De Samarcande aux étoiles : Un catalogue des constellations pour Ulug Beg (1394-1449)

Le Kitāb ṣuwar al-kawākib al-ṯābita (que l’on traduit traditionnellement Catalogue des étoiles fixes mais qui littéralement signifie Livre des images des constellations fixes) s’insère dans la tradition ptolémaïque, combinée à la tradition des anciens Arabes.

Arabe 5036, reliure, plat supérieur

Son auteur, ʿAbd al-Raḥmān ibn ʿUmar al-Ṣūfī était astronome et astrologue du souverain buyide ʿAdud al-dawla (r. 949-983). Il rédigea des ouvrages dans les deux disciplines, mais elles étaient bien distinctes l’une de l’autre. Cet ouvrage connut un grand retentissement dans le monde musulman. Traduit en persan par Naṣīr al-Dīn al-Ṭūṣī (1201-1274), un autre astronome qui était aussi philosophe et mathématicien, il fut utilisé par le souverain timouride Ulūġ Beg (1394-1449), qui rédigea des tables astronomiques à Samarcande (actuellement en Ouzbekistan) où il fit construire un observatoire dont les vestiges ont été retrouvés au début du XXe s. Le manuscrit du Catalogue des étoiles fixes d’al-Ṣūfī que je vous propose de feuilleter a été copié pour la bibliothèque d’ Ulūġ Beg vers 1430. Ses représentations de 48 constellations sont d’une qualité remarquable, mais loin d’être un simple livre d’images, sa copie s’inscrit dans la transmission d’un savoir scientifique et dans le contexte d’une intense activité des astronomes de Samarcande au XVe s.

Le nom de l’auteur est inscrit dès la deuxième ligne du texte, sous la forme de « ʿAbd al-Raḥmān ibn ʿUmar connu sous le nom de Abū al-Husayn al-Ṣūfī ».

Arabe 5036, f. 1v

 

Né en 291 h. / 903 à Rayy (Iran) et mort en 376 h. / 986, il réalisa des observations à Ispahan et à Chiraz, où il participa à la construction d’un observatoire. Icertains de ses nombreux ouvrages sont conservés, comme des traités sur le globe céleste, sur l’astrolabe, et un horoscope pour ʿAdud al-dawla, mais des tables astronomiques et d’autres ouvrages d’astrologie ne nous sont pas parvenus. C’est en 964 qu’il rédigea le Catalogue des étoiles fixes dédié à ʿAdud al-dawla.

Ce texte s’appuie essentiellement sur l’Almageste de Ptolémée, que Isḥāq ibn Ḥunayn avait traduite en arabe à Baghdad au IXe s., mais combine « deux astronomies en une »1 dans la mesure où il inclut les données transmises par la tradition arabe des anwā’, qui nommait et regroupait autrement les étoiles.

Dans un système où la Terre est censée se trouver au centre de l’univers constitué de sphères concentriques toutes en mouvement, le Soleil, la Lune et les planètes Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne tournent autour d’elle, chacun sur sa propre sphère, à l’intérieur d’une sphère sur laquelle se trouvent les étoiles dépourvues de mouvement propre. C’est pourquoi elles sont dites fixes (al-kawākib al-ṯābita), par opposition au planètes dites itinérantes (al-kawākib al-sā’ira). Kawkaba, pluriel kawākib, peut désigner tout corps céleste.

Outre la tradition ptolémaïque, al-Ṣūfī se réfère aussi à l’astronomie arabe ancienne, à visée météorologique, qui ne distinguait pas le zodiaque mais divisait la circonférence du ciel en 28 parties, ou mansions lunaires, nommant et regroupant autrement les étoiles. Ce système, à visée surtout météorologique, qui développait une tradition plus ancienne de repérage de paires d’étoiles (anwā’), est associé au calendrier lunaire en vigueur dans le monde musulman, mais un mois intercalaire qui faisait coïncider le calendrier avec les saisons solaires a été supprimé dès les débuts de l’Islam afin de ne pas risquer d’associer aux astres le culte dû à Dieu seul. Dans ses descriptions, al-Ṣūfī inclut les noms des étoiles ou groupes d’étoiles et compare leurs positions dans cette tradition avec celles qu’elles occupent dans les constellations de la tradition ptolémaïque.

Dans son introduction, al-Ṣūfī critique beaucoup ses prédécesseurs comme al-Battānī (mort en 929), souligne de nombreuses erreurs de Ptolémée et s’appuie, pour l’observation des magnitudes en particulier, sur ses propres données. Il ajoute aussi de nombreuses étoiles à celles que ses prédécesseurs ont observées. I. Hafez en a compté 134 au nord, 41 sur le zodiaque et 28 au sud. Il mentionne aussi des nébuleuses, connues de Ptolémée, de la tradition arabe ou observées par lui-même. L’introduction est suivie de la description des 21 constellations du nord, des 12 constellations du zodiaque puis des 15 constellations du sud.

Les constellations du nord

Parmi celles qui se trouvent au nord de l’écliptique (le cercle représentant la trajectoire annuelle du Soleil, sur lequel se trouvent les douze constellations du zodiaque), la première des constellations décrites est la Petite ourse. Son nom, inscrit dans un bandeau en lettres dorées, est suivi d’une description contenant le nombre des étoiles qui la composent, leur position, leur intensité lumineuse, et divers commentaires.

Arabe 5036, f. 21

Deux cartes de la constellation suivent, puis un tableau donne les coordonnées et diverses informations sur les étoiles qui composent  la Petite ourse. 

Arabe 5036, f. 28r

La Grande ourse suit.

Arabe 5036, f. 128v

Chaque constellation est représentée deux fois. Au f. 28, la Grande ourse est représentée telle qu’on la voit en regardant un globe céleste, et au f. 28v, telle qu’on la voit depuis la Terre en se tournant vers le ciel. Les deux images sont en miroir.

Le globe céleste est un objet utilisé depuis déjà très longtemps au moment où cet ouvrage est rédigé2. Il a été très développé dans le le monde musulman et selon une tradition, on pouvait voir au Caire en 435 h. / 1043-44 un globe céleste fabriqué par al-Ṣūfī. Celui-ci expose dans son introduction les raisons pour lesquelles il a présenté deux images : « De plus en regardant le globe travaillé, ces figures se présentent renversées, parce qu’on le regarde de haut en bas, en sorte que leur côté droit se trouve à gauche et leur côté gauche à droite. Au contraire, au ciel on voit les étoiles en leur vraie position, parce qu’on regarde du milieu du globe de bas en haut. C’est pour cette raison que nous avons peint deux images pour chaque constellation dont l’une présente ce qu’on doit placer sur le globe et l’autre ce qu’on voit au ciel. »3 Il en ressort que l’ouvrage était destiné à l’astronome qui voulait observer le ciel, mais aussi à celui voulait dessiner les cartes sur un globe.

Sur chaque image, les points cardinaux sont indiqués en toutes lettres. Les ronds dorés représentent les étoiles de la constellation, les ronds rouges en représentent d’autres, proches, mais qui n’en font pas partie. Toutes les étoiles sont accompagnées de lettres arabes dont la valeur numérique renvoie à leur ordre dans le tableau qui clôt le chapitre sur la constellation. Les noms donnés en toutes lettres, en rouge ou en noir, sont ici ceux de la tradition arabe. Les trois étoiles au dessus de la queue de l’ourse, par exemple, sont appelées al-Qā’id (le Gouverneur), al-ʿAnāq (la Petite chèvre), al-Ğūn (le Golfe), l’ensemble des trois s’appelle les Filles (al-Banāt, à l’encre rouge au-dessus de la queue). Les quatre étoiles du carré et les Filles forment un groupe appelé le Brancard (al-Naʿš, à l’encre noire dans le carré).

Arabe 5036, f. 29. Tableau des étoiles de la Grande ourse.

En haut du tableau, al-Ṣūfī précise qu’il a ajouté 12° 42ʺ aux coordonnées données par l’Almageste. Cet ajout tient compte de la modification de l’emplacement des étoiles découlant du phénomène de la précession des équinoxes, un ‘recul’, constaté chaque année sur l’écliptique, du point d’intersection de celle-ci et de la trajectoire du Soleil au moment de l’équinoxe de printemps, calculée depuis l’époque des observations dont les données figurent dans l’Almageste.

La première colonne à droite indique le numéro de l’étoile, la seconde contient sa position dans la constellation, parfois son nom, ou sa couleur. Ainsi, sur cette image, il est précisé que la première étoile est au bout du museau, la deuxième et la troisième sur les yeux, … Les autres colonnes indiquent les coordonnées de l’étoile par rapport à l’écliptique, qui comprend douze divisions de trente degrés. La valeur de la longitude est formulée en trois chiffres : numéro de la division, degrés, minutes. La quatrième colonne indique la direction de la latitude, ici le Nord, qui est exprimée dans la cinquième colonne. La sixième contient l’intensité lumineuse, telle que l’a observée al-Ṣūfī.

Au f. 38, les traits attribués à Céphée ont été rapprochés de ceux d’Ulūġ Beg dans une peinture d’un manuscrit persan du XVe s. conservé à Washington, Freer Gallery of Art4

Arabe 5036, f. 38

La Lyre est représentée par une tortue :

Arabe 5036, f. 53v

Dans le plus ancien des manuscrits5, elle figure sous la forme d’une lyre. C’est aussi le cas dans Arabe 2489, du XIVe s. (f. 38v)

Arabe 2089, f. 38

 

Elle a une forme curieuse dans Arabe 2488, copié au XIVe s. au Maghreb (f. 30) :

Arabe 2488, f. 30

 

Al- Ṣūfī connaît cette constellation sous plusieurs noms, dont la Lyre, la Harpe, l’Oie ou encore la Tortue. L’image de la tortue semble avoir été privilégiée dans les manuscrits les plus orientaux.

La manière dont sont représentées les constellations s’inscrit dans la tradition grecque. Certains ajouts iconographiques à la tradition classique font référence à la tradition des anwā’. C’est le cas d’Andromède (appelée dans le bandeau de titre La Femme enchaînée ou la Femme qui n’a pas eu de mari, que les Grecs appellent Andromède), représentée une première fois selon la tradition grecque, les bras écartés et les pieds enchaînés.

Arabe 5036, f. 98v

 

Elle est ensuite représentée avec le Poisson boréal :

Arabe 5036, f. 100

 

puis avec un autre Poisson :

Arabe 5036, f. 101

« Quant au Arabes, ils ont trouvé deux séries d’étoiles qui entourent la figure d’un grand Poisson […]. Ces étoiles appartiennent soit à cette constellation, soit au Poisson boréal que Ptolémée a décrit dans la douzième partie du zodiaque. »6

La représentation du Cheval complet (f. 103) est aussi ajoutée à la tradition grecque.

Arabe 5036, f. 103

Les constellations du zodiaque

le Bélier

Arabe 5036, f. 109

Le Taureau

Arabe 5036, f. 118V

 

L’étoile qui représente l’oeil gauche du Taureau est Aldabaran, d’après son nom arabe al-Dabarān, le Suiveur, quatrième mansion de la Lune qui suit la troisième : les Pléiades, le groupe de quatre étoiles sur l’épaule du Taureau.

Les Gémeaux

Arabe 5036, f. 126

 

A. Caiozzo observe que si les figure animales ont peu changé par rapport à l’iconographie ancienne (les Poissons sont reliés l’un à l’autre), les figures humaines ont été le plus modifiées. Ainsi, les Gémeaux sont enlacés, la Vierge est dépourvue d’épi et de caducée, parfois de ses ailes (ce n’est pas le cas dans ce manuscrit), la Balance n’a plus de porteur.7.

Le Cancer

Arabe 5036, f. 130

 

Le lion : 

Arabe 5036, f. 136

 

La Vierge

Arabe 5036, f. 144

 

La Balance

Arabe 5036, f. 151

Le Scorpion

Arabe 5036, f. 155v

Le Sagittaire

Arabe 5036, f. 162v

Le Capricorne

Arabe 5036, f. 166v

Le Verseau

Arabe 5036, f. 175v

Les Poissons

Arabe 5036, f. 181v

Les illustrations ne sont accompagnées d’aucun commentaire relatif à une valeur symbolique des supports visuels choisis. L’iconographie des constellations dans les ouvrages d’astrologie est bien différente de celle des cartes dans les ouvrages astronomiques.

Les constellations du sud

Parmi les constellations du sud, ces images de Cetus et de l’Hydre font apparaître une nette relation avec l’art de la Chine.

Cetus ou la Baleine

Arabe 5036, f. 187v

Al-Ṣūfī nous dit que Qīṭus est représenté par la figure d’un animal marin. C’est ainsi que la constellation a le plus souvent été représentée, et non comme une baleine (cétacé).

L’Hydre

Arabe 5036, f. 225v-226r

Le Poisson austral clôt le Catalogue des étoiles fixes.

Arabe 5036, f. 247

Le Catalogue des étoiles fixes a fait l’objet de plusieurs traductions latines où l’auteur est appelé Abolfazen, Azophi, Ebenasophy. L’une d’elles est conservée à l’Arsenal, sous la cote Ms 1036.

Arsenal Ms 1036

L’Union Astronomique internationale a nommé Azophi un cratère de la Lune en 1935 et en 1960, un groupe d’astéroïdes a reçu le nom de ‘12621 al-Ṣūfī’.

Un manuscrit copié pour Ulūġ Beg

Une note en bas du dernier feuillet de Arabe 5036 précise que les images ont été réalisées selon les instructions d’Ibn al-Ṣūfī. Est-ce une manière erronée de nommer l’auteur, ou s’agit-il de son fils, qui copia le plus ancien manuscrit conservé, 23 ans après sa mort?8. La note précise encore que les données proviennent de la main d’al-Ṭūsī. La note a-t-elle été reproduite ou ce manuscrit a-t-il été copié directement d’après un manuscrit de la main d’al-Ṭūṣī? Si la question n’est pas résolue, cette note situe néanmoins cette copie dans une transmission à l’intérieur du monde savant. Le manuscrit est copié de façon très lisible et les noms des étoiles sont vocalisés. Sur le plan artistique, on peut se demander s’il est achevé : l’inscription de dédicace, comme le bandeau de frontispice, n’est pas enluminée. L’encadrement de certaines pages varie et semble attendre un décor.

Arabe 5036, f. 27v

Le manuscrit n’est pas daté. Au f. 1, une inscription de forme circulaire à l’encre dorée nous apprend qu’il a été réalisé pour la bibliothèque du souverain Ulūġ Beg Kurkān

Arabe 5036, f. 1

 

Cette dédicace est répétée au colophon, f. 247v :

Arabe 5036, f. 247v

 

Un cachet aux f. 1 et 161 au nom de Sulṭān Muḥammad pourrait être le sien ou celui d’un autre prince timouride.

Arabe 5036, f. 161

Le manuscrit Arabe 5036 fut réalisé dans le contexte d’une intense activité autour de l’astronomie. Ulūġ Beg Kurkān, né en 1394 à Sultaniya (Iran), régna à Samarcande et mourut en 853 h. / 1449. Fils de Šāh Rūẖ et petit-fils de Tamerlan, il est surtout connu pour son intérêt pour les mathématiques et l’astronomie. Il s’entoura de savants, avec lesquels il construisit un observatoire de 1420 à 1429, et termina en 1437 des tables astronomiques en persan, revues en 1449, intitulées Zīj-i Gurgānī ou Zīj-i Sultānī. Il y fait référence au Catalogue des étoiles fixes, qu’il avait utilisé probablement d’après sa traduction en persan par Naṣīr al-Dīn al-Ṭūṣī (1201-1274), philosophe, mathématicien et astronome, actif dans ce domaine à l’observatoire de Maragha, lui-même auteur de nombreux ouvrages et de tables astronomiques. Un manuscrit de cette traduction a figuré dans la bibliothèque d’Ulūġ Beg9.

La BnF conserve plusieurs copies de cet ouvrage, dont Persan 172, de la 2ème moitié du XVe s.

Persan 172, f.1v-2r

La reliure à rabat de maroquin rouge avec couvrure textile, bordure et motifs dorés, semble postérieure à la copie.

Plat inférieur et rabat, couvre-tranche :

arabe 5036

Le premier feuillet fournit quelques indications sur l’histoire du manuscrit qui se trouvait en Turquie au XIXe s. Il porte un ex-libris de Muḥammad Ṣādiq Ḥāfiẓ Efendi Katḫudā Zādeh, administrateur religieux d’Anatolie, daté de 1228 h. / 1813. Un certain J. Klatz a aussi laissé une marque le 20 janvier 1891. La Bibliothèque nationale a acquis ce manuscrit en avril 1891.

F. 1 (inscriptions à gauche de la dédicace) :

Arabe 5036, f. 1

 

Bibliographie

Edition du texte arabe :

‘Abd al-Rahman al-Sufi, Ṣuwaruʼl-kawākib (or Uranometry), description of the 48 constellations… With the ʼUrjūza of Ibnʼs-Ṣūfī… Hyderabad-Deccan, 1373/1954. (The Dāiratuʼl-maʿǎrif-il-ʿosmania). https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32651994m

Traduction française :

H.C.F.C. Schjellerup, Description des étoiles fixes par Abd-al-Rahman al-Sûfi. St. Petersburg, 1874. Accessible en ligne : http://menadoc.bibliothek.unihalle.de/content/titleinfo/459362

Caiozzo, Images du ciel d’orient au moyen âge: une histoire du zodiaque et de ses représentations dans les manuscrits du Proche-Orient musulman. Paris, Paris-Sorbonne, 2003 (Collection Islam) https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb390372114

Caiozzo, « Propagande dynastique et célébrations princières, mythes et images à la cour timouride », Bulletin d’Etudes orientales, LX, 2011, p. 177201. Accessible en ligne : https://journals.openedition.org/beo/490

Ihsan Hafez. Abd al-Rahman al-Ṣūfī and his book of the fixed stars: a journey of re-discovery. PhD thesis, James Cook University, Townsville (Australie), 2010. Accessible en ligne. Chapitres 1 à 4 : https://researchonline.jcu.edu.au/28854/1/28854_Hafez_2010_Chapters_1_to_4_thesis.pdf ; Chapitres 5 à 8 : https://researchonline.jcu.edu.au/28854/2/28854_Hafez_2010_Chapters5_to_8_thesis.pdf

Images of Islamic science : illustrated manuscripts from the Iranian world, vol. 1. Coord. A. Beschaouch. Téhéran, Institut Français de Recherche en Iran, 2009 (Bibliothèque iranienne, 67), p. 83. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb420785235

Kunitzsch, « The astronomer al-Ṣūfī as a source for Ulug Beg’s star catalogue (1437). Dans La Science dans le monde iranien à l’époque islamique. Ed. Z. Vesel, H. Beikbaghban, B. Thierry de Crussol des Epesse. Téhéran, Institut Français de Recherche en Iran, 1998 (Bibliothèque iranienne, 50), p. 41-47. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb370759145

Kunitzsch, Der Sternkatalog des Almagest, die arabisch-mittelalterliche Tradition/ Claudius Ptolemäus ; hrsg. und bearb. von Paul Kunitzsch. Wiesbaden : O. Harrassowitz, 1986-1991. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36650612x.

Makariou, L’Apparence des cieux ; astronomie et astrologie en terre d’Islam. Paris, 1998 (Exposition dossier du Département des Antiquités orientales au Musée du Louvre) https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb367100656

F. Richard, Splendeurs persanes : manuscrits du XIIe au XVIIe siècle. Paris, 1997, n° 42, p. 78. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36196946g (Exposition à la BnF en 21997-1998).


  1. D’après l’expression de L. Brown, The astronomies of al-Sufi’s Book of the Constellations of the Fixed Stars, PhD Columbia University, 2009, cité par I. Hafez, p. 5. []
  2. La plus ancienne sphère céleste connue, qui remonte au IIe s. avant J. C., a été présentée en 2019 à la BnF lors de l’exposition Le monde en sphères. http://expositions.bnf.fr/monde-en-spheres/grand/mes_012.php []
  3. Traduction, p. 45-46 []
  4. Images of islamic science, n° 26 p. 95, n° 59, p. 122. Freer Gallery of Art F 1946.26 https://asia.si.edu/object/F1946.26/ []
  5. Oxford, Bodleian Libray, Marsh 144, daté de 400 h. / 1009. Accessible en ligne sur Digital Bodleian https://digital.bodleian.ox.ac.uk/inquire/p/22eeaaae-5081-4e87-b559-7111e74c2a26 []
  6. Traduction, p. 118 []
  7.  Caiozzo, Images du ciel d’Orient, p. 75 []
  8. Oxford, Bodleian Libray, Marsh 144, daté de 400 h. / 1009 []
  9. conservé à Istanbul, Aya Sofia 2595, P. Kunitzsch, « The astronomer… », p. 43 []

Une réflexion sur « De Samarcande aux étoiles : Un catalogue des constellations pour Ulug Beg (1394-1449) »

  1. C’est une magnifique présentation de ce manuscrit emblématique, très complète et très pédagogue.
    Merci chère Marie-Geneviève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.