Lecture typologique de l’Ancien Testament : Abel, Isaac, Melchisédech, Samson, préfigures du Christ

La concordance entre l’Ancien et le Nouveau Testament tient une place centrale dans l’exégèse chrétienne. Le symbolisme typologique voit dans l’Ancien Testament l’annonce du Nouveau. Dans le chapitre XXVI du livre XVI de La Cité de Dieu, saint Augustin résume cette doctrine en une formule appelée à une grande fortune : « Quid enim est quod dicitur Testamentum Vetus, nisi occultatio Novi ? » (Saint Augustin, De Civitate Dei, P.L. 41, col. 505). Ce qui est voilé dans l’Ancien Testament est dévoilé dans le Nouveau.

L’interprétation figurative se trouve en germe dans la Bible, où le Christ insiste sur le lien entre les deux Testaments. Selon cette concordance, Abel fait partie des préfigures du Christ. Ce rapprochement se rencontre très tôt et trouve son origine dans le texte biblique. En effet, dans l’Epître aux Hébreux, saint Paul évoque la mort d’Abel le Juste qui annonce celle du Christ (Hb 12, 24). Son offrande, annonciatrice de la Cène, symbolise l’Eucharistie.  

BnF, Français 159, fol. 10, Offrandes d’Abel et Caïn
Dans Gallica
Dans Mandragore

L’offrande d’Abel se trouve mentionnée dans le canon romain qui rappelle aussi le sacrifice d’Abraham et de Melchisédech. Melchisédech, prêtre-roi, prononça une bénédiction sur le patriarche Abraham en offrant du pain et du vin (Gn 14, 18).

BnF, Français 316, fol. 66, Melchisédech
Dans Gallica
Dans Mandragore

Isaac préfigure également le Christ : Abraham, son père, accepte de l’offrir en sacrifice (Gn 22), mais l’Ange du seigneur arrête son geste et un bélier est offert à la place d’Isaac.

BnF, Français 160, fol. 25, Sacrifice d’Abraham
Dans Gallica
Dans Mandragore

Dans le Sacramentaire de Drogon (BnF, Latin 9428), chef-d’œuvre de l’enluminure carolingienne, le canon de la messe, partie centrale de ce livre liturgique, est illustré par le sacrifice d’Abraham, l’offrande d’Abel et celle de Melchisédech. La lettre T du Te igitur, incipit du canon de la messe met sur le même plan ces trois scènes qui annoncent l’Eucharistie (f. 15v.).

BnF, Latin 9428, f. 15v, sacrifices de l’Ancien Testament
Dans Gallica
Dans Mandragore

L’offrande de Melchisédech et le sacrifice d’Abraham sont des thèmes privilégiés qui se rencontrent souvent près de la scène du meurtre d’Abel. Ainsi dans une Bible du XIIIe siècle trouve-t-on deux de ces représentations dans l’initiale I de l’incipit de la Genèse. Le corps de la lettre I comporte l’épisode du meurtre d’Abel et le sacrifice d’Abraham, qui font écho à la Crucifixion du Christ, figurée au pied de l’initiale.

BnF, Latin 13149, f. 8
Dans Mandragore
BnF, Latin 13149, f. 8, détail, meurtre d’Abel par son frère Caïn avec une mâchoire d’âne
BnF, Latin 13149, f. 8, détail, sacrifice d’Abraham
BnF, Latin 13149, f. 8, détail, Crucifixion

D’autres épisodes vétérotestamentaires préfigurent le Christ et se rencontrent dans l’iconographie chrétienne : Samson, ou encore Elie et la veuve de Sarepta.

L’épisode biblique où Samson, consacré à Dieu dès sa conception et doté d’une force exceptionnelle, s’échappe de Gaza en arrachant les portes (Jg, 16), préfigure la Résurrection du Christ. Dans un manuscrit de la « Toison d’Or » de Guillaume Fillastre, une enluminure représente plusieurs scènes de l’histoire de Samson : On voit Samson sortir de Gaza, tenant les portes de la Ville, et son combat victorieux contre les Philistins, tués à l’aide d’une mâchoire d’âne.

BnF, Français 138, fol. 69v
Dans Gallica
Dans Mandragore
BnF, Français 138, fol. 69v, détail, Samson tenant les portes de Gaza

Relatés dans le premier Livre des Rois, le miracle de la farine et de l’huile lors de la rencontre entre le prophète Elie et la veuve de Sarepta et la résurrection du fils de cette dernière, annoncent le sacrifice du Christ. Au cours d’une famine, Elie rencontre une veuve qui ramassait du bois près de l’entrée de la ville de Sarepta qui lui offre ses maigres réserves de farine et d’huile. Ses réserves ne devaient plus jamais s’épuiser (1 R, 17). Le bois ramassé fait écho au bois de la Croix. Ces deux épisodes sont représentés dans un manuscrit du milieu du XIVe siècle, qui regroupe plusieurs histoires bibliques tirées de l’Ancien Testament.

BnF, Français 1753, fol. 96, Elie et la veuve de Sarepta
Dans Gallica
Dans Mandragore
BnF, Français 1753, fol. 96, Elie et la veuve de Sarepta, détail

2 réflexions sur « Lecture typologique de l’Ancien Testament : Abel, Isaac, Melchisédech, Samson, préfigures du Christ »

  1. Merci pour cet article très intéressant sur les préfigures du Christ, superbement illustré. Il permet d’ajouter, à la contemplation des enluminures choisies, une compréhension de leur richesse, si profuse de sens, à la lumière des correspondances entre Ancien et Nouveau Testament. On en redemande !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.