Un somptueux Manuscrit de Laurent le Magnifique offert a Charles viii

Né le 1er janvier 1449, Laurent de Médicis est issu d’une des plus riches familles de Florence, propriétaire d’une banque parmi les plus importantes d’Europe. Comme son grand père, Côme de Médicis, ou son père, Pierre de Médicis, il mena de front la carrière de banquier et d’homme politique, tout en développant une activité de mécène qui lui valut le surnom de « Magnifique ».

Homme de lettres, protecteur des arts et des artistes, Laurent le Magnifique s’entoura d’un cercle humaniste et commanda un nombre important d’œuvres d’art. Il prit notamment un soin tout particulier à enrichir la bibliothèque familiale de manuscrits de luxe, richement enluminés. Cet ensemble forme aujourd’hui le cœur des collections de la Biblioteca Medicea Laurenziana de Florence. Pourtant, un des manuscrits de Laurent Le Magnifique, et non des moindres, est rapidement passé dans la collection des rois de France et est aujourd’hui conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Italien 548. Voici son histoire.

BnF, Mss., Italien 548, f. 1v. Page frontispice.

Le volume, de belle taille (248 feuillets, 26 cm sur 17 cm), contient plusieurs textes particulièrement en vogue à l’époque : les Trionfi, les Sonetti et Conzoniere de Pétrarque, la Vita di Francesco Petrarca de Leonardi Bruni, les Sonetti et Canzoniere de Dante, ainsi que la Vita di Dante de Lorenzo d’Arezzo. Les marges du frontispice portent les emblèmes de Laurent le Magnifique : aux quatre coins, le bâton écoté refleurissant, ainsi que, dans la marge inférieure, un anneau d’or surmonté d’un diamant.

BnF, Mss., Italien 548, f. 1v (détail). Emblèmes de Laurent le Magnifique.

Le manuscrit a été copié à Florence, en 1476, par Antonio Sinibaldi, un moine copiste au service des Médicis, dans un élégante et régulière écriture de type humanistique. Sinibaldi a en effet laissé son nom et la date de son travail en deux endroits du manuscrit : au f. 199v. : « Scripto per mano d’Antonio Sinibaldi nell anno M° CCCC° LXXVI° in Firenze », et au f. 248v. : « MCCCCLXXVI a di ultimo di settembre scripto et finito per A. Sinibaldi in Firenze ».

BnF, Mss., Italien 548, f. 248v. Colophon.

Le manuscrit a reçu un riche décor dû à l’enlumineur florentin Francesco d’Antonio del Chierico. Egalement orfèvre, celui-ci dirigea un atelier d’enluminure particulièrement florissant, jusqu’à devenir un des artistes les plus importants de la Seigneurie. Il s’associa notamment au libraire Vespasiano da Bisticci qui avait tissé un vaste réseau d’amateurs qu’il fournissait en manuscrits enluminés de luxe. Chierico enlumina notamment un Tite-Live en trois volumes pour le roi de Naples Alphonse V d’Aragon (Florence, Bibl. Laur., ms. B.R. 34-36) ou la Cosmographia de Borso d’Este, duc de Modène (BnF, Mss., Latin 4801).

BnF, Mss., Latin 4801, n.f. Mappemonde de la Cosmographia de Borso d’Este.

Dans le Pétrarque de Laurent le Magnifique, Chierico a conçu sept enluminures à pleine page (f. 1v, 10v, 24v, 29v, 39v, 47v et 51v), une lettre historiée et encadrement (f. 11), ainsi que des bordures fleuries et des lettres historiées et ornées. Ses bordures sont typiques de l’enluminure florentine de la seconde moitié du XVe siècle, avec de grands enroulements végétaux réguliers et symétriques, au naturel, peuplés d’animaux, de putti, d’être hybrides, de vases et de candélabres, semés de paillettes d’or, le tout dans des couleurs vives, fraiches et lumineuses (rose, bleu, vert).

Mss., BnF, Italien 548, f. 24v (détail).

Le cœur du programme iconographique du manuscrit repose sur les six représentations des triomphes, sous la forme de chars allégoriques : triomphe de l’Amour, triomphe de la Chasteté, triomphe de la Mort, triomphe de la Renommée, triomphe du Temps, triomphe de la Divinité.  Les Triomphes de Pétrarque sont en effet un rêve divisé en 6 chapitres, chacun consacré à un triomphe, tradition romaine par laquelle on célébrait un héros victorieux à la guerre. Chez Pétrarque, il s’agit d’une vision allégorique de la vie de l’homme, de la lutte contre les passions terrestres et la prise de conscience de leur caractère fugitif jusqu’à la victoire de l’éternité.

BnF, Mss., Italien 548, f. 10v (détail). Triomphe de l’Amour.

Par chance, le manuscrit a conservé sa précieuse reliure de satin de soie rouge (le satin d’origine, déposé car en mauvais état, est conservé à part et a été remplacé par un satin neuf dans les années 1950), à monture et appliques d’argent doré, ces dernières ornées d’émaux translucides, sur ais de bois. Un des médaillons manque au plat supérieur (en haut à droite), tout comme les fermoirs dont il ne reste que les attaches. Quatre boulons, également émaillés, se trouvaient autrefois aux coins de chaque plat, afin de pouvoir poser le volume à plat sans endommager les fragiles émaux ; un seul nous est parvenu, au coin supérieur droit du plat inférieur.

BnF, Mss., Italien 548, plat inférieur

Les émaux suivent un savant programme iconographique aujourd’hui difficilement lisible, mais célébrant Apollon et les neuf muses, portant leur instrument et désignées par des inscriptions aujourd’hui presque totalement effacées. Apollon se trouve dans le grand médaillon central du plat supérieur et Calliope, muse de la poésie épique, dans celui du plat inférieur.

Il est difficile de juger de la qualité initiale de ces émaux figurés dont il ne reste souvent que la couche sous-jacente, voire uniquement la gravure préparatoire sur plaque d’argent. Les petites appliques du pourtour extérieur des plats à décor d’oiseaux, en revanche, nous sont parvenues dans un meilleur état de conservation.

Le travail de la monture ajourée en argent doré est quant à lui de très grande qualité, avec une grande virtuosité dans la fonte et les ciselures.

BnF, Mss., Italien 548, plat inf. (détail)

Cette monture d’argent doré partiellement émaillé a été conçue par l’orfèvre florentin Antonio del Pollaiolo. Artiste polymorphe, à la fois peintre, sculpteur, graveur et orfèvre, il est notamment célèbre pour sa gravure représentant un Combat d’hommes nus.

Ajoutons enfin le délicat travail de dorure et ciselure du relieur italien. Les tranches sont ainsi ornées d’un décor géométrique de losanges au centre desquels se trouve un cercle évidé.

BnF, Mss., Italien 548, tranche de tête

Le Pétrarque de Laurent le Magnifique figure dans l’inventaire après décès de celui-ci dressé en 1492, sous l’item n° 15 :

Uno libro dell’opera del Petrarcha, Trionfi prima storiati et miniati schritti di penna e carta di chaveretto et Canzone, Sonetti et Vita di Dante, choperto di raso chermisi chom più chompassi, cioè sei da ogni lato chon arme smaltate, 4 borchie da ogni lato, a ogni chanto una, et quattro tondi smaltati entrovi le Muse e uno in mezo chon uno sole chon più profili di cornicie d’ariento dorato ogni chosa.

La description de la reliure ne laisse aucun doute quant à l’identification du volume. Mais, dès lors, comment expliquer que le manuscrit figure en 1518 dans l’inventaire de la bibliothèque royale française au château de Blois ?

S’ensuit l’inventaire des petitz livres et traittiez en françoys appartenans au roy, lesquelz sont en sa librairie à Blois aux armaires soubz le pulpitre de la Cronicque de Angleterre et de la Toison […] [39]. Les Triumphes de Petrarche richement couvert. Item, les Triumphes de Petrarche en parchemin en petit volume à la langue italicque richement escript et hystorié avec les Souhaitz dudict Petrarche, trés richement couvert de satin cramoisi de costé et d’aultre a grosses lames d’argent, esmaulx d’argent ou sont les neuf muzes esmaillez et est dedans un estuy faict en maniere de livre.

L’année précédente, le manuscrit avait été montré par le roi, lors de leur visite à Blois, au cardinal Aloysio d’Aragon et à son secrétaire Antonio de Beatis ; celui-ci  mentionne dans son compte-rendu de voyage « li triomphi del Petrarcha historiati de mano de Flammingo [sic] de una minia excellentissima ».

Le manuscrit serait donc arrivé en France entre 1492 et 1517. Retournons au volume lui-même qui nous donne des précisions. En effet, on y apporta quelques modifications, probablement à la demande du roi Charles VIII. Le manuscrit fut en effet personnalisé, certes de manière assez discrète. Au f. 11v., un enlumineur français, à n’en pas douter le peintre du roi, le tourangeau Jean Bourdichon, qui œuvra de la sorte dans d’autres manuscrits, couvrit les armes de Laurent le Magnifique par celles de Charles VIII. Exceptionnellement, elles sont doubles, avec deux écus accolés, mais placés sous une même couronne : à gauche, de France moderne (d’azur à trois fleurs de lys d’or), ceint du collier de l’ordre de Saint-Michel, et à droite, écartelé de France ancien (d’azur à semé de lys d’or) et de Jérusalem (d’argent à la croix d’or potencée et alésée, cantonnée de quatre croisettes de même), ceint du collier de l’ordre du Croissant. Charles VIII avait en effet hérité de son père Louis XI du titre de roi de Jérusalem.

BnF, Mss., Italien 548, f. 11v (détail). Armes de Charles VIII ajoutées dans la bordure inférieure.

La reliure fut également modifiée par l’ajout, probablement par un orfèvre ligérien, des armes de France émaillées sur les appliques supérieures et inférieures des bordures des deux plats.

BnF, Mss., Italien 548, plat inférieur (détail). Armes de France émaillées ajoutées sur les appliques d’origine.

Un évènement peut expliquer le passage du manuscrit dans les collections royales françaises. A la fin de l’année 1494, Charles VIII entreprit la première guerre d’Italie afin de coiffer la couronne de roi de Naples. Sur le chemin, le 17 novembre, il fit une entrée triomphale à Florence. Les autorités de la Seigneurie s’efforcèrent  de flatter les Français et de s’attirer leurs bonnes grâces. Savonarole, nouveau maître de la cité, salua ainsi le roi de France comme l’envoyé de Dieu. C’est à n’en pas douter à cette occasion que le manuscrit de Laurent le Magnifique fut offert au roi de France comme cadeau diplomatique.

Ce cadeau ne fut pas isolé. De nombreux ouvrages d’origine italienne, réalisés ou pas pour l’occasion, furent offerts à Charles VIII, Louis XII et François Ier. Beaucoup étaient de simples plaquettes à contenu laudatif, souvent données par des personnages privés, plus ou moins connus, désireux de se faire remarquer, d’obtenir une protection ou quelque subside. Dans d’autres cas en revanche, il s’agissait de volumes plus luxueux, parfois remis officiellement.

Après Florence, Charles VIII entra à Rome le 31 décembre 1494, cette fois-ci de façon plus brutale, les armées françaises pillant la ville. C’est cependant dans ce contexte qu’un personnage non identifié remit au roi la Couronne de justice, manuscrit couvert d’une rare reliure de cuir doré et peint à ses armes (BnF, Mss., Français 5080).

Pour finir, on peut également citer parmi les luxueux manuscrits italiens offerts aux rois de France les Carmina que leur auteur, Giovanni Michele Nagonio, remirent vers 1500 à Louis XII (BnF, Mss., Latin 8132).

Programme de restauration des reliures d’orfèvrerie du département des Manuscrits de la BnF

La reliure d’argent doré partiellement émaillé du Pétrarque de Laurent le Magnifique appartient à  un ensemble d’une quarantaine de reliures précieuses conservées au département des Manuscrits. Elles font actuellement l’objet d’un chantier d’étude, de conservation et de restauration.

Pour en savoir plus :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.