Des prières magiques éthiopiennes contre la peur et le point de côté

Au sein de la collection de près de deux cents rouleaux magiques éthiopiens conservés au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (BnF), le manuscrit Éthiopien 469 se présente comme un riche recueil de quatorze prières, véritable arsenal protecteur et curatif que le dabtara a conçu sur mesure pour son patient.

Le « sur mesure » commence dès la préparation physique du support puisque le rouleau est composé de pièces de parchemin cousues et assemblées pour correspondre à la taille du malade. Les trois lès cumulés atteignent 1,79m.

Le cuir de l’animal, en général un capriné, forme ainsi le double de la peau du patient. Il peut désormais accueillir les formules et les recettes destinées à traiter les maux déclarés ou redoutés.

Le talisman entremêle prières, formules et représentations. Dans le cas de l’Éthiopien 469, le recto combine quatorze textes en guèze, plusieurs signes et quatre tableaux figurés, ce qui en fait un exemple particulièrement riche. Il montre aussi la virtuosité et l’étendue du savoir du dabtara. Écritures, symboles et images fonctionnent ensemble mais connaissent une réception et des usages différents, en particulier dans un contexte où les personnes ne savaient majoritairement pas lire.

Rouleau magique, Ethiopien 469, sur Gallica

Les inscriptions

Les textes identifiés contiennent des prières et un récit légendaire. Après une captatio par l’invocation des noms des cinq clous qui servirent à la Crucifixion du Christ, plusieurs incantations visent à vaincre la peur. Viennent ensuite les formules contrant les esprits maléfiques et la légende de la sorcière vue par les apôtres sur la rive du lac Tibériade. Les inscriptions se terminent par des remèdes pour traiter les points de côté et les rhumatismes et une prière pour délier le patient de l’emprise de tout autre charme, éventuelle source de maux1.

La médecine magique traditionnelle éthiopienne exercée par les dabtaras, ou clercs, émarge aux grands principes de la magie. Elle met en œuvre les lois de la sympathie qui transposent le malade dans une situation analogue à celle qu’un personnage sacré a surmontée par le passé. En convoquant cette situation légendaire, le dabtara rejoue la scène qui permettra à son patient de guérir.

Pour lutter contre la peur, le patient se trouve équipé de prières destinées à donner du courage face à un avenir inconnu et redoutable. Ce sont celles données par Dieu à Adam lorsque ce dernier fut chassé du paradis, à Noé lorsque baissèrent les eaux du déluge et à Moïse lorsque vint Pharaon le roi d’Égypte.

Dans les prières et formules magiques pour lutter contre le mauvais sort, parfois cryptées, s’immiscent des passages des Évangiles. Par exemple,  une prière contre les démons fait intervenir Jean I, 1-6:

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue.

Au sein du texte sont parfois mêlés des symboles, comme les fameux caractères à lunettes (absents ici) ou des répétitions de signes:

Ils interviennent très souvent dans la bordure inférieure du rouleau:

Rouleau magique, Ethiopien 469, marge inférieure

Les représentations

Les représentations sont de deux ordres. Les images stylisées ou abstraites, très souvent dominées par la croix prophylactique, sont désignées par le terme de talsam (de la même formation que l’arabe tilasm et le grec telesma qui a donné notre mot talisman). D’autres part, les représentations šeʿel sont figuratives.

Rouleau magique, Ethiopien 469

 

Le haut du rouleau est fréquemment dominé par la figure d’un ange ou d’un saint cavalier, comme ici, en première ou deuxième position. Armé d’une lance, il peut terrasser le mal. Le second tableau met en scène la reine de Saba, Salomon et le talisman de Salomon. Le roi, considéré comme ayant reçu un enseignement de Dieu, est très présent dans ce type de document. On lui prête d’avoir consigné les portraits des démons dans un livre qui aurait été rapporté en Éthiopie par son fils Ménélik. De nombreux motifs lui sont donc associés comme le labyrinthe. La lecture du talisman permet de révéler la présence du démon et de l’expulser.

Le troisième tableau représente le visage du démon circonscrit par quatre anges et quatre croix, isolé entre deux frises d’yeux protecteurs. La dernière composition relève d’une abstraction talismanique sur le motif de la croix, gatsa sab’e, parsemée d’yeux et de regards à la fois destinés à captiver le mal et à protéger. Ce rôle apotropaïque de l’œil explique l’importance qui lui est accordée dans son traitement.

Il faut finalement noter que ce rouleau a été réutilisé et inscrit au verso avec de nouvelles prières et recettes accompagnées de deux tableaux et d’un cercle magiques.

 

Par la perception des images et l’écoute des prières, le talisman agit sur le patient, sur les esprits mobilisés au service du charme et sur les forces combattues. L’importance accordée à la connaissance du nom et à la désignation des instances par leur nom permet au dabtara de s’assurer une emprise sur ces éléments. En les nommant, il les contraint, selon un processus répandu dans les pratiques magiques. La magie perdure grâce à l’effet performatif de l’écriture. Le parchemin peut être soit suspendu auprès du lit, soit porté et roulé autour du cou, de la taille ou encore en bandoulière, telle une amulette.

Rouleau magique, Ethiopien 453, exemple d’attache

Difficiles à dater, peu de rouleaux conservés dans les musées sont antérieurs aux XVII-XVIIIè siècles, ce qui ne permet pas de déterminer avec certitude à quand remonte cet usage. L’Éthiopien 469 pourrait être du XVIIIè ou du XIXè siècle et ferait partie de la dizaine de rouleaux magiques de la BnF placés par Strelcyn dans cet intervalle2. Il a notamment servi à deux reprises: le premier décor principal figure au recto, tandis qu’un second a pris place au verso. Les réutilisations sont attestées sur une trentaine de rouleaux inscrits sur les deux faces dans les collections de la BnF.

Des manuels de dabtara, recueils de recettes et de prières magiques pour diverses situations, illustrés avec une iconographie commune aux amulettes, sont également connus. La Bibliothèque en possède plusieurs exemples, comme l’Éthiopien 403 ci-dessous3.

Prières et de prescriptions du dabtara Mängestu de Goggam, Ethiopien 403 sur Gallica

Une grande partie de la collection de rouleaux magiques éthiopiens conservés à la BnF sont entrés  avec le fonds Griaule. Ils furent entre autres collectés lors de la mission Dakar-Djibouti, organisée par l’Institut d’ethnologie de l’université de Paris et le Muséum d’histoire naturelle (1931-1933).

Pour en savoir plus:

  1. La liste des prières est détaillée dans la notice de l’Éthiopien 469. []
  2. Catalogue des manuscrits éthiopiens (collection Griaule): Tome IV, éthiopien 373 (Griaule 69) – éthiopien 674 (Griaule 366) – nouvelles acquisitions : éthiopien 301-304, 675-687. Paris, imprimerie nationale, 1954. []
  3. Ces manuels sont à différencier de la déclinaison du rouleau sous forme de codex, composé pour un seul patient, pouvant accompagner le malade sous cette autre forme talismanique. Pour Bodgan Burtea, le plus ancien manuel conservé en Europe serait celui de la British Library MS Or 11390, qui mentionne des personnes ayant vécu vers 1750, « Traditional Medicine and Magic According to Some Ethiopian Manuscripts from European Collections », Aethiopica 18, 2015, p. 87-100, en ligne. Il étudie également trois recueils du fonds Griaule à la BnF: Éthiopien 402, Éthiopien 403 et Éthiopien 648. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.