Un curieux traité d’ingénierie médiéval

Il y a deux mois, s’achevait au musée du Louvre l’exposition dédiée à Léonard de Vinci, une occasion exceptionnelle d’admirer les manuscrits scientifiques et techniques du génie de la Renaissance. Aux nostalgiques de cette magistrale rétrospective, nous proposons de découvrir l’œuvre d’un ingénieur bien moins connu qui vécut un siècle avant Léonard : Konrad Kyeser (1366 – après 1405).

Originaire d’Eichstätt, en Bavière, Kyeser étudia la médecine et le droit à Prague avant d’entrer au service de Sigismond de Luxembourg, roi de Hongrie, et de Venceslas, roi de Bohême et roi des Romains. Il semble avoir voyagé à travers l’Europe, notamment en Italie, en Espagne, en Scandinavie et en Valachie. Homme de guerre, il participa à la bataille de Nicopolis, en 1396, qui se solda par la déroute de l’armée de Sigismond face aux Turcs ottomans.

Cette douloureuse expérience lui inspira l’un des plus fameux traités d’art et d’ingénierie militaires illustrés du Moyen Âge, le Bellifortis, qu’il composa entre 1402 et 1405, alors qu’il était en exil pour avoir pris le parti de Venceslas contre Sigismond dans la lutte pour le trône de Bohême. Ce curieux ouvrage en latin se présente comme un recueil d’images accompagnées d’hexamètres aussi obscurs que lapidaires, truffés d’allusions difficilement traduisibles. Il en subsiste environ quarante-quatre manuscrits, dont un, vraisemblablement exécuté en Alsace dans les années 1450-1460, est conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (ms. Latin 17873). Selon les versions, le traité se divise en dix ou en sept sections qui abordent tous les aspects de l’art militaire, mêlant références antiques et observations personnelles de l’auteur, réalités techniques et inventions imaginaires. Ainsi se succèdent au fil des pages les chars de guerre, les machines de siège, les engins hydrauliques, l’équipement d’escalade, les machines de levage, les dispositifs défensifs, les armes de trait, l’artillerie, la pyrotechnie, les armes naturelles et bien d’autres secrets.

Bateau à roues (BnF, Latin 17873, f. 130r)
Equipement de plongée (BnF, Latin 17873, f. 138r)
Canons montés sur affût (BnF, Latin 17873, f. 155r)
Oies et chiens utilisés pour donner l’alerte en cas d’attaque d’une place forte (BnF, Latin 17873, f. 91r).

L’un des intérêts du Bellifortis est qu’il aborde les usages civils des technologies employées dans l’art de la guerre. Cette particularité de même que les thèmes abordés, le caractère laconique du texte et le soin apporté aux illustrations suggèrent que l’ouvrage était destiné à cultiver ou à distraire un public aristocratique plutôt qu’à guider véritablement le travail des techniciens militaires. Dans la partie dédiée à l’hydraulique, nous trouvons ainsi quelques explications sur le fonctionnement d’un bain de vapeur. Parmi d’autres curiosités, nous découvrons les secrets de conception du matelas pneumatique ou encore une ceinture de chasteté, dont le Bellifortis donne la plus ancienne description connue. Sans préciser ses sources, l’auteur indique que la mythique “ceinture pour dames”, réalisée en fer et fermée à l’aide d’une clé, aurait été en usage à Florence…

Bain de vapeur (BnF, Latin 17873, f. 144r)
Matelas pneumatique (BnF, Latin 17873, f. 173r)
Ceinture de chasteté (BnF, Latin 17873, f. 177r)

Chose plus déroutante pour le lecteur du XXIe siècle, ce traité de génie militaire accorde une place importante aux arts de la magie comme technique de guerre. Il est ainsi question d’illusions optiques, de fumigènes et d’engins pyrotechniques destinés à susciter des hallucinations ou à terrifier l’adversaire, mais aussi de rituels magiques et d’amulettes. L’une des illustrations figure un glaive gravé d’un sceau magique et portant le nom « Meufaton »  ̶  nom angélique d’origine juive  ̶ réputé pour mettre en fuite les adversaires de celui qui le porte[1]. L’astrologie est également omniprésente, comme l’annoncent les personnifications des planètes sous les traits de cavaliers au début de l’ouvrage. Pour l’homme médiéval, astrologie, ingénierie et magie étaient naturellement liées, les inventions mécaniques étant auréolées de mystère.

Glaive magique (BnF, Latin 17873, f. 20r)

[1] Jean-Patrice Boudet, Entre science et nigromance. Astrologie, divination et magie dans l’Occident médiéval (XIIe-XVe siècle), Paris : Éditions de la Sorbonne, 2006, p. 282.


2 réflexions sur « Un curieux traité d’ingénierie médiéval »

  1. Fascinant. MERCI de nous instruire et de nous amuser. Veuillez continuer. Yvonne et Gabriel Weisberg, Minneapolis, Etats-Unis
    Amis de la Bibliothèque Nationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.