Astuces de recherche dans Mandragore (2)

En ces temps difficiles de #CultureChezNous, vous êtes nombreux à écumer Internet en quête d’illustrations patrimoniales, que ce soit à des fins de recherche universitaire ou de divertissement.

L’occasion rêvée, si ce n’est déjà fait, de (re)découvrir Mandragore, la base des enluminures des manuscrits de la BnF !

Le précédent billet donnait quelques généralités sur les principes de description à l’œuvre dans Mandragore, et ce qui la différencie des autres applications de la BnF.

Nous entrons aujourd’hui dans le cœur du sujet : comment chercher efficacement dans Mandragore ?


Quelques trucs pour tirer parti de la recherche avancée de Mandragore

Le site de Mandragore propose un formulaire très puissant de recherche avancée, accessible depuis la page d’accueil dans le menu de gauche. Quelques réflexes simples (mais pas forcément aussi intuitifs aujourd’hui qu’ils l’étaient au lancement du site en 2003) permettent d’en tirer le meilleur profit.

Premier avertissement : ne jamais utiliser la recherche simple ! Le champ de recherche « tous mots » en bas de page n’existait pas dans les premières versions de Mandragore. Il a été ajouté pour tenir compte d’une forte demande de recherche « à la Google », aujourd’hui attendue, mais fonctionne encore mal : en l’utilisant, la recherche prendra plus longtemps, ne ramènera pas tous les résultats pertinents et fournira au contraire des doublons… Cet accès sera entièrement revu et beaucoup plus performant dans la prochaine version de Mandragore (à venir en 2021-2022). En attendant nous déconseillons son usage ; si vous tenez à faire une recherche tous mots dans la base de Mandragore, d’autres outils, tels que Biblissima (nous en parlerons dans le prochain billet), vous permettront de le faire de manière plus fiable.

 

Reste donc le formulaire de recherche avancée, extrêmement performant… à condition de savoir l’utiliser. Il propose des champs de recherche pour chacune des entités de Mandragore (« manuscrits », « parties » et « images ») qu’il est possible de croiser pour faire des requêtes très précises.

La recherche avancée de Mandragore

Voici quelques conseils (pas forcément exhaustifs !) pour optimiser vos recherches.

  1. Utilisez toujours les index ! La plupart des champs imposent d’utiliser une forme exacte. C’est notamment le cas des cotes de manuscrits et des descripteurs, pour lesquels une erreur, même mineure, vous empêchera d’obtenir les résultats souhaités. Même pour les champs autorisant la troncature (par exemple les légendes), l’index permet de vous repérer dans les valeurs existantes. Mandragore vous permet de faire des recherches alphabétiques dans les index, mais il faudra utiliser le « Ctrl + F » de votre navigateur pour une recherche tous mots.
  2. Lorsque c’est possible, essayez la troncature ! Outre l’index, quatre champs, « Auteur, Titre », « Artiste », « Légende » et « Définition » (du descripteur) vous permettent de faire une recherche de la forme « commence par » ou « contient les mots ». N’utilisez pas d’opérateurs de troncature (« * » ou autre « % ») ni d’opérateurs logiques (« et », « ou », guillemets…), mais sélectionnez la formule que vous souhaitez juste au-dessus du champ de recherche. Cela vous permet notamment d’interroger des ensembles (par exemple, tous les textes d’un auteur) plutôt qu’une seule entrée de l’index.
  3. … mais ne sous-estimez pas la recherche « commence par » (par défaut), qui vous permet notamment d’exploiter les catégories de légendes (et autres localisations et situation dans la Bible, voir ci-dessous) et les définitions de descripteurs.
  4. Exploitez au mieux la description des « parties » en distinguant l’origine (zone géographique historique) du nom de pays (actuel) et en renseignant le champ « date » avec le numéro du siècle qui vous intéresse (en chiffres arabes : par exemple « 12 » pour le XIIe siècle ou « 14 15 » pour la fin du XIVe siècle, début du XVe siècle. Attention, ces champs interrogent toujours la date du décor, qui n’est pas forcément celle de la copie du manuscrit. Prenez garde à ce que ces critères ne restreignent pas trop la recherche : si vous n’obtenez aucun résultat, essayez d’en retirer un ou plusieurs.
  5. Tirez parti des filtres qui vous permettent de restreindre votre recherche à des segments de collections (manuscrits « orientaux », manuscrits occidentaux, collections de la bibliothèque de l’Arsenal) ou aux seules images associées à une reproduction. Attention, l’absence de reproduction dans Mandragore ne signifie pas forcément que vous n’en trouverez pas sur les autres sites de la BnF : en particulier, les reproductions en noir-et-blanc ne sont pas signalées dans Mandragore, mais vous pouvez les retrouver dans BnF Archives et Manuscrits et dans Gallica à partir de la cote (et du numéro de feuillet). Certaines numérisations récentes peuvent être déjà consultables dans Gallica ou dans la banque d’images, et pas encore dans Mandragore.
  6. Les critères de recherche se combinent ! Si vous souhaitez modifier votre recherche, n’oubliez pas d’effacer les critères dont vous ne voulez plus. Sachez également que le moteur de recherche vous renverra la notice de l’entité la plus précise en fonction de vos critères : si vous utilisez uniquement la partie gauche de l’écran, vous obtiendrez une liste de manuscrits répondant à vos critères (ou dont certaines parties répondent à vos critères) ; si vous utilisez la partie droite de l’écran, seule ou en conjonction avec des critères de la partie gauche, vous obtiendrez une liste d’enluminures.
  7. Il n’est pas possible de rechercher des descripteurs. Le critère définition vous permet de sélectionner une famille entière de descripteurs (nous y reviendrons dans le prochain billet) mais le résultat sera une liste d’enluminures indexées par l’un au moins des descripteurs de cette famille. Il existe également un mode d’exploration des descripteurs, le « classement thématique », sur lequel nous reviendrons en détail… dans le prochain billet !

Utilisation experte des « légendes » et « descripteurs » pour la recherche avancée

Nous l’avons vu dans le premier billet, la valeur des données de Mandragore réside d’abord dans les notices consacrées à chaque enluminure. Elles se composent essentiellement d’une « légende », sorte de titre forgé décrivant le sujet de la scène, et d’un ensemble de « descripteurs », objets ou concepts identifiables sur l’image et qui permettent de l’indexer.

On s’efforce d’utiliser toujours la même légende pour la même scène ; comme pour tous les autres champs de recherche, il en existe un index dans lequel il est possible de faire une recherche. Mais il existe aussi quelques mécanismes de classement bons à connaître pour une recherche experte :

  • Par typologie : lorsqu’un certain nombre de légendes se rapportent à une discipline ou un contexte particulier, on a choisi de les rassembler pour faciliter les rapprochements. Par exemple, les représentations d’instruments et de procédures médicales sont rassemblées dans la catégorie « médecine ». On aura « médecine: abaisse-langue », « médecine: attelle(s) » ou « médecine: amputation d’un doigt surnuméraire ».

    De la même façon, les illustrations de l’Enfer de Dante, souvent très enluminé, seront rassemblées dans la catégorie « enfer de dante »
    Attention, la catégorie est séparée de la légende par la ponctuation deux-points (« : »), suivie mais non précédée par une espace.

Retrouvez la liste complète des catégories dans le mémento.

  • Cas particulier : les livres de la Bible, dont les scènes ont suscité de très nombreuses enluminures. Ici, on fait précéder la légende d’un code correspondant au livre concerné. « at » correspond à l’Ancien Testament, « nt » au Nouveau Testament et « pb » aux livres parabibliques ou apocryphes. « at gn » précédera par exemple les légendes issues de la Genèse, telles que « at gn déluge ».
    Attention : les codes des livres bibliques sont séparés de la légende par une espace (et pas « : »).

Retrouvez la liste complète des codes des livres de la bible dans le mémento.

  • Localisation : il arrive qu’une enluminure représente un objet archéologique, dont on connaît la localisation actuelle. C’est notamment le cas pour les relevés de fouilles archéologiques anciennes, mais aussi dans certaines illustrations de bâtiments ou d’objets. Dans ce cas, on construit un préfixe aussi précis que possible, en commençant par le code ISO-3166 du pays actuel, suivi de la ponctuation « : » (suivie mais non précédée d’une espace), puis de la région ou de la ville, si elle est connue, jusqu’au plus précis. On peut obtenir une localisation très précise, telle que « fr: saint-maximin-la-sainte-baume, basilique sainte-marie-madeleine, reliquaire du chef de s. marie-madeleine »  ou « eg: thèbes, gournet mouraï, tombe d’amenhotep-houy (inscriptions) », ou plus simplement « it: rome, panthéon ».

Retrouvez la liste complète des codes ISO-3166 utilisés dans Mandragore dans le mémento.

Il reste bien entendu un certain nombre de légendes ne relevant pas d’une catégorie, d’un livre de la Bible ou d’une localisation.

 

Outre la légende, la notice de chaque enluminure donne le numéro du feuillet où on la trouve et, le cas échéant, la rubrique du texte en vis-à-vis, une transcription des inscriptions textuelles à l’intérieur de l’enluminure et des notes, qui peuvent être des compléments d’informations ou parfois des références bibliographiques.

 

Mais le plus utile est souvent l’indexation iconographique, c’est-à-dire la liste des descripteurs apparaissant sur l’enluminure. Cette indexation est aussi systématique que possible : tous les objets, personnes, lieux et même notions identifiables font l’objet d’un descripteur, toujours le même d’une enluminure à l’autre. Dans les notices de Mandragore, ces descripteurs sont cliquables et permettent de relancer une recherche sur toutes les enluminures ainsi indexées.

Indexation de l’enluminure « calendrier: juillet » des Grandes Heures d’Anne de Bretagne (Jean Bourdichon, manuscrit Latin 9474, f. 10)

Nous avons vu que la recherche avancée permet de croiser jusqu’à trois descripteurs (en plus de la légende) : on peut donc aisément interroger Mandragore sur les enluminures représentant à la fois une croisade, un roi et un bateau (par exemple). Là aussi, l’utilisation des index est essentielle, mais il y a également une question d’habitude du vocabulaire utilisé.

Pour mieux en comprendre la logique, et donc l’exploiter au mieux, le site de Mandragore propose un accès spécifique appelé « classement thématique » (et dont certaines fonctions se retrouvent d’ailleurs dans les index de la recherche). Nous nous y attarderons plus en détail dans le troisième (et dernier !) billet de cette série sur Mandragore.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.