Le Psautier de Paris : un chef-d’œuvre de la ‘renaissance macédonienne’

Parmi les livres bibliques circulant dans le Moyen Âge byzantin, le livre des Psaumes est, avec les tétraévangiles, l’un des plus diffusés : plus de 600 exemplaires en sont encore conservés de nos jours. L’un des plus remarquables est le Psautier de Paris, le manuscrit Grec 139 de la Bibliothèque nationale de France, qui date du milieu du Xe siècle. Continuer la lecture de Le Psautier de Paris : un chef-d’œuvre de la ‘renaissance macédonienne’

Le livre des merveilles

Figure 1, (Supplément persan 332, f.16), Type d’information issue probablement du ḥadīṯ de l’ascension (Miʿāǧ) L’ange Mīkāʾīl, (Michel) qui est « distributeur des miséricordes divines » tenant une balance ».

L’étrange et le merveilleux ont souvent été des ingrédients astucieux pour attiser la curiosité des lecteurs et gagner leur attention. On les trouve parsemés dans les livres d’histoire, de géographie ou de récits de voyage. C’est un moyen comme un autre pour divertir le lecteur et le sortir de la monotonie du savoir logique et prévisible, soit pour le distraire soit pour le surprendre en le mettant face à des faits ou des récits qui lui sont inhabituels, merveilleux voire fantastiques.

Continuer la lecture de Le livre des merveilles

Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées

Un manuscrit discret

La rubrique des « manuscrits sans confinement » met sur le devant de la scène des manuscrits médiévaux remarquables des collections de la BnF, et, à ce titre, on découvrira dans cette rubrique de vrais chefs-d’œuvre, qui fascineront autant par leurs décorations que par leur contenu. Cependant, tous les manuscrits médiévaux ne peuvent se targuer de posséder de magnifiques enluminures, schémas ou illustrations, de contenir un écrit autographe ou unique, ou encore d’être le témoin le plus ancien d’un auteur illustre. Nombreux sont les manuscrits d’aspect presque banal, dépourvus de décoration et dont le contenu peut paraître abscons ou peu digne d’intérêt. Pourtant, même les manuscrits apparemment les plus modestes peuvent receler des richesses, des richesses qui ne sont pas forcément évidentes, ni éblouissantes, mais néanmoins remarquables. C’est l’un de ces manuscrits que je me propose d’aborder.

Le manuscrit latin 13026 est un manuscrit du IXe siècle en minuscule caroline. Il contient des traités de grammaire, un traité de métrique et un certain nombre d’œuvres ou d’extraits d’œuvres en vers. Continuer la lecture de Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées

De Samarcande aux étoiles : Un catalogue des constellations pour Ulug Beg (1394-1449)

Le Kitāb ṣuwar al-kawākib al-ṯābita (que l’on traduit traditionnellement Catalogue des étoiles fixes mais qui littéralement signifie Livre des images des constellations fixes) s’insère dans la tradition ptolémaïque, combinée à la tradition des anciens Arabes.

Arabe 5036, reliure, plat supérieur

Son auteur, ʿAbd al-Raḥmān ibn ʿUmar al-Ṣūfī était astronome et astrologue du souverain buyide ʿAdud al-dawla (r. 949-983). Il rédigea des ouvrages dans les deux disciplines, mais elles étaient bien distinctes l’une de l’autre. Cet ouvrage connut un grand retentissement dans le monde musulman. Traduit en persan par Naṣīr al-Dīn al-Ṭūṣī (1201-1274), un autre astronome qui était aussi philosophe et mathématicien, il fut utilisé par le souverain timouride Ulūġ Beg (1394-1449), qui rédigea des tables astronomiques à Samarcande (actuellement en Ouzbekistan) où il fit construire un observatoire dont les vestiges ont été retrouvés au début du XXe s. Le manuscrit du Catalogue des étoiles fixes d’al-Ṣūfī que je vous propose de feuilleter a été copié pour la bibliothèque d’ Ulūġ Beg vers 1430. Ses représentations de 48 constellations sont d’une qualité remarquable, mais loin d’être un simple livre d’images, sa copie s’inscrit dans la transmission d’un savoir scientifique et dans le contexte d’une intense activité des astronomes de Samarcande au XVe s.

Continuer la lecture de De Samarcande aux étoiles : Un catalogue des constellations pour Ulug Beg (1394-1449)

Un somptueux Manuscrit de Laurent le Magnifique offert a Charles viii

Né le 1er janvier 1449, Laurent de Médicis est issu d’une des plus riches familles de Florence, propriétaire d’une banque parmi les plus importantes d’Europe. Comme son grand père, Côme de Médicis, ou son père, Pierre de Médicis, il mena de front la carrière de banquier et d’homme politique, tout en développant une activité de mécène qui lui valut le surnom de « Magnifique ».

Homme de lettres, protecteur des arts et des artistes, Laurent le Magnifique s’entoura d’un cercle humaniste et commanda un nombre important d’œuvres d’art. Il prit notamment un soin tout particulier à enrichir la bibliothèque familiale de manuscrits de luxe, richement enluminés. Cet ensemble forme aujourd’hui le cœur des collections de la Biblioteca Medicea Laurenziana de Florence. Pourtant, un des manuscrits de Laurent Le Magnifique, et non des moindres, est rapidement passé dans la collection des rois de France et est aujourd’hui conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Italien 548. Voici son histoire.

BnF, Mss., Italien 548, f. 1v. Page frontispice.
Continuer la lecture de Un somptueux Manuscrit de Laurent le Magnifique offert a Charles viii

Un roman d’Alexandre arménien

Le Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène1 est un texte majeur qui connut des transmissions et une diffusion si vastes qu’il est cité au même rang que la Torah, la Bible et le Coran pour ces questions. En plus des traditions occidentales, les manuscrits qui en ont adapté la rédaction ont été produits dans des régions aussi diverses que les mondes arménien, éthiopien, hébreu, syriaque, copte, persan, arabe, turc, malais… de façon continue depuis le 5è jusqu’au 18è siècle2.

Continuer la lecture de Un roman d’Alexandre arménien

  1. Le texte grec original aurait été composé dans le courant du 3è siècle à Alexandrie et attribué de manière rétrospective à Callisthène, historien contemporain d’Alexandre III de Macédoine, d’où le nom de Pseudo-Callisthène. []
  2. Voir par exemple les recherches de M. Favre-Bertrand, « Histoire fabuleuse d’Alexandre le Grand », Mélanges d’Histoire littéraire 2, Genève, 1856 sur Gallica. Entre autres manuscrits d’Orient conservés à la Bibliothèque nationale de France, pour illustrer cette diversité, citons les manuscrits Copte 132.5, Éthiopien 159, Arabe 3687, Supplément Persan 491, Turc 309, Malayo-Polynésien 101. []

Caïn et Abel ou le combat entre les Vices et les Vertus

L’histoire de Caïn et Abel figure en bonne place dans le répertoire iconographique chrétien. Elle est relatée dans la Genèse (Gn 4, 1-17). Après le péché originel et l’expulsion du paradis d’Adam et Eve, Eve donne naissance à deux fils. Abel, le cadet, devient pasteur, tandis que l’aîné, Caïn, se tourne vers les travaux de la terre. Les deux frères offrent un sacrifice à Dieu qui agrée celui d’Abel mais refuse celui de Caïn. Les raisons du choix divin ne sont pas mentionnées. L’épisode des offrandes est brossé en quelques traits dans la Genèse, en une évocation lapidaire, sans abondance de détails (Gn 4, 3-5). 

BnF, Français 9, f. 11, Bible historiale, début du XVe siècle
Dans Mandragore

Continuer la lecture de Caïn et Abel ou le combat entre les Vices et les Vertus

Vishnou et Krishna sur la voie de l’enluminure

Les textes brahmaniques ayant inspiré les enlumineurs ne sont pas si fréquents. Parmi eux, deux textes ont reçu régulièrement, dans les manuscrits, des programmes iconographiques: le Rāmāyaṇa et le Bhāgavata-purāṇa. Ces deux textes mettent en scène deux avatars (du sanskrit avatāra, littéralement « descente ») de Vishnou. Ce dieu important de l’hindouisme est en effet le sujet d’une dévotion qui favorise la relation personnelle du fidèle à son dieu. L’image est, à ce titre, un médium particulièrement prisé pour nourrir ce lien.

Vishnou et sa parèdre, la déesse Lakshmi, assis sur un trône royal, installé ici sur la terrasse d’un palais donnant sur un jardin fleuri (Sanscrit 477)

Continuer la lecture de Vishnou et Krishna sur la voie de l’enluminure

Le Sabbat des Sorcières, Manuscrit Français 961

Contrairement aux idées reçues, associant la chasse aux sorcières et le Moyen Âge, la persécution concerne davantage la Renaissance et l’âge classique. Réalisés vers 1470-1480, les frontispices du manuscrit Français 961, du manuscrit 11209 de la Bibliothèque royale de Belgique et du manuscrits Rawl. D. 410 de la Bodleian Library constituent la première représentation visuelle du sabbat des sorciers (ici nommés vaudois).

Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Français 961, f. 1
Jean Tinctor, Traité du crime de vauderie, enluminé par le maître de Marguerite d’York pour Louis de Bruges (vers 1470-1480).

Sous la beauté de la miniature flamande attribuée au maître de Marguerite d’York, la violence symbolique promeut une répression impitoyable et préfigure la grande chasse aux sorcières de l’époque moderne, comme le démontre Franck Mercier. Cette peinture s’inscrit dans la vague d’inquisition qui frappe les Pays-Bas méridionaux, dans le sillage d’une affaire retentissante, la « vauderie d’Arras ». Alors que les autorités religieuses de Tournai évaluent l’opportunité de lancer à leur tour des poursuites contre les vaudois, un chanoine de la cathédrale, Jean Tinctor, rédige son Tractatus contra sectam Vaudensium, un traité reprenant les connaissances des démonologues pour montrer l’immensité de cette nouvelle hérésie. Ce traité, traduit en français, fait l’objet de deux copies de luxe, adressées à Philippe le Bon (manuscrit de Bruxelles) et à Louis Gruuthuse, gouverneur de Bruges (manuscrit de Paris). Une troisième copie, conservée à Oxford était, elle aussi destinée à un laïc puissant, encore non identifié. Jean Tinctor est sans doute à l’initiative de cette traduction incitant les autorités à reprendre la répression des vaudois. Il contribue à attribuer aux sorciers les crimes habituellement reprochés aux hérétiques.

Comme le résume Franck Mercier : « Quand Jean Taincture fit paraître à Tournai, en 1460, son Tractatus contra sectam Valdensium ou Traité du crisme de vauderie, ce fut un peu comme s’il jetait de l’huile sur les bûchers que l’Inquisition venait de dresser à Arras pour y brûler les premiers sorciers (9 mai 1460). »

Continuer la lecture de Le Sabbat des Sorcières, Manuscrit Français 961

Le corps dans les étoiles : l’homme zodiacal et la médecine juive médiévale

La bibliothèque nationale de France est l’un des plus importants conservatoires de documents permettant d’illustrer l’histoire de la médecine et sa pratique de la plus haute Antiquité à nos jours. Les collections de manuscrits en particulier, des collections orientales ou médiévales occidentales, manuscrits chinois, tibétains, indiens, grecs, syriaques , arabes, persans ou hébreux témoignent de la recherche de nos ancêtres à trouver des remèdes aux grands maux de l’humanité.

La médecine médiévale dont l’histoire s’étend sur près de dix siècles, de la mort du médecin grec Oribase en 403 au XVème siècle, s’élabore en tant que savoir dans le même temps que les bouleversements,  les démembrements  et l’affrontement des grands empires, romains d’occident, byzantin et arabes. Certains déclinent et disparaissant, d’autres naissent et s’enrichissent des savoirs antiques qu’ils purent ainsi transmettre en même temps qu’ils conquirent de nouveaux territoires.

Le manuscrit portant la cote Hébreu 1181 est un recueil de traités de médecine. Continuer la lecture de Le corps dans les étoiles : l’homme zodiacal et la médecine juive médiévale

La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles

Dans le cadre de ses recherches doctorales, Ève Defaÿsse, doctorante de l’Université Lyon 2, est chercheuse associée de la Bibliothèque nationale de France au département des Manuscrits depuis 2018.

Dans un billet publié sur le carnet de la recherche à la bibliothèque nationale de France, elle présente ses travaux et premiers résultats devant la mener à une thèse intitulée « Entre cloître et université, la bibliothèque de Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles ».

Continuer la lecture de La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles

Une « histoire nationale » sous Charles V : Le ms. Français 2813 des Grandes Chroniques de France

Le 8 avril 1364, le roi Charles V héritait d’une France défaite, marquée par le traité de Brétigny et l’instabilité intérieure. Face aux prétentions de la Couronne anglaise et au déclin de l’autorité royale, un de ses premiers soucis fut d’affirmer la légitimité dynastique des Valois et de redonner son prestige au pouvoir royal. Fin stratège autant que roi lettré, il s’appuya sur une politique de légitimation culturelle dont le texte des Grandes Chroniques de France est un exemple.

Continuer la lecture de Une « histoire nationale » sous Charles V : Le ms. Français 2813 des Grandes Chroniques de France

Un coran andalou à lire pendant le mois de ramadan

Arabe 385, plat supérieur sur Gallica

Arabe 385 est un manuscrit du Coran (muṣḥaf) achevé au mois de ğumādā II 703 de l’hégire, soit en janvier 1304. Le colophon (f. 131r), à l’encre dorée dans un encadrement orné d’arabesques et motifs d’inspiration végétale, ne comprend que la date, après des formules de bénédiction.

Arabe 385, f. 131 sur Gallica

Le lieu de copie, le nom du copiste et celui du destinataire de ce manuscrit de grand luxe ne sont pas mentionnés. On s’accorde cependant à penser qu’il a été réalisé en al-Andalus, alors réduit à la Grenade nasride (1237-1492). Cette région fut le centre d’une grande activité artistique, mais qui, à la date de la copie de ce manuscrit, n’est pas encore à son apogée. La période du court règne de Muammad III (1309-1309), troisième souverain de la dernière dynastie musulmane d’al-Andalus est encore assez conservatrice et le décor de ce coran reprend, tout en les traitant magnifiquement, des éléments anciens.

Continuer la lecture de Un coran andalou à lire pendant le mois de ramadan

Astuces de recherche dans Mandragore (3)

En ces temps difficiles de #CultureChezNous, vous êtes nombreux à écumer Internet en quête d’illustrations patrimoniales, que ce soit à des fins de recherche universitaire ou de divertissement.

L’occasion rêvée, si ce n’est déjà fait, de (re)découvrir Mandragore, la base des enluminures des manuscrits de la BnF !

Les deux précédents billets nous ont permis de bien comprendre la logique de la description dans Mandragore, de façon à l’exploiter au mieux pour une recherche réussie !

Il nous reste à nous attarder sur le vocabulaire iconographique de Mandragore, qui fait toute la richesse de son indexation.

Pour les plus « acharnés » d’entre vous, nous terminerons cette série de billets sur Mandragore en présentant quelques modes d’accès à la base de données ne passant pas par le site http://mandragore.bnf.fr/, qui peuvent constituer un utile complément… en attendant sa mise à niveau !

Continuer la lecture de Astuces de recherche dans Mandragore (3)

À l’attention du roi Louis XI : Une prédiction astrologique sérieuse pour l’année 1476

Devoir composer, comme c’est le cas en ce moment, avec l’incertitude quant à ce que nous réserve l’avenir, nous permet d’apprécier ce que nous avons perdu, et en particulier la relative facilité d’anticipation dont nous jouissons, sauf accident, en temps normal. Et même en situation de grave crise sanitaire, encore sommes-nous loin des risques de pestes autrement plus meurtrières, de guerres ou de famines qui venaient assombrir l’avenir de nos ancêtres il y a encore quelques siècles.

Dans une telle situation, quoi de plus normal pour les dirigeants que de s’entourer d’experts ? Experts politiques et militaires, bien sûr, mais également scientifiques : en Occident, entre le XIIe et le XVIIe siècle (environ), la science permettant d’anticiper l’avenir s’appelait l’astrologie.

Le manuscrit Latin 7450 de la BnF, une prédiction astrologique adressée par Conrad Heingarter, l’astrologue du duc de Bourbon, au roi de France Louis XI en 1476, est l’une des nombreuses traces de cette « expertise scientifique » parvenue jusqu’à nous.

Latin 7450, Judicium anni millesimi quadringentesimi septuagesimi sexti currentis, f. 3r.
Continuer la lecture de À l’attention du roi Louis XI : Une prédiction astrologique sérieuse pour l’année 1476

« Les collections du département des Manuscrits (…) sont le plus solide fondement des études qui ont pour objet l'histoire, la littérature et les arts du moyen âge » (Léopold Delisle)