Entre France et Italie. Les Heures de Frédéric d’Aragon

Parmi les riches collections de manuscrits de la Renaissance conservées au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, il est un manuscrit qui résume à lui seul les relations intimes entre la France et l’Italie au début du XVIe siècle. Les Heures de Frédéric d’Aragon (Latin 10532) ont en effet été commandées par le souverain déchu de Naples, alors en exil forcé au Plessis-lèz-Tours, et enluminées par trois artistes, un Italien, le napolitain Ioan Todeschino, et deux Français, les tourangeaux Jean Bourdichon et le Maître de Claude de France.

Heures de Frédéric d’Aragon (BnF, Mss., Latin 10532, p. 388). Ioan Todeschino, Armes de Frédéric d’Aragon

Troisième fils du roi de Naples Ferdinand d’Aragon et d’Isabella de Chiaromonte, Frédéric naquit à Naples en 1451. Rien ne laissait à penser qu’un jour il deviendrait roi, la couronne étant destinée à son frère aîné, Alphonse, duc de Calabre. A la mort de Ferdinand en 1494, Charles VIII décida de contester la dévolution du trône à Alphonse, arguant du testament du roi René d’Anjou qui avait transmis à la Couronne de France les droits des domaines angevins en Italie méridionale. Ainsi débutèrent les guerres d’Italie. Charles VIII fit une entrée triomphale à Naples en 1495, quelques jours après l’abdication du roi Alphonse en faveur de son fils Ferdinand II. Le roi de France s’empara notamment de plus de 1000 livres qui furent expédiés en France, formant encore aujourd’hui le cœur des collections royales françaises conservées à la Bibliothèque nationale de France.

Alphonse mourut brutalement en 1496. Frédéric, réfugié sur l’île d’Ischia, se déclara alors roi de Naples. Il put récupérer sa couronne et sa capitale en 1498, mais la mort de Charles VIII ne lui accorda que peu de répit. Louis XII signa en effet en 1500 le traité de Grenade avec le roi d’Espagne Ferdinand le Catholique, prévoyant l’annexion à la France du royaume de Naples, à l’exception des Pouilles et de la Calabre. Excommunié, déchu par le pape, Frédéric finit par se rendre au roi de France et arriva à Blois en décembre 1501, accompagné d’une petite cour. Il s’installa avec ses collections de livres et d’œuvres d’art au château du Plessis-lèz-Tours. C’est alors qu’il commanda son livre d’heures, ou peu de temps auparavant.

Son format (255 x 170 mm) et l’importance donnée aux illustrations témoignent du soin accordé à cette commande. Copié par une main italienne dans une belle écriture de type humanistique, peut-être à Naples même, le précieux manuscrit reçut son décor en France.

Heures de Frédéric d’Aragon (BnF, Mss., Latin 10532, p. 60).

Le manuscrit compte 64 peintures. Les illustrations se déploient en diptyques sur des doubles pages, ouvrant ainsi nombre de prières ou de sections du livre (péricopes des Évangiles, heures de la Vierge, de la Croix et du Saint‑Esprit, psaumes de la pénitence, litanies, office des morts et diverses oraisons). A gauche, une miniature, à droite, le début du texte en capitales romaines sur un fond de couleur vive. Le calendrier du manuscrit ne nous est pas parvenu.

Heures de Frédéric d’Aragon (BnF, Mss., Latin 10532, p. 62-63). Ioan Todeschino, Jean Bourdichon et Maître de Claude de France, Saint Jean à Patmos

Une des originalités du manuscrit tient à l’organisation du travail de peinture. Les miniatures ont été réalisées à part, sur des feuillets de parchemin très fin, puis collées sur les pages du volume. Le décor a ensuite été complété, comme cela se voit en quelques endroits où des éléments présents dans les bordures mordent sur le cadre du feuillet collé.

Heures de Frédéric d’Aragon (BnF, Mss., Latin 10532, p. 198). Déposition de Croix. Les anges de Ioan Todeschino et du Maître de Claude de France mordent sur le cadre de la miniature peinte par Jean Bourdichon

La conception globale du volume, et notamment des riches encadrements revient sans nul doute au napolitain Ian Todeschino. Fils d’un allemand, il naquit en Lombardie et vécut longtemps à Naples, où il travailla notamment pour les rois aragonais. Son répertoire à l’antique se caractérise par la représentation de perles et pierres précieuses, par l’ajout de sfumato coloré bordant ses frontispices architecturaux.  On note cependant également un goût naturaliste, notamment dans l’usage de trompe-l’oeil.

Heures de Frédéric d’Aragon (BnF, Mss., Latin 10532, p. 332). Saint Pierre. Jean Bourdichon (miniature) et Ioan Todeschino (marges)

Vraisemblablement arrivé en France avec Frédéric d’Aragon fin 1501, Ian Todeschino était de retour à Naples dès juin 1502, ce qui permet de dater de cette courte période l’essentiel du décor du manuscrit.  Cela explique peut-être le choix rare, car fort compliqué à mettre en œuvre, de réaliser les miniatures à part pour les coller ensuite dans le volume.

En effet, alors que Todeschino travaillait sur ses encadrements, Jean Bourdichon pouvait réaliser parallèlement toutes les miniatures. Formé dans l’atelier de Jean Fouquet, peintre de quatre rois successifs, Louis XI, Charles VIII, Louis XII et François Ier, mais aussi de hauts personnages de la cour de France, Bourdichon est un des plus importants artistes français de la fin du XVe et du début du XVIe siècles. Il réalisera par la suite les Grandes heures d’Anne de Bretagne (BnF, Mss., Latin 9474). Il est à noter que Bourdichon, cas unique dans les Heures de Frédéric d’Aragon, a peint la marge de la Vierge au Croissant ; on y reconnaît en effet son style dans la bordure végétale peuplée de haricots verts, tranchant avec celles à l’antique de Todeschino ou du Maître de Claude de France.

Heures de Frédéric d’Aragon (BnF, Mss., Latin 10532, p. 324). Jean Bourdichon, Vierge au croissant allaitant le Christ

Un troisième artiste, alors au début de sa carrière, a en effet collaboré au manuscrit, dans l’atelier de Jean Bourdichon. Il s’agit du Maître de Claude de France, qui doit son nom de convention aux manuscrits qu’il réalisera par la suite pour la reine de France. Dans les Heures de Frédéric d’Aragon, on le voit à l’oeuvre dans les encadrements à l’antique, imitant les compositions et le style de Ioan Todeschino qui lui a probablement fourni des modèles. Seule une étude au plus près du style de l’un et de l’autre permet de différencier les deux mains.

Heures de Frédéric d’Aragon (BnF, Mss., Latin 10532, p. 106-107). Annonciation. Jean Bourdichon (miniature), Ioan Todeschino (marge de la page de gauche) et Maître de Claude de France (marge de la page de droite)

En somme, les Heures de Frédéric d’Aragon sont un exemple concret de la circulation des modèles et des styles, non par la circulation des œuvres permettant aux artistes français de se confronter aux œuvres de la Renaissance italienne et de s’en imprégner, mais par la rencontre d’artistes travaillant en commun. C’est tout particulièrement le cas du Maître de Claude de France pour lequel cette rencontre fut capitale, comme le prouve par la suite son travail, aux côtés de Jean Bourdichon, dans les marges du Missel de Jacques de Beaune (BnF, Mss., Latin 886).

Heures de Frédéric d’Aragon (BnF, Mss., Latin 10532, p. diverses). Marges de Ioan Todeschino et du Maître de Claude de France

Pour en savoir plus : Maxence Hermant et Gennaro Toscano, Le livre d’heures de Frédéric d’Aragon enluminé par Bourdichon, Todeschino et le Maître de Claude de France, Art de l’enluminure, n° 64, mars-mai 2018 (en collaboration avec la BnF)


3 réflexions sur « Entre France et Italie. Les Heures de Frédéric d’Aragon »

  1. Bravo pour cet article très riche en explications pour ces détails et en enluminures, très érudit !
    Merci

  2. Merci pour cette présentation érudite et très complète, la deconstructions minutieuse que vous présentez ce set ouvrage extraordinaire recrée une forme d’intimité avec le travail attentif qui a permis de construire ce chef-d’œuvre! Tant de détails révélés laissent rêveurs sur la minutie des artistes et leur inscription dans cette œuvre d’ensemble

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.