Pouvoir et beauté : reliures précieuses récemment restaurées

Parmi les bienfaits du mécénat, de nouveaux documents sont numérisés et mis en ligne dans Gallica. Mais les opérations rendues possibles grâce au soutien des mécènes ne se limitent pas à la numérisation. 82 manuscrits, copiés entre le VIIIe et le XIIe siècle, ont pu être également restaurés et rendus à nouveau communicables en salle de lecture, dans le cadre du programme « France-Angleterre 700-1200 : manuscrits médiévaux de la Bibliothèque nationale de France et de la British Library » grâce au mécénat de la Fondation Polonsky.

BnF, Latin 9391, plat inférieur restauré

BnF, Latin 9436, plat supérieur restauré

Parmi cet ensemble, deux manuscrits rehaussés d’une reliure particulièrement précieuse seront visibles par toutes celles et tous ceux qui visiteront les salles du département des Objets d’art du Musée du Louvre, du 1er novembre 2017 jusqu’au  2 juillet 2018 … et bientôt sur Gallica !

Continuer la lecture de Pouvoir et beauté : reliures précieuses récemment restaurées

François Ier et l’art des Pays-Bas – exposition au musée du Louvre, 18/10/2017-15/01/2018

Le musée du Louvre organise du 18 octobre 2017 au 15 janvier 2018 une exposition consacrée à François Ier et l’art des Pays-Bas. Son propos est de montrer combien l’art au temps de ce souverain a connu de fortes influences septentrionales, prenant à contrepied l’historiographie traditionnelle où sont davantage mises en avant les influences italiennes.

Tous les arts sont mis à l’honneur, et tout particulièrement celui des manuscrits enluminés, avec une dizaine de prêts exceptionnels de la Bibliothèque nationale de France (département des Manuscrits et bibliothèque de l’Arsenal). Continuer la lecture de François Ier et l’art des Pays-Bas – exposition au musée du Louvre, 18/10/2017-15/01/2018

Exposition « Jean Malouel », du 6 octobre 2017 au 7 janvier 2018, Rijksmuseum, Amsterdam

Du 6 octobre 2017 au 7 janvier 2018, le Rijksmuseum organise une exposition en l’honneur du peintre Jean Malouel (Johann Maelwael en néerlandais). Le département des Manuscrits s’associe à cette rétrospective par le prêt de cinq œuvres exceptionnelles, dont nous présentons ici une sélection. Continuer la lecture de Exposition « Jean Malouel », du 6 octobre 2017 au 7 janvier 2018, Rijksmuseum, Amsterdam

Le Codex Sinopensis (Supplément Grec 1286)

Communément appelé codex Sinopensis du nom de la ville de Sinope sur la mer Noire où il a été acquis en 1899, le manuscrit de l’évangile de Matthieu (Supplément grec 1286) de la seconde moitié du VIe siècle est un des deux manuscrits enluminés les plus anciens du Nouveau Testament grec qui nous soient parvenus. Écrit à l’encre d’or sur un parchemin pourpré, le manuscrit conserve cinq enluminures qui illustrent des épisodes majeurs du récit biblique, le festin d’Hérode et la mort de Jean Baptiste (Mt 14, 6-11, f. 10v), le premier miracle de la multiplication des pains (Mt 14, 13-16, f. 11r, enluminure très partiellement conservée), le second miracle de la multiplication des pains (Mt 15, 33-37, f. 15r), la guérison miraculeuse des deux aveugles de Jéricho (Mt 20, 32-34, f. 29r) et le miracle du figuier desséché (Mt 21, 18-19, f. 30v). Ces miniatures placées en bas de page sont toujours encadrées par deux personnages de l’Ancien Testament qui déroulent devant eux le texte vétérotestamentaire censé annoncer l’épisode néotestamentaire représenté au centre : il s’agit de Moïse (pour des versets de la Genèse et de l’Exode, f. 10v, 11r, 15r), David (pour le psautier, f. 10v, 11r, 15r, 29r), Isaïe (f. 29r), Habaquq (f. 30v) et Daniel (f. 30v).

Festin d’Hérode et mort de Jean Baptiste, encadré par Moïse et David

BnF, Supplément Grec 1286, f. 10v

Continuer la lecture de Le Codex Sinopensis (Supplément Grec 1286)

Census : recenser et identifier les manuscrits par langue et par pays : colloque les 12 et 13 octobre 2017 à Paris

Les entreprises de recensement et de catalogage des manuscrits sont aujourd’hui en pleine évolution : les travaux sur support papier sont accompagnés, et de plus en plus souvent supplantés, par des outils électroniques.

Face à la diversité des solutions techniques et des modes de description mis en oeuvre, nous proposons une réflexion collective associant les chercheurs et les établissements de conservation. Le but de la rencontre, dont  l’occasion est fournie par le 80e anniversaire de l’IRHT, est d’abord de confronter les expériences dans les divers pays et les divers champs linguistiques, afin de réfléchir ensemble aux moyens de mutualiser et de mettre en lien recensements et descriptions de manuscrits par langues, par pays, par type de manuscrits.

Voir le programme

Entrée libre et gratuite

Jeudi 12 octobre 2017
Institut de recherche et d’histoire des textes
Site Iéna, Salle Jeanne-Vielliard
40 avenue d’Iéna, 75116 Paris

Vendredi 13 octobre 2017
Bibliothèque nationale de France,
Petit auditorium du site François Mitterrand
avenue de France, 75013 Paris

« Le Verre, un Moyen Âge inventif» (Musée de Cluny – musée national du Moyen Âge)

L’exposition « Le Verre, un Moyen Âge inventif » réunit, du 20 septembre 2017 au 8 janvier 2018, 150 œuvres en verre dans le frigidarium des thermes de Cluny pour faire découvrir l’excellence de la production médiévale. Elles sont placées en regard d’enluminures, peintures et gravures qui en attestent les usages tout au long du Moyen Âge. Continuer la lecture de « Le Verre, un Moyen Âge inventif» (Musée de Cluny – musée national du Moyen Âge)

Les numérisations de l’été

Malgré les beaux jours qui déjà s’éloignent, le rythme de la numérisation ne fléchit pas à la BnF, au contraire : pour tenir un programme exceptionnellement chargé d’ici la fin de l’année 2017, plus de 700 manuscrits (toutes collections confondues) ont été mis en ligne dans Gallica depuis le mois de juin, et presque autant se pressent déjà dans les ateliers, qui constitueront les livraisons de l’automne.

Cliquez sur le logo Gallica pour voir les dernières livraisons dans la bibliothèque numérique. Les manuscrits enluminés cet été enrichiront progressivement Mandragore dans les prochains mois.

Continuer la lecture de Les numérisations de l’été

L’Apocalypse dans Mandragore

Le magazine Les Echos Week-End du 25 août dernier, dans un reportage signé Laura-Mai Gaveriaux et consacré à la BnF, « le palais où le livre est roi » (lire en ligne), mentionne un certain nombre des services proposés aux chercheurs et au grand public. Parmi ceux-ci, bien entendu, la numérisation des ouvrages patrimoniaux, et les applications permettant d’en tirer profit, telles que Mandragore pour les manuscrits enluminés :

« Mandragore, la base iconographique riche de 170 000 notices établies à partir de manuscrits anciens, recèle par exemple une représentation de l’Apocalypse selon la vision mystique d’un seigneur normand du xve siècle, visible dans toute la richesse de ses couleurs en plein écran, sur un simple clic. »

Continuer la lecture de L’Apocalypse dans Mandragore

Le manuscrit franciscain retrouvé : Colloque 20-22 septembre à Paris

La découverte en 2015 d’une nouvelle Vie de François d’Assise due à Thomas de Celano, sans doute la deuxième écrite en l’honneur du saint à quelque dix ans de sa mort, a eu un large écho. Ce texte ne représente que la huitième partie du manuscrit qui le contient, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote NAL 3245. C’est l’ensemble de ce manuscrit que la rencontre des 20-22 septembre 2017 s’appliquera à explorer et à comprendre.

Voir le programme

Colloque organisé par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) avec le soutien du LabEx Hastec, du Centre de recherches historiques (EHESS-CNRS), d’APICES, de la Fondation André Vauchez (Balzan) et de la galerie Les Enluminures.

Un manuscrit à la charnière des mondes mérovingien et carolingien : le sacramentaire de Gellone (Paris, BnF, ms. latin 12048)

BnF, département des Manuscrits, Latin 12048, folio 1v

Exécuté vers la fin du VIIIe siècle dans le diocèse de Meaux, ce célèbre sacramentaire (Latin 12048) se distingue par son extraordinaire décor ornemental, figuré et historié qui en fait une œuvre charnière d’une rare originalité. Continuer la lecture de Un manuscrit à la charnière des mondes mérovingien et carolingien : le sacramentaire de Gellone (Paris, BnF, ms. latin 12048)

Les « Concordantiae Caritatis » d’Ulrich de Lilienfeld (Vienne, 1471)

Constitué à partir de l’époque moderne au gré de ventes, de donations ou de confiscations, l’ensemble de manuscrits enluminés d’origine germanique conservé à la Bibliothèque nationale de France couvre une diversité remarquable de textes et de techniques picturales. Plus d’une centaine d’ouvrages exécutés au XVe siècle représentent notamment les productions des pays de langue allemande et d’Europe centrale avant et après l’essor de l’imprimerie. Continuer la lecture de Les « Concordantiae Caritatis » d’Ulrich de Lilienfeld (Vienne, 1471)

Une Renaissance en Normandie : Georges d’Amboise, bibliophile et mécène

Ptolémée, Cosmographie, vers 1475-1480, BnF, département des manuscrits latin 4802, f. 3

Du 8 juillet 2017 au 22 octobre 2017, le Musée d’Art, Histoire et Archéologie d’Évreux accueillera l’exposition « Une Renaissance en Normandie : Georges d’Amboise, bibliophile et mécène ». Nombre de documents de la BnF y seront exposés. Continuer la lecture de Une Renaissance en Normandie : Georges d’Amboise, bibliophile et mécène

Christine de Pizan et la guerre : le Livre des faits d’armes et de chevalerie (Français 603 et 585)

En 1410, alors que la France est en proie à la guerre civile et étrangère, Christine de Pizan, « simple femmelette », écrit un traité militaire pour instruire les princes de son temps. Avec le Livre des faits d’armes et de chevalerie, la poétesse investit un champ proprement masculin pour rappeler  à tous les droits et les devoirs d’un bon seigneur en temps de guerre. Cette démarche semble heurter certains de ses contemporains : le texte a fait l’objet d’une seconde rédaction en-dehors du contrôle de Christine, où la figure d’auteur est masculine.

Christine de Pisan, Livre de Faits d’armes, XVe s. BnF, département des manuscrits, Français 603, f2

Continuer la lecture de Christine de Pizan et la guerre : le Livre des faits d’armes et de chevalerie (Français 603 et 585)

France-Angleterre 700-1200 : manuscrits médiévaux de la Bibliothèque nationale de France et de la British Library, un programme de la Fondation Polonsky

Évangile, XIe s, Saint Matthieu. BnF département des manuscrits, latin 278, fol 18v

Un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, fondation dont l’objectif est de favoriser l’accès au patrimoine culturel au plus grand nombre, a permis à la BnF et à la British Library de nouer, pour la première fois dans le domaine des manuscrits, un partenariat autour de la numérisation, du catalogage scientifique et de la valorisation de 800 manuscrits médiévaux produits entre le 8e et le 12e siècle, qui ont été sélectionnés en fonction de leur importance pour l’histoire des relations franco-anglaises au Moyen Âge, tels les manuscrits normands, ainsi que de leur intérêt artistique, historique ou littéraire. Continuer la lecture de France-Angleterre 700-1200 : manuscrits médiévaux de la Bibliothèque nationale de France et de la British Library, un programme de la Fondation Polonsky

La Librairie royale sous Charles V et Charles VI

Cité de Dieu, BnF département des manuscrits, français 172, fol 1, don du livre à Charles V.

  La Librairie que le roi Charles V avait organisée au Louvre et dans ses différentes résidences parisiennes comptait environ 1100 manuscrits, un chiffre exceptionnel pour une bibliothèque princière, en majeure partie en français. Du fait de son importance numérique et intellectuelle, elle se trouvait être le pendant aristocratique, en langue vernaculaire de ce qu’était, à la même époque la Bibliothèque du collège de Sorbonne, en latin, pour le monde universitaire. Première bibliothèque royale française, son rôle comme fondement de l’autorité monarchique et source d’une culture commune en langue vernaculaire pour l’aristocratie fut essentiel. 

Présentation du programme de recherche sur la Librairie royale sous Charles V et Charles VI. (Marie-Hélène Tesnière)

« Les collections du département des Manuscrits (…) sont le plus solide fondement des études qui ont pour objet l'histoire, la littérature et les arts du moyen âge » (Léopold Delisle)