Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées

Un manuscrit discret

La rubrique des « manuscrits sans confinement » met sur le devant de la scène des manuscrits médiévaux remarquables des collections de la BnF, et, à ce titre, on découvrira dans cette rubrique de vrais chefs-d’œuvre, qui fascineront autant par leurs décorations que par leur contenu. Cependant, tous les manuscrits médiévaux ne peuvent se targuer de posséder de magnifiques enluminures, schémas ou illustrations, de contenir un écrit autographe ou unique, ou encore d’être le témoin le plus ancien d’un auteur illustre. Nombreux sont les manuscrits d’aspect presque banal, dépourvus de décoration et dont le contenu peut paraître abscons ou peu digne d’intérêt. Pourtant, même les manuscrits apparemment les plus modestes peuvent receler des richesses, des richesses qui ne sont pas forcément évidentes, ni éblouissantes, mais néanmoins remarquables. C’est l’un de ces manuscrits que je me propose d’aborder.

Le manuscrit latin 13026 est un manuscrit du IXe siècle en minuscule caroline. Il contient des traités de grammaire, un traité de métrique et un certain nombre d’œuvres ou d’extraits d’œuvres en vers.

Ce manuscrit, au premier abord comme au second, ne paie pas de mine. Sa reliure actuelle date du XXe siècle, une reliure en peau de truie assez ordinaire ; ses feuillets présentent à plusieurs reprises des trous dus aux imperfections de la peau utilisée (f. 124, f. 132 par exemple), qui attestent qu’il ne s’agit pas d’un parchemin de première qualité ; il ne contient absolument aucune illustration, et que peu de fioritures : l’on est bien en peine de relever quelques initiales ou titres un tant soit peu ornés. On peut mentionner le joli « p » du f. 150r, le « r » du f. 26r, les « d » et « l » f. 95v-6r, et quelques autres, ou encore les deux titres en capitales à l’encre rouge f. 41r et f. 121r, mais c’est à peu près tout.

Grammaire et poésie

Quant à son contenu, il peut sembler quelque peu obscur et assez peu palpitant. On y trouve des traités de grammaire latine : l’Ars de uerbo d’Eutychès, les Epitomae de Virgilius Maro Grammaticus, l’Ars grammatica de Donatus Ortigraphus et l’Ars Malsachani, du nom de son auteur Malsachanus ; ainsi que des œuvres en vers : plusieurs poèmes de Prudence, des Fables d’Avianus, des Eglogues d’Ausonius, des Carmina de Paulinus Nolanus, divers courts poèmes (notamment des épitaphes du poète Virgile) publiés par A. Riese dans son Anthologia Latina, et enfin des extraits en vers de La Consolation de Philosophie de Boèce et des Noces de Philologie et de Mercure de Martianus Capella. Ces œuvres en vers sont précédées d’un traité sur la métrique, d’un certain Cruindmelus. 

Il présente ainsi un curieux mélange d’œuvres assez connues, comme celles de Prudence, La Consolation de Philosophie de Boèce ou encore Les Noces de Philologie et de Mercure, et de traités que seuls les plus férus de grammaires latines connaîtront, que ce soit Eutychès, Virgilius Maro Grammaticus (sans rapport avec le poète de l’Enéide), Donatus Ortigraphus, ou Malsachanus et Cruindmelus.

Aussi abscons qu’ils puissent paraître, ces traités de grammaire, réunis ici en une sorte de recueil, nous apportent de précieuses informations. Sans avoir besoin de rentrer dans le détail de chaque traité, l’existence de ce recueil et sa transmission jusqu’à nous nous montre l’intérêt de l’époque pour la grammaire latine, et notamment à Corbie (abbaye du nord de la France), d’où vient ce manuscrit. Ce n’est en effet pas le seul manuscrit contenant des traités de grammaire et originaire de Corbie que l’on trouve au sein des collections de la BnF : on peut par exemple citer les manuscrits latins 12958 et 12960. Cet intérêt, qui trouve sa place dans le cadre d’un enseignement de la grammaire latine, est non seulement un intérêt presque d’antiquaire pour les grammaires anciennes et classiques, comme celle d’Eutychès, disciple de Priscien actif au VIe siècle (on trouve d’ailleurs la grammaire de Priscien dans le 12960), mais également un intérêt vivant, puisque Cruindmelus et Malsachanus sont des auteurs des VIIIe-IXe siècles (début IXe pour Cruindmelus). Ce manuscrit est témoin à la fois d’une étude de textes plus anciens et d’une recréation de textes nouveaux.

Cela nous donne ainsi un aperçu de la façon d’enseigner le latin au IXe s, et une étude plus approfondie du contenu des traités eux-mêmes pourra encore permettre d’affiner la connaissance de la pédagogie de l’époque.

D’un point de vue plus matériel, le manuscrit 13026 nous est très précieux pour son apport à la transmission des textes qu’il contient. Les traités de grammaire qu’il conserve sont en effet des textes rares, dont on possède peu de copies : seulement trois  manuscrits, dont celui-ci, permettent de reconstituer le texte de Virgilius Maro Grammaticus, et le 13026 est généralement considéré comme le plus fiable ; quant au traité de Malsachanus, on ne le trouve que dans un seul autre manuscrit. Le manuscrit 13026 est donc des plus utiles pour reconstituer ces textes peu connus.

En outre, il est le seul à nous donner le nom de Malsachanus, à deux endroits dans le manuscrit : dans une annotation postérieure en haut du f. 161r « ars malsachani » et dans la souscription du traité (f. 181v) « Salcani filii » (fils de Salcanus), ce qui a conduit à la supposition qu’il s’appelait Mac-Salcan. Il est de même le seul à nous donner le nom de Cruindmelus (l’auteur du traité de métrique), et c’est le seul témoin des vers (Versiculi) de ce dernier qui précèdent son traité sur la métrique. Sans lui, ces deux textes de grammaire seraient encore anonymes, et les Versiculi inconnus.

Première page du traité de Cruindmelus, contenant son nom et les « uersiculos », f. 41r :
Hos uersiculos Cruindmelus composuit : haec, dulces iuuenes, prumpti seruate, rogamus, quae uestro scripsit uester amore pater…
« Cruindmelus a composé ces petits vers : soyez prompts, chers jeunes gens, à conserver, nous vous en prions, ce qu’a écrit votre père par amour de vous… »

Bien que la plupart des œuvres poétiques contenues dans ce manuscrit soient plus connues et donc plus documentées par ailleurs, cette partie du manuscrit n’en est pas moins intéressante. On peut par exemple relever en guise de curiosité le poème sur Alexandre le Grand perdu au milieu des extraits de Martianus Capella (f. 98v-99r) : ce poème n’est a priori pas édité, mais il présente par ailleurs de grandes ressemblances avec d’autres textes sur Alexandre.

Début du poème sur Alexandre, f. 98v :
Alexander Iliricas et Traces feliciter dimicans et subuersis tebis in Persas arma corripuit et aput Gangem amnem Sardis urbem capit…
« Alexandre, combattant victorieusement les Illyriens et les Thraces, après avoir détruit Thèbes, prit les armes contre les Perses, et s’empara de la ville de Sardes vers le fleuve du Gange… »                                                                                                                       

Mais le plus intéressant peut-être est la forme de ces textes. Il est fascinant d’observer la façon dont ce recueil a été constitué : il est précédé d’un traité de métrique, comme une sorte d’introduction théorique à ce qui suit ; les poèmes qui suivent ne partagent aucun caractère thématique commun (les poèmes de Prudence sont à sujet religieux, les fables d’Avianus sont inspirées de celles d’Esope et mettent en scène des animaux, les poèmes d’Ausonius parlent pour l’un des travaux d’Hercule, pour l’autre des mots « oui » et « non », etc.), mais il est visible que le critère principal lors de la constitution du recueil était la forme versifiée. C’est notamment évident dans le cas des extraits de Martianus Capella et de Boèce. En effet, ni Les Noces de Philologie et de Mercure ni La consolation de Philosophie ne sont des œuvres entièrement en vers : La Consolation présente une alternance entre prose et vers ; la prose de Martianus Capella est entrecoupée de vers. Or, ici, tous les passages en prose ont été coupés, de façon à ce qu’il ne reste plus que les vers. La prose qui a été retirée est indiquée par l’expression item alia eiusdem (« encore d’autres choses du même auteur ») en onciales répétée à chaque fois que l’on passe d’un passage versifié à un autre.

On observe ainsi une volonté de regrouper les savoir selon des biais thématiques : ici pour les vers, dans le reste du manuscrit pour la grammaire.

F. 86r: item alia eiusdem

Un puzzle à reconstituer

Ce désir d’accumulation est quelque chose, comme on va le voir, qui régit l’histoire même de ce manuscrit depuis sa création au IXe siècle jusqu’à nos jours : il n’a en effet pas toujours eu ni l’aspect ni le contenu que nous lui connaissons actuellement et que je viens de décrire.

L’historique de sa conservation semble pourtant a priori simple, et nous est livré sans ambiguïté par les ex-libris (marques d’appartenance) que l’on trouve sur les premiers feuillets : notre manuscrit a appartenu à l’abbaye de Corbie, comme l’indique l’ex-libris du XVIe siècle du f. 1r : Ex Corbeiensi monasterio ; puis à la bibliothèque de Saint-Germain-des-Près, qui a apposé son ex-libris au XVIIe-XVIIIe siècle, également sur le f. 1r : Sancti Germani a Pratis ; et enfin à la Bibliothèque nationale de France dont on trouve l’estampille aux f. 1r et 182v (un modèle d’estampille datant de 1792-1804). Ces ex-libris sont confirmés par la présence du manuscrit dans les catalogues correspondants : on peut l’identifier au n°234 du catalogue de Corbie de 1621, où il est décrit ainsi : Euticii de uerbis in Virgilium futilia quaedam ; quaedam de metrica ratione ; Prudentii quaedam ; Boetii de consolatione philosophica ; eclogae de libris grammaticorum ; et, dans le catalogue de Saint-Germain de 1677, au n°540, ce qui correspond à la cote qui lui a été attribuée à Saint-Germain et qui est indiquée sur le f. 1r.

Ex-libris de Corbie et de Saint-Germain, f. 1r
Estampille de la BnF, f. 182v

Une fois que l’on est en possession de ces divers indices, il est aisé de reconstituer le parcours du manuscrit : il fut transporté de l’abbaye de Corbie à Saint-Germain en 1638, en compagnie de quatre cents autres manuscrits parmi les plus précieux de la bibliothèque de Corbie, que l’on décida de déplacer à l’abri du danger à la suite de la guerre contre l’Espagne ; puis il arriva à la Bibliothèque nationale de France en même temps que tous les manuscrits de Saint-Germain en 1795-6.

Son histoire antérieure à 1621 est toutefois moins claire et plus problématique. Son lieu de production, tout d’abord, est incertain : le paléographe B. Bischoff le place dans la région parisienne, tandis que d’autres le pensent originaire de l’abbaye de Corbie elle-même, qui possédait en effet un scriptorium (un atelier de copie). Une chose, cependant, est certaine quant à sa composition première : le manuscrit 13026 n’a pas été originellement copié tel que nous le voyons maintenant, mais il était au début de sa vie en pièces détachées, ou plus exactement (car ce serait prendre le problème à l’envers, chronologiquement parlant), il s’agissait de manuscrits indépendants, qui ont par la suite été réunis en un seul.

Les preuves de cela tiennent dans plusieurs particularités du manuscrit, la plus importante étant la numérotation des cahiers. Un manuscrit est confectionné à partir d’un certain nombre de cahiers, rassemblés ensuite pour former le manuscrit lui-même, chaque cahier étant constitué d’un nombre variable de bifeuillets pliés en deux, emboîtés et cousus ensemble ; ces cahiers sont généralement numérotés, pour permettre à celui qui les assemble de les mettre dans le bon ordre, et cette numérotation est parfois conservée, ce qui est le cas dans le manuscrit 13026, qui présente l’originalité de ne pas avoir conservé une seule numérotation, mais six différentes. Deux de ces numérotations sont des numérotations globales du manuscrit, couvrant tous les cahiers qu’il contient ; pour la question qui nous occupe, elles ne sont que peu intéressantes, et nous nous concentrerons donc sur les quatre autres.

Ces quatre numérotations ne concernent chacune qu’une partie du manuscrit : la première d’entre elles couvre les feuillets 11 à 40, dont les quatre cahiers sont numérotés de I à III (le dernier numéro a été coupé) ; la deuxième, les feuillets 41 à 120, dont les onze cahiers sont numérotés de I à XII (ce qui nous indique qu’un cahier a été perdu) ; la troisième, les feuillets 121 à 160, dont les cinq cahiers sont numérotés de II à V (le premier cahier ayant perdu son numéro) ; et enfin la dernière, les feuillets 161 à 181, dont les trois cahiers sont numérotés de I à II (nous n’avons pas le numéro du troisième cahier). Ces quatre systèmes de numérotation, sans aucun doute plus anciens que les deux autres, nous montrent qu’à l’origine, le manuscrit était en fait cinq manuscrits différents : l’un contenant Eutychès (les f. 1 à 10, les seuls à ne pas posséder de numérotation propre), un autre Virgilius, un autre le recueil de vers, un autre Donatus Ortigraphus et un dernier l’ars Malsachani. On peut même ajouter au compte le dernier feuillet du manuscrit (f. 182), un feuillet isolé contenant un passage de la Bible et provenant encore d’un manuscrit différent.

On paraît en trouver confirmation dans un catalogue de Corbie, plus ancien que celui que nous avons déjà évoqué : en effet, dans le catalogue du XIIe siècle, contrairement à celui du XVIIe siècle, il n’y a pas trace de notre recueil ; néanmoins, on peut relever le n°136, l’ars de uerbo d’Eutyches, et le n°299, l’Epitoma de Virgilius Maro. Il semblerait donc que notre manuscrit ait trouvé sa forme finale, celle que l’on observe aujourd’hui, entre le XIIe et le XVIIe siècle.

Si le recueil de vers que contient le manuscrit 13026 a été créé lors de sa copie au IXe siècle, le recueil entier, réunissant des ouvrages de grammaire et de métrique, n’a été composé que plus tard. On observe ainsi une volonté de rassembler, que ce soit lors de la copie, ou lors de la conservation, qui se poursuit au cours des siècles, jusqu’à obtenir le patchwork que nous avons à présent. Le manuscrit 13026 est à tout point de vue un recueil : il fut conçu comme un recueil, et modifié pour être plus encore un recueil.

J’espère avoir pu vous convaincre que, malgré son apparence peu engageante par rapport à d’autres manuscrits, le manuscrit 13026 ne manque pourtant pas d’attraits. Il est riche en informations, puisqu’il nous permet de découvrir des textes rares et d’observer la formation d’un recueil à travers le temps ; mais il me semble également qu’il recèle un intérêt presque ludique, celui de l’énigme à déchiffrer, du puzzle à compléter, et presque du jeu de piste, lorsque l’on cherche à reconstituer son histoire, et à le reconstituer lui-même. Un jeu de piste qui pourra encore en amuser certains, puisque, si l’un de ses cahiers manquants, l’un des deux qui précédaient anciennement le tout premier cahier, contenant le début de l’Ars de uerbo d’Eutychès, a été retrouvé dans un autre manuscrit de la BnF (le latin 12958), il reste encore à trouver cinq cahiers manquants : le premier de l’Ars de uerbo, un dans le recueil de vers et trois entre ce recueil et Donatus Ortigraphus. Cinq cahiers que l’on retrouvera peut-être égarés dans d’autres manuscrits peu connus de la BnF ou d’ailleurs.

De quoi occuper les curieux !                              

F. 66v du Latin 12958, venant juste avant notre f. 1r

Bibliographie :

– Bernhard BISCHOFF, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts, III, Wiesbaden : Harrassowitz, 1998-2017, p. 201-2.

– Colette JEUDY, « Nouveaux fragments de textes grammaticaux », in Revue d’Histoire des Textes n°14-15, 1986, p. 135-6.

– Leslie Webber JONES, « The Scriptorium at Corbie », in Speculum XXII, 2 et 3, 1947.

– Giovanni POLARA, Virgilio Marone Grammatico : epitomi ed epistole, Naples : Liguori, 1979.

– Marie-Hélène JULLIEN et Françoise PERELMAN, Clavis scriptorum latinorum Medii Aevi : auctores Galliae 735-987, I, Turnhout : Brepols, 1994, p. 283-5.

– Bengt LÖFSTEDT, Der hiberno-lateinische Grammatiker Malsachanus, Uppsala : Acta Universitatis Upsaliensis,1965.

– Léopold DELISLE, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, II, Paris : Impr. impériale, 1868, p. 137-8.

– Ernest COYECQUE, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, XIX, Paris : E. Plon, Nourrit et cie, 1893.

                        


Une réflexion sur « Un recueil grammatical et poétique en pièces détachées »

  1. C’est en effet un travail passionnant que retrace ce billet sur la composition de ce manuscrit. Si les textes ne sont pas toujours somptueusement enluminés ou copiés pour de puissants souverains, ce billet montre la passion pour le savoir, sa transmission. La passion des moines de Corbie pour la grammaire latine entre autres, mais aussi la passion pour la transmission des textes. Comprendre la constitution d’un recueil est un travail qui s’apparente à une chasse au trésor, à un travail de détective, à un jeu de piste. Ces recueils sont parfois d’une grande complexité, mais cet ordre est avant tout intellection. Le recueil est une oeuvre de l’esprit. Cet article illustre parfaitement l’importance primordiale de ce travail. Tout en clarté et en érudition, ce billet ouvre de multiples perspectives à appliquer à d’autres domaines, d’autres œuvres, d’autres recueils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.