Un manuscrit exceptionnel de la Renaissance présenté au public. Le Missel de Jacques de Beaune (3 mars 2020)

La Renaissance connaît depuis quelques années un important regain d’intérêt, comme le démontrent les nombreuses expositions qui lui ont été consacrées. Ces évènements ont été l’occasion, pour la Bibliothèque nationale de France, de présenter nombre de ses manuscrits les plus précieux. Bien que connu de longue date, l’un d’entre eux, et non des moindres, est pourtant resté en retrait. Chef-d’œuvre de l’enluminure tourangelle du début du XVIe siècle, le Missel de Jacques de Beaune (département des Manuscrits, Latin 886) n’était pas en état d’être exposé sans une importante restauration de sa reliure. Il n’était en outre pas envisageable de le numériser, les risques d’augmenter les dégradations étant très forts. La volonté de mener à bien cette restauration ne fut cependant pas oubliée et un traitement a pu être mené en 2019 dans les ateliers du département de la Conservation de la BnF.

Au terme de cette restauration, le Missel de Jacques de Beaune sera présenté au public le 3 mars 2020 dans le cadre du cycle des conférences « Trésors de Richelieu » (Auditorium de la Galerie Colbert, INHA) par Maxence Hermant, conservateur au département des Manuscrits, et Éric Bazin, restaurateur au département de la Conservation.

Missel de Jacques de Beaune, BnF, Mss., Latin 886, f. 203v

Le Missel de Jacques de Beaune tire son nom de son célèbre commanditaire. Jacques de Beaune, qui fit peindre ses armoiries sur plusieurs peintures du manuscrit, fut trésorier d’Anne de Bretagne, évêque de Vannes, doyen du chapitre de Tours en 1506, vicaire général et administrateur de l’archevêché de Tours en 1509. Il mourut en 1511. Si son Missel est à l’usage de Rome, quelques mentions le rattachent au diocèse de Tours, ce qui permet de le dater entre 1506 et 1511. De grand format (43,5 cm de haut sur 31 cm de large, 438 feuillets), il est rehaussé de peintures réalisées par Jean Bourdichon, assisté du Maître de Claude de France. Peintre et enlumineur de Louis XI, Charles VIII, Louis XII et François Ier, Jean Bourdichon fut très actif dans le milieu de cour et la bourgeoisie tourangelle de la fin du XVe et du début du XVIe siècle. Les Grandes Heures d’Anne de Bretagne, vers 1508 (Latin 9474) sont son œuvre la plus célèbre. On retrouve d’ailleurs des modèles très proches dans le Missel de Jacques de Beaune et dans les Grandes Heures. Dans ces deux volumes, Bourdichon est au sommet de son art raffiné où règne une harmonie soulignée par l’emploi de rehauts d’or et une plasticité quasi sculpturale.

Missel de Jacques de Beaune, BnF, Mss., Latin 886, f. 22
Grandes Heures d’Anne de Bretagne, BnF, Mss., Latin 9474, f. 51v

L’originalité du Missel de Jacques de Beaune réside dans la présence d’un second artiste, le Maître de Claude de France, qui s’est formé auprès de Bourdichon et qui avait déjà travaillé avec lui dans les Heures de Frédéric d’Aragon, vers 1501-1502 (Latin 10532), aux côtés du napolitain Ioan Todeschino. Les marges italianisantes de ce manuscrit ont pu être attribuées à Todeschino mais aussi au Maître de Claude de France, qui l’a imité et copié. C’est cette leçon italienne vécue au plus près et assimilée que le Maître de Claude de France livre dans le Missel de Jacques de Beaune. Si les miniatures sont toutes réalisées par Bourdichon, c’est à lui qu’on doit l’ensemble des encadrements à l’antique.

Heures de Frédéric d’Aragon, BnF, Mss., Latin 10532, p. 106

Le Missel de Jacques de Beaune a reçu une nouvelle reliure de luxe au milieu du XVIe siècle, pour un commanditaire inconnu. Elle fut modifiée à la fin du XVIe siècle pour Nicolas Fumée, premier aumônier du roi, évêque de Beauvais, abbé de Beaulieu-lès-Loches, qui y fit ajouter un semé de son chiffre « NF ». Il s’agit d’une reliure de veau brun-rouge partiellement peint en noir à décor de filets et fers dorés, sur ais de bois, attribuable à un atelier parisien anonyme que l’on nomme Dernier relieur de Grolier, en référence à d’autres reliures fournies au célèbre bibliophile Jean Grolier. Le volume conserve encore ses boulons de laiton et deux de ses sabots, vraisemblablement d’époque, ce qui est particulièrement rare.

Le Missel de Jacques de Beaune avait déjà subi une restauration dans les années 1950 qui s’est elle-même dégradée. Si la couture (qui n’est probablement pas celle d’origine) nous est parvenue en bon état, les mors étaient ouverts, avec d’importants soulèvements de cuir. La restauration de 2019 a consisté dans ses grandes lignes à déposer le dos afin de le réincruster, après restauration, dans une demi-couvrure de cuir neuf, de déposer une partie des restaurations des années 1950, de renforcer l’attache de certains cahiers et des charnières. Ce traitement a permis de stabiliser l’ensemble des éléments constitutifs de la reliure tout en permettant une bonne ouvrabilité du corps d’ouvrage, désormais manipulable sans risque. Il a dès lors été possible de numériser cet exceptionnel manuscrit qui devrait très prochainement être consultable, en couleur et en haute définition, dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

Missel de Jacques de Beaune, BnF, Mss., Latin 886, plat supérieur avant restauration
Missel de Jacques de Beaune, BnF, Mss., Latin 886, plat supérieur après restauration

Les œuvres de Jean Bourdichon et du Maître de Claude de France conservées à la Bibliothèque nationale de France sont en cours de numérisation et d’indexation. Il est possible de les retrouver en effectuant une recherche dans le catalogue BnF Archives et manuscrits : « Recherche avancée » / « Nom », taper « Jean Bourdichon » ou « Maître de Claude de France ». Les liens vers Gallica apparaissent dans les notices si les volumes ont été numérisés. La couverture complète de l’œuvre de ces deux artistes (reprise des notices et numérisation en couleur) sera achevée dans le cours de l’année 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.