Caïn et Abel ou le combat entre les Vices et les Vertus

L’histoire de Caïn et Abel figure en bonne place dans le répertoire iconographique chrétien. Elle est relatée dans la Genèse (Gn 4, 1-17). Après le péché originel et l’expulsion du paradis d’Adam et Eve, Eve donne naissance à deux fils. Abel, le cadet, devient pasteur, tandis que l’aîné, Caïn, se tourne vers les travaux de la terre. Les deux frères offrent un sacrifice à Dieu qui agrée celui d’Abel mais refuse celui de Caïn. Les raisons du choix divin ne sont pas mentionnées. L’épisode des offrandes est brossé en quelques traits dans la Genèse, en une évocation lapidaire, sans abondance de détails (Gn 4, 3-5). 

BnF, Français 9, f. 11, Bible historiale, début du XVe siècle
Dans Mandragore

Dans la suite du récit génésiaque, Caïn, irrité de voir son offrande repoussée, ne tient pas compte de la mise en garde divine et tue Abel. Après ce meurtre, premier fratricide de l’humanité, Caïn fait face aux reproches et à la malédiction divine. Caïn s’exile au pays de Nod, à l’est d’Eden et engendre Hénoch. Père de la civilisation, Caïn bâtit une cité à laquelle il donne le nom de son fils.


BnF, Français 9, f. 11v, Bible historiale, début du XVe siècle
Meurtre d’Abel suivi de la malédiction de Caïn
Dans Mandragore

L’histoire de Caïn et d’Abel fournit un vivier de thèmes dans lequel ont puisé les artistes au Moyen Âge et fait partie des épisodes privilégiés dans les textes qui évoquent les Vices et les Vertus. La dualité très marquée des deux frères est exarcerbée dans l’exégèse et les écrits des commentateurs chrétiens. Ainsi l’opposition entre Caïn et Abel se prête-t-elle donc particulièrement à mettre en images la lutte entre un Vice et une Vertu.

La Vertu d’Equité face au Vice de Félonie dans les manuscrits de la Somme le roi

La Somme le roi est un manuel d’édification morale et religieuse rédigé à la demande de Philippe III le Hardi, roi de France (1245-1285) par son confesseur dominicain frère Laurent en 1279, comme l’indique l’explicit aux lettres finement cadelées d’un des manuscrits témoins de ce texte conservé à la BnF, le manuscrit Français 958.

BnF, Français 958, f. 122v, détail 
“Le livre compilla et parfist ung prescheur a la requeste du roy de france philippe en lan mil deux cents soixante diz neuff”

Ce traité bénéficia d’une diffusion considérable, comme en témoigne le grand nombre de manuscrits conservés. Appelé également le Livre des vices et des vertus ou le Livre des commandements de Dieu, ces titres nous éclairent sur le contenu de ce manuel. Destiné aux laïcs, ce traité évoque les dix commandements, les douze articles de la foi contenus dans le Credo, le traité des sept péchés mortels, le traité de la vertu en général et le traité des vertus en particulier. Dans ce cinquième et dernier chapitre prend place le Pater noster, associé aux sept dons du Saint-Esprit. Chaque don est associé à une vertu et au vice qu’elle combat.

Le manuscrit Français 938 conservé à la BnF est le seul exemplaire du XIIIe siècle à avoir conservé ses quinze peintures à pleine page.

Les sept dernières enluminures représentent l’opposition des Vices et des Vertus. Elles se caractérisent par la même composition, au registre supérieur à gauche, une figure féminine symbolise la vertu concernée. En regard, un personnage est soumis au vice opposé.

Le passage « Du don de science et de la vertu d’équité », consacré au troisième don du Saint-Esprit, évoque son rôle, qui rend l’homme sage et à mesure en toutes choses et extirpe le péché d’ire (de colère) et de félonie.

Pour incarner l’opposition entre la vertu d’équité et le vice de félonie, c’est le meurtre d’Abel par son frère Caïn qui a été choisi. 

BnF, Français 938, f. 86 Français 938, f. 86
Dans Gallica

Au registre supérieur, à côté de l’allégorie de l’Equité personnifiée par une femme tenant un triangle et piétinant un loup se trouve le meurtre d’Abel. Au registre inférieur, sous les deux scènes, font écho deux représentations vétérotestamentaires, l’arche de Noé en regard de l’Equité, et Moïse s’interposant au milieu d’un conflit entre deux personnages.

Cette lecture moralisée du meurtre d’Abel transpose ainsi le combat fratricide dans une psychomachie, avec la lutte entre un Vice, la Félonie, et une Vertu, l’Equité.

Caïn est ainsi souvent rapproché dans les textes d’un vice particulier, la Félonie. Dans plusieurs traités médiévaux, Caïn se caractérise par ce vice sans en être l’allégorie. Dans le Des cas des nobles hommes et femmes de Boccace, le geste meurtrier de Caïn s’explique par sa félonie : « Abel un de leurs enfans murtry par la felonnie de Cayn leur aultre filz » (transcription  à partir du manuscrit suivant : Paris, BnF, Français 226, fol. 6v.) 

BnF, Français 226, f. 6v, détail, meurtre d’Abel
Dans Mandragore

L’opposition entre Caïn et Abel vue à travers le prisme du vice d’envie

Les Moralia in Job, composés à la fin du VIe siècle par Grégoire le Grand (pape de 590 à 604), reprennent cette liste (Moralia in Job, 31, 45, P.L. 76, col. 621a.). Dans ce livre, qui a profondément imprégné la culture médiévale, Grégoire présente l’armée des vices, présidée par l’orgueil, de laquelle découlent les sept vices : la vaine-gloire, l’envie, la colère, l’acédie, l’avarice, la luxure et la gourmandise. Grégoire substitue ainsi l’envie à la tristesse et propose un ordre de lecture inverse, avec cette fois l’orgueil perçu comme la source de tous les vices.

Pierre Lombard (mort en 1160), dans ses Livres des Sentences (1139), ouvrage de référence jusqu’à la fin du Moyen Âge, fixa définitivement à sept le nombre des vices. Dans cette liste, l’orgueil et la vaine-gloire sont réunis. Vers 1270, l’ordre de l’énumération des vices se fixa en établissant une hiérarchie : orgueil, avarice, luxure, colère, gourmandise, envie et acédie. Plus tard, l’acédie fut remplacée par la paresse. L’expression de “péchés capitaux” servit à désigner les sept vices dès la fin du XIIIe siècle. 

BnF, Français 50, f. 25, détail, allégorie des sept péchés capitaux
Dans Gallica
Dans Mandragore

Dans ce manuscrit du Miroir Historial de Vincent de Beauvais, on voit l’allégorie des péchés capitaux juchés sur des animaux, tournant autour du péché racine de tous les péchés, l’orgueil, au centre. Chaque fois une inscription identifie le péché correspondant : ire / avarice / envie / orgueil / luxure / paresse / glotonnie

L’envie, vice spirituel, figure en bonne place parmi ce septénaire. La première manifestation de l’envie est le fait du diable lui-même. Jaloux d’Adam et Eve, il les tente pour les conduire à pécher. C’est Caïn qui prend la suite du diable : « D’objets de l’envie du diable, les hommes en devinrent bien vite de fidèles imitateurs, et leur envie provoqua, au même titre que celle du diable, luttes et malheurs : l’envie de Caïn envers Abel, le préféré de Dieu, fut la cause du premier homicide. » (Carla Casagrande, Silvana Vecchio, « L’envie », dans ID., Histoire des péchés capitaux au Moyen Age, p. 67-92, citation p. 67).

C’est l’envie qui motive Caïn et l’amène à tuer son frère, idée relayée dans des textes de nature variée. Dans les Heures de Louis de Laval, la miniature illustrant le meurtre d’Abel comporte une légende qui met l’accent sur le vice d’envie.

BnF, Latin 920, f. 12, détail, meurtre d’Abel
« Comment Cayn par envie quil eust sur son frère Abel le mena aux champs et le tua. Genesis quarto capitulo »
Dans Gallica

Pour aller plus loin

Edith Brayer, “Contenu, structure et combinaisons du Miroir du Monde et de la Somme le Roi”, dans Romania, tome 79 n°313, 1958, pp. 1-38.

Xavier de La Selle, Le service des âmes à la cour: confesseurs et aumôniers des rois de France du XIIIe au XVe siècle, dans Mémoire et documents de l’Ecole des Chartes 43, Paris, 1995, p. 261-262.

La « Somme le roi » par Frère Laurent, éd. Edith Brayer, Anne-Françoise Leurquin-Labie, Paris, 2008, p. 38.


4 réflexions sur « Caïn et Abel ou le combat entre les Vices et les Vertus »

  1. Un grand merci à Madame Maffre pour ce billet documenté et particulièrement intéressant. S’il est un péché qu’on se pardonnerait presque à cette lecture, c’est celui de la gourmandise… d’en savoir plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.