Un roman d’Alexandre arménien

Le Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène1 est un texte majeur qui connut des transmissions et une diffusion si vastes qu’il est cité au même rang que la Torah, la Bible et le Coran pour ces questions. En plus des traditions occidentales, les manuscrits qui en ont adapté la rédaction ont été produits dans des régions aussi diverses que les mondes arménien, éthiopien, hébreu, syriaque, copte, persan, arabe, turc, malais… de façon continue depuis le 5è jusqu’au 18è siècle2.

La geste du roi macédonien est reprise par des auteurs qui en proposent de nouvelles narrations ou l’intègrent à d’autres récits avec des résonances parfois nationales où s’entremêlent étroitement création littéraire et discours historiographique.

Le roman des aventures du jeune général du 4è siècle avant notre ère, victorieux des Perses, élevé presque au rang de mythe déjà de son vivant, donne ainsi naissance à différentes branches en terme de génétique des textes4.

Οἱ σοφώτατοι Αἱγύπτιοι θεῶν…, XIè s., Grec 1711, f. 395, ce manuscrit a servi de base à la reconstitution de la recension grecque originale du Roman d’Alexandre. Les lacunes furent complétées par les textes arméniens

La production arménienne est généralement considérée comme une héritière directe de la recension grecque et de la seule version du Pseudo-Callisthène. La présence d’épisodes inconnus de la recension grecque a pu amener à la considérer parfois comme une recension à part entière5. La traduction du texte grec interviendrait dans le courant du 5è siècle. L’écriture arménienne ayant été créée en 405 par saint Mesrop, cela en ferait, pour reprendre les termes de D. Kouymjian:

« une des premières œuvres profanes traduites en arménien par une équipe qui s’intéressait surtout à la Bible et aux Pères de l’Église6».

Cependant les plus anciens manuscrits conservés remontent à la fin du 13è ou début du 14è siècle. Le récit y est accompagné de poèmes de composition arménienne (kafas)7. Les plus anciens kafas sont attribués à Khatchadour Guetcharetsi (vers 1260-1331) « d’après des originaux païens qu’il a abrégés et corrigés 8».

Pseudo-Callisthène, Roman d’Alexandre, Arménien 291, f. 3v Alexandre à cheval

Les dernières recherches évoquent le nombre d’au moins 80 manuscrits arméniens dont 14 illustrés9. L’Arménien 291 de la BnF appartient donc à ce petit cercle des codices richement enluminés avec près de 125 miniatures sur 207 feuillets. Copié sur un papier vénitien comportant un filigrane avec ancre et agneau pascal inscrit dans un cercle, il peut être daté des environs de 1646. Une note au f. 169v indique le nom du copiste: T’oros10.

Les quelques manuscrits arméniens du Roman d’Alexandre enluminés se caractérisent par la richesse de leur décor, ils devaient tous contenir plus ou moins 125 miniatures. Ce nombre important atteste d’un développement iconographique rarement atteint pour ce texte dans le monde tant oriental qu’occidental. Le succès du Roman et la réception de la figure d’Alexandre en Arménie prend place dans un contexte bien particulier.

Pseudo-Callisthène, Roman d’Alexandre, Arménien 291, f. 100r, bataille de Gaugamèles

Lors de la bataille de Gaugamèles du 1er octobre 331 avant notre ère, Alexandre III de Macédoine (356-323) défait le dernier grand roi achéménide de l’empire perse, Darius III (ca. 380-330). Cet affrontement illustre l’ambiguïté des relations que l’Arménie entretient avec la figure du conquérant macédonien. En effet, sur le champ de bataille, l’aristocratie arménienne se trouva divisée entre les deux camps. Les récupérations successives d’Alexandre, comme champion de la culture hellénistique par l’empire byzantin d’une part, et comme l’héritier de la dynastie achéménide par le monde islamique, notamment perse, d’autre part, explique la réception finalement favorable dont il put bénéficier à double titre en Arménie11. Le Roman d’Alexandre dans sa version arménienne intitulée Histoire d’Alexandre le Macédonien, dépasse la sphère du romanesque pour se rapprocher du genre historique des chroniqueurs. Il se retrouve ainsi mobilisé chez Moïse de Khorène, auteur d’une Histoire de l’Arménie en trois livres12. Le second, le livre central, débute avec l’avènement d’Alexandre et s’achève sur l’évangélisation de l’Arménie sous Tiridate13.

Pseudo-Callisthène, Roman d’Alexandre, Arménien 291, f. 6r, Nectanébo pratiquant la magie

Le Roman d’Alexandre entremêle des moments-clefs de la conquête de l’empire achéménide, relatés principalement dans l’Anabase d’Arrien, le livre XVII de la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile, l’Histoire d’Alexandre le Grand de Quinte Curce ou Les Vies parallèles de Plutarque, et des épisodes fictifs. À commencer par la filiation d’Alexandre avec le dernier roi de la dernière dynastie égyptienne, Nectanébo II:

Nectanébo y est présenté comme un magicien qui, sous les traits du bélier d’Amon, sut séduire l’épouse de Philippe, Olympias; de leurs étreintes naquit le futur conquérant macédonien14

La version arménienne offre une vision chrétienne de l’épopée d’Alexandre aux quatre coins du monde, devant faire face à des situations et des créatures fantastiques, comme ici les hommes-scies, les léontocéphales ou les puces géantes. A. MacFarlane rapproche cela de traditions arméniennes christianisées du Physiologus, des fables et autres récits cosmologiques où ces êtres des confins de l’Univers sont partie intégrante de la Création15. Les kafas, de composition arménienne, en général rubriqués, remplissent dans ce contexte une fonction didactique d’interprétation des épisodes à la lumière des Écritures. Ainsi la fin du deuxième poème s’adressant au pharaon magicien Nectanébo16:

Toi, vieillard à l’esprit acrimonieux, pour ton art en enfer tu es tombé, tu as vu Belial et l’ouragan; soumis à son conseil, le feu tartare de Géhenne, les tourments sans issue, les serviteurs des ténèbres avec le prince maléfique Satan

Le combat des armées d’Alexandre contre les monstres est celui mené contre le mal au sein du Christianisme.

Dans nombre de manuscrits arméniens enluminés, l’iconographie insiste sur un vocabulaire fortement christianisé: un Alexandre christique, une Olympias virginale, une scène de crucifixion, des mises au tombeau, un banquet aux allures de Cène… Dans l’Arménien 291, le cycle peint, tout en insistant sur la figure régalienne, conquérante ou combattante, montre également cette porosité à l’influence de l’iconographie byzantine chrétienne.

Le cycle enluminé s’achève sur la mort du conquérant et l’image de la ville d’Alexandrie, fondée par Alexandre suite à un songe où, priant Sérapis, il avait reçu la révélation de sa destinée:

Alors la ville que tu érigeras au milieu des terres sera souhaitable pour le monde et de nombreux jours et années passeront sur ces contrées peuplées par les dieux. Et elle continuera à prospérer, ornée de multiples temples et de sanctuaires divers, croissant en beauté et en taille, à la population incroyablement nombreuse. Tous ceux qui y descendront y demeureront, oubliant leur terre première natale. (…) tu seras divinisé après ta mort et tu recevras un culte (…) tu vivras tout en étant mort et non mort, et dans cette ville que tu auras construite sera ta tombe17.

Références:

  1. Le texte grec original aurait été composé dans le courant du 3è siècle à Alexandrie et attribué de manière rétrospective à Callisthène, historien contemporain d’Alexandre III de Macédoine, d’où le nom de Pseudo-Callisthène. []
  2. Voir par exemple les recherches de M. Favre-Bertrand, « Histoire fabuleuse d’Alexandre le Grand », Mélanges d’Histoire littéraire 2, Genève, 1856 sur Gallica. Entre autres manuscrits d’Orient conservés à la Bibliothèque nationale de France, pour illustrer cette diversité, citons les manuscrits Copte 132.5, Éthiopien 159, Arabe 3687, Supplément Persan 491, Turc 309, Malayo-Polynésien 101. []
  3. Un grand merci à Julien Olivier pour ses conseils! []
  4. La tradition grecque a notamment été reconstituée sur la base du manuscrit de la BnF Grec 1711 et certaines lacunes furent comblées par les chercheurs du 19è siècle en recourant au texte arménien, alors réputé le plus proche du texte grec original, cf. D. Kouymijian, « Illustrations of the Armenian Alexander Romance and Motifs from Christian Iconography », in U. Bläsing, J. Dum-Tragut, Th. Maarten van Lint (éd.), Armenian, Hittite, and Indo-European Studies : A Commemoration Volume for Jos J.S. Weitenberg, Louvain, Peeters, 2019, p. 150. []
  5. Pour une discussion, voir A. MacFarlane, « This Shocking Lobster’ : Understanding the Fantastic Creaturs of the Armenian Alexander Romance », in M.  Ivanova et H. Jeffery (éd.), Transmitting and Circulating the Late Antique and Byzantine Worlds, Leyde, 2019, p. 127-128 sur notamment l’inclusion d’épisodes plus tardifs dans un processus de l’élaboration continue d’un texte s’inscrivant dans un réseau international, et G. Traina, « Some Observations on the Armenian Pseudo-Callisthenes », in Fr. Gazzano, L. Pagani et G. Traina (éd.), Greek Textes and Armenian Traditions : An Interdisciplinary Approach, Berlin, 2016, p. 23-30, qui en fait une recension à part et non une simple traduction de la recension grecque. []
  6. D. Kouymjian, « L’iconographie de l’Histoire d’Alexandre le Grand dans les manuscrits arméniens », in Alexandre le Grand les littératures occidentales et proche-orientales, Nanterre, 1999, p. 96. Cette datation relativement tôt dans l’histoire des écrits arméniens, toujours discutée, s’appuie notamment sur un état de langue et les emprunts au Roman fait par Moïse de Khorène, D. Kouymjian, op. cit., 2019, p. 150-151. La traduction arménienne de la version grecque est parfois même attribuée à Moïse de Khorène, voir M. Bernardelli, Alessandro Magno Nel Medioevo Armeno: Quando L’Effimero Diventa Eterno, thèse de doctorat, Università Ca’ Foscari Venezia, 2004-2007, p. 28. []
  7. Les deux manuscrits des 13è-14è siècles sont le M10151 du Matenadaran à Yérévan et le V424 du monastère de la confrérie méchitariste sur l’île Saint-Lazare, cf. A. MacFarlane, op. cit., 2019, p. 125 et 128. Un papyrus grec du 1er siècle avant notre ère, le papyrus Berlin 13044, contient une partie du dialogue d’Alexandre avec les philosophes indiens. []
  8. Comme le mentionne par exemple le texte du manuscrit Arménien 291, fol. 188. []
  9. D. Kouymijian, op. cit., 2019, p. 153. []
  10. Le manuscrit fut acquis le 17 février 1886 auprès de la librairie Veuve Adolphe Labitte. []
  11. D. Kouymijian, op. cit., 2019, p. 149. []
  12. Pour connaître l’importance accordée à cet auteur mal connu, aux dates et attributions encore aujourd’hui discutées, on peut consulter, numérisés sur Gallica, par exemple de C.-E. Pichard, Essai sur Moïse de Khoren, historien arménien du Ve siècle du Christ, et analyse succincte de son ouvrage sur l’histoire d’Arménie, accompagné de notes et commentaires et suivi d’un précis géographique, Paris, 1866 et la traduction de L’Histoire de la Grande-Arménie, Paris, 1836. []
  13. G. Traina, « Tradition et innovation dans la première historiographie arménienne », in Ph. Blaudeau, P. Van Nuffelen (éd.), L’historiographie tardo-antique et la transmission des savoirs, Berlin, 2015, p. 159-160, §4 évoque aussi le côté pro-hellénique de l’usage du Roman chez Moïse de Khorène, avec ce qu’il interprète comme l’affichage d’une certaine résistance idéologique au pouvoir sassanide. []
  14. A. Forgeau, Nectanébo: la dernière dynastie égyptienne, Paris, 2018, p. 12-13. []
  15. A. MacFarlane, op. cit., 2019, p. 126 et 135. []
  16. Texte et traduction d’après M. Bernardelli, op. cit., 2004-2007, p. 113. []
  17. Traduction d’après G. Traina, 2003, p. 72-73. []

Une réflexion sur « Un roman d’Alexandre arménien »

  1. Ce billet est très impressionnant. Sa construction, les illustrations, la somme de connaissances qu’il renferme, permet en quelques paragraphes d’avoir une idée juste et précise de la perception d’Alexandre dans le monde byzantin et arménien en particulier. L’auteur même en cette période de confinement et éloignée du manuscrits a su recréer un Bibliothèque virtuelle à partir de laquelle elle a construit son article. C’est vraiment impressionnant. On aurait envie de dire, à quand la suite!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.