vers 1430. Ses représentations de 48 constellations sont d’une qualité remarquable, mais loin d’être un simple livre d’images, sa copie s’inscrit dans la transmission d’un savoir scientifique et dans le contexte d’une intense activité des astronomes de Samarcande au XVe s.

Continuer la lecture de De Samarcande aux étoiles : Un catalogue des constellations pour Ulug Beg (1394-1449)

Un somptueux Manuscrit de Laurent le Magnifique offert a Charles viii

Né le 1er janvier 1449, Laurent de Médicis est issu d’une des plus riches familles de Florence, propriétaire d’une banque parmi les plus importantes d’Europe. Comme son grand père, Côme de Médicis, ou son père, Pierre de Médicis, il mena de front la carrière de banquier et d’homme politique, tout en développant une activité de mécène qui lui valut le surnom de « Magnifique ».

Homme de lettres, protecteur des arts et des artistes, Laurent le Magnifique s’entoura d’un cercle humaniste et commanda un nombre important d’œuvres d’art. Il prit notamment un soin tout particulier à enrichir la bibliothèque familiale de manuscrits de luxe, richement enluminés. Cet ensemble forme aujourd’hui le cœur des collections de la Biblioteca Medicea Laurenziana de Florence. Pourtant, un des manuscrits de Laurent Le Magnifique, et non des moindres, est rapidement passé dans la collection des rois de France et est aujourd’hui conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Italien 548. Voici son histoire.

BnF, Mss., Italien 548, f. 1v. Page frontispice.
Continuer la lecture de Un somptueux Manuscrit de Laurent le Magnifique offert a Charles viii

Un roman d’Alexandre arménien

Le Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène1 est un texte majeur qui connut des transmissions et une diffusion si vastes qu’il est cité au même rang que la Torah, la Bible et le Coran pour ces questions. En plus des traditions occidentales, les manuscrits qui en ont adapté la rédaction ont été produits dans des régions aussi diverses que les mondes arménien, éthiopien, hébreu, syriaque, copte, persan, arabe, turc, malais… de façon continue depuis le 5è jusqu’au 18è siècle2.

Continuer la lecture de Un roman d’Alexandre arménien

  1. Le texte grec original aurait été composé dans le courant du 3è siècle à Alexandrie et attribué de manière rétrospective à Callisthène, historien contemporain d’Alexandre III de Macédoine, d’où le nom de Pseudo-Callisthène. []
  2. Voir par exemple les recherches de M. Favre-Bertrand, « Histoire fabuleuse d’Alexandre le Grand », Mélanges d’Histoire littéraire 2, Genève, 1856 sur Gallica. Entre autres manuscrits d’Orient conservés à la Bibliothèque nationale de France, pour illustrer cette diversité, citons les manuscrits Copte 132.5, Éthiopien 159, Arabe 3687, Supplément Persan 491, Turc 309, Malayo-Polynésien 101. []

Caïn et Abel ou le combat entre les Vices et les Vertus

L’histoire de Caïn et Abel figure en bonne place dans le répertoire iconographique chrétien. Elle est relatée dans la Genèse (Gn 4, 1-17). Après le péché originel et l’expulsion du paradis d’Adam et Eve, Eve donne naissance à deux fils. Abel, le cadet, devient pasteur, tandis que l’aîné, Caïn, se tourne vers les travaux de la terre. Les deux frères offrent un sacrifice à Dieu qui agrée celui d’Abel mais refuse celui de Caïn. Les raisons du choix divin ne sont pas mentionnées. L’épisode des offrandes est brossé en quelques traits dans la Genèse, en une évocation lapidaire, sans abondance de détails (Gn 4, 3-5). 

BnF, Français 9, f. 11, Bible historiale, début du XVe siècle
Dans Mandragore

Continuer la lecture de Caïn et Abel ou le combat entre les Vices et les Vertus

« Les collections du département des Manuscrits (…) sont le plus solide fondement des études qui ont pour objet l'histoire, la littérature et les arts du moyen âge » (Léopold Delisle)