La parole de Bouddha dans le fonds Pelliot sanscrit conservé à la BnF

Ayant une maîtrise (Budapest 2009) en langues classiques asiatiques (sanskrit, pali et tibétain) et en philosophie bouddhique, un Master et un Doctorat (Paris 2010, 2017) en une troisième langue classique indienne (prakrit), chercheuse (EPHE-PSL), je travaille actuellement à la BnF sur le fonds Pelliot Sanskrit dans le cadre du projet HisTochText financé par l’ERC, dont Professeur Pinault (EPHE-PSL) est le responsable.

Ce fonds, découvert dans les fouilles en Asie centrale au début du XXe siècle, porte le nom de son explorateur, Paul Pelliot (1878–1945†), archéologue et sinologue français de renommée internationale. Il est divisé en « sous-fonds » par langues : sanskrit, tokharien, ouïgour, tibétain et chinois. Le fonds sanscrit est aujourd’hui daté des VIIIe-Xe siècles, mais il est certainement plus ancien*. Il a été réarrangé par Bernard Pauly (1929-2015†) en treize sous-catégories, dont les noms constituent la cote. Une centaine de textes ont été identifiés et publiés jusqu’à aujourd’hui par une trentaine de savants.

Paul Pelliot photographié par Nadar (tirage de démonstration)
BnF, département des Estampes et de la Photographie, FT 4-NA-237 (6). Gallica.

Cette collection est importante pour plusieurs raisons : il s’agit des plus anciens manuscrits bouddhiques qui nous sont parvenus ; certains comportent des morceaux de textes qui ont survécu, dans leur intégralité, uniquement en traductions tibétaine et chinoise ; de nombreux textes n’ont pas encore été identifiés (cf. Pelliot Sanskrit Vert, Bleu), ni publiés ; les écritures de ces textes appelées, en terme générique, brâhmî, sont très variées (cf. Pelliot Sanskrit Vert), certaines n’ont pas encore été répertoriées.

Il existe un fragment que je trouve particulièrement intéressant : c’est le Pelliot Sanskrit Udânavarga 128 recto, qui comporte une citation de Bouddha en un dialecte prakrit appelé mâgadhî, un parler à l’époque de Bouddha dans la région où il séjourna.

BnF, Pelliot sanscrit Udanavarga 128 recto. Gallica.

La citation se positionne au début de la strophe n° 18 dans le chapitre 26 intitulé Nirvânavarga, et se termine par l’enclitique ceti :

ene mene tathā dapphe daḍapphe ceti budhyataḥ |

sarvasmād viratiḥ pāpād duḥkhasyānto nirucyate ||

26.18 (Bernhard 1965: 378)

Apparemment, il n’existe aucune traduction tibétaine et chinoise, et les savants occidentaux n’ont que des hypothèses. Cette strophe mérite une recherche approfondie que j’espère pouvoir faire après la réouverture des bibliothèques.

Bibliographie : Bernhard, Franz. 1965. Udanavarga, Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht. (Notice BnF)

Melinda Fodor

Melinda Fodor est chercheuse au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France dans le cadre du projet de l’European Research Council History of the Tocharian Texts of the Pelliot Collection (ERC HisTochText).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.