Astuces de recherche dans Mandragore (1)

En ces temps difficiles de #CultureChezNous, vous êtes nombreux à écumer Internet en quête d’illustrations patrimoniales, que ce soit à des fins de recherche universitaire ou de divertissement.

L’occasion rêvée, si ce n’est déjà fait, de (re)découvrir Mandragore, la base des enluminures des manuscrits de la BnF !

Mandragore, base des manuscrits enluminés de la BnF (logo)

De façon à fluidifier la lecture, ce billet, adapté d’une formation à la recherche avancée dans Mandragore, a été divisé en rubriques et sera publié par étape sur le carnet Manuscripta :

 

Qu’est-ce que Mandragore ? Qu’est-ce qu’on y trouve ?

Mandragore est la base de données des enluminures des manuscrits conservés à la BnF. Créée en 1989 dans le cadre du Centre de Recherche sur les Manuscrits Enluminés, une initiative du CNRS et de la BnF, elle est régulièrement enrichie, et décrit aujourd’hui près de 7 000 manuscrits de la BnF, soit plus de 200 000 enluminures.

Ces « enluminures » (dans un sens très large) sont très variées : elles peuvent dater du XVIe siècle avant l’ère chrétienne (pour les papyrus égyptiens) jusqu’à nos jours ou presque (pour certains rouleaux magiques éthiopiens par exemple) et couvrent toutes les ères culturelles et géographiques dont des manuscrits sont conservés à la BnF.

Il s’agit de tous les dessins, croquis, peintures, schémas, réalisés à la main dans des manuscrits, à l’exclusion donc des reproductions mécaniques (estampes, gravures). Avec deux exceptions très importantes : les reliures des manuscrits et les sceaux présentant un décor iconographique sont également décrits dans Mandragore (alors qu’il s’agit de décors mécaniques…). En revanche, Mandragore ne comprend pas à ce jour d’enluminures réalisées dans des livres imprimés (… mais c’est en projet !).

Depuis 2003, Mandragore est directement interrogeable sur Internet : http://mandragore.bnf.fr/. Le site a un peu vieilli et nous préparons une grande refonte, dont vous devriez commencer à voir le résultat courant 2021 – mais ce n’est pas une raison pour arrêter de l’utiliser en attendant, car il reste parfaitement fonctionnel et donne accès à des données d’une grande qualité !


Mandragore, Gallica, BnF Archives et Manuscrits… je ne m’y retrouve plus !

La BnF propose plusieurs applications différentes pour des raisons historiques… mais surtout pour des usages différents !

  • BnF Archives et Manuscrits est le catalogue des manuscrits de la BnF. Tous les manuscrits conservés à la BnF (ou presque) y ont une notice, mais il peut s’agir d’une notice ancienne, ou très succincte. On y décrit essentiellement la matérialité du manuscrit (sa « codicologie ») et les textes qu’il contient, mais il peut y avoir une mention du décor (surtout dans les notices récentes). Lorsque le manuscrit est numérisé, on trouve toujours le lien vers Gallica dans sa notice.
  • Gallica est la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires. On y trouve toutes les reproductions intégrales de manuscrits (et d’autres collections). La notice attachée à chaque numérisation est une version simplifiée de la description du manuscrit dans BnF Archives et Manuscrits. Pour les manuscrits, c’est souvent le seul critère de recherche, car il n’y a pas de reconnaissance automatique du texte ni de dépouillement du décor
  • Mandragore contient le dépouillement systématique du décor de près de 7 000 manuscrits. C’est loin de couvrir la totalité des manuscrits enluminés de la BnF… même si l’exhaustivité reste un objectif à (très) long terme. Lorsque les enluminures décrites ont des reproductions, elles y sont attachées, mais ce n’est pas toujours le cas. On y trouve parfois des reproductions partielles (seulement quelques enluminures) d’un manuscrit qui n’est pas (ou pas encore) numérisé intégralement sur Gallica.
  • La banque d’images de la BnF donne accès à toutes les reproductions, mêmes partielles, des collections de la BnF. Dans la plupart des cas, chaque image est indexée selon des critères similaires à ceux de Mandragore (souvent simplifiés). Depuis 2019, la banque d’images a un nouveau site web, qui propose également des « portfolios » thématiques, ou en lien avec l’actualité.

Ces applications sont différentes, mais également complémentaires, aussi, n’hésitez pas à croiser les recherches : si vous trouvez un manuscrit dans Mandragore, jetez un œil dans Gallica ou dans BnF Archives et Manuscrits, c’est très souvent un complément utile !


« Manuscrits », « Parties », « Images » : comment décrire le décor d’un manuscrit ?

Mandragore contient une entrée par manuscrit, ou du moins par « unité codicologique » (qui a constitué un manuscrit séparé à une époque donnée, même si elle est maintenant réunie avec d’autres) décrite.

Chacun de ces manuscrits contient une ou plusieurs « Parties » qui correspondent à la fois à un texte et à un cycle décoratif : même artiste, mêmes date et lieu d’enluminure. Certains manuscrits ont une genèse très complexe ! Le fameux « livre des merveilles » de Marco Polo, par exemple, a été confié à 5 enlumineurs lors de sa création, certains intervenant uniquement sur quelques textes, d’autres sur tous, puis ce travail a été complété (et repris) des décennies plus tard. Certains des enlumineurs sont identifiés, d’autres non : on sait seulement, d’après leur façon de peindre, que ce ne sont pas les mêmes.

Schéma des cycles décoratifs du manuscrit Français 2810 (dit « Livre des merveilles »)

Signalons quelques « Parties » spécifiques de Mandragore : les marques de possession et autres ajouts ultérieurs (c’est-à-dire, souvent, les armoiries d’un nouveau propriétaire qui recouvrent les armes initiales !), mais également les reliures décorées et les sceaux.

 

Enfin, chaque partie « contient » un certain nombre d’« Images », c’est-à-dire d’unités de décor. Il peut s’agir d’une lettre ornée, d’une enluminure, voire, pour les décors complexes, de l’une des différentes scènes représentées sur l’enluminure. Mandragore permet de les visualiser soit par Manuscrit – pour afficher toutes les enluminures dans l’ordre d’apparition – soit par Partie – pour afficher seulement les enluminures d’un artiste donné.

7 « images » Mandragore sur le feuillet 8r du manuscrit Français 138

La valeur des données de Mandragore réside d’abord dans les notices consacrées à chaque enluminure. Elles se composent essentiellement d’une « Légende », sorte de titre forgé décrivant le sujet de la scène, et d’un ensemble de « Descripteurs », objets ou concepts identifiables sur l’image et qui permettent de l’indexer.

 

Dans un prochain billet, nous reviendrons plus en détail sur la façon dont sont construits ces légendes et descripteurs ; pour les utiliser de façon efficace, il existe cependant une règle que nous pouvons dévoiler dès maintenant : toujours utiliser les index ! Que ce soit pour les cotes des manuscrits, les noms d’artistes, les titres des textes copiés, les sujets des enluminures ou les descripteurs, on peut imaginer d’innombrables façon d’exprimer les choses et seuls les index vous permettront de ne pas passer à côté de la forme de référence utilisée dans Mandragore… et donc d’obtenir des résultats pertinents à vos recherches !


2 réflexions sur « Astuces de recherche dans Mandragore (1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.