Prêt de trois manuscrits médiévaux à l’exposition « Agen médiéval » (Agen, église des Jacobins, jusqu’au 18 novembre 2018)

Pour la première fois depuis 1959, le musée des Beaux-Arts d’Agen organise une exposition qui explore le passé médiéval agenais dans toutes ses composantes artistiques (architecture, sculpture, orfèvrerie, archives, manuscrits).

Ouverte depuis le 7 juillet 2018 dans l’église des Jacobins, cette exposition présente depuis les Journées du Patrimoine (15 septembre) trois manuscrits prêtés par la département des Manuscrits de la BnF. Si deux d’entre eux avaient déjà fait le voyage en 1959 pour l’exposition « Art sacré en Agenais », le troisième revient à Agen pour la première fois depuis la Révolution française.

Rares sont les manuscrits agenais (réalisés à Agen ou pour des commanditaires) à nous être parvenus. La plupart disparurent dès le XVIe siècle, lors des troubles et destructions causés par les guerres entre protestants et catholiques.

BnF, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, 4-Lk7-35

La médiathèque d’Agen ne conserve ainsi que peu de manuscrits médiévaux, à l’exception notable du Livre des coutumes, vers 1271-1279 (ms. 42).

Agen, médiathèque, ms. 42, f. 11v-12

Processionale ad usum Sancti Maurini (BnF, Mss., Latin 2819)

Le plus ancien manuscrit pouvant être mis en relation avec l’Agenais est un recueil daté de la fin du XIe ou du début du XIIe siècle, contenant des textes des Pères de l’Eglise et un Processional (recueil de chants destinés aux processions liturgiques) à l’usage de l’abbaye de Saint-Maurin. C’est d’ailleurs le seul manuscrit de cet établissement qui nous soit parvenu. Le volume s’achève par une rare peinture à pleine page où deux hommes se heurtent le front jusqu’au sang et se tirent la barbe, les mains plongées dans une coupe de vin (sang du Christ), illustration d’un probable serment de fidélité. Peut-être s’agit-il du seul survivant de la production d’un éventuel scriptorium situé dans l’abbaye de Saint-Maurin.

Comme tous les autres volumes agenais conservés par la département des Manuscrits de la BnF (à l’exception du Bréviaire choral), le Processional est passé à une date indéterminée dans la bibliothèque de l’abbaye de Moissac où il a été acheté au XVIIe siècle par les émissaires du ministre Jean-Baptiste Colbert. La bibliothèque Colbert est entrée à la Bibliothèque royale (actuelle BnF) en 1732.

Lien vers la notice en ligne

Lien vers Gallica

BnF, Mss., Latin 2819, f. 187

Novum Testamentum du prieuré de Deffès (BnF, Latin 252)

L’abbaye limousine de Grammont a créé à la fin du XIe siècle un prieuré à Deffès, non loin d’Agen. On commanda alors un imposant Nouveau Testament en latin, enluminé en Limousin vers 1170-1180, qui accompagna les moines dans cette succursale. La table des canons y est particulièrement spectaculaire. Quant aux lettres historiées qui scandent les différentes parties du volume, elles frappent par leur caractère personnel et leur expressivité.

Lien vers la notice en ligne

Lien vers Gallica

BnF, Mss., Latin 252, f. 5v
BnF, Mss., Latin 252, f. 141v (détail)

Breviarium chorale ad usum Ecclesiae  Agenensis (BnF, Mss., NAL 2511)

Acheté par la Bibliothèque nationale en 1879 auprès d’un libraire parisien, ce Bréviaire choral de grande taille n’a été mis en relation avec Agen que récemment. Il ne s’agit en effet que d’un fragment de temporal, seconde partie du premier volume d’une série de quatre. Encore conservés au XIXe siècle, les trois autres volumes contenant le sanctoral ont été dépecés et sont aujourd’hui conservés à l’état de fragments à la British Library de Londres, au Walters Art Museum de Baltimore et dans une collection privée. Les quatre volumes, certes fort dégradés dès le XVIe siècle (c’est à cette époque que le premier volume a perdu la première moitié du temporal), sont restés dans la cathédrale Saint-Etienne d’Agen jusqu’à la Révolution française.

Le Bréviaire a très vraisemblablement été commandé entre 1297 et 1313 par l’évêque d’Agen Bertrand de Got pour l’usage du chapitre cathédrale d’Agen. L’enlumineur qui en a réalisé le décor, désormais appelé Maître du Bréviaire d’Agen, est un de ceux qui travaillèrent au missel du pape Clément V, neveu de Bertrand de Got (Cambridge, Fitzwilliam Museum et Rome, Bibliotheca Vaticana). On ignore cependant s’il faut placer à Agen la réalisation du Bréviaire, sinon à imaginer un artiste toulousain itinérant dans le Sud-Ouest.

Le NAL 2511 a fait l’objet, afin de permettre son prêt à l’exposition d’Agen, d’une restauration fondamentale, réalisée dans les ateliers du département de la Conservation de la BnF.

Lien vers la notice en ligne

Lien vers Gallica

BnF, Mss., NAL 2511, f. 60
BnF, Mss., NAL 2511, f. 34 (détail)

Autres manuscrits agenais conservés à la BnF, non présentés dans l’exposition

  • Alcuin, Adversus Elipandinum ; Smaragde de Saint-Mihiel, Diadema monachorum ; saint Augustin, De Assumptione beatae Mariae [Abbaye de Layrac ; 1ère moitié du XIIe siècle] (BnF, Mss., Latin 2388)
  • Bruno de Segni, Commentaria in Evangelia ; Haymon d’Auxerre, Commentaria in Epistolas Pauli ; Raban Maur, Homelia [Prieuré de Deffès ; 3e quart du XIIe siècle] (BnF, Mss., Latin 2510)
  • Pierre Lombard, Sententiae [Jacobins d’Auvillar ; fin du XIIe siècle] (BnF, Mss., Latin 3021)
BnF, Mss., Latin 2388, f. 1 (détail)

Pour en savoir plus, catalogue de l’exposition :

Adrien Enfedaque et Tom-Loup Roux (dir.), Agen médiéval. De la cité des martyrs à la république communale, Canens / Agen, 2018, 74 p. 15 euros


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.