Le plus ancien recueil des dialogues de Platon

Les dialogues de Platon, écrits au IVe siècle avant notre ère, nous sont transmis, de façon très fragmentaire,  par une centaine de papyrus antiques, mais c’est par l’intermédiaire de Byzance que nous sont parvenus les dialogues complets. Le plus ancien recueil et le plus célèbre est conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Grec 1807.

Platon, République, début du premier livre, Grec 1807, f. 3

Parmi les auteurs classiques lus à Byzance, Platon occupe incontestablement une place de premier plan. Cette lecture continue de Platon est à la fois doctrinale et littérale. Elle est doctrinale dans la mesure où une partie importante de la pensée platonicienne a été récupérée par les Pères de l’Église (IIIe-Vsiècles de notre ère), sous une forme déjà systématisée à travers les traditions des écoles platoniciennes de l’Antiquité ; ceux-ci l’ont transmise à tout le Moyen Âge grec et latin.  Ont ainsi été transposées dans le domaine chrétien et, avec des différences de degrés, également aux autres monothéismes, des conceptions aussi centrales du platonisme que la distinction entre le monde intelligible ou divin et le monde sensible qui n’en est que le reflet et l’émanation ; la croyance en un principe unique et divin, le Bien ; et l’injonction faite à l’homme de se convertir à ce qui est la meilleure partie de lui-même : son principe intelligible, et de se rendre ainsi semblable au divin. Cette adaptation de doctrines-clé du platonisme en terre chrétienne, qui ne va pas sans heurts et résistances, est légitimée par le mythe d’une inspiration mosaïque que Platon aurait connue en Égypte ; ce mythe peut être résumée par une formule célèbre citée aussi bien par Clément d’Alexandrie que par Eusèbe de Césarée : « Qu’est-ce que Platon sinon un Moïse parlant attique ? ».

L’enseignement de Platon, Giovanni Colonna, « La mer des histoires », vers 1450, Latin 4915, f. 79

Mais la lecture que fait le Moyen Âge grec, et dans une moindre mesure le monde médiéval oriental et latin, des dialogues platoniciens est aussi et surtout directe : le manuscrit le plus ancien qui atteste cette lecture est un codex du troisième quart du IXe siècle qui contient, sur quelque 350 folios de parchemin, la seconde moitié des dialogues de Platon dans l’ordre établi au Ier siècle de notre ère par le platonicien Thrasylle. Il s’agit très certainement du second volume d’une édition manuscrite de tous les écrits platoniciens. Y figurent notamment le Timée ainsi que les deux dialogues les plus longs de Platon, les dix livres de la République et les douze livres des Lois.

Fin du livre X de la République (à gauche) et début du Timée (à droite), Grec 1807, f. 114

Ce livre de grand format, écrit d’une seule main dans une minuscule extrêmement pure et régulière, illustre à lui seul l’essor des lettres et des arts que connaît l’empire byzantin et plus particulièrement sa capitale, Constantinople, dans la seconde moitié du IXe siècle et au Xe siècle, après la fin de la querelle iconoclaste (843) . A la fois novateur dans la forme – l’écriture minuscule ne s’est imposée à Byzance que dans le courant du IXe siècle – et traditionnel par le contenu et la mise en page – à l’instar des rouleaux de l’Antiquité classique, le texte est présenté sur plusieurs colonnes étroites (deux par page) et il reprend la plupart des signes paratextuels qui accompagnent les fragments de Platon transmis par les papyrus antiques –, le manuscrit symbolise parfaitement la synthèse entre une tradition antique totalement assimilée et une créativité nouvelle qui caractérisent l’époque classique byzantine.

République, livre VII (514a-515d), début du mythe de la caverne, Grec 1807, f. 73

En outre ce manuscrit s’insère dans un groupe d’une vingtaine d’ouvrages présentant des caractéristiques matérielles communes. Plusieurs d’entre eux sont d’ailleurs dus au même copiste, comme le Grec 1962 (image ci-dessous). Tous ces manuscrits contiennent des textes majeurs de l’exégèse à Platon pratiquée dans les écoles platoniciennes de l’Antiquité et notamment dans la plus célèbre d’entre elles, l’école d’Athènes. L’activité de l’école d’Athènes s’est poursuivie durant presque toute l’Antiquité, jusqu’à sa fermeture en 529, sur ordre de l’empereur Justinien. Il est donc plausible que le manuscrit du IXe siècle dérive en ligne directe d’un exemplaire de l’école d’Athènes transmis à Alexandrie après 529 et transporté dans la capitale de l’empire byzantin avant la conquête arabe de l’Égypte en 639-641.

Alcinoos (IIe siècle de notre ère), Enseignement des doctrines de Platon, copiste du manuscrit grec 1807, BnF, Grec 1962, f. 147

Ce manuscrit a connu une histoire mouvementée jusqu’à son entrée à la Bibliothèque royale, future BnF, à l’extrême fin du XVIe siècle. Il est en effet passé dans le domaine arménien, comme l’atteste une mention d’achat du XIIe siècle inscrite à la fin du volume par Constantin, métropolite de Hiérapolis, l’actuelle Manbij en Syrie du Nord. Ce dignitaire est connu pour avoir conduit des négociations pour le patriarche arménien auprès de la cour de Constantinople. Le manuscrit a très certainement été la source des traductions arméniennes de plusieurs dialogues platoniciens dues à Grégoire Magistros au XIe siècle.

Fin du dialogue platonicien apocryphe Axiochos (à droite) et note de Constantin de Hiérapolis :  « ce livre a été corrigé par Constantin, métropolite de Hiérapolis, qui l’a aussi acheté » (à gauche), Grec 1807, f. 344v

 

Au XIIIe siècle, le manuscrit a été entre les mains d’un lettré occidental, qui a signalé dans les marges du Timée l’endroit où s’arrête la traduction latine incomplète de ce dialogue par Calcidius qui date du IVe siècle.

Timée, 53c4, pied de mouche et annotation d’un lecteur latin : finis translationis, « fin de la traduction [de Calcidius] », Grec 1807, f. 128

Au XIVe siècle le manuscrit a appartenu à Pétrarque. C’était avec un manuscrit de l’Iliade le seul livre grec de sa bibliothèque. N’ayant pas réussi à apprendre le grec, Pétrarque n’a pas annoté le volume, mais ce que nous savons sur l’histoire ultérieure de sa bibliothèque permet de garantir cette identification.

À la Renaissance, le manuscrit a appartenu à Janus Lascaris (v. 1445-1535), grand savant grec au service de Laurent le Magnifique à Florence, du pape Léon X à Rome et de Louis XII et de François Ier en France ; son monogramme figure sur un folio de garde. Avec une grande partie des manuscrits de Lascaris, le volume entre ensuite dans la très riche collection de manuscrits grecs du cardinal Niccolò Ridolfi, avant de passer aux mains de Catherine de Médicis et d’intégrer, quelques années après la mort de cette dernière, la Bibliothèque du roi à l’extrême fin du XVIe siècle.

Grec 1807, folio de garde : localisation du manuscrit dans la bibliothèque du cardinal Ridolfi et monogramme de Janus Lascaris : « L(ascari)s »

Témoin exceptionnel du texte platonicien par son ancienneté et sa qualité, le manuscrit Grec 1807 est également remarquable par son histoire, de la Constantinople byzantine à l’Arménie médiévale et à l’Italie et la France de la Renaissance. Il illustre plus d’un millénaire d’études des textes du « divin Platon », pour reprendre le qualificatif que réservent nombre d’auteurs antiques et médiévaux au philosophe athénien.


3 réflexions sur « Le plus ancien recueil des dialogues de Platon »

  1. Cet article d’une très grande érudition et d’une très grande limpidité retrace l’histoire passionnante de ce manuscrit depuis les rivages d’Alexandrie jusqu’à Byzance. C’est en ces temps de confinement une splendide occasion de s’échapper de nos univers confinés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.