Acquisition d’un rituel à l’usage de Notre-Dame de Paris

Parmi ses fonds exceptionnels, la Bibliothèque nationale de France conserve plus de 300 manuscrits médiévaux et modernes provenant de la bibliothèque capitulaire de Notre-Dame de Paris. Cette collection, remarquable tant par sa cohérence que par le nombre et la qualité des pièces qui la composent, vient de s’enrichir d’un manuscrit extrêmement rare, un rituel à l’usage de Notre-Dame, préempté en vente publique et acquis avec le soutien de M. François Pinault.

Continuer la lecture de Acquisition d’un rituel à l’usage de Notre-Dame de Paris

MISE EN VOIX. Textes, oralité et musique du Moyen Age à nos jours

Colloque international organisé par les postdoctorants de l’EUR Translitterae, dont Anna Arato, postdoctorante de l’EUR Translitterae – Bibliothèque nationale de France accueillie au département des Manuscrits.

Mise en voix

Programme

9h-10h30 : Sermons et prédication
Table-ronde organisée par Svetlana Yatsyk

Marguerite Vernet (Doctorante, EPHE)
« Depuis la bouche jusqu’au cœur »: Réflexions sur l’efficacité de la parole du prédicateur dans les sermons in generali capitulo d’Absalon de Springiersbach

La difficulté dans l’étude des sermons réside dans la tension permanente entre la dimension d’oralité qui le définit, et les sources écrites qui sont le seul moyen, pour nous, d’y accéder. Cependant c’est justement en interrogeant le lien entre ces deux pôles que la réflexion devient féconde et cela particulièrement pour les sermons du XIIe et XIIIe siècles, prêches dans le contexte particulier du renouveau pastoral où le genre du sermon est repensé au service de la cura animarum. C’est en interrogeant les traces écrites de ces allocutions que nous pourrons mettre en lumière les stratégies et procédés qui donnent au sermon toute son efficacité sur les auditeurs par les marques d’oralité, sa proximité avec le texte biblique ou encore la complexité de la démarche spirituelle proposée aux fidèles pour changer à leur cœur. À travers l’exemple de quatre sermons d’un chanoine victorin de la fin du XIIe siècle nous verrons aussi comment le texte que nous conservons n’est pas seulement un témoin de cette efficacité passée, mais réactive, à chaque lecture, la puissance du discours prêché.

Continuer la lecture de MISE EN VOIX. Textes, oralité et musique du Moyen Age à nos jours

Acquisition d’ un ensemble de feuillets issus du plus ancien manuscrit connu de l’œuvre de Chrétien de Troyes, le “manuscrit d’Annonay”

Considéré comme le père de la littérature arthurienne en français, Chrétien de Troyes (vers 1130 -vers 1180-1190) a composé cinq romans en vers inspirés des légendes bretonnes du roi Arthur et de la quête du Graal : Érec et Énide, Cligès ou la fausse morte, Lancelot ou le Chevalier de la charrette, Yvain, le chevalier au lion, Perceval ou le conte du Graal. De ces textes fondateurs de la culture et de l’imaginaire européens, peu de manuscrits ont été conservés, la plupart se trouvant aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France, qui détient par exemple 6 des 8 exemplaires complets connus de Cligès. Or, cette inestimable collection s’est récemment enrichie d’une pièce majeure, un ensemble de feuillets provenant du plus ancien manuscrit connu de l’œuvre de Chrétien de Troyes, préempté lors de la vente De Baecque du 14 avril 2022, à Lyon.

Continuer la lecture de Acquisition d’ un ensemble de feuillets issus du plus ancien manuscrit connu de l’œuvre de Chrétien de Troyes, le “manuscrit d’Annonay”

Les Heures de Catherine de Médicis, un manuscrit bijou

Les Heures de Catherine de Médicis (BnF, Manuscrits, NAL 82) sont un des manuscrits les plus importants et originaux de la Renaissance française. Extrêmement fragiles, de petite taille (10, 5 sur 7 cm), elles ne pouvaient plus ni être présentées au public ni même être numérisées sans une double restauration de leur reliure et de leur corps d’ouvrage qui a longtemps été repoussée. Celle-ci a été menée en 2019-2022, ce qui a été l’occasion de mener une étude approfondie du volume (publiée dans la revue Art de l’enluminure, n° 81, juin-août 2022), de permettre une numérisation sur Gallica, en couleur et en haute définition (volumereliure), et de rendre possible, avec d’infinies précautions, sa présentation, jusqu’au 4 juillet 2022, au château de Fontainebleau, dans le cadre de l’exposition L’art de la fête à la cour des Valois. Continuer la lecture de Les Heures de Catherine de Médicis, un manuscrit bijou

Le travail d’un éditeur et imprimeur au XVIe siècle : L’exemple de Guillaume Morel et du manuscrit latin 7558

Le manuscrit latin 7558 de la Bibliothèque nationale de France est une compilation de la première moitié du IXe siècle regroupant tant des textes grammaticaux, comme le De schematibus et tropis de Bède ou l’ouvrage anonyme des Cunabula, que des œuvres poétiques, notamment d’Ausone et de Paulin de Nola, ou encore de Florus de Lyon. Non seulement la paléographie, mais également le contenu de ce manuscrit, qui comporte un grand nombre de textes dont la transmission est essentiellement lyonnaise (les poèmes de Florus, les Cunabula, les poèmes d’Ausone et de Paulin, etc.), permettent à A.-M. Turcan-Verkerk (2003 : p. 36-37) de le supposer originaire de Lyon.

Si, au cours des siècles, le 7558 a suscité l’intérêt de nombreux commentateurs, c’est pour le témoignage qu’il apporte concernant la tradition de textes déjà connus par ailleurs, ceux de Paulin, de Florus, mais aussi et surtout pour les poèmes dont il fournit l’unique témoignage : l’Alethia de Claudius Marius Victorius, les Versus Drepani de cereo Paschali, le De obitu Baebiani, les Laudes domini de l’anonyme d’Autun et les Epigramma d’un certain Paulin, parfois identifié à l’évêque de Béziers (cf. E. Griffe, 1956 : p. 187-194) ; tous ces poèmes ne se trouvent dans aucun autre manuscrit que le 7558, et, à ce titre, ce dernier est extrêmement important.

L’attention portée au 7558 et à ses poèmes uniques a commencé dès le XVIe siècle, avec leur édition en 1560 par Guillaume Morel, imprimeur du Roi pour le grec. L’ouvrage, décrit par P. Lejay dans son article sur la question (1890 : p. 71-78), est intitulé Cl. Marii Victoris oratoris Massiliensis, Aletheias, seu Commentationum in Genesin libri III. Epigrammata varia vetusti cujusdam auctoris, inter quae sunt & aliquot psalmi versibus redditi. Hilarii, Pictaviensis episc. Genesis. Cypriani, Genesis & Sodoma. Dracontii, de Opere sex dierum. Omnia versibus, nunc primum è vetustis codicibus expressa, et contient l’Alethia, la Laus sancti Iohannis, les Laudes domini, le poème Ad Iouium, le De obitu Baebiani, les Versus Drepani et l’ensemble des poèmes de Florus, autant de pièces que Morel a tirées du 7558, et également d’autres œuvres chrétiennes en vers prélevées dans un autre manuscrit (des poèmes d’Hilarius, de Cyprianus, etc.). P. Lejay, qui a prouvé de façon définitive que Guillaume Morel avait bien usé du 7558 pour son édition, a montré en outre que Morel avait laissé derrière lui, sur le manuscrit même, un nombre conséquent de traces qui donnent un aperçu de son travail pour la constitution de son édition, et que je vous propose de passer en revue dans ce billet.

Continuer la lecture de Le travail d’un éditeur et imprimeur au XVIe siècle : L’exemple de Guillaume Morel et du manuscrit latin 7558

« LE ROMAN DE FAUVEL » OU LA SATIRE MISE EN MUSIQUE AU XIVe SIÈCLE

Conférence Cycle “Trésors de Richelieu”, 8 mars 2022, 18h15, Galerie Colbert, auditorium Jacqueline Lichtenstein

Conservateurs, historiens de l’art, spécialistes et restaurateurs partagent leur savoir et leur passion autour de manuscrits et de documents originaux, exceptionnellement sortis pour l’occasion des magasins de la BnF, de l’INHA et de l’École nationale des chartes. En lien avec la mise en scène du Roman de Fauvel au Théâtre du Châtelet par Peter Sellars et l’ensemble de musique ancienne Sequentia, cette conférence présente le manuscrit de ce poème satirique du XIVe siècle. 

Extraordinaire brûlot à l’encontre du pouvoir royal à l’aube du XIVe siècle, alors que maints scandales entachaient la monarchie capétienne, le Roman de Fauvel met en scène le cheval Fauvel, allégorie de tous les vices humains et du désordre du monde. Vers 1317, ce texte a fait l’objet d’une version augmentée qui a été réunie avec divers autres écrits dans le manuscrit Français 146. Texte, image et musique y sont savamment imbriqués dans une caricature au vitriol des puissants, qui a conservé toute son actualité aujourd’hui.

À l’occasion de la présentation de ce manuscrit, les pièces musicales qu’il renferme feront l’objet d’une performance par des voix de femmes de l’ensemble Sequentia sous la direction de Benjamin Bagby, en lien avec la mise en scène du Roman de Fauvel par Peter Sellars au Théâtre du Châtelet du 18 au 26 mars 2022.

 

Par Charlotte Denoël, département des Manuscrits, BnF, Benjamin Bagby, directeur musical de Sequentia, et Peter Sellars, metteur en scène

En partenariat avec le Théâtre du Châtelet

Cycle organisé par la BnF, l’INHA et l’École nationale des chartes.

 

Manuscrits du trésor de la cathédrale de Nevers au département des manuscrits

Le département des Manuscrits conserve un ensemble de livres liturgiques notés qui appartiennent à différentes périodes allant du Moyen Âge à l’époque moderne. Ces ouvrages livrent un témoignage riche et varié sur les pratiques liturgiques et musicales alors en vogue entre les Xe et XVIIIe siècles.  

Parmi ces nombreux manuscrits dotés de mélodies destinées à la messe ou à l’office, trois graduels – Latin 9449, Latin 908 et NAL 1235 –, deux recueils de proses – Latin 10513 et NAL 3126 – et un antiphonaire – NAL 1236 – sont issus des fonds médiévaux. Jadis ils étaient destinés à la cathédrale de Nevers ou à l’une de ses églises. Ces magnifiques livres liturgiques ont été réalisés entre les XIe et XIIe siècles et comportent une notation neumatique diastématique sous forme de signes graphiques indiquant, tels des signes de ponctuation, le tracé de la mélodie selon qu’elle monte dans l’aigu ou descend dans le grave. Plusieurs d’entre eux comprennent aussi des ajouts plus tardifs en notation carrée, le système de notation qui se substitue aux neumes à partir du XIIe siècle. Par ailleurs, deux de ces graduels, les deux recueils de proses et l’antiphonaire sont entrés au sein de la Bibliothèque nationale au XIXe siècle après avoir appartenu à des collectionneurs privés. Le Graduel de Nevers – Latin 908 – provient quant à lui de la bibliothèque du cardinal Mazarin. Cet ouvrage est entré dans les collections royales au XVIIIe siècle.   

Dans les lignes qui suivent sont exposées les caractéristiques les plus remarquables qui confèrent à ces manuscrits une valeur liturgique et artistique unique.

Continuer la lecture de Manuscrits du trésor de la cathédrale de Nevers au département des manuscrits

Parution. Catalogue des manuscrits enluminés d’origine germanique, XVe siècle

Constitué à partir de l’époque moderne au gré de ventes, de donations ou de confiscations, l’ensemble de manuscrits enluminés d’origine germanique conservé au département des Manuscrits de la BnF couvre une diversité remarquable de textes et de techniques picturales. Plus d’une centaine d’ouvrages exécutés au XVe siècle rappellent notamment les constantes et les évolutions des productions des pays de langue allemande et d’Europe centrale avant et après l’essor de l’imprimerie. Recueils sommairement ornés dans les scriptoria  monastiques, livres illustrés en série dans des ateliers professionnels urbains ou chefs-d’œuvre de peintres laïcs itinérants témoignent de la multiplicité des formes et des modes de décoration du manuscrit au cours de cette période de transition. Tous laissent percevoir le dynamisme des échanges artistiques et de la circulation des motifs entre des régions parfois très éloignées, à la faveur des partages de modèles, de la mobilité des enlumineurs, des liens monastiques, voire des collaborations entre maîtres juifs et chrétiens.

Continuer la lecture de Parution. Catalogue des manuscrits enluminés d’origine germanique, XVe siècle

Parution de la sélection thématique Gallica : « La Librairie royale sous Charles V et Charles VI »

Destinée à servir la politique d’un souverain averti et passionné par les livres, la librairie constituée sous le roi Charles V le Sage (1364-1380) et transférée en 1369 par celui-ci du Palais de la Cité à celui du Louvre rassemblait plus de 1000 manuscrits. Ceux-ci constituaient une collection exceptionnelle tant par leur richesse que par leur caractère encyclopédique, puisqu’ils touchaient à tous les domaines du savoir. Héritée par Charles VI, puis rachetée en grande partie en 1425 par Jean de Bedford, régent du royaume, cette collection fut définitivement dispersée à la mort de ce dernier en 1435.

Français 1950, f. 2r – Liber de informatione principum, traduction en français parJean Golein
Continuer la lecture de Parution de la sélection thématique Gallica : « La Librairie royale sous Charles V et Charles VI »

Reliures médiévales de l’abbaye de Saint-Victor de Paris : un ensemble exceptionnellement bien conservé

La BnF accueille tous les ans de chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Eve Defaÿsse présente l’avancement de ses recherches sur les manuscrits de l’ancienne abbaye de Saint-Victor de Paris (1113-1789).

Un prêt exceptionnel au musée de picardie (Amiens). les puys d’amiens de louise de savoie

En juin 1517, Louise de Savoie accompagna François Ier et son épouse Claude de France pour leur entrée à Amiens. A cette occasion, la mère du roi fut particulièrement frappée par les tableaux des puys accrochés dans la cathédrale. Chaque année, le maître élu de la confrérie du puy Notre-Dame, un bourgeois ou officier qui avait remporté le concours de poésie en l’honneur et glorification de la Vierge, choisissait une devise et confiait à un peintre sa réalisation en image. Celle-ci était ensuite exposée dans la cathédrale.

Puys d’Amiens (BnF, Manuscrits, Français 145, f. 22v)
Continuer la lecture de Un prêt exceptionnel au musée de picardie (Amiens). les puys d’amiens de louise de savoie

Séminaire La fabrique de l’art : utilisation des données matérielles en histoire de l’art, INHA – BnF

« La couleur : artefacts, matière et cognition » et « Fabrique matérielle du visuel : panneaux peints en Méditerranée, XIIIe-XVIe siècle »

 

Evangéliaire de Charlemagne (détail), NAL1203 © P.Roger-IRAMAT-CEB

 

Ce séminaire de recherche fera dialoguer historiens de l’art, scientifiques de la conservation et conservateurs-restaurateurs autour de la manière dont les matériaux sont mis en oeuvre pour obtenir un effet visuel, dans les peintures, les enluminures, les sculptures et autres objets d’art polychromés. Il s’agira d’intégrer pleinement l’étude des matériaux, de la couleur mais aussi ceux qui y participent indirectement comme les liants et les vernis, et de leur mise en oeuvre en regard des diverses problématiques d’histoire de l’art et des techniques, dans une perspective interdisciplinaire : création, transformation, réseaux, transferts techniques et artistiques, etc. Nous souhaitons aborder particulièrement la manière dont les données matérielles relatives aux œuvres d’art et à leur technique sont mises à la disposition des chercheurs pour leur permettre d’en tirer des connaissances nouvelles sur les pratiques artistiques (tout en respectant les principes d’interopérabilité FAIR).

L’enjeu du séminaire est de montrer qu’il est possible de croiser des données très hétérogènes pour faciliter de nouvelles interprétations et renouveler les pratiques en histoire de l’art et des techniques. Il s’agira ainsi de dépasser l’approche positiviste souvent associée aux données de sciences expérimentales pour montrer comment elles peuvent devenir des sources au même titre que les autres données produites par et pour les sciences humaines.

Ce séminaire de recherche accompagne la réalisation de deux programmes, portés l’un par l’Institut national d’histoire de l’art, « Fabrique matérielle du visuel : panneaux peints en Méditerranée, XIIIe-XVIe siècle », et l’autre par la Bibliothèque nationale de France, « La couleur : artefacts, matière et cognition ».

Comité scientifique
Claire Bosc-Tiessé (INHA), Charlotte Denoël (BnF), Anne-Solenn Le Hô (C2RMF), Sigrid Mirabaud (INHA), Delphine Morana-Burlot (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Sylvie Neven (BnF), Federico Nurra (INHA), Laurianne Robinet (Centre de recherche sur la conservation)

Continuer la lecture de Séminaire La fabrique de l’art : utilisation des données matérielles en histoire de l’art, INHA – BnF

Ateliers 2021 du Campus Richelieu

BnF/ENC/INHA

Mardi 6 juillet 2021
« La Fabrique de la couleur »
École nationale des chartes, Salle Delisle (61 rue de Richelieu 75002 Paris)

L’inscription est obligatoire pour des questions de jauge auprès de : philippe.chevallier@bnf.fr

Cet atelier sera l’occasion de faire le point sur les projets en cours autour de la couleur à la BnF et à l’INHA, d’évaluer leur apport pour les laboratoires producteurs d’analyses physico-chimiques et de mettre ceux-ci en perspective avec des problématiques issues des sciences humaines liées à la sémantisation des couleurs dans les images et aux questions de vocabulaire dans les sources anciennes.

Continuer la lecture de Ateliers 2021 du Campus Richelieu

Arrêt sur images : de drôles de marges enluminées

A partir du milieu du XIIIe siècle et pour environ un siècle, les marges des manuscrits se peuplent de petites scènes appelées drôleries. Tout un univers foisonnant fait alors son apparition. Inspirées du bestiaire médiéval et des fables, ces représentations à portée morale mettent à l’honneur de nombreux animaux, comme la licorne, le singe, le renard ou la cigogne.

BnF, Latin 14284, f. 29, initiale historiée (ivresse de Noé) et dans les marges, créatures hybrides et deux singes jouant aux dés.

Prenons quelques exemples tirés d’un somptueux livre d’heures enluminé de la fin du XIIIe siècle conservé à la Bibliothèque nationale de France (BnF, Latin 14284). Les feuillets sont ornés d’une profusion de petits personnages, de créatures hybrides et d’animaux. La numérisation du microfilm noir et blanc est disponible dans Gallica, bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, mais vous pouvez retrouver les reproductions en couleur ainsi que les identifications des sujets représentés grâce à Mandragore, base des manuscrits enluminés de la BnF.

Certaines scènes sont bien reconnaissables, comme la chasse à la licorne (f. 4v). Une jeune femme assise tient contre elle une licorne que l’on reconnaît à sa corne. Alors qu’elle se blottit en toute confiance, un chasseur lui porte un coup fatal. En effet, dans la pensée médiévale, on ne mettait pas en doute l’existence de la licorne et on pensait que cet animal farouche ne se laissait approcher que par une jeune pucelle, d’où le stratagème d’attirer la licorne dans ce piège afin de pouvoir la capturer. Continuer la lecture de Arrêt sur images : de drôles de marges enluminées

élémentaire ! la terre, L’eau, l’air et le feu dans les enluminures du Livre des propriétés des choses

Le XIIIe siècle fut une période faste, marquée par la rédaction de nombreuses encyclopédies, comme le De proprietatibus rerum, oeuvre du franciscain Barthélémy l’Anglais. Cet ouvrage connut un succès considérable, diffusé notamment à travers les nombreuses traductions en langues vernaculaires. C’est le roi de France Charles V (1364-1380) qui fit traduire en 1372 le texte en français par son chapelain, Jean Corbechon.

BnF, Français 22531, f. 12r
Charles V et le traducteur Jean Corbechon

Intitulé Le livre des propriétés des choses, cette somme des connaissances du temps fit l’objet de plusieurs copies manuscrites somptueusement enluminées. Plusieurs exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France en témoignent. Divisée en dix-neuf livres, qui constituent autant de sections touchant aux différents domaines du savoir, cette encyclopédie aborde au quatrième livre le corps humain.

Parcourons ensemble les nombreux manuscrits enluminés de la BnF afin de comparer les miniatures qui servent de frontispice à cette partie du texte, et découvrons les partis pris des artistes pour introduire ce thème.

Continuer la lecture de élémentaire ! la terre, L’eau, l’air et le feu dans les enluminures du Livre des propriétés des choses

« Les collections du département des Manuscrits (…) sont le plus solide fondement des études qui ont pour objet l'histoire, la littérature et les arts du moyen âge » (Léopold Delisle)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search