France-Angleterre, 700-1200 : les cent premiers manuscrits, décrits et numérisés, en ligne !

Dès aujourd’hui, dans archivesetmanuscrits.bnf.fr (notre catalogue en ligne des collections spécialisées) et dans Gallica,  vous pouvez consulter, respectivement, les descriptions et les reproductions des cent premiers manuscrits inscrits dans « France-Angleterre, 700-1200 : manuscrits médiévaux de la Bibliothèque nationale de France et de la British Library, un programme de la Fondation Polonsky ».

Bible (Ms. Latin 116, f. 12r, détail)

La liste des cent documents est consultable ici : Liste BnF 100 mss Polonsky.
Cela fait écho aux cent premiers manuscrits décrits et numérisés par notre partenaire, la British Library, dont l’annonce est consultable ici.

Parmi les manuscrits conservés à la BnF, les quatre volumes de la Bible de Foigny (Latin 15177, 15178, 15179, 15180), abbaye cistercienne fondée en 1121, ont été confectionnés au dernier quart du XIIe siècle. La finesse du décor témoigne de l’habilité des artistes convoqués pour enrichir ces quatre volumes, passés dans la bibliothèque du cardinal Richelieu au XVIIe siècle avant d’entrer dans les collections du Collège de Sorbonne et, par-là, à la Bibliothèque nationale.

Biblia latina, prima pars (Ms. Latin 15177, f. 19v)

Début du Deutéronome (Ms. Latin 15177, f. 129r)

De nombreux manuscrits de production anglaise figurent dans cette première sélection de documents : livres d’histoire, livres liturgiques, recueils hagiographiques, mais aussi livres de droit canonique, comme un Decretum Gratiani copié dans les années 1170 (Latin 3888).

Ms. Latin 3888, f. 235r (détail)

Ms. Latin 3888, f. 242v (détail)
Ms. Latin 10861, f. 2r

Quelques manuscrits, comme une copie des Dits et faits mémorables de Valère Maxime (Latin 5839), piquent la curiosité non pas pour leur décor, très austère, mais pour leur histoire : ce manuscrit a tout d’abord appartenu à Richard de Fournival (1201-1260 ?), chancelier d’Amiens et parmi les plus importants bibliophiles du XIIIe siècle, avant de passer entre les mains du maître en théologie Gérard d’Abbeville (1225 ?-1272), qui lègue lui-même ses libres au Collège de Sorbonne. Il entre à l’époque de Charles IX (1550-1574) dans la librairie de Fontainebleau, où il a été somptueusement relié, et poursuit sa vie jusqu’à nous.

Reliure Charles IX (Ms. Latin 5839)

Valerius Maximus, Facta et dicta memorabilia (Ms. Latin 5839, f. 1r)

D’autres encore se distinguent pour leur rôle dans la transmission des textes : c’est le cas du ms. Latin 298, copié en écriture onciale anglaise à la fin du VIIIe siècle. Il transmet l’Évangile de s. Jean (la première partie des Évangiles se trouve dans le ms. Latin 281) et a été utilisé dans l’édition de référence Wordsworth – White sous la sigle B.

Evangelia, secunda pars (ms. Latin 298, f. 3r)

Pour consulter les autres documents de « France-Angleterre, 700-1200 : manuscrits médiévaux de la Bibliothèque nationale de France et de la British Library, un programme de la Fondation Polonsky » :
Liste BnF 100 manuscrits.
Liste British Library 100 manuscrits.

Avec le soutien


Une réflexion sur « France-Angleterre, 700-1200 : les cent premiers manuscrits, décrits et numérisés, en ligne ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.