Naissance d’un grand personnage : Mahāvīra, héros du jaïnisme

Nous fêtons le 6 avril 2020 la naissance de Mahāvīra, grand héros du jaïnisme. Cette religion indienne s’est développée parallèlement au bouddhisme, dans la région de l’actuel Bihar, dans la partie orientale de la vallée gangétique. Mahāvīra est le vingt-quatrième Jina, terme sanskrit qui signifie « vainqueur » de la guerre menée contre le karman obligeant l’âme à renaître indéfiniment. Ses dates sont controversées et diffèrent selon les traditions. Les dernières recherches scientifiques avancent toutefois une date de mort en 483 avant notre ère, après une existence de 80 ans, plaçant sa naissance en 563 avant notre ère. Si son existence est attestée historiquement, le récit de sa vie emprunte aussi aux légendes entourant la vie des vingt-trois Jina précédents. Elle est racontée dans le Kalpasūtra, un des textes canoniques du jaïnisme, rédigé en langue prakrit, dont les manuscrits sont souvent enluminés.

Le département des Manuscrits conserve une copie dont l’ancienneté est remarquable compte tenu du climat tropical de l’Inde rythmé par les pluies de mousson. Cette copie (BnF, Sanscrit 1453) est datée du 28 avril 1491. Ce manuscrit est consultable en intégralité dans Gallica, bibliothèque numérique de la BnF, mais est également disponible dans Mandragore, base des manuscrits enluminés de la BnF, où toutes les enluminures de ce manuscrit ont été identifiées et décrites.

Ce manuscrit présente 36 miniatures dans le style du Gujarat marqué par la finesse des traits, l’allongement des yeux et le décor des étoffes. Ces peintures illustrent les grands moments de la vie de Mahāvīra, à commencer par sa conception. Alors qu’elle est enceinte, sa mère, la reine Triśalā, fait quatorze rêves annonçant l’arrivée d’un grand personnage : l’éléphant, le buffle, le lion, une paire de guirlandes, la lune, le soleil, la déesse Śrī, un étendard, une jarre, un lac au lotus, un océan, un palais céleste, un tas de joyaux et une flamme.

BnF, Sanscrit 1453, f. 22, Les quatorze rêves
http://mandragore.bnf.fr/ark:/12148/cgfbt209468f
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000521k/f45.item
BnF, Sanscrit 1453, f. 18, La reine Triśalā fait les quatorze rêves
http://mandragore.bnf.fr/ark:/12148/cgfbt2094672
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000521k/f37.item

Comme sa naissance s’accompagna d’une riche moisson, l’enfant fut nommé Vardhamāna, « celui qui fait croître ». Il reçut une éducation princière, à laquelle il finit par renoncer, éveillé aux souffrances de la condition humaine à la vue de vieillards lui rappelant la maladie, la vieillesse et la mort. Son renoncement au monde est illustré par l’arrachage rituel de ses cheveux, dont il remet cinq poignées au dieu Indra. Après des années d’ascèse, il atteignit l’omniscience et enseigna à l’ensemble du monde vivant une doctrine visant à libérer l’âme, vue comme une substance faite de conscience, intrinsèquement pure, mais obstruée par une matière karmique produite par le simple fait d’agir. Cette doctrine repose sur cinq grands vœux : dire la vérité, ne pas voler, limiter ses possessions, contenir sa sexualité et ne pas porter injure au monde vivant. Ce dernier vœu, souvent traduit par « non-violence », est devenu le porte-étendard de cette religion encore très vivante en Inde et dans les communautés installées en Grande-Bretagne, en Belgique, au Canada ou aux États-Unis.

BnF, Sanscrit 1453, f. 40v, Naissance de Vardhamāna, qui deviendra Mahāvīra
http://mandragore.bnf.fr/ark:/12148/cgfbt2094795
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000521k/f82.item

Ce manuscrit est entré dans les collections de la Bibliothèque nationale de France dans les années 1930 à la suite d’un legs fait après la mort d’Émile Senart en 1927. Ce grand indianiste avait demandé à son élève Alfred Foucher de lui procurer des manuscrits. Ce dernier avait en effet pris contact, à la faveur d’une mission dans le sous-continent indien en 1898, avec des fournisseurs indiens. Le premier, Gauri Shankar, était établi à Udaipur, au Rajasthan. Foucher note dans son journal qu’il était très actif dans sa recherche de manuscrits en rendant visite aux temples jaina de la ville et en demandant à l’assemblée des Anciens (le pañcāyat) de voter la permission d’acheter des manuscrits. Le second, Bhagavandās Kevaldās, était un savant employé par le gouvernement de Bombay. Il est souvent intervenu dans l’acquisition de manuscrits jaina par des savants européens, aujourd’hui conservés dans les bibliothèques de Londres, Berlin, Strasbourg ou Florence. Émile Senart se mit en relation avec lui pour constituer une collection d’environ trois cents manuscrits. Parmi eux, deux manuscrits présentent des miniatures illustrant la vie des grands personnages du jaïnisme.

BnF, Sanscrit 1453, f. 53, Délivrance (mukti) de Mahāvīra
http://mandragore.bnf.fr/ark:/12148/cgfbt209487r
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000521k/f107.item

Jérôme Petit

Docteur en études indiennes, Jérôme Petit est chargé des collections de manuscrits d’Asie du Sud et du Sud-Est au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.


2 réflexions sur « Naissance d’un grand personnage : Mahāvīra, héros du jaïnisme »

  1. C’est magnifique! C’est hyper intéressant! J’ai eu l’impression d’être en méditation au Pelitana Tirtha du Gujarat. Quand l’épidémie sera terminé j’irai faire un pèlerinage au Goujarat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.