Un coran andalou à lire pendant le mois de ramadan

Arabe 385, plat supérieur sur Gallica

Arabe 385 est un manuscrit du Coran (muṣḥaf) achevé au mois de ğumādā II 703 de l’hégire, soit en janvier 1304. Le colophon (f. 131r), à l’encre dorée dans un encadrement orné d’arabesques et motifs d’inspiration végétale, ne comprend que la date, après des formules de bénédiction.

Arabe 385, f. 131 sur Gallica

Le lieu de copie, le nom du copiste et celui du destinataire de ce manuscrit de grand luxe ne sont pas mentionnés. On s’accorde cependant à penser qu’il a été réalisé en al-Andalus, alors réduit à la Grenade nasride (1237-1492). Cette région fut le centre d’une grande activité artistique, mais qui, à la date de la copie de ce manuscrit, n’est pas encore à son apogée. La période du court règne de Muammad III (1309-1309), troisième souverain de la dernière dynastie musulmane d’al-Andalus est encore assez conservatrice et le décor de ce coran reprend, tout en les traitant magnifiquement, des éléments anciens.

Ce manuscrit est cependant doté d’une particularité. D’ordinaire, des motifs ou des indications en marge délimitent des unités de lecture correspondant à un trentième du texte (ğuz’-s) et à un soixantième (ḥizb-s), plus rarement d’autres unités plus petites. Ces divisions ne tiennent pas compte du découpage en sourates, ni du sens du texte, elles délimitent seulement une longueur de texte à lire dans certaines circonstances, permettant de terminer la lecture du Coran complet en un mois. Ce manuscrit présente bien une division en ḥizb-s, marquée par des motifs circulaires contenant le mot ḥizb dans des cercles concentriques de couleurs, bordures et motifs intérieurs variés.

Arabe 385, f. 31v sur Gallica

La division en trente ğuz’-s est absente dans ce manuscrit, comme c’est le cas dans la plupart des volumes copiés au Maghreb, mais des motifs de forme triangulaire en ogive délimitent 27 unités de lecture un peu plus longues que les trentièmes, contenant une inscription où figure le nom du mois de ramadan (ramaḍān), sur fond de diverses couleurs, bordés de petits motifs. Ils semblent tracés d’une main moins habile que le reste du décor du manuscrit, mais on trouve le style d’écriture des titres de sourates et les mêmes couleurs. S’il s’agit d’un ajout, il n’est probablement pas très éloigné dans le temps de la réalisation de l’ensemble du manuscrit.

Arabe 385, f. 100v sur Gallica 1et f. 16r sur Gallica

Il est de tradition dans l’islam sunnite de lire le Coran complet au cours du mois de ramadan. On peut le lire chez soi à n’importe quel moment de la journée, mais de préférence avec les prières des tarāwīḥ , dans les mosquées, pendant la nuit, après la prière du soir et avant l’aube. Encore aujourd’hui, on termine souvent la lecture du Coran non au trentième et dernier jour, mais dans la 27ème nuit, appelée Nuit de la destinée (laylat al-qadr ou laylat al-qadar), qui rappelle celle où commença la révélation divine. La sourate XCVII s’y rapporte :

Arabe 385, f. 127r, lignes 11 à 22 sur Gallica

De par le nom de Dieu, tout-miséricordieux, tout-compatissant,

1. En vérité, nous l’avons révélé la nuit de la destinée !

2. Et qui est-ce qui te fera connaître ce qu’est la nuit de la destinée ?

3. La nuit de la destinée vaut mieux que mille mois !

4. Les anges et l’Esprit descendent du [ciel] , avec la permission de leur seigneur, [chargés] de tout ordre.

5. C’est une nuit de paix jusqu’au lever du jour !1

Le mot qadr renvoie à la grandeur et la puissance divine. Le mot qadar, lui, signifie destin, dans le sens du décret divin. Selon la tradition, c’est cette nuit là que se fixe ce qui doit arriver l’année qui vient. Nuit d’une communication particulière entre le ciel et la terre, la Nuit de la destinée est une nuit de fête, objet de traditions populaires, comme celle qui veut que le ciel se fende et que le vœu de celui qui aura veillé pour en être témoin soit exaucé. La Nuit de la destinée est évoquée aussi dans les premiers versets de la sourate XLIV, 2-7 :

Arabe 385, f. 104v, lignes 3 à 5 sur Gallica

2. Et par le livre édifiant !

3. nous l’avons révélé en une nuit bénie – car nous avertissons-

4. durant laquelle est décidé tout ordre sage

5. [en vertu d’un] commandement émanant de nous ? En vérité, nous envoyons [des Prophètes]

6. [A titre de] miséricorde de ton Seigneur qui entend et sait tout,

7. Seigneur des cieux, de la terre et de ce qui est entre eux. Si seulement vous en étiez convaincus !2

Si le décor, dans tout manuscrit de luxe, a certainement une fonction de mise en valeur de la richesse de celui qui le commandite (mais il est ici inconnu), il n’en a pas moins toujours dans les corans une valeur fonctionnelle. Le texte du Coran est celui même de la parole divine, il est donc important pour les lecteurs qu’il puisse être facilement distingué de tout ce qui l’entoure et relève de sa mise en forme : couleurs, encadrements, décors, vont contribuer à une délimitation entre le texte divin et les productions humaines destinées à le magnifier et le rendre accessible.

La graphie des corans doit être facilement lisible. Ici, elle présente, comme toutes les écritures maghrébines, une ligne de base bien perceptible sur laquelle semble reposer le tracé, et une graphie particulière de deux lettres : le fā’ est accompagné d’un point suscrit en Orient, d’un point souscrit au Maghreb alors que le qāf, au ductus presque semblable, est accompagné de deux points suscrits en Orient, d’un point suscrit au Maghreb. Le module est petit : nous avons ici 25 lignes par page. D’autres critères participent à la définition d’un style dit andalou (andalusī) : les kāf, les ṣād et les ṭā’, allongés, sont composés de deux lignes parallèles traversées par une oblique, les points diacritiques figurent sur les qāf, fā’ et nūn en finale d’un mot, alors qu’on les omet dans d’autres styles utilisés au Maghreb. Le nom de ce style ne constitue pas une assignation géographique : il existe de nombreux liens entre l’Espagne et le Maroc du début du XIVe s., les savants et les copistes ne cessaient de voyager de l’un à l’autre.

Dans les ouvrages en langue arabe, la vocalisation, qui se compose de signes inscrits au dessus ou en dessous du tracé consonantique indique les voyelles ainsi que certaines manières de prononcer, comme par exemple le redoublement d’une consomme (šadda), n’est présente que lorsque la compréhension ne va pas de soi pour le lecteur, du fait de sa faible connaissance de la grammaire (livres pour enfants, livres d’apprentissage), ou de la complexité grammaticale et de la rareté du vocabulaire de l’ouvrage (techniques, poésie). En revanche, les corans sont toujours vocalisés afin qu’on ne puisse transmettre aucune modification du texte. Dans les premiers recueils de la parole divine, les voyelles n’étaient pas indiquées. Le travail d’établissement du texte a constitué à l’élaboration de systèmes de notation, puis de plusieurs « lectures » (qirā’āt) admises, comprenant quelques variantes. Dans la mesure où elles étaient considérées comme un ajout au texte transmis par le seul ductus consonantique, les voyelles brèves et les indications orthoépiques ont longtemps été tracées dans les corans avec des encres de couleur, et cette tradition a persisté notamment au Maghreb, avec par exemple ici les voyelles a, i, u en rouge, les hamza en jaune et les autres signes en bleu.

Arabe 385, f 31v, lignes 1-10 sur Gallica

Du point de vue de sa fabrication et de sa copie, ce coran partage les caractéristiques de ceux de l’Occident musulman jusqu’au XIVe s. D’abord, ses 132 feuillets sont copiés sur parchemin, bien que le papier soit connu et répandu dans la région, puisque c’est à partir de là que la technique de fabrication se diffusera en Europe. Plus résistant, plus coûteux, la parchemin a été préféré jusqu’au XIVe s. dans tout le Maghreb pour la copie de manuscrits du Coran et d’autres livres précieux comme des recueils des traditions du Prophète (ḥadīṯ). Le format approchant du carré (ici 176 x 167 mm) est lui aussi d’un usage courant pour ces manuscrits.

De même que les titre des sourates en écriture de type coufique prolongés de vignettes à entrelacs végétal, les encadrements très larges, comme ceux du colophon (f. 130v-131) ou ceux, tressés, des quatre dernières sourates (f. 128v-129) sont très présents dans les manuscrits de cette région.

Arabe 385, f. 128v sur Gallica et f. 129r sur Gallica

Le coran comprend 114 sourates, classées, à quelques exceptions près dans l’ordre décroissant de leur longueur. Leurs titres, ici accompagnés du nombre de leurs versets, ne font pas partie du texte révélé et sont tracés dans des caractères bien différentes de celle du texte principal. Ceux des deux premières sourates sont inscrits en caractères dorés dans un style aux formes arrondies, dit ṯuluṯ, dans des bandeaux de couleur bleue et rouge, bordés d’un large encadrement d’arabesques dorées, prolongés d’une vignette aux motifs végétaux.

Arabe 385, f. 2v sur Gallica

Les autres titres sont dorés, sans encadrement, dans un style coufique, anguleux, avec des traits qui les rapprochent plus des inscriptions monumentales que de la copie des manuscrits anciens. Ils sont aussi accompagnés d’un prolongement marginal à motif végétal. Le sourates les plus courtes se trouvant à la fin du volume, l’effet décoratif s’en trouve renforcé.

Arabe 385, f. 126r sur Gallica
Arabe 385, f. 48v, détail

Des motifs à trois points dorés disposés en triangle séparent les versets. Chaque groupe de cinq versets est suivi d’un motif pointant vers le haut: sa forme est celle de lettre hā’, qui a la valeur du nombre cinq. Les groupes de dix versets sont suivis d’un motif circulaire, à l’intérieur duquel on peut lire le mot ‘ašr (dix).

Arabe 385, f. 48v, ligne 1 à 10 sur Gallica

Comme c’est souvent le cas dans les manuscrits médiévaux, le décompte du nombre de versets n’est pas toujours celui de l’édition égyptienne de 1923 qui fait aujourd’hui autorité. Par exemple, il est annoncé à la suite de son titre que la sourate XVII, al-Isrā’ (Le Voyage nocturne), contient 110 versets alors qu’elle en compte traditionnellement 111 .

Arabe 3385, f. 59v, ligne 6 sur Gallica

Le découpage en versets varie avec les différentes « lectures » du Coran admises, selon lesquelles le nombre ou l’ordre des versets peuvent diverger, de même que la manière de prononcer certains passages. En occident musulman, la lecture dite de Warš d’après Nāfi’, du nom de transmetteurs morts au IIe s. de l’hégire / IXe s. a prédominé, celle de Ḥafṣ d’après ‘Aṣim, d’autres transmetteurs de la même période, étant la plus répandue dans l’ensemble du monde musulman. Mais de plus, les manuscrits médiévaux ne respectent pas toujours strictement l’une ou l’autre des « lectures », et ils semble que les enlumineurs aient parfois disposé un peu à leur gré et pour des raisons d’ordre esthétique des motifs dorés séparateurs de versets… Par exemple, au f. 48 reproduit plus haut, on compte six rosettes entre le séparateur indiquant cinq versets (l. 1) et celui qui indique dix versets (l. 8)! La sourate XCVII, elle aussi reproduite plus haut, ne comporte aucune rosette, peut-être parce que la page est déjà chargée de beaucoup d’or?

En marge, on rencontre aussi onze motifs circulaires contenant le mot sağda, qui ne tiennent pas aux divisions du texte, mais accompagnent des versets du Coran dont la lecture requiert une prosternation (sağda), parce qu’ils évoquent soit la grandeur de Dieu, soit la prosternation.

Arabe 385, f. 57v et détail sur Gallica

Arabe 385, f. 77v sur Gallica

Des pages tapis, ou décors en pleine page sans aucune inscription, sont apparues dans les corans dès le IXe s., précédant et suivant immédiatement le texte coranique. Celles de ce manuscrit sont doubles, présentées en vis-à-vis. À la fin, on constate que le colophon est placé à la suite de cette double page. Sur un fond d’arabesques qui varie légèrement, se développe une construction géométrique autour d’une étoile à huit branches. À chacune de ces pages, un traitement différent de la même construction donne une aspect différent.

Arabe 385, f. 1v sur Gallica et f. 2r sur Gallicaf. 129v sur Gallica et f. 130r sur Gallica

La reliure est probablement contemporaine de la copie du manuscrit. Le rabat, qui se replie sous le plat inférieur, protège la tranche. Il est aujourd’hui encore en usage pour les seuls corans, mais était courant pour les types de livres manuscrits. Chacun des plats est orné de façon identique d’un motif de tressage aux petits fers, rehaussé de rosettes et points dorés. Trois fines bandes où le cuir est laissé brut délimitent deux bandes d’encadrement avec tressage, points et rosettes. Le décor des plats est repris au rabat et sur la partie qui couvre la tranche. Le tout est doublé de cuir.

Plat supérieur :

Arabe 385, plat supérieur
Arabe 385, plat supérieur sur Gallica

Plat inférieur et rabat :

Arabe 385, plat inférieur et rabat sur Gallica

L’histoire de ce manuscrit est mal connue. Une marque de possession dans un écriture maghrébine probablement un peu plus tardive que la copie n’est plus très lisible (peut être Aal-Faḍl ibn ‘Abd al-Raḥmān ibn Muḥammad ibn ‘Abd al-Raḥmān?).

Arabe 385, f. 132v sur Gallica

Ce manuscrit portait le numéro 1 dans la collection d’Antoine-Joseph Ducaurroy (1775-1853).

Arabe 385, f. 1r sur Gallica

Ce dernier avait rassemblé une collection de manuscrits arabes et persans lors de son séjour en Turquie à partir de 1802, comme Directeur de l’École des jeunes de langue à Constantinople, chargée de la formation des drogmans (traducteurs) pour les services diplomatiques. Il fut ensuite drogman, puis secrétaire-interprète de l’ambassade de France. Il était en relations avec Antoine-Isaac Silvestre de Sacy (1758-1838), qui fut conservateur des manuscrits orientaux à la Bibliothèque royale. Ses manuscrits ont été acquis par la cette dernière avant son départ en retraite et son retour en France en 18313.

Comment ce manuscrit est-il venu en Turquie ? Peut-être a-t-il été emporté par des Musulmans d’Espagne après la chute de Grenade en 1492 devant les couronnes d’Aragon et de Castille ? Ou alors à la suite de l’une des nombreuses mesures d’expulsions qui furent prononcées contre les Morisques jusqu’en 1609 ? Est-il arrivé directement d’Espagne à la capitale de l’empire ottoman ? Aucune indication dans le manuscrit Arabe 385 ne permet de le savoir.

Marie-Geneviève Guesdon

Marie-Geneviève Guesdon est conservateur honoraire en chef du Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Codicologue et paléographe, spécialiste des manuscrits arabes.

Bibliographie :
  1. Traduction de Si Hamza Boubakeur, Le Coran : texte, traduction française…, p. 2060. []
  2. Idem, p. 1574. []
  3. Sa correspondance avec Silvestre de Sacy est conservée à l’Institut de France : Ms 2375, 187-200 et 201-207 []

3 réflexions sur « Un coran andalou à lire pendant le mois de ramadan »

  1. Une description précieuse et érudite, un travail délicat d’archéologue. Compliment, Marie-Geneviève !

  2. Merci pour ce magnifique article qui décrit de la manière la plus complète et la plus savante aussi bien ce Coran que les pratiques et usages des musulmans andalous
    Toutes mes félicitations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.