À l’attention du roi Louis XI : Une prédiction astrologique sérieuse pour l’année 1476

Devoir composer, comme c’est le cas en ce moment, avec l’incertitude quant à ce que nous réserve l’avenir, nous permet d’apprécier ce que nous avons perdu, et en particulier la relative facilité d’anticipation dont nous jouissons, sauf accident, en temps normal. Et même en situation de grave crise sanitaire, encore sommes-nous loin des risques de pestes autrement plus meurtrières, de guerres ou de famines qui venaient assombrir l’avenir de nos ancêtres il y a encore quelques siècles.

Dans une telle situation, quoi de plus normal pour les dirigeants que de s’entourer d’experts ? Experts politiques et militaires, bien sûr, mais également scientifiques : en Occident, entre le XIIe et le XVIIe siècle (environ), la science permettant d’anticiper l’avenir s’appelait l’astrologie.

Le manuscrit Latin 7450 de la BnF, une prédiction astrologique adressée par Conrad Heingarter, l’astrologue du duc de Bourbon, au roi de France Louis XI en 1476, est l’une des nombreuses traces de cette « expertise scientifique » parvenue jusqu’à nous.

Latin 7450, Judicium anni millesimi quadringentesimi septuagesimi sexti currentis, f. 3r.

« Libéré pour quelques temps des affaires de la cour et des tâches familiales – complètement ou en grande partie – je suis revenu, ô roi très chrétien, à l’étude de l’astrologie que, tout en la gardant à l’esprit, j’avais dû longtemps laisser de côté, trop pris par divers désagréments. »

Latin 7450, f. 3r, préface (traduit du latin)

Conrad Heingarter, entre astrologie et politique

Ce manuscrit a très tôt attiré l’intérêt des savants et bibliothécaires, pas vraiment à cause de son contenu astrologique, mais surtout parce qu’il peut être précisément daté et inscrit dans un contexte de production, chose rare et précieuse pour un manuscrit médiéval. Intitulé « jugement pour cette année 1476 », adressé au roi de France, il est en effet clairement signé « par moi, votre fidèle serviteur, Conrad Heingarter, Allemand originaire de Zurich ».

Latin 7450, f. 21v, conclusion générale et signature de l’astrologue (à partir de la troisième ligne : « fidelis servitor ego Conradus Heingarter Alemanus oriundus de Zurich…»)

De plus, ce Conrad Heingarter n’est pas un inconnu, mais l’un des astrologues français les mieux connus du XVe siècle. Né vers 1440, citoyen de Zurich (dont il se réclame), il est étudiant en médecine à Paris dans les années 1460 avant de se mettre au service du duc Jean II de Bourbon (1426-1488), l’un des plus puissants seigneurs du royaume de France. Celui-ci apprécia suffisamment son ouvrage de médecin, astrologue et conseiller politique pour lui confier plusieurs ambassades auprès du roi et lui offrir en récompense le château de Belleperche, en Allier (aujourd’hui Bagneux), un honneur assez exceptionnel pour un astrologue, que Conrad n’oublie jamais de souligner, notamment en choisissant d’adapter ses calculs astronomiques aux coordonnées du lieu (comme c’est le cas dans ce manuscrit).

Latin 7450, f. 3r (préface) : les calculs sont réalisés pour « notre » 6e climat (la région comportant la plus grande partie de l’Europe selon Ptolémée), à l’horizon de Belleperche (Bellepartica), longitude 23° 1/4, latitude 46° 1/2.

Peut-être à l’occasion de ces ambassades, Conrad Heingarter mit à plusieurs reprises son art au service des rois de France Louis XI et Charles VIII, d’abord ponctuellement, puis de façon plus suivie après la mort de Jean de Bourbon. Si nous le connaissons aussi bien, c’est également qu’il fut l’un des maîtres en astrologie de Simon de Phares, auteur à la fin du XVe siècle d’une apologie de la science des astres, souvent outrancière, mais très précieuse aux historiens de cette période[1].

Mais que prédit donc Conrad Heingarter à Louis XI en 1476 ? En vérité, rien de très intéressant. Pourtant, il ne fait guère de doute que Conrad savait que l’année 1476 s’annonçait cruciale pour le roi de France, et c’est même sans doute pour cela qu’il rédige cette prédiction.

Depuis des années, Louis XI est en conflit avec Charles le Téméraire, le puissant duc de Bourgogne et des Pays-Bas qui menace de former un royaume autonome au Nord-Est de la France. Il finance (lourdement) la Confédération des cantons suisses qui, en 1474, a déclaré la guerre à la Bourgogne et à la Savoie. En janvier 1476, Charles quitte Nancy à la tête de son armée pour répliquer. Nous savons aujourd’hui que l’année sera catastrophique pour lui, qu’il essuiera défaite sur défaite avant de mourir en janvier 1477 devant le siège de Nancy révoltée, actant la fin de la Bourgogne indépendante et améliorant significativement la position de la France – mais, évidemment, tout cela était très difficile à prévoir au début de l’année.

Représentation de Charles le Téméraire en comte de Charolais dans l'Armorial de la Toison d'or
Charles le Téméraire (alors comte de Charolais) dans l’Armorial de la Toison d’or, BnF Arsenal ms-4790, f. 141r, consulter dans Gallica.
Sur le contexte politique et culturel, voir également l’exposition virtuelle « Miniatures flamandes ».

On s’attendrait à ce que Conrad s’y essaye : en réalité, il reste très général, se contentant d’allusions très discrètes – tellement, qu’il est difficile d’être certain que c’en sont. Au printemps, la caractéristique majeure est le froid, annoncé par Saturne, « seigneur de l’éclipse », qui engendrera toutes sortes de maladies. Il est vrai que les sénéchaux, princes et capitaines se porteront mieux que les écrivains et les marchands et que « les hommes ne s’aimeront guère les uns les autres », ce qui présage quelques conflits et, sans doute, comme Saturne se trouve plus haut que Jupiter sur son épicycle, les peuples qui se soulèvent contre leurs envahisseurs auront-ils le dessus. Rien de plus.

En hiver, le roi de France restera très fortuné, le pape devrait retrouver la santé, il n’y aura plus de guerre ni de maladie (ou seulement des coliques dues à la surnutrition !). C’est que Jupiter, planète bien plus favorable que Saturne, sera le seigneur de cette saison.

C’est le signe d’une certaine prudence, certes, mais aussi que, finalement, pour un astrologue comme Conrad, il ne faut pas mélanger le conseil politique, basé sur l’expérience et une connaissance fine de la géopolitique, et la science astrologique, fondée sur des règles qu’il n’est pas question d’infléchir à son bon vouloir.

Une prédiction vraiment scientifique ! Ptolémée contre Albumasar

Dès la préface du manuscrit, Conrad Heingarter insiste sur l’importance de suivre les règles astrologiques, en particulier celles énoncées par Ptolémée, le savant alexandrin du IIe siècle, « prince des astrologues », dans son ouvrage de référence, le Quadripartitum. Elles sont, selon Conrad, « validées par l’expérience », tandis que d’autres enseignements, ceux d’Albumasar ou d’Hermès lui semblent bien plus douteux – même si, au cours des prédictions, il y a bien occasionnellement recours, faute de mieux.

C’est que Conrad est l’un des rares astrologues du XVe siècle à prôner ainsi un « retour à Ptolémée » et à l’astrologie grecque, agréable au mouvement humaniste, mais très complexe à mettre en place en pratique, tant les savants persans, arabes et juifs, traduits en latin à partir du XIIe siècle, tels Albumasar (Abū Maʿshar Jaʿfar ibn Muḥammad ibn ʿUmar al-Balkhī, astrologue persan du IXe siècle) avaient enrichi la science des astres.

Ptolémée, dans le manuscrit Français 9136, f. Iv (Mandragore)
Albumasar dans le manuscrit Latin 7330, f. 41v (Mandragore)

L’une des caractéristiques de cette préférence pour Ptolémée tient dans le choix des moments auxquels analyser le ciel pour prédire efficacement l’avenir. Pour rédiger une prédiction annuelle, on commence en principe par calculer la position des planètes à l’équinoxe de printemps, le premier jour de l’année astrologique, lorsque le soleil entre dans le signe du Bélier. Comme Ptolémée accorde beaucoup d’importance à la lune, Conrad préfère ici se rapporter à la dernière pleine lune qui précède l’équinoxe.

Pour chaque saison, à laquelle il consacre un chapitre spécifique, Conrad Heingarter insère dans le manuscrit une « figure du ciel » ou carré astrologique, correspondant à l’horoscope de la pleine lune précédente. Au printemps et en automne (le 10 mars et le 3 septembre dans le calendrier julien), c’est l’occasion d’une éclipse de lune, qui donne encore plus de poids à la figure.

Latin 7450, f. 15r, début du chapitre sur l’automne, avec le carré astrologique de l’éclipse du 3 septembre (le cartouche indique par erreur l’heure de l’équinoxe : le 13 septembre à 11 h 7 min après midi).

Ces carrés astrologiques sont à la base des prédictions ; ils sont aussi une manière d’afficher les compétences de l’astrologue. En effet, les calculs astronomiques qui permettent de les dresser sont très complexes. Il s’agit tout d’abord de déterminer le moment précis auquel aura lieu l’équinoxe, et la pleine lune qui le précèdera. Ensuite, déterminer les positions apparentes des planètes à ce moment. Enfin, établir les « maisons » astrologiques, qui sont une construction géométrique assez complexe. Toutes ces opérations, nécessitent de bien comprendre les principes de l’astronomie géocentrique et de savoir utiliser les tables de calcul nécessaires (en l’occurrence, les tables alphonsines).

Le carré tel qu’il apparaît sur le manuscrit comporte un triangle pour chacune des douze maisons, en commençant par l’ascendant, à gauche du carré central, puis en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. En rouge, Conrad a noté les longitudes sur le zodiaque, correspondant aux signes (en brun) ou aux planètes, dont les symboles sont écrits en bleu.

Latin 7450, f. 5v, horoscope de l’éclipse de lune précédant l’équinoxe de printemps, le 10 mars à 7h 5 min (après midi).
Latin 7450, f. 19r, horoscope de la pleine lune précédant le solstice d’hiver, le 30 novembre à 16h 46 min (après midi).

Pour chaque saison, Conrad décrit l’horoscope ainsi schématisé dans un premier chapitre « sur les causes [astronomiques] » (de causis). Ce n’est qu’une première étape : suivant l’ordre prescrit par Ptolémée (selon lui), il utilise des clés de lecture astrologiques pour déterminer le lieu d’apparition des effets (de terrarum locis), la date de leur début et leur durée (de inceptione atque duratione eventuum), les objets et personnes particulièrement affectés (de rebus magnis huic influentiis aptis), avant de proposer finalement des prédictions générales (qualis res in generali accidat) et plus particulièrement météorologiques (in speciali aeris dispositione).

Au final, il y a beaucoup plus de calculs et de justifications astrologiques dans ces 19 feuillets que de prédictions à proprement parler, et celles-ci sont très générales et écrites dans un latin assez technique… à se demander si le roi y aurait vraiment trouvé un intérêt pratique !

« Je laisse de côté ces justifications pour ne pas être trop long et attiédir les oreilles du lecteur, mais on pourra les retrouver mot pour mot dans l’original de mon jugement. »

Latin 7450, f. 16v, fin de la deuxième partie du chapitre sur l’automne (traduit du latin)

De Conrad à la BnF : Louis XI a-t-il reçu ce manuscrit ?

Il ne fait pas beaucoup de doute que cette prédiction était destinée au roi de France, et ce manuscrit est la copie d’apparat, soigneusement calligraphiée et décorée, que Conrad préparait pour lui adresser. Il n’est certes pas aussi luxueux que certains manuscrits « royaux », mais beaucoup plus soigné que les manuscrits personnels de Conrad que nous conservons !

C’en est même surprenant. Les prédictions astrologiques pour l’année à venir étaient courantes au XVe siècle : c’était un exercice universitaire classique, et souvent les astrologues « privés » les envoyaient à plusieurs princes, presque comme une sorte d’échantillon publicitaire pour les convaincre de les prendre à leur service. Pourtant il est très rare de conserver une copie d’apparat comme celle-ci.

En réalité, nous avons probablement perdu l’essentiel de cette production, relativement fragile lorsqu’elle circulait et évidemment périssable – qui garde son almanach une fois l’année écoulée ? Bien souvent, nous ne conservons que les brouillons rédigés par les astrologues ou au contraire des copies de collectionneurs plus tardif.

Latin 7336, f. 367r : début de la prédiction de l’astrologue italien Pietro Bono Avogario pour l’année 1460, conservée sous forme de copie (Gallica)

En ce qui concerne cette prédiction (qui à l’époque n’avait sans doute pas de reliure), il est difficile de savoir si Louis XI l’a vraiment reçue – on ne trouve aucune mention à ce sujet, et le roi ne l’a visiblement pas conservée dans sa bibliothèque, qui a été en grande partie transmise pour former l’un des plus anciens noyaux des collections de la BnF. Mais il ne l’a pas non plus détruite, puisque nous la conservons encore !

On ne retrouve sa trace que près de deux siècles plus tard, lorsqu’elle rejoint la bibliothèque de Claude Hardy (1604-1678), un avocat (conseiller au Châtelet) mathématicien et bibliophile. La constitution de la collection Hardy n’a pas été étudiée en détail, mais elle témoigne d’un certain intérêt pour l’astrologie et plusieurs des manuscrits de Conrad Heingarter que nous conservons en proviennent, y compris un recueil d’étudiant (Latin 7295A) et un livre de travail (Latin 7197), que Conrad avait probablement gardés dans sa bibliothèque toute sa vie. Cela peut laisser penser que ces trois manuscrits n’avaient pas été séparés et que Claude Hardy les a achetés ensemble, ce qui voudrait dire que notre prédiction était bien restée en possession de l’astrologue… mais il est difficile d’en être absolument certain.

La collection de Claude Hardy était suffisamment célèbre pour qu’à sa mort Etienne Baluze (1630-1718), le bibliothécaire du ministre Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), en fasse très rapidement l’acquisition pour son maître, dont la très riche collection devait rejoindre la bibliothèque du roi en 1732.

Étienne Baluze, gravure d’après Rigaut, 1714, British Museum, R,7.41
Jean-Baptiste Colbert, gravure de Nanteuil d’après Champaigne, BnF, Estampes, RESERVE FOL-QB-201 (60), p. 34

C’est seulement à cette date qu’est réalisée la reliure actuelle en maroquin rouge aux armes du roi, une opération classique pour les livres arrivés sans reliure ou en mauvais état. Cela veut sans doute dire que les bibliothécaires précédents n’avaient pas jugé nécessaire de le faire relier, ce qui signifie que le manuscrit n’était pas trop abîmé – mais peut-être aussi qu’il paraissait moins précieux (et moins volumineux) que d’autres.

Une fois entré à la bibliothèque royale et relié de neuf, le manuscrit y est resté jusqu’à nos jours sans altération notable, à part de très légères traces d’humidité (qui sont peut-être antérieures). Depuis 2018, on peut également le consulter en ligne sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10020249q/.

Pour en savoir plus : lire la notice du manuscrit Latin 7450 dans le catalogue BnF Archives et Manuscrits et sa bibliographie : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc66676h.


[1] À propos de Simon de Phares, voir notamment Jean-Patrice Boudet, Le « Recueil des plus célèbres astrologues » de Simon de Phares, édition critique et commentaire, Paris : H. Champion, 1997-1999 (à la BnF). Maxime Préaud a consacré sa thèse d’École des chartes à Conrad Heingarter, dans laquelle il fait notamment l’édition critique du manuscrit Latin 7450 : Maxime Préaud, Les méthodes de travail d’un astrologue du XVe siècle : Conrad Heingarter, thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, 1969 (résumée dans Positions des thèses…, 1969 ; voir aussi la recension dans le bulletin codicologique de Scriptorium, XXV, 1971, p. 194-195 (en ligne sur Persée). On trouvera une bibliographie plus détaillée dans la notice du manuscrit Latin 7450 dans le catalogue BnF Archives et Manuscrits.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.