Comparer des manuscrits de Mandragore et d’ailleurs grâce au protocole IIIF

Mandragore offre la possibilité de comparer un document décrit dans la base avec un ou des documents provenant d’autres bibliothèques numériques grâce aux possibilités offertes par le visualiseur Mirador. Pour cela il faut que le document à comparer soit issu d’une bibliothèque numérique utilisant, comme Mandragore, le protocole IIIF (International Image Interoperability Framework).

Ce protocole est utilisé par un nombre croissant de bibliothèques françaises (BnF, BVMM, Nubis, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne…), mais aussi européennes (Universitad Complutense de Madrid, e-codices pour la Suisse) et américaines (Houghton Library à Harvard…). La page du site Biblissima consacrée au protocole IIIF liste un certain nombre de ces établissements. On peut notamment y ajouter la Bibliothèque vaticane (DVL, Digital Vatican Library) ou le projet Fragmentarium.

Les numérisations de manuscrits utilisant ce protocole sont accompagnées d’un « manifeste », sous la forme d’un lien dont la syntaxe se termine par /manifest.json et sont généralement accompagnées du logo IIIF. C’est ce lien qui permet de « transférer » le manuscrit issu d’une bibliothèque numérique tierce dans Mandragore.

Cette démarche nécessite dans un premier temps de localiser le manifeste IIIF du document que l’on souhaite comparer dans Mandragore, puis de l’y importer. Continuer la lecture de Comparer des manuscrits de Mandragore et d’ailleurs grâce au protocole IIIF

Un nouveau fac-similé et une nouvelle étude du Beatus de Saint-Sever aux éditions Citadelles-Mazenod et BnF

https://citadelles-mazenod.com/product/le-beatus-de-saint-sever/

Le Beatus de Saint-Sever, Paris: BnF-Citadelles Mazenod, 2022. Volume de Commentaires sous la direction de Charlotte Denoël, avec les contributions de : Isabelle Marchesin, Pascale Bourgain, Emmanuelle Vagnon, Maria Stavrinaki, et une conclusion de Xavier Barral i Altet.

Le Beatus de Saint-Sever(Paris, BnF latin 8878) est l’un des manuscrits les plus fascinants du Moyen Âge, aussi bien par l’ampleur de son programme iconographique et le chromatisme éclatant de ses peintures que par l’ambition du projet artistique de son commanditaire, Grégoire de Montaner. Le destin de cet homme et de l’œuvre qu’il a conçue s’est forgé au sein de l’abbaye gasconne de Saint-Sever, que Grégoire dirigea de 1028 à 1072, à une époque où la Gascogne vivait une histoire mouvementée, entre le royaume capétien, Al-Andalus et les luttes féodales entre les seigneurs locaux. Récit à la fois textuel et visuel de l’Apocalypse de saint Jean commentée, ce testament artistique de l’abbé de Saint-Sever s’adressait prioritairement à ses moines : il s’agissait d’assurer leur salut en même temps que d’asseoir l’autorité spirituelle et temporelle de l’abbaye. À travers ses textes et ses images, ce sont tous les débats, conflits et luttes d’influence de l’époque qui se dessinent en toile de fond. Plus largement, au-delà du fait religieux, cet ouvrage aborde un thème universel fondamental, celui du destin de l’humanité. C’est pourquoi sa fortune fut et demeure immense, tant auprès des chercheurs qui l’ont scruté que des artistes qui s’en sont nourris.
Les éditions Citadelles & Mazenod inaugurent un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France pour consacrer à ce manuscrit une nouvelle édition restituant l’objet dans ses moindres détails à partir de sa numérisation en haute définition. Ce fac-similé s’accompagne d’une étude de spécialistes du sujet qui, par leurs lectures croisées, posent un regard neuf sur le manuscrit. S’appuyant sur les recherches antérieures et l’analyse matérielle qui a été, pour la première fois, menée sur le manuscrit au moyen des technologies les plus avancées par le C2RMF et le CRC, ceux-ci se sont attachés à éclairer les strates multiples de lecture et la compréhension profonde de ce chef-d’œuvre, ainsi que ses vies à travers les siècles.

Continuer la lecture de Un nouveau fac-similé et une nouvelle étude du Beatus de Saint-Sever aux éditions Citadelles-Mazenod et BnF

Journée d’étude « Les bases de données iconographiques à l’heure de l’intelligence artificielle  : enjeux, état des lieux et perspectives »

1er décembre, 9h00-18h00, à l’École nationale des chartes (salle Léopold Delisle)

Possibilité de participer par visioconférence sur inscription

En novembre 2022, la BnF met en ligne une nouvelle version de sa base consacrée aux décors des manuscrits, Mandragore. La modernisation de l’un des plus anciens outils de ce type donne l’occasion de réfléchir aux enjeux actuels qui entourent les bases de données iconographiques, tant pour les producteurs scientifiques et les informaticiens qui en assurent le développement que pour les usagers, qu’ils soient chercheurs professionnels ou amateurs. Au-delà des défis d’obsolescence technique qui se posent aux outils des débuts de l’internet, l’évolution des pratiques de recherche, la nécessité de s’insérer dans une galaxie d’applications plus ou moins interopérables et, aujourd’hui, l’essor des technologies d’intelligence artificielle remettent en question certains des principes historiques d’indexation iconographique, tout en offrant des perspectives renouvelées.

Cette journée d’étude, organisée par la Bibliothèque nationale de France et l’École nationale des chartes dans le cadre du Campus Richelieu, permettra d’aborder la plupart de ces enjeux dans une optique interdisciplinaire, associant historiens de l’art, professionnels des bibliothèques, informaticiens et chercheurs en humanités numériques.

Programme   :

Sur le site de la BnF.

Sur le site de l’École nationale des chartes.

Une captation de la journée d’étude sera mise en ligne par l’Ecole nationale des chartes sur sa chaîne Canal-U après l’événement. 

Mandragore se renouvelle !

Créée en 1989 dans le cadre du Centre de Recherche sur les Manuscrits Enluminés, Mandragore est l’une des plus anciennes bases de recherche de la BnF en activité. Régulièrement enrichie, elle décrit précisément et indexe l’iconographie de plus de 208 000 enluminures, dessins, schémas, décors de reliure, sceaux, etc. de manuscrits de toutes époques et de toutes aires culturelles. Accessible en ligne avec de nombreuses reproductions depuis 2003, Mandragore devenait obsolescente. Un nouveau site entièrement repensé a été mis en ligne le 14 novembre 2022, avec une meilleure présentation des données et de nouvelles fonctionnalités, telles que les suggestions de recherche, le zoom profond ou encore la segmentation des images. Nous vous invitons à découvrir ici quelques-unes de ces nouveautés. Continuer la lecture de Mandragore se renouvelle !

Dans les collections de la BnF a Moulins. Trésors enluminés des ducs et duchesses de bourbon

À l’occasion du cinquième centenaire de la disparition d’Anne de France (1461/1462-1522), marqué par l’exposition Anne de France. Femme de pouvoir et princesse des Arts (musée Anne-de-Beaujeu, 18 mars-18 septembre 2022), et de la publication aux Éditions de la Sorbonne du livre Princes et princesses en leur bibliothèque. Les Bourbons et les livres (XIIIe-XVIe siècles) sous la direction d’Olivier Mattéoni, la Bibliothèque nationale de France noue un partenariat avec le musée départemental Anne-de-Beaujeu de Moulins. Six manuscrits exceptionnels issus des riches collections du département des Manuscrits sont ainsi présentés au musée départemental Anne-de-Beaujeu, du 17 juin au 18 septembre 2022, dans le cadre de l’opération “Dans les collections de la BnF”. Continuer la lecture de Dans les collections de la BnF a Moulins. Trésors enluminés des ducs et duchesses de bourbon

Acquisition d’un rituel à l’usage de Notre-Dame de Paris

Parmi ses fonds exceptionnels, la Bibliothèque nationale de France conserve plus de 300 manuscrits médiévaux et modernes provenant de la bibliothèque capitulaire de Notre-Dame de Paris. Cette collection, remarquable tant par sa cohérence que par le nombre et la qualité des pièces qui la composent, vient de s’enrichir d’un manuscrit extrêmement rare, un rituel à l’usage de Notre-Dame, préempté en vente publique et acquis avec le soutien de M. François Pinault.

Continuer la lecture de Acquisition d’un rituel à l’usage de Notre-Dame de Paris

MISE EN VOIX. Textes, oralité et musique du Moyen Age à nos jours

Colloque international organisé par les postdoctorants de l’EUR Translitterae, dont Anna Arato, postdoctorante de l’EUR Translitterae – Bibliothèque nationale de France accueillie au département des Manuscrits.

Mise en voix

Programme

9h-10h30 : Sermons et prédication
Table-ronde organisée par Svetlana Yatsyk

Marguerite Vernet (Doctorante, EPHE)
« Depuis la bouche jusqu’au cœur »: Réflexions sur l’efficacité de la parole du prédicateur dans les sermons in generali capitulo d’Absalon de Springiersbach

La difficulté dans l’étude des sermons réside dans la tension permanente entre la dimension d’oralité qui le définit, et les sources écrites qui sont le seul moyen, pour nous, d’y accéder. Cependant c’est justement en interrogeant le lien entre ces deux pôles que la réflexion devient féconde et cela particulièrement pour les sermons du XIIe et XIIIe siècles, prêches dans le contexte particulier du renouveau pastoral où le genre du sermon est repensé au service de la cura animarum. C’est en interrogeant les traces écrites de ces allocutions que nous pourrons mettre en lumière les stratégies et procédés qui donnent au sermon toute son efficacité sur les auditeurs par les marques d’oralité, sa proximité avec le texte biblique ou encore la complexité de la démarche spirituelle proposée aux fidèles pour changer à leur cœur. À travers l’exemple de quatre sermons d’un chanoine victorin de la fin du XIIe siècle nous verrons aussi comment le texte que nous conservons n’est pas seulement un témoin de cette efficacité passée, mais réactive, à chaque lecture, la puissance du discours prêché.

Continuer la lecture de MISE EN VOIX. Textes, oralité et musique du Moyen Age à nos jours

Acquisition d’ un ensemble de feuillets issus du plus ancien manuscrit connu de l’œuvre de Chrétien de Troyes, le “manuscrit d’Annonay”

Considéré comme le père de la littérature arthurienne en français, Chrétien de Troyes (vers 1130 -vers 1180-1190) a composé cinq romans en vers inspirés des légendes bretonnes du roi Arthur et de la quête du Graal : Érec et Énide, Cligès ou la fausse morte, Lancelot ou le Chevalier de la charrette, Yvain, le chevalier au lion, Perceval ou le conte du Graal. De ces textes fondateurs de la culture et de l’imaginaire européens, peu de manuscrits ont été conservés, la plupart se trouvant aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France, qui détient par exemple 6 des 8 exemplaires complets connus de Cligès. Or, cette inestimable collection s’est récemment enrichie d’une pièce majeure, un ensemble de feuillets provenant du plus ancien manuscrit connu de l’œuvre de Chrétien de Troyes, préempté lors de la vente De Baecque du 14 avril 2022, à Lyon.

Continuer la lecture de Acquisition d’ un ensemble de feuillets issus du plus ancien manuscrit connu de l’œuvre de Chrétien de Troyes, le “manuscrit d’Annonay”

Les Heures de Catherine de Médicis, un manuscrit bijou

Les Heures de Catherine de Médicis (BnF, Manuscrits, NAL 82) sont un des manuscrits les plus importants et originaux de la Renaissance française. Extrêmement fragiles, de petite taille (10, 5 sur 7 cm), elles ne pouvaient plus ni être présentées au public ni même être numérisées sans une double restauration de leur reliure et de leur corps d’ouvrage qui a longtemps été repoussée. Celle-ci a été menée en 2019-2022, ce qui a été l’occasion de mener une étude approfondie du volume (publiée dans la revue Art de l’enluminure, n° 81, juin-août 2022), de permettre une numérisation sur Gallica, en couleur et en haute définition (volumereliure), et de rendre possible, avec d’infinies précautions, sa présentation, jusqu’au 4 juillet 2022, au château de Fontainebleau, dans le cadre de l’exposition L’art de la fête à la cour des Valois. Continuer la lecture de Les Heures de Catherine de Médicis, un manuscrit bijou

Le travail d’un éditeur et imprimeur au XVIe siècle : L’exemple de Guillaume Morel et du manuscrit latin 7558

Le manuscrit latin 7558 de la Bibliothèque nationale de France est une compilation de la première moitié du IXe siècle regroupant tant des textes grammaticaux, comme le De schematibus et tropis de Bède ou l’ouvrage anonyme des Cunabula, que des œuvres poétiques, notamment d’Ausone et de Paulin de Nola, ou encore de Florus de Lyon. Non seulement la paléographie, mais également le contenu de ce manuscrit, qui comporte un grand nombre de textes dont la transmission est essentiellement lyonnaise (les poèmes de Florus, les Cunabula, les poèmes d’Ausone et de Paulin, etc.), permettent à A.-M. Turcan-Verkerk (2003 : p. 36-37) de le supposer originaire de Lyon.

Si, au cours des siècles, le 7558 a suscité l’intérêt de nombreux commentateurs, c’est pour le témoignage qu’il apporte concernant la tradition de textes déjà connus par ailleurs, ceux de Paulin, de Florus, mais aussi et surtout pour les poèmes dont il fournit l’unique témoignage : l’Alethia de Claudius Marius Victorius, les Versus Drepani de cereo Paschali, le De obitu Baebiani, les Laudes domini de l’anonyme d’Autun et les Epigramma d’un certain Paulin, parfois identifié à l’évêque de Béziers (cf. E. Griffe, 1956 : p. 187-194) ; tous ces poèmes ne se trouvent dans aucun autre manuscrit que le 7558, et, à ce titre, ce dernier est extrêmement important.

L’attention portée au 7558 et à ses poèmes uniques a commencé dès le XVIe siècle, avec leur édition en 1560 par Guillaume Morel, imprimeur du Roi pour le grec. L’ouvrage, décrit par P. Lejay dans son article sur la question (1890 : p. 71-78), est intitulé Cl. Marii Victoris oratoris Massiliensis, Aletheias, seu Commentationum in Genesin libri III. Epigrammata varia vetusti cujusdam auctoris, inter quae sunt & aliquot psalmi versibus redditi. Hilarii, Pictaviensis episc. Genesis. Cypriani, Genesis & Sodoma. Dracontii, de Opere sex dierum. Omnia versibus, nunc primum è vetustis codicibus expressa, et contient l’Alethia, la Laus sancti Iohannis, les Laudes domini, le poème Ad Iouium, le De obitu Baebiani, les Versus Drepani et l’ensemble des poèmes de Florus, autant de pièces que Morel a tirées du 7558, et également d’autres œuvres chrétiennes en vers prélevées dans un autre manuscrit (des poèmes d’Hilarius, de Cyprianus, etc.). P. Lejay, qui a prouvé de façon définitive que Guillaume Morel avait bien usé du 7558 pour son édition, a montré en outre que Morel avait laissé derrière lui, sur le manuscrit même, un nombre conséquent de traces qui donnent un aperçu de son travail pour la constitution de son édition, et que je vous propose de passer en revue dans ce billet.

Continuer la lecture de Le travail d’un éditeur et imprimeur au XVIe siècle : L’exemple de Guillaume Morel et du manuscrit latin 7558

« LE ROMAN DE FAUVEL » OU LA SATIRE MISE EN MUSIQUE AU XIVe SIÈCLE

Conférence Cycle “Trésors de Richelieu”, 8 mars 2022, 18h15, Galerie Colbert, auditorium Jacqueline Lichtenstein

Conservateurs, historiens de l’art, spécialistes et restaurateurs partagent leur savoir et leur passion autour de manuscrits et de documents originaux, exceptionnellement sortis pour l’occasion des magasins de la BnF, de l’INHA et de l’École nationale des chartes. En lien avec la mise en scène du Roman de Fauvel au Théâtre du Châtelet par Peter Sellars et l’ensemble de musique ancienne Sequentia, cette conférence présente le manuscrit de ce poème satirique du XIVe siècle. 

Extraordinaire brûlot à l’encontre du pouvoir royal à l’aube du XIVe siècle, alors que maints scandales entachaient la monarchie capétienne, le Roman de Fauvel met en scène le cheval Fauvel, allégorie de tous les vices humains et du désordre du monde. Vers 1317, ce texte a fait l’objet d’une version augmentée qui a été réunie avec divers autres écrits dans le manuscrit Français 146. Texte, image et musique y sont savamment imbriqués dans une caricature au vitriol des puissants, qui a conservé toute son actualité aujourd’hui.

À l’occasion de la présentation de ce manuscrit, les pièces musicales qu’il renferme feront l’objet d’une performance par des voix de femmes de l’ensemble Sequentia sous la direction de Benjamin Bagby, en lien avec la mise en scène du Roman de Fauvel par Peter Sellars au Théâtre du Châtelet du 18 au 26 mars 2022.

 

Par Charlotte Denoël, département des Manuscrits, BnF, Benjamin Bagby, directeur musical de Sequentia, et Peter Sellars, metteur en scène

En partenariat avec le Théâtre du Châtelet

Cycle organisé par la BnF, l’INHA et l’École nationale des chartes.

 

Manuscrits du trésor de la cathédrale de Nevers au département des manuscrits

Le département des Manuscrits conserve un ensemble de livres liturgiques notés qui appartiennent à différentes périodes allant du Moyen Âge à l’époque moderne. Ces ouvrages livrent un témoignage riche et varié sur les pratiques liturgiques et musicales alors en vogue entre les Xe et XVIIIe siècles.  

Parmi ces nombreux manuscrits dotés de mélodies destinées à la messe ou à l’office, trois graduels – Latin 9449, Latin 908 et NAL 1235 –, deux recueils de proses – Latin 10513 et NAL 3126 – et un antiphonaire – NAL 1236 – sont issus des fonds médiévaux. Jadis ils étaient destinés à la cathédrale de Nevers ou à l’une de ses églises. Ces magnifiques livres liturgiques ont été réalisés entre les XIe et XIIe siècles et comportent une notation neumatique diastématique sous forme de signes graphiques indiquant, tels des signes de ponctuation, le tracé de la mélodie selon qu’elle monte dans l’aigu ou descend dans le grave. Plusieurs d’entre eux comprennent aussi des ajouts plus tardifs en notation carrée, le système de notation qui se substitue aux neumes à partir du XIIe siècle. Par ailleurs, deux de ces graduels, les deux recueils de proses et l’antiphonaire sont entrés au sein de la Bibliothèque nationale au XIXe siècle après avoir appartenu à des collectionneurs privés. Le Graduel de Nevers – Latin 908 – provient quant à lui de la bibliothèque du cardinal Mazarin. Cet ouvrage est entré dans les collections royales au XVIIIe siècle.   

Dans les lignes qui suivent sont exposées les caractéristiques les plus remarquables qui confèrent à ces manuscrits une valeur liturgique et artistique unique.

Continuer la lecture de Manuscrits du trésor de la cathédrale de Nevers au département des manuscrits

Parution. Catalogue des manuscrits enluminés d’origine germanique, XVe siècle

Constitué à partir de l’époque moderne au gré de ventes, de donations ou de confiscations, l’ensemble de manuscrits enluminés d’origine germanique conservé au département des Manuscrits de la BnF couvre une diversité remarquable de textes et de techniques picturales. Plus d’une centaine d’ouvrages exécutés au XVe siècle rappellent notamment les constantes et les évolutions des productions des pays de langue allemande et d’Europe centrale avant et après l’essor de l’imprimerie. Recueils sommairement ornés dans les scriptoria  monastiques, livres illustrés en série dans des ateliers professionnels urbains ou chefs-d’œuvre de peintres laïcs itinérants témoignent de la multiplicité des formes et des modes de décoration du manuscrit au cours de cette période de transition. Tous laissent percevoir le dynamisme des échanges artistiques et de la circulation des motifs entre des régions parfois très éloignées, à la faveur des partages de modèles, de la mobilité des enlumineurs, des liens monastiques, voire des collaborations entre maîtres juifs et chrétiens.

Continuer la lecture de Parution. Catalogue des manuscrits enluminés d’origine germanique, XVe siècle

Parution de la sélection thématique Gallica : « La Librairie royale sous Charles V et Charles VI »

Destinée à servir la politique d’un souverain averti et passionné par les livres, la librairie constituée sous le roi Charles V le Sage (1364-1380) et transférée en 1369 par celui-ci du Palais de la Cité à celui du Louvre rassemblait plus de 1000 manuscrits. Ceux-ci constituaient une collection exceptionnelle tant par leur richesse que par leur caractère encyclopédique, puisqu’ils touchaient à tous les domaines du savoir. Héritée par Charles VI, puis rachetée en grande partie en 1425 par Jean de Bedford, régent du royaume, cette collection fut définitivement dispersée à la mort de ce dernier en 1435.

Français 1950, f. 2r – Liber de informatione principum, traduction en français parJean Golein
Continuer la lecture de Parution de la sélection thématique Gallica : « La Librairie royale sous Charles V et Charles VI »

Reliures médiévales de l’abbaye de Saint-Victor de Paris : un ensemble exceptionnellement bien conservé

La BnF accueille tous les ans de chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Eve Defaÿsse présente l’avancement de ses recherches sur les manuscrits de l’ancienne abbaye de Saint-Victor de Paris (1113-1789).

« Les collections du département des Manuscrits (…) sont le plus solide fondement des études qui ont pour objet l'histoire, la littérature et les arts du moyen âge » (Léopold Delisle)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search