Le Sabbat des Sorcières, Manuscrit Français 961

Contrairement aux idées reçues, associant la chasse aux sorcières et le Moyen Âge, la persécution concerne davantage la Renaissance et l’âge classique. Réalisés vers 1470-1480, les frontispices du manuscrit Français 961, du manuscrit 11209 de la Bibliothèque royale de Belgique et du manuscrits Rawl. D. 410 de la Bodleian Library constituent la première représentation visuelle du sabbat des sorciers (ici nommés vaudois).

Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Français 961, f. 1
Jean Tinctor, Traité du crime de vauderie, enluminé par le maître de Marguerite d’York pour Louis de Bruges (vers 1470-1480).

Sous la beauté de la miniature flamande attribuée au maître de Marguerite d’York, la violence symbolique promeut une répression impitoyable et préfigure la grande chasse aux sorcières de l’époque moderne, comme le démontre Franck Mercier. Cette peinture s’inscrit dans la vague d’inquisition qui frappe les Pays-Bas méridionaux, dans le sillage d’une affaire retentissante, la « vauderie d’Arras ». Alors que les autorités religieuses de Tournai évaluent l’opportunité de lancer à leur tour des poursuites contre les vaudois, un chanoine de la cathédrale, Jean Tinctor, rédige son Tractatus contra sectam Vaudensium, un traité reprenant les connaissances des démonologues pour montrer l’immensité de cette nouvelle hérésie. Ce traité, traduit en français, fait l’objet de deux copies de luxe, adressées à Philippe le Bon (manuscrit de Bruxelles) et à Louis Gruuthuse, gouverneur de Bruges (manuscrit de Paris). Une troisième copie, conservée à Oxford était, elle aussi destinée à un laïc puissant, encore non identifié. Jean Tinctor est sans doute à l’initiative de cette traduction incitant les autorités à reprendre la répression des vaudois. Il contribue à attribuer aux sorciers les crimes habituellement reprochés aux hérétiques.

Comme le résume Franck Mercier : « Quand Jean Taincture fit paraître à Tournai, en 1460, son Tractatus contra sectam Valdensium ou Traité du crisme de vauderie, ce fut un peu comme s’il jetait de l’huile sur les bûchers que l’Inquisition venait de dresser à Arras pour y brûler les premiers sorciers (9 mai 1460). »

De la vaudoise à la sorcière

Au cours du XVe siècle, une branche mineure et déjà controversée de la théologie, la démonologie, prend un essor sans précédent, en particulier dans les Pays-Bas méridionaux. En novembre, la découverte « fortuite » d’un groupe d’une vingtaine d’hommes et de dix femmes, accusés de se rendre « à la vauderie » (c’est-à-dire au sabbat) vient renforcer ce discours. Le terme de vaudois, qui désignait à l’origine les disciples de Pierre Valdo (1140-1217), s’applique au XVe siècle à tous les hérétiques puis aux sorcières, comme le montrent les petites vaudoises chevauchant leur balai en marge d’une œuvre délicieusement misogyne, le Champion des Dames de Martin Le Franc. Ce manuscrit, copié dans le cloître de la cathédrale d’Arras en 1451, illustre l’intérêt porté aux « vaudoises ».

Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Français 12476, f. 105v.
Martin Le Franc, Champion des Dames.
Enluminé par le maître du Missel de Paul Beye pour Philippe le Bon, duc de Bourgogne, d’après le colophon, le manuscrit aurait été copié dans le cloître de la cathédrale d’Arras en 1451.

Le thème de la vaudoise volante est finement repris dans le haut de l’enluminure du manuscrit Français 961. Les sorciers ne se contentent pas de balais, certains sont également portés par des créatures démoniaques avec lesquelles ils semblent fusionner. Tout comme le Traité contre les vaudois qu’elle illustre, l’enluminure semble s’affranchir de la procédure judiciaire en cours à Arras pour diffuser la science des démonologues.

Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Français 961, f. 1 (détail).

Si les « vaudois d’Arras », peut-être touchés par des idées pré-réformatrices, n’étaient probablement pas hérétiques, encore moins sorciers ou vaudois, la procédure inquisitoriale, avec ses aveux extorqués, aboutit rapidement à des condamnations à mort et à de lourdes peines de prison. Les dénonciations arrachées sous la torture étendent l’affaire aux villes voisines, dont Tournai. Lorsque les élites urbaines et la noblesse sont visées, Philippe le Bon, duc de Bourgogne et comte de Flandre, envoie un représentant assister aux audiences. Sans opposer frontalement les autorités civiles et religieuses, cette surveillance de la procédure sonne la fin de l’affaire. En 1491, le parlement de Paris, dont dépend théoriquement la Flandre, réhabilite les accusés aux dépens des accusateurs. Tout comme les femmes accusées de sorcellerie à l’époque moderne, les infortunés vaudois d’Arras se sont trouvés pris dans un jeu de pouvoir au sein de l’ Église, mais aussi des autorités civiles.

La vauderie d’Arras constitue donc un prélude à la persécution des sorciers (et surtout des sorcières qui représentent 80 % des victimes). Si Jean Tinctor attaque la « secte des vaudois », les crimes qu’il décrit (participation au sabbat, adoration du diable, profanation de l’hostie, débauche lors de sabbat) seront réutilisés contre les sorcières. Sous la torture, l’inquisiteur du diocèse fait avouer aux accusés des crimes imaginés par les démonologues, et l’aveu devient une preuve irréfutable. Les dénonciations s’enchaînent, multipliant le nombre des accusé(e)s. Cette procédure sera reprise à l’époque moderne par les juges civils s’attaquant à la sorcellerie. Enfin, si les femmes étaient encore minoritaires parmi les accusés, elles semblent déjà avoir fait l’objet d’un traitement particulièrement rigoureux : sur dix femmes accusées huit sont brûlées, contre deux hommes sur dix-neuf.

Le frontispice : représenter la sorcellerie satanique

Si Jean Tinctor ne mentionne pas nommément le sabbat, l’enlumineur des deux manuscrits de luxe vient ajouter du sens au texte qu’il illustre. Après plusieurs hypothèses, l’attribution de la décoration de ce manuscrit au maître de Marguerite d’York n’est plus débattue. La scène centrale de ce frontispice présente les sorciers adorant le diable sous la forme d’un bouc. Deux médaillons représentent le diable adoré sous la forme d’autres animaux, évoquant la ruse et la luxure : le chat et le singe.

Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Français 961, f. 1 (détail).
Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Français 961, f. 1 (détail).

Dans le manuscrit du duc de Bourgogne (Bruxelles, Bibliothèque royale, ms. 11209) , le bouc fait face au lecteur. Le manuscrit de Louis de Bruges, plus direct, présente le postérieur du diable, illustrant le mythe selon lequel les sorcières baisent « l’œil du bas » du diable. L’exposition est complète puisqu’un officiant soulève la queue. Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, la torture forcera de nombreuses femmes à avouer avoir « baisé le diable au cul ». Ce baiser scandaleux n’est que le prélude aux nombreux crimes associés au sabbat dès la fin du Moyen Âge (infanticides, relations charnelles avec des démons incubes ou succubes, etc.), dont la description devient pléthorique à l’époque moderne. Les sorcières sont d’ailleurs accusées d’obtenir leurs pouvoir en copulant avec le diable. Mais plus qu’une scène de luxure, cette miniature montre l’impensable au chrétien médiéval : une scène de démonolâtrie.

Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Français 961, f. 1 (détail).

Pour amusant qu’il puisse paraître à un lecteur moderne, ce frontispice est conçu pour choquer, blesser, provoquer la rage. L’adoration du diable, telle qu’elle est représentée dans ce manuscrit, est, en effet, une parodie subversive du retable de l’Agneau mystique, réalisé par les frères Van Eyck à Gand en 1432. Le miniaturiste s’approprie donc les codes de l’une des œuvres les plus connues au monde, préfigurant une ère de mutations artistiques et religieuses, pour représenter une invention des démonologues, le sabbat des sorcières, annonçant le temps des bûchers.

Dans cette miniature reprenant la composition de l’Agneau mystique, la substitution de l’infâme bouc à l’agneau innocent rappelle le péché du Diable : vouloir égaler Dieu. En concluant un pacte avec le diable, les sorciers renient Dieu, ce que nul être doué de raison n’aurait envisagé. Une nouvelle conception de la sorcellerie est alors en train de s’imposer :  la sorcellerie satanique. Le sorcier n’est plus un élément d’un monde enchanté, où le merveilleux est omniprésent, mais un reflet inversé et déformé de la religion chrétienne. Ils ne sont donc plus de simples lanceurs de maléfices mais de véritables hérétiques coupables de lèse-majesté divine, menaçant les fondements mêmes de la société. C’est à ce titre que les victimes de la grande chasse aux sorcières seront brûlées, même si les accusations de débauche et sortilèges sont souvent à l’origine des procédures.

À l’heure de la transition entre manuscrits et imprimés, l’œuvre de Jean Tinctor est un succès, consacré par une édition latine en 1475 imprimée par les Frères de la vie commune à Bruxelles, puis par une édition en français. Cette édition, qui peut s’expliquer par l’influence de Louis de Bruges, est réalisée par l’un deux premiers imprimeurs de la Venise du Nord, Colard Mansion, entre 1476 et1484.

Les traités de démonologie se multiplient au XVIe siècle, créant l’impression d’une épidémie de sorcellerie, d’un danger omniprésent. L’Europe bascule dans une sanglante répression. Deux pays font figure d’exception : l’Angleterre et l’Espagne. La procédure anglaise excluant la torture, les juges n’obtiennent ni aveux fantasques ni dénonciations en cascade, les femmes accusées de sorcellerie sont jugées pour leurs actes et non comme hérétiques, elles sont pendues plutôt que brûlées. L’Inquisition espagnole, qui symbolise toute l’horreur de la procédure inquisitoriale, concentre, quant à elle, sa redoutable efficacité sur les minorités religieuses et exclut, à partir des années 1610, de poursuivre les sorcières. En France, il faut attendre l’ordonnance de Colbert (1682), qui fait de la sorcellerie un délit d’escroquerie et met un terme aux procédures criminelles, si ce n’est aux lynchages spontanés.

Pour aller plus loin :

JEAN TINCTOR. Emile VAN BALBERGHE et Frédéric DUVAL (éds.), Invectives contre la secte de vauderie, Tournai : Archives du Chapitre cathédral, 1999.

Frédéric Duval, « Jean Tinctor, auteur et traducteur des Invectives contre la secte de Vauderie », Romania, 117/465-466, 1999 : p. 186-217.

Franck MERCIER, « Un imaginaire efficace ? Le sabbat et le vol magique des sorcières au XVe siècle », Médiévales, t. 42, 2002, p. 162-167.

Bernard BOUSMANE, Frédérique JOHAN et Céline VAN HOOREBEECK (éds.), La librairie des ducs de Bourgogne : manuscrits conservés à la Bibliothèque royale de Belgique. Volume II, Textes didactiques , Turnhout : Brepols, 2003, p. 260.

Franck MERCIER, « Un trompe-l’œil maléfique : l’image du sabbat dans les manuscrits enluminés de la cour de Bourgogne (À propos du Traité du crisme de Vauderie de Jean Taincture, vers 1460-1470) », Médiévales, t .44, 2003, p. 97-115.

Franck MERCIER, « L’Enfer du décor ou la Vauderie d’Arras (1459-1491): les enjeux politiques d’un procès d’inquisition à la fin du Moyen Age », Heresis, n°40, printemps/été 2004, p. 95-121.

Franck MERCIER, La vauderie d’Arras : une chasse aux sorcières à l’automne du Moyen Äge, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 123-137.

Ilona HANS-COLLAS et Pascal SCHANDEL, Manuscrits enluminés des anciens Pays-Bas méridionaux. I. Manuscrits de Louis de Bruges, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2009, p. 138-140.

Bernard Bousmanne (éd.) et Thierry Delcourt (éd.), Miniatures flamandes 1404-1482, Paris – Bruxelles, Bibliothèque nationale de France – Bibliothèque royale de Belgique, 2011, notice de Bernard Bousmanne n° 70 p. 298.

Armelle Le Bras-Chopard, Les putains du diable : procès des sorcières et construction de l’Etat moderne, Paris : Dalloz, 2017.

Antoine FOLLAIN et Maryse SIMON (dir.), La sorcellerie et la ville / Witchcraft and the City,  Strasbourg: PuS, 2018, p. 31-50.

Mona CHOLLET, Sorcières : la puissance invaincue des femmes, Paris : La Découverte, 2019.


Une réflexion sur « Le Sabbat des Sorcières, Manuscrit Français 961 »

  1. Très belle analyse d’un document beau esthétiquement et hélas très efficace pour propager l’injustice d’une terrible accusation.

    Merci Delphine. Tu écris toujours aussi bien : j’ai grand plaisir à te lire et à me laisser instruire. Tu me fais entrer dans le monde de la fin du Moyen-Age grâce à ta faculté de mettre ces textes à la portée du profane.

    Christine LC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.