Vishnou et Krishna sur la voie de l’enluminure

Les textes brahmaniques ayant inspiré les enlumineurs ne sont pas si fréquents. Parmi eux, deux textes ont reçu régulièrement, dans les manuscrits, des programmes iconographiques: le Rāmāyaṇa et le Bhāgavata-purāṇa. Ces deux textes mettent en scène deux avatars (du sanskrit avatāra, littéralement « descente ») de Vishnou. Ce dieu important de l’hindouisme est en effet le sujet d’une dévotion qui favorise la relation personnelle du fidèle à son dieu. L’image est, à ce titre, un médium particulièrement prisé pour nourrir ce lien.

Vishnou et sa parèdre, la déesse Lakshmi, assis sur un trône royal, installé ici sur la terrasse d’un palais donnant sur un jardin fleuri (Sanscrit 477)

Dans la cosmogonie définie par l’hindouisme, Vishnou est l’élément conservateur, celui qui intervient dans les périodes où la terre doit affronter des calamités – source d’inspiration en ces temps de pandémie! Il est complémentaire des deux autres principes: le principe créateur incarné par le dieu Brahma et le principe destructeur, régénérateur, incarné par le dieu Shiva. A eux trois, ils forment ce que l’hindouisme désigne comme la « Trimūrti », ou la « triple forme » du principe divin. Les dieux de la Trimūrti, tout particulièrement Vishnou et Shiva, ont fini par éclipser les dieux les plus importants chantés dans les Védas comme Indra ou Agni. Dans l’histoire du brahmanisme, on est ainsi passé du védisme, religion centrée sur le sacrifice, à l’hindouisme, religion centrée sur la figure d’une divinité particulière à laquelle le dévot rend hommage.

Mantra Oṃ historié avec la « Trimūrti » : Brahma à l’horizontale, pourvu de quatre têtes, Shiva à la verticale, portant le chignon, la peau de léopard et le collier de crânes des ascètes, et Vishnou, assis en tailleur sur une fleur de lotus, tenant dans ses quatre mains ses attributs iconographiques, une conque, un disque, un arc et un bouton de fleur de lotus, fin XVIIIe siècle (Bhāgavata-purāṇa, Sanscrit 477)

Si la geste de Rāma chantée dans le Rāmāyaṇa est fort célèbre, le Bhāgavata-purāṇa connaît lui aussi une grande popularité. Ce poème narratif appartient au genre des Purāṇa, récits légendaires qui se situent, dans l’histoire littéraire, entre les récits historiques (itihāsa), comme le Mahābhārata, et les récits poétiques (kāvya), comme le Rāmāyaṇa. Rédigé en sanskrit, il compte parmi les dix-huit « grands Purāṇa », à côté d’une multitude de Purāṇa secondaires. Chacun évoque l’histoire d’un dieu de l’hindouisme dont le nom figure dans le titre. Ici, « Bhāgavata », le Bienheureux, renvoie à Krishna, l’une des incarnations de Vishnou et l’un des dieux les plus populaires en Inde mais aussi à l’étranger, l’élégant flûtiste charmant les bouvières de son village, mais aussi l’écuyer conseillant les princes.

La Bibliothèque nationale de France conserve plusieurs exemplaires du Bhāgavata-purāṇa, dont deux rouleaux richement enluminés (Sanscrit 477 et Sanscrit 479). Acquis dans les années 1830, ils présentent une série de miniatures réalisées à la fin du XVIIIe siècle1. D’une vingtaine de mètres de long, ils sont rédigés dans une écriture micrographique qui les rendent difficilement lisibles (la fonction zoom de Gallica est à cet égard un atout apprécié!). La forme du rouleau n’est pas la forme habituelle du livre en Inde, mais elle est utilisée quelque fois lorsque des textes sont destinés à être portés sur soi, en guise d’amulette. Il s’agit également ici, pour le commanditaire, d’utiliser sa fortune pour accomplir une œuvre de dévotion. Le texte est respecté puisqu’il est copié dans son intégralité, et les enluminures, ainsi que le riche décor de motifs floraux sur fond doré, assurent au dévot la satisfaction des dieux et sa renommée sociale.

Bhāgavata-purāṇa, strophes dédicatoires et début du texte (Sanscrit 477)

Les deux rouleaux s’ouvrent sur un ensemble de miniatures rendant d’abord hommage à Ganesh, le dieu protecteur à tête d’éléphant vers qui chacun se tourne au moment d’entreprendre une action, comme la copie d’un texte. Les rouleaux figurent d’abord les trois dieux de la Trimūrti, avant de donner à voir chacun des dix avatars de Vishnou. Nous les présentons ci-dessous avec des images issues en alternance des deux rouleaux (Sanscrit 477 et 479).

1. Matsya, le poisson, combat Shaṅkhāsura, le démon-conque, et sauve l’humanité d’un déluge en disant à Manou, le premier homme, de construire un bateau afin de sauver sa famille (Sanscrit 479)

2. Kūrma, la tortue, supporte le mont Mandara utilisé pour le barattage de la mer de lait et permet aux dieux (à gauche) et aux démons (à droite) de sauver l’ambroisie d’immortalité symbolisée par les flacons sur la rive (Sanscrit 477)

3. Varāha, le sanglier, combat le démon Hiranyaksha qui avait entraîné la terre au fond des océans et soulève celle-ci du bout de ses défenses (Sanscrit 479)

4. Nârasimha, l’homme-lion, combat le démon Hiranyakashipu qui ne pouvait pas être battu par une arme, ni par un homme, ni par un dieu, ni la nuit, ni le jour, ni à l’intérieur, ni à l’extérieur. Vishnou prend ainsi la forme de cet être hybride caché dans une colonne, éviscérant son adversaire de ses griffes à la tombée du jour (Sanscrit 477)

5. Vāmana, brahmane nain, conclut un contrat avec Bali, démon assoiffé de conquête : il devra régner sur un territoire mesuré de trois de ses pas. Le contrat scellé, Vāmana reprend sa forme du dieu Vishnou et parcourt en trois pas les trois mondes, terre, ciel et enfers (Sanscrit 477)

6. Parashurâma, Râma à la hache, lutta contre la caste des guerriers qui ne reconnaissaient plus l’autorité des brahmanes. Il combat ici le guerrier démon Kârtavîrya lourdement armé (Sanscrit 479)

7. Le prince-dieu Râma et son frère Lakshmaṇa tuent Râvaṇa pourvu ici de dix têtes tombées au sol et de vingt bras représentant la puissance destructrice de ce démon qui avait enlevé Sitâ, l’épouse de Râma, sur l’île de Sri Lanka (Sanscrit 477)

8. Krishna enfant traverse de nuit la rivière dans un panier pour échapper à la colère de son oncle Kamsa. Une prédiction avait annoncé à ce tyran assoiffé de pouvoir que le huitième enfant de sa sœur Devakî causerait sa chute. Son père Vasudeva confia donc Krishna à un couple de vachers (Sanscrit 479)

9. Vishnou prend la forme du Bouddha, assis ici sur un trône royal. En présentant Bouddha comme un avatar de Vishnou, le brahmanisme peut ainsi contrer le bouddhisme, religion née en Inde en opposition à la suprématie des brahmanes (Sanscrit 477)

10. Kalkî, le cavalier au cheval blanc, est une figure apocalyptique : Vishnou est destiné à prendre cette forme à la fin de l’âge sombre, le Kali Yuga, dans lequel nous vivons, et inaugurera l’âge suivant placé sous le signe de la Vérité, Satya Yuga (Sanscrit 479)

Le Bhāgavata-purāṇa revêt un intérêt particulier pour la Bibliothèque nationale de France car ce texte a fait l’objet d’une édition et d’une traduction française dans les années 1840 par l’un des pères des études indiennes, Eugène Burnouf. Ce dernier, professeur au collège de France, était en lien permanent avec la Bibliothèque et lui a suggéré un certain nombre d’acquisitions dont la pertinence est encore saluée aujourd’hui. Il travailla notamment sur un texte réparti en 13 volumes (actuels Sanscrit 463-475) contenant le commentaire de Śrīdharasvāmin, érudit du XIIIe siècle.

Bhāgavata-purāṇa en écriture devanāgarī avec le commentaire de Śrīdharasvāmin dans les marges supérieure et inférieure en plus petits caractères, l’espace central laissé en réserve devait accueillir une peinture, sans doute du dieu Krishna, héros du texte (Sanscrit 463, f. 1v)

Eugène Burnouf s’est aussi appuyé sur un manuscrit en écriture bengalie (Sanscrit 480). Lacunaire, ce manuscrit contient toutefois le commentaire de Śrīdharasvāmin et fut collecté par le père Jean-François Pons dans les années 1730 auprès de brahmanes du Bengale. Le père Pons collecta, à la demande de l’abbé Jean-Paul Bignon, bibliothécaire de Louis XV, un ensemble de près de 200 manuscrits en sanskrit qui forme le cœur de la collection des manuscrits indiens de la BnF et qui ont attiré, au début du XIXe siècle, les savants de l’Europe entière.

Bhāgavata-purāṇa en écriture bengalie avec le commentaire de Śrīdharasvāmin, début XVIIIe siècle (Sanscrit 480, f. 279)
Vasudeva traverse la rivière avec Krishna enfant pour le mettre à l’abri de la colère de son oncle (Indien 839, f. 51)

Les cours d’Eugène Burnouf ont été suivis par une génération de savants qui a marqué la seconde moitié du XIXe siècle, comme Ernest Renan ou Max Muller. L’un d’eux, l’Alsacien James Darmesteter, avait acquis une traduction en « hindoustani2 » du Bhāgavata-purāṇa (Indien 839). Cet épais volume de 500 feuillets, donné à la Bibliothèque par Mary Darmesteter au nom de son mari, présente 116 miniatures au fil du texte, le plus souvent en pleine page. Tous les épisodes de la vie de Krishna donnent ainsi lieu à des représentations iconographiques, comme la scène qui montre Krishna mis à l’abri par son père chez un couple de vachers, comme nous l’avons évoqué ci-dessus dans les rouleaux sanskrits.

Références :

  • Bhāgavata-purāṇa, rouleau, Sanscrit 477
  • Bhāgavata-purāṇa, rouleau, Sanscrit 479
  • Bhāgavata-purāṇa avec le commentaire de Śrīdharasvāmin, Sanscrit 480
  • Bhāgavata-purāṇa, 13 volumes, Sanscrit 463-475
  • Bhāgavata-purāṇa, traduction hindoustani, Indien 859
  • Siron, Maud, Die Handschriftenrolle „Sanscrit 477“ des Bhāgāvata-Purāṇa in der Französischen Nationalbibliothek (BnF), Mémoire de recherche (M2) de l’Université de Heidelberg en partenariat avec l’École du Louvre, sous la direction du professeur Monica Juneja et du professeur Monika Boehm-Tettelbach, août 2018
  • Le Bhâgavata Purâṇa, ou Histoire poétique de Krĭchna, traduit et publié par Eugène Burnouf, Paris, Imprimerie royale, 1840-1847, 3 volumes sur Gallica: vol. 1, vol. 2, vol. 3
  • Le Bhâgavata Purâna ou Histoire poétique de Krĭchna, traduit et publié par Eugène Burnouf, tome IV par M. Hauvette-Besnault, tome V par M. Hauvette-Besnault et le R.P. A. Roussel, Paris, Imprimerie Nationale, 1884-1898, 2 volumes sur Gallica.
  1. Le rouleau Sanscrit 477 a fait l’objet d’un mémoire d’étude réalisé par Maud Siron, Die Handschriftenrolle „Sanscrit 477“ des Bhāgāvata-Purāṇa in der Französischen Nationalbibliothek (BnF), Mémoire de recherche (M2) de l’Université de Heidelberg en partenariat avec l’École du Louvre, sous la direction du professeur Monica Juneja et du professeur Monika Boehm-Tettelbach, août 2018. Maud Siron signe aussi la notice dans le catalogue BnF Archives et manuscrits. []
  2. Cette langue commune à l’Inde du Nord fut séparée, au moment des combats indépendantistes et des revendications identitaires, entre l’hindi sanskritisé écrit en caractères devanāgarī et l’ourdou persanisé écrit en alphabet perso-arabe []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.