Astuces de recherche dans Mandragore (3)

En ces temps difficiles de #CultureChezNous, vous êtes nombreux à écumer Internet en quête d’illustrations patrimoniales, que ce soit à des fins de recherche universitaire ou de divertissement.

L’occasion rêvée, si ce n’est déjà fait, de (re)découvrir Mandragore, la base des enluminures des manuscrits de la BnF !

Les deux précédents billets nous ont permis de bien comprendre la logique de la description dans Mandragore, de façon à l’exploiter au mieux pour une recherche réussie !

Il nous reste à nous attarder sur le vocabulaire iconographique de Mandragore, qui fait toute la richesse de son indexation.

Pour les plus « acharnés » d’entre vous, nous terminerons cette série de billets sur Mandragore en présentant quelques modes d’accès à la base de données ne passant pas par le site http://mandragore.bnf.fr/, qui peuvent constituer un utile complément… en attendant sa mise à niveau !


Un vocabulaire très riche… parfois difficile à maîtriser !

Au total, le vocabulaire iconographique de Mandragore comporte plus de 20 000 descripteurs ! Cela le rend très précis, mais parfois difficile à manier lorsqu’on l’emploie pour la première fois.

Pour commencer, quelques astuces typographiques : pour des raisons techniques, les descripteurs ne contiennent ni majuscules, ni espaces. Pour les expressions en plusieurs mots, ces dernières sont remplacées par des points (ex. : « guerre.de.troie »). Les ordinaux de règne sont remplacés par des chiffres arabes (« jean.2.de.jérusalem »). Enfin, les noms de saints sont abrégés (« s.médard » pour l’évêque de Noyon) alors que les noms de lieux sont donnés en toutes lettres, mais toujours séparés par des points (« saint.médard.de.soissons » pour l’abbaye de l’Aisne).

 

Il existe plusieurs moyens d’explorer le vocabulaire de Mandragore. Le site http://mandragore.bnf.fr/ propose un accès spécifique appelé « Classement thématique » (dans le menu de gauche). Il consiste en l’organisation des descripteurs par grandes catégories et sous-catégories thématiques. Il ne s’agit pas vraiment d’un thésaurus, car ces catégories ne sont pas interrogeables – on ne peut pas chercher toutes les enluminures contenant un descripteur de botanique, par exemple – et un même descripteur peut faire partie de plusieurs catégories – par exemple, le descripteur « accident » relève de la sous-catégorie « transports », mais également « activité professionnelle, commerce », « médecine, hygiène, anatomie, biologie » et « chasse, pêche ».

Mandragore : classement thématique des descripteurs

L’accès au thésaurus par classement thématique permet de visualiser la forme principale de chaque descripteur (qui apparaît en gras), ainsi que les formes dites « rejetées », qui peuvent être des synonymes, mais également les traductions de tous les noms communs en anglais, allemand, italien et espagnol. Ces formes sont utilisables pour les recherches, mais c’est la forme principale qui apparaît dans les notices des enluminures.

Entre crochets carrés apparaît également une « définition », qui constitue un complément d’information sur le descripteur. Il peut s’agir d’une note d’usage – par exemple « vêtement [utilisé pour les vêtements marquant une appartenance socio-professionnelle ou différant du vêtement courant] » – ou un renvoi à un descripteur autre en relation – « bateleur [voir aussi : acrobate] », « bataille [voir aussi : siège] ». Il peut également s’agir d’une famille sémantique telle que « libellule [insecte] » ou « uriel [ange] ». À la différence des catégories du classement thématique, il est possible d’utiliser les définitions des descripteurs dans la recherche avancée. Ainsi, s’il est parfois possible d’identifier une bergeronnette dans une enluminure, on pourra préférer chercher tous les « passereaux », voir tous les « oiseaux » en utilisant sa définition.

Le classement thématique permet d’accéder à la notice de chaque descripteur, qui reprend la forme de référence, la définition, les formes rejetées (qui peuvent elles aussi avoir des définitions interrogeables, notamment en langues étrangères) et ajoute des notes qui peuvent prolonger la définition (notamment pour l’identification des personnages littéraires) ou donner des références bibliographiques.

On peut lancer une recherche par descripteur directement depuis le classement thématique, en cliquant sur la forme (retenue ou rejetée) d’un descripteur, ou utiliser la recherche avancée, qui permet de croiser les critères. La plupart des fonctionnalités (formes rejetées, accès à la notice) s’y retrouvent en passant par les index, toujours essentiels, comme nous l’avons vu dans les billets précédents.


Petites Heures de Jean de Berry (Latin 18014), f. 209v
Saurez-vous reconnaître dans l’encadrement bergeronnette, bouvreuil, chardonneret, étourneau, huppe, et rouge.gorge ?
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8449684q/f428.image
http://mandragore.bnf.fr/ark:/12148/cgfbt73929k

Mandragore… et au-delà ?

Malgré son obsolescence, le site http://mandragore.bnf.fr/ est l’outil le plus complet pour accéder aux données de Mandragore. Pour des usages spécifiques, il existe cependant d’autres possibilités qu’il peut être utile de connaître.

Le portail Biblissima (https://portail.biblissima.fr/) intègre l’ensemble des données de Mandragore (à l’exception des tous derniers enrichissements).

Biblissima est un équipement d’excellence en sciences humaines et sociales. Il est porté par un consortium dont la BnF est membre fondateur et a pour objet de donner accès dans une même interface à un grand nombre de bases de données en histoire du livre, dont Mandragore.

Le portail Biblissima, en version stable depuis février 2020, intègre des technologies plus récentes que l’actuel site Mandragore, notamment pour la recherche sémantique (plein texte enrichi) et la visualisation des images (avec zoom, comparaison, outils d’amélioration du contraste, etc.), ce qui peut le rendre plus agréable d’utilisation. De plus, il permet de rebondir de Mandragore vers d’autres bases de données (ou inversement) ; celles-ci devraient prochainement s’enrichir de la base Initiale du CNRS, qui décrit les enluminures des manuscrits médiévaux des bibliothèques territoriales et universitaires françaises, et donc très complémentaire de Mandragore[1]. Certaines fonctionnalités expérimentales, comme la géolocalisation des descripteurs, offre également des points d’accès supplémentaires.

En revanche, le portail n’a pas pour objet de permettre une recherche multicritères au sein d’une seule base et en cela il ne remplace pas la recherche avancée de Mandragore. Notez également que les alignements réalisés pour l’interopérabilité entre les bases de données impliquent que certains champs affichés dans le portail Biblissima (les légendes ou les descripteurs par exemple) s’éloignent du formalisme de Mandragore et ne sont pas utilisables tels quels dans la recherche avancée de Mandragore. En revanche, un lien direct aux notices d’enluminures de Mandragore est fourni dans la rubrique « source des données ».

Recherche sémantique et carte des lieux représentés dans les enluminures du portail Biblissima

Afin de faciliter la réutilisation des données de Mandragore, celles-ci sont mises à disposition sous une forme téléchargeable sur le site « API et jeux de données » de la BnF. Un « dump » complet, qui contient également des informations techniques sur la structuration des données permet de télécharger et de réutiliser celles-ci. Quelques échantillons enrichis dans le cadre des travaux préparatoires à la mise à niveau de Mandragore sont également disponibles.

Ces jeux de données ne sont pas prévus pour être consultés directement ; ils visent davantage les développeurs d’outils informatiques qui pourraient souhaiter construire des produits autour de ces données ou les exploiter à des fins de tests (pour des algorithmes de reconnaissance d’image par exemple).

Notez que si la réutilisation des données de description et d’indexation est libre sous réserve de la mention de la source (licence etalab), l’emploi des reproductions est restreinte à un usage non-commercial (licence Gallica), sauf accord spécifique avec la BnF.


[1] En attendant, on aura grand profit à compléter doubler une recherche dans l’interface propre de la base Initiale (http://initiale.irht.cnrs.fr/) … sans négliger la page d’aide, car si certaines fonctionnalités paraîtront familières aux habitués de Mandragore, d’autres lui sont spécifiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.