Une « histoire nationale » sous Charles V : Le ms. Français 2813 des Grandes Chroniques de France

Le 8 avril 1364, le roi Charles V héritait d’une France défaite, marquée par le traité de Brétigny et l’instabilité intérieure. Face aux prétentions de la Couronne anglaise et au déclin de l’autorité royale, un de ses premiers soucis fut d’affirmer la légitimité dynastique des Valois et de redonner son prestige au pouvoir royal. Fin stratège autant que roi lettré, il s’appuya sur une politique de légitimation culturelle dont le texte des Grandes Chroniques de France est un exemple.

Composées au XIIIe siècle et actualisées à la fin du Moyen Âge, les Grandes Chroniques de France sont l’histoire officielle du royaume et la mémoire des faits des rois. La bibliothèque Sainte-Geneviève conserve aujourd’hui l’exemplaire de la version primitive commandée sous l’abbatiat de Mathieu de Vendôme à Primat, moine de Saint-Denis, à partir de sources latines et présentée à Philippe le Hardi en 1274 (ms. 782). Remaniée au cours du XIVe siècle, cette vaste compilation historique fut notamment révisée et augmentée entre 1375 et 1379 sous la direction du chancelier Pierre d’Orgemont. Parmi les quelque cinquante témoins du texte, le ms. BnF, Français 2813, exemplaire réalisé pour le roi Charles V (1364-1380), tient une place prédominante. Véritable « histoire nationale », il présente un récit sans précédent de la royauté française depuis ses origines troyennes jusqu’en avril 1379, soit un an et demi avant la mort du roi, et résume la vision politique du souverain au cours de son règne.

L’exécution de ce superbe manuscrit de 543 feuillets a été confiée aux copistes et artistes proches de la cour de France. On reconnaît la main des « écrivains du roi », Henri de Trévou et Raoulet d’Orléans. Pas moins de cinq enlumineurs ont contribué aux 175 peintures qui ornent le volume, dont le Maître du Couronnement de Charles VI (BnF, ms. Français 2813, f. 3v), le Maître du Livre du Sacre de Charles V (British Library, Cotton, ms. Tib. B. VIII) et Perrin Remiet (BnF, Français 823). L’analyse du texte et de l’iconographie, étroitement imbriqués, mettent en lumière les trois phases de son exécution : la première, antérieure à 1375, correspond à la copie par Henri de Trévou des gestes des rois jusqu’à Philippe VI de Valois, à partir du manuscrit de Primat, conservé dans la Librairie du Louvre et portant des indications (XIVe siècle) pour le copiste ; la seconde est constituée par la rédaction des chroniques des règnes de Jean le Bon et de Charles V sous la direction du chancelier Pierre d’Orgemont, transcrites avant 1377 par Raoulet d’Orléans ; enfin, entre 1377 et 1379, furent ajoutés les principaux événements situés entre 1377 et 1379. À l’origine, le manuscrit était divisé en deux volumes, s’ouvrant chacun par une peinture frontispice, présentant dans la bordure inférieure les armes du roi portées par deux anges (f. 4 et 265). Au f. 263v, son ex-libris se devine à la lampe de wood : « Ces Croniques de France sont a nous le Ve de notre nom, roy de France [et le fismes escrire], enluminer [et parfere]. Charles ».

Les origines troyennes des Francs. Dans la bordure inférieure, les armes de Charles V portées par deux anges. Français 2813, f. 4.

La comparaison du manuscrit avec d’autres témoins fait apparaître des thèmes bien spécifiques au ms. Français 2813 et permet de retracer l’évolution de la pensée politique du roi[1].

La première partie insiste sur la légitimité de la dynastie royale et du souverain. Le manuscrit s’ouvre au f. 4 sur une peinture pleine page. Quatre scènes inscrites dans des cadres polylobés y rappellent les origines troyennes des Francs, la fondation de Sicambre par Francion et la suprématie des descendants des Troyens sur les Romains. On note que  l’élection d’Hugues Capet, qui pouvait offrir un parallèle avec l’accession au pouvoir de Philippe VI de Valois n’est pas représentée. Les droits du jeune roi sur la Normandie, dont il avait été fait duc en 1350, trouvent leur justification face aux prétentions de Charles de Navarre et d’Édouard III dans le récit de la  geste de Rollon, qui occupe plusieurs chapitres de la Chronique. Ils sont notamment illustrés par le débarquement des Normands en France (f. 165), le baptême de Rollon (f. 166v) et l’assassinat de Guillaume Longue-Épée (f. 169).     

L’origine divine du pouvoir royal est symbolisée par le baptême de Clovis (f. 12v). L’exécution de peintures de grandes dimensions (sur double colonne) pour les règnes de Charlemagne, Louis le Pieux, Philippe Auguste et Louis IX révèlent l’importance de leur exemple pour le roi. Pas moins de douze enluminures retracent la lutte de Charlemagne contre les Sarrasins. La geste de Louis IX transcrite au début de la seconde partie est introduite par une peinture pleine page divisée en six compartiments : cinq d’entre eux rappellent la piété du saint roi.

[1] Ce sujet a fait l’objet d’une étude approfondie d’Anne Dawson  Hedeman, The royal image. Illustrations of the « Grandes Chroniques de France », 1274-1422, Berkeley-Los Angeles-Oxford, 1991, p. 95-133, p. 244-248.

Scènes de la vie du roi Louis IX. Dans la bordure inférieure, les armes de Charles V portées par deux anges. Français 2813, f. 265.

Un des éléments essentiels du texte et de l’iconographie réside dans le rappel de la suprématie française sur l’Angleterre tout au long du manuscrit. Au f. 242, est dépeinte la fuite de Richard Cœur de Lion : des Anglais en déroute, l’enlumineur n’a représenté que la croupe d’un cheval et des dos fuyant piteusement devant Philippe Auguste et son armée.

 

Fuite de Richard Cœur de Lion et des Anglais devant l’armée française. Français 2813, f. 242.

Entre 1375 et 1377 les f. 290-292 ont été modifiés pour y transcrire le texte de la renonciation par Henri III à la Normandie introduit par cette rubrique : « Ci aprés est la teneur de la chartre  comment le roy Henry d’Angleterre renonça a toute la duchiee de Normandie ». Il est accompagné de l’illustration de l’hommage du roi d’Angleterre à Louis IX. 

Hommage du roi Henri III d’Angleterre au roi Louis IX. Français 2813, f. 290.

De même, aux f. 357 et 357v,  une scène d’hommage d’Edouard III, agenouillé devant  Philippe VI de Valois, est représentée à deux reprises, la seconde par une double miniature.

Hommage du roi Édouard III au roi Philippe VI de Valois. Français 2813, f. 357.

Les chroniques des règnes de Jean le Bon et de Charles V, composées lors de la seconde phase d’exécution du manuscrit, occupent les f. 393-492. Elles sont ornées d’un cycle de vingt-six peintures célébrant les événements importants des deux règnes. La défaite de Jean le Bon est occultée par l’exaltation de la conduite chevaleresque du roi et de son entrée royale à Londres le 3 janvier 1364 pour prendre la place de Louis d’Anjou en captivité. La peinture pleine page de la fondation et du banquet de l’Ordre de l’Étoile, créé par Jean le Bon après le 16 novembre 1351, symbolise le rassemblement de la chevalerie autour de son roi.

Création par le roi Jean le Bon de l’ordre de l’Étoile. Français 2813, f. 394.

Le traité de Brétigny, conclu le 8 mai 1360 et ratifié le 24 octobre suivant à Calais, est transcrit au f. 426v, mais le texte n’est introduit que par une initiale ornée. La consolidation intérieure du royaume par le dauphin face aux rébellions d’Étienne Marcel et de Charles le Mauvais est longuement retracée : une des scènes marquantes en est, au f. 409v, l’assassinat, sous les yeux du dauphin, des maréchaux de Champagne et de Normandie, Jean de Dormans et Robert de Clermont, lors de l’invasion du Palais de la Cité le 22 février 1358.

L’affirmation du pouvoir royal s’exprime dans la double miniature représentant le couronnement de Charles V, ceint de la couronne de Charlemagne, et de la reine Jeanne de Bourbon, tenant à la main le sceptre de Dagobert, le 19 mai 1364 (f. 439). La mention des naissances des enfants royaux insiste sur la continuité de la dynastie symbolisée par la procession de baptême de Charles VI (f. 446v). La solennité des funérailles de la reine, décédée le 6 février 1378, est perceptible dans la peinture du f. 480v.

Couronnement de Charles V et de Jeanne de Bourbon. Français 2813, f. 439.

Affirmation de la reconnaissance des Valois et consolidation du pouvoir trouvent leur pleine expression dans les corrections et additions de la troisième phase de réécriture entre 1377 et 1379. C’est à cette période qu’ont été ajoutés le texte et l’illustration du couronnement de Philippe VI de Valois au f. 353v et la scène de l’acclamation du jeune Charles VI au milieu de ses pairs dont est rappelé le rôle d’assistance au roi. Les enluminures des hommages d’Henri III et Edouard III à Louis IX et Philippe VI, mentionnées ci-dessus, datent de ces deux mêmes années. La soumission du roi anglais, agenouillé devant le roi en majesté entouré de ses officiers, y est mise en évidence.

Couronnement de Charles VI. Français 2813, f. 3.

Dix-huit peintures ornent les treize feuillets consacrés à la visite à Paris de l’empereur Charles IV et de son fils Wenceslas IV en novembre 1378. Elles placent Charles V sur un pied d’égalité avec l’empereur germanique. Au f. 478, son fils Wenceslas IV rend hommage au roi de France.

Entrée à Paris de l’empereur Charles IV, de Charles V et du dauphin, novembre 1378. Français 2813, f. 470v.

Comme l’indiquent les inventaires de la Librairie de Charles V, le manuscrit conservé à l’origine dans la tour de la Fauconnerie du Louvre avait été transporté au donjon de  Vincennes avant la mort du roi : « Les Croniques de France, en .II. volumes, couvertes de soye inde a queue, et sont en .II. estuiz de cuir escorchiez aus armes de France. ― Addition : Lesquelles furent portees au Bois devers ledit feu roy Charles [1] ». L’ouvrage en sortit à une date indéterminée pour entrer dans la collection de Jean de Berry conservée à Bourges[2]. Il est cité partir de 1645 dans la Bibliothèque du roi.

Fruit d’une réécriture au sein même de la cour de France, sous la direction du chancelier, le manuscrit est unique par le programme politique dont il est le miroir. Si la notion de propagande royale semble anachronique à l’époque médiévale, il s’apparente à une histoire nationale au sens propre du terme, visant à renforcer la puissance des Valois. Parfois désigné sous le titre des « Grandes Chroniques de Charles V », il servit de référence pour des exemplaires postérieurs, tels le manuscrit de la BnF, Français 2608[3], le codex 2564 de l’ÖNB de Vienne, les manuscrits de Lyon, BM, 880 et Palais des arts  30[4].

[1] Inventaires de la Librairie du Louvre de 1380 (BnF, ms. Français 2700, f. 13v, n° 252), de 1411 (ibid., f. 44v, n° 77).

[2] Léopold Delisle, Recherches sur la Librairie de Charles V, Paris, 1907, I, p. 313.

[3] Voir la description de ce ms. dans l’étude de Laure Rioust et Olga Karaskova, Les Grandes Chroniques de France. Un manuscrit royal du temps de Charles VI, Art de l’enluminure n° 52, mars-mai 2015.

[4] Ce dernier manuscrit a été l’objet de l’étude de Coline Gosciniak, Illustrer les Grandes Chroniques de France vers 1400 : le manuscrit Palais des Arts 30 de la Bibliothèque municipale de Lyon, Mémoire de master 2 professionnel, Lyon, 2015.



Citer ce billet
Véronique de Becdelièvre (2020, 7 mai). Une « histoire nationale » sous Charles V : Le ms. Français 2813 des Grandes Chroniques de France. MANUSCRIPTA : Manuscrits médiévaux conservés à la BnF. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r86v

Une réflexion sur « Une « histoire nationale » sous Charles V : Le ms. Français 2813 des Grandes Chroniques de France »

  1. Bravo pour ce magnifique article et le choix de ce manuscrit extraordinaire. C’est passionnant, enrichissant. Merci mille fois. La Bibliothèque nationale de France conserve des collections exceptionnelles dont ce manuscrit est un magnifique exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.