La Mandragore et autres remèdes : une traduction en hébreu du liber de plantis

Hébreu 1199, f. 18v, herba folio, equisetum arvense (?), prêle des champs
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10545274f/
http://mandragore.bnf.fr/ark:/12148/cgfbt123569r/

En ces temps de pandémie, l’arsenal thérapeutique contemporain semble avoir été mis en échec par le virus « couronné », pour le moment du moins. Or, cette pandémie mondiale est l’occasion de rappeler que depuis la plus haute antiquité, jusqu’aux grandes découvertes médicales du XVIIIème et XIXème siècle, notre humanité n’a eu d’autres possibilités que de se soigner au moyen des plantes et de la magie.

Au Moyen Âge en particulier, les médecins et les apothicaires juifs, arabes et chrétiens ont à leur disposition des ouvrages hérités de la médecine antique traduite d’abord du grec ou du syriaque en arabe, puis de l’arabe en latin. Le plus célèbre d’entre eux est la materia medica de Dioscoride (c.20-c90 notre ère).

Les médecins juifs en particulier dans les pays d’Europe utilisaient ces recueils traduits en hébreu et adaptés des textes classiques qu’ils enrichissaient souvent de leurs propres préparations médicinales. La médecine médiévale reste également très attachée à l’influence astrale et à l’alchimie. Les médecins utilisent les plantes non seulement pour leurs principes actifs, mais pour leur puissance alchimique.

Hébreu 1199, plat supérieur, reliure de maroquin rouge au chiffre et armes du Cardinal de Richelieu
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10545274f/f1.item

Ce petit volume relié en maroquin rouge aux chiffre et armes du Cardinal de Richelieu mesure 20 x 15 cm. C’est l’une des deux traductions en hébreu connues du liber de plantis. Il présente de grandes similitudes avec le manuscrit portant la cote Latin 17848, entre autres dans la façon dont les plantes sont représentées. Le manuscrit a été copié sur papier en Italie du Nord vers la fin du XVIème siècle. Il est composé de deux parties. Les f. 1 à 65v contiennent les planches illustrées. Au f. 67r commence la traduction en hébreu du texte du liber de plantis qui se termine au f. 74v. Le volume est lacunaire et s’achève avec les propriétés de l’herbe capillarices., herba capillaria.

Cette œuvre témoigne de l’importance de la connaissance des plantes au moyen âge, non pas tant comme une discipline, mais pour l’étude des propriétés des plantes et leur application médicinale.

Le liber de plantis fut probablement traduit en latin au XIIIème siècle. Comme on peut le constater en consultant le manuscrit Latin 17848, le liber de plantis est abondamment illustré.

La traduction hébraïque reprend la plupart des illustrations, mais contrairement au Latin 17848, les indications thérapeutiques ne sont que très rarement données sous les plantes. Celles-ci sont représentées en pleine page : le feuillage, les fleurs, les fruits et le système racinaire sont représentés avec le soucis du détail et avec des couleurs différentes.

On notera aussi que certaines plantes sont anthropomorphes ou zoomorphes. La représentation de façon anthropomorphe ou zoomorphe des plantes dans les herbiers semblent remonter au Dioscoride de Naples (Codex ex Vindobonensis Graecus 1, Bibliothèque Vittorio Emmanuele III, Naples). Dans ce manuscrit qui a été copié au VIIème siècle, par exemple, au f. 110, la racine de la mandragore est anthropomorphe tandis qu’au f. 113, les fleurs du ΛΟΝΧΕIΤIΕ sont zoomorphes.

Dans hébreu 1199, au f. 5v, la racine de l’herba lucea, le nerprun des rochers (rhamnus saxatilis) est représentée sous la forme d’un poisson

Dans une écriture hébraïque italienne semi-cursive, la main d’un possesseur a inscrit le nom de la plante, suivi dans certains cas d’indications thérapeutiques. C’est par exemple le cas au feuillet 10v. La scudaria que l’on a identifiée comme l’umbilicus rupestris, connue en français comme l’ombilic de Vénus ou ombilic des rochers. Mais dans la majorité des cas, la prescription se trouve après les planches dans la seconde partie du manuscrit.

Les noms des plantes de ces herbiers ne sont pas sans poser problème. En effet, les noms qu’elles portent ne sont pas les noms scientifiques que les botanistes leur ont données au cours des siècles ni même les noms par lesquelles elles sont désignées dans les langues romanes. Par ailleurs, jusqu’à présent, les équivalents trouvés dans la botanique moderne ne font pas l’unanimité. Celle que nous proposons ici reprend l’identification proposée par V. Segre Rutz dans son ouvrage ll giardino magico degli alchimisti. Un erbario illustrato trecentesco della Biblioteca Universitaria di Pavia e la sua tradizione, 2000.

Ainsi au f. 28v, l’angales désigne le plantago major, le grand plantain. Angales pourrait dériver du grec arnoglôsson. On attribue depuis l’antiquité des propriétés épuratives , hémostatiques et magiques au plantain. Afin de lui conférer toutes ses propriétés, Dioscoride enjoint de le cueillir de la main gauche, après le coucher du soleil. Dans notre manuscrit, le commentaire se contente d’indiquer qu’elle pousse dans les montagnes et qu’il faut la cueillir le 10ème jour du mois d’août.

Si l’on en croit les indications thérapeutiques, les médecins médiévaux utilisent le liber de plantis pour soigner essentiellement les blessures, les morsures de chiens, très redoutées, et celles de serpents, les maux de tête et les maux de ventre, les rages de dents, mais aussi la stérilité, les règles douloureuses et les douleurs de l’accouchement.

Certaines plantes sont même utilisées pour guérir des difformités physiques. Ainsi,  la bortines (colchium autumnale, la colchique d’automne) est prescrite en décoction pour soigner celui qui a une bouche tordue, mais également la goute froide

« pour celui qui a la bouche tordue (en hébreu « pé aqum » et dans le manuscrit latin 17848 : os tortum) ou qui souffre d’une quelconque autre maladie, qu’il prenne de cette herbe et qu’il la fasse bouillir en décoction  avec du vin et qu’il l’applique en cataplasme sur la bouche pendant trente jours, il guérira. C’est prouvé. »

Or,  dans la pharmacopée commune, elle est prescrite pour soulager les nausées digestives et les vomissements.

Dans la plupart des recettes, les feuilles, les racines et les fleurs sont utilisées de diverses façons : en décoction avec du vin, mélangées avec de la graisse pour fabriquer des onguents, écrasées ou broyées pour être appliqués directement sur la plaie. Les traitements sont généralement longs et durent entre trente et quarante jours.

Comme on a pu le constater dans le billet consacré par Sabine Maffre aux fleurs dans le manuscrit des heures d’Anne de Bretagne, les fleurs sont un langage pictural, elles ont une symbolique religieuse. Force est de constater à la lecture de l’ouvrage, que les propriétés des plantes ne dépendent pas uniquement de leurs principes actifs mais également de propriétés alchimiques ou magiques, comme c’est souvent le cas dans la pharmacopée médiévale. C’est notamment le cas au f. 22v de la mystérieuse mandragore. La mandragore est représentée de façon anthropomorphe.

Dans notre manuscrit, contrairement aux autres planches, celle de la mandragore n’est pas représentée seule. A côté de la racine, un personnage est agenouillé se bouchant les oreilles. On note également la présente d’un chien. Une corde est attachée à l’extrémité des pieds de la mandragore ainsi qu’au cou du chien. Il s’agit là de mettre en garde celui qui la récolte. La raison en est donné dans les propriétés de la mandragore au f. 70v :

« Luzza mandraga est indiquée pour soigner tout type de blessure, sans onguent. Prendre une feuille de la plante, l’écraser et l’appliquer sur la blessure. En trois heures la plaie aura cicatrisé. En faire de même pour toute blessure, le remède est efficace. Elle aide également à tomber enceinte. Prendre une feuille et de la racine et les faire manger tels quels avec du sel à l’épouse. Dès qu’elle l’aura mangée, son époux ressentira un grand désir de faire l’amour avec son épouse, pendant trois nuits. Elle tombera immanquablement enceinte.

La mandragore est récoltée au mois de mai, le troisième jour du mois lunaire. Il faut extraire la plante avec un chien et faire attention de ne pas la toucher en la déterrant. Tu attacheras tout de suite les pieds et les mains de la mandragore avec une corde et fixeras l’extrémité de la corde au cou du chien et tu te tiendras très loin afin que tu n’entendes pas le hurlement de la mandragore car le chien lui mourra d’avoir entendu ce hurlement ».

Le liber de plantis en hébreu insiste sur les deux propriété reconnues de la plante :antispasmodique et anti inflammatoire prescrite pour soigner les contusions, sédative, hallucinogène elle est prescrite par les médecins du Moyen-âge comme filtre d’amour pour ses propriétés aphrodisiaques qu’on lui attribue depuis l’Antiquité. Or cette dernière propriété est connue depuis la Bible. Le livre de la Genèse relate en effet au chapitre 30 que Léa, seconde épouse du patriarche Jacob, troque les mandragores que son fils Ruben a cueilli contre une nuit avec Jacob dont elle concevra Issachar.


2 réflexions sur « La Mandragore et autres remèdes : une traduction en hébreu du liber de plantis »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.