Livre de dévotion et manuel d’enseignement : le psautier à la cour de France au XIIIe siècle

Livre de prière dédié à la dévotion privée bien représenté dans les librairies princières, le psautier servit dès le XIIIe siècle de livre pédagogique pour les enfants royaux. « Cist psaultiers fuit mon seigneur saint Looys qui fu roys de France, ouquel il aprist en s’enfance », lit-on au f. 30v du psautier conservé à la Bibliothèque universitaire de Leyde, le ms. BPL 76A. Ainsi l’image du dauphin s’exerçant à la lecture sous la direction d’un clerc, peut-être son confesseur, en présence de Blanche de Castille, a-t-elle été représentée à plusieurs reprises[1].

[1] BnF, Français 2813, f. 265 (Grandes Chroniques de France, « Geste de saint Louis ») ; Français 5716, f. 16 (Guillaume de Saint-Pathus, Vie et miracles de saint Louis) ; NAL 3145, f. 85v (Heures de Jeanne de Navarre, « Heures de saint Louis »).

NAL 3145, f. 85v (Heures de Jeanne de Navarre) : saint Louis enfant apprenant à lire

Cinq psautiers ayant appartenu au roi Louis IX ou à Blanche de Castille nous sont parvenus. Le plus ancien est le ms. de Leyde, exécuté vers 1190 pour Geoffrey Plantagenêt, archevêque d’York (ca 1152-1212) : peut-être le manuscrit fut-il rapporté d’Angleterre par Louis VIII en 1216-1217 ou entra-t-il en France lors de l’exil du prélat entre 1207 et 1212. Le second (Chantilly, musée Condé, ms. 9) fut composé dans le premier quart du XIIIe siècle[1] pour la reine Ingeburge de Danemark (1174-1236), épouse du roi Philippe Auguste : à la mort de la reine en 1236, il demeura dans les collections royales, comme en témoigne une annotation au f. 9v en attribuant la possession à saint Louis. Un troisième exemplaire, réalisé entre 1220 et 1230, est le ms. 1186 de la Bibliothèque de l’Arsenal, dont le f. 191 porte une inscription attestant son appartenance à Blanche de Castille et à son fils. Orné des armes de France et de Castille peintes sur la tranche, un Psautier ayant appartenu à la reine est conservé au département des Manuscrits, sous la cote Latin 10434. Le cinquième exemplaire, le ms. BnF, Latin 10525, est un des fleurons de la Grande Réserve : longtemps considéré comme une commande de saint Louis, il semble depuis les recherches de Patricia Stirnemann être postérieur à 1270 mais est toujours qualifié de « Psautier dit de saint Louis[2] ».

[1] Daté traditionnellement des années 1193-1214, le psautier aurait été composé vers 1215-1218 d’après Patricia Stirnemann (Stirnemann 2018).

[2] Patricia Stirnemann et Marcel Thomas, Der Psalter Ludwigs der Heiligen, Ms. lat. 10525 der Bibliothèque nationale de France, Graz, 2011.

Leyde, Bibl. universitaire, BPL 76 A, f. 30v.
Chantilly, Musée Condé, ms. 9, f. 9v.
Bibl. Arsenal, ms. 1186, f. 191.
BnF, Latin 10525, f. Av.

Par leur composition ― calendrier, psaumes, cantiques, litanies, oraisons ― ces livres étaient certes destinés en premier lieu à la prière : une addition dans le manuscrit de Leyde, BPL 76A recommande de réciter vingt-cinq psaumes par jour, à l’exception du samedi[1]. Par la clarté de leur mise en page et la richesse de leur illustration, ils firent aussi office de manuel d’apprentissage de la lecture et d’enseignement de l’Écriture sainte pour les jeunes princes. Leur datation exclut les mss Latin 10434 et Latin 10525 exécutés, l’un au milieu du XIIIe siècle, l’autre entre 1270 et 1274, parmi les psautiers feuilletés par saint Louis enfant. Mais l’annotation sur le f. de garde Av du ms. Latin 10525 atteste que ces livres se transmettaient au cours des générations : présent de la reine Jeanne d’Évreux (1310-1371) à Charles V, le volume entra en la possession de Charles VI. Celui-ci l’offrit en 1400 à sa fille Marie de France, religieuse au couvent de Poissy, alors âgée de sept ans.

 La première propriété d’un livre pédagogique est son petit format, maniable pour un enfant. La hauteur des mss Latin 10434 et 10525 ne dépasse pas 215 mm. Le psautier de Leyde mesure 243 mm sur 175.

La mise en page harmonieuse du volume facilite l’accès à la lecture. Grandes initiales historiées, initiales ornées et lettrines champies ou de couleur rythment le texte et se détachent au début des psaumes et des versets, selon une hiérarchie bien établie, permettant l’apprentissage des lettres de l’alphabet. Dans le psautier de Leyde et celui de l’Arsenal, les initiales zoomorphes en tête des psaumes aident à leur mémorisation.

 La compréhension du texte est facilitée par une écriture gothique soignée, des bouts-de-ligne à la fin des versets et l’indication rubriquée ou en lettres d’or du psaume ou du cantique suivant. Les signes de ponctuation indiquent les pauses à respecter. Dans le ms. Arsenal 1186, une ligne de texte à l’encre bleue et or précède chaque psaume.

[1]Leyde, Bibliothèque universitaire, BPL 76A, f. 184-185v.

BnF, ms. Latin 10434, f. 17 : initiale historiée « B » (Ps. 1)
Leyde, Bibl. universitaire, BPL 76A, f. 150v : initiales zoomorphes
BnF, Latin 10434, f. 21v : mise en page : initiale ornée, lettrines de couleur, bouts-de-ligne, bordure filigranée au bas de chaque feuillet

On pourrait s’étonner que l’initiation à la lecture se fît directement en latin. Le texte des psaumes s’y prêtait : la musique de la phrase, la répétition de nombreux termes tout au long du texte, des consonances bien différenciées se prêtaient aisément à la lecture syllabique.

Somptueusement illustrés, ces livres royaux étaient pour les jeunes princes une véritable anthologie de la Bible. Les enluminures offrent une lecture chrétienne des Écritures. Insérées entre le calendrier et le psautier de Chantilly, cinquante et une peintures pleine page rassemblées en vingt-sept feuillets mettent en scène l’Ancien Testament, les Évangiles, la vie et les miracles de la Vierge. Limitées à neuf dans le psautier Latin 10434, elles sont au nombre de vingt et une dans le ms. Arsenal 1186, de vingt-trois dans le psautier de Leyde. La réalisation la plus somptueuse est assurément celle du ms. BnF, Latin 10525, dans lequel une série de soixante-dix-huit peintures, entièrement consacrées à l’Ancien Testament, précède le texte scripturaire. La richesse de l’illustration fut d’ailleurs soulignée au siècle suivant dans l’inventaire de la librairie du roi Charles V dont firent partie certains de ces ouvrages. Le psautier Latin 10525 est dit être « tres bien escript et noblement enluminé », avec « grant quantité d’hystoires au commancement dudit livre[1] ». Le psautier d’Ingeburge est de même « tres richement enlumyné et hystorié d’anciens ymages[2] ».  

[1] Inventaire général des joyaux, 1380, art. G 3304 (BnF, Français 2705, f. 282).

[2] Ibid., f. 282, art. G 3303.

BnF, Latin 10525, f. 29v : Moïse sauvé des eaux ; le buisson ardent 
Leyde, Bibl. universitaire, BPL 76A, f. 16v : annonce aux bergers ; les mages guidés par l’étoile
Latin 10434, f. 9v : anges déchus, Adam et Ève dans le paradis terrestre

Le cycle iconographique est complété par les initiales historiées qui illustrent le texte des psaumes 1, 26, 38, 51, 52, 68, 80, 97, 101,109 et dans le ms. de Chantilly le Ps. 114. L’initiale « B » qui introduit le Ps. 1 occupe généralement une pleine page. À l’exception du psautier de Leyde, les deux panses de la lettre mettent en scène David : luttant contre Goliath et s’adonnant à la musique dans le ms. Latin 10434, contemplant Bethsabée du haut de son palais dans le ms. Latin 10525.

BnF, Latin 10525, f. 85v : initiale historiée « B » (Ps. 1) : David contemplant Bethsabée du haut de son palais ; David priant

Par le luxe de leur décoration, les psautiers royaux, véritables « livres-joyaux », témoignent des courants artistiques du XIIIe siècle. François Avril a souligné le caractère exceptionnel sur le plan chromatique et décoratif des peintures du psautier de Chantilly dues à un atelier du nord-est de l’Île de France[1]. Le nom de l’artiste qui a œuvré sur le psautier Latin 10434 est resté inconnu. Pas moins de quatre ou cinq peintres ont collaboré à la décoration du Psautier Latin 10525, dont le Maître du psautier d’Isabelle de France, sœur de Louis IX,  ou fille du saint roi[2]. Le psautier de l’Arsenal a été enluminé par un artiste désigné sous le nom de Maître de Blanche de Castille qui a travaillé pour la reine à plusieurs reprises. Le décor somptueux reflète la politique royale : l’encadrement de fleurs de lys de l’arbre de Jessé au f. 15 établit peut-être un parallèle entre la lignée du Christ et celle des rois de France. La panse inférieure de l’initiale « B » (f. 30v) représentant David repoussant des Juifs rappelle le tournant hostile aux Juifs pris sous la régence de Blanche de Castille.

[1] François Avril, « L’atelier du Psautier d’Ingeburge ; problèmes de localisation et de datation », dans Art, objets d’art, collections. Hommage à Hubert Landais, 1987, p. 16-21.

[2] Cambridge, Fitzwilliam Museum, ms. 300. Longtemps considéré comme le psautier d’Isabelle de France (1225-1270), fondatrice de l’abbaye de Longchamp, le manuscrit pourrait avoir appartenu à la fille du roi Louis IX, Isabelle reine de Navarre et comtesse de Champagne, dont les armes apparaissent sur les feuillets.

Arsenal, ms. 1186, f. 15v : Arbre de Jessé 
Arsenal, ms. 1186, f. 30v : initiale historiée « B » : David dictant, David repoussant les Juifs 

Le psautier de Leyde passa entre les mains d’Agnès de Bourgogne, fille de saint Louis,  puis de Jeanne de Bourgogne, épouse du roi Philippe VI qui, après la mort de la reine le 12 décembre 1349, en fit cadeau à sa seconde épouse Blanche de Navarre, arrière-petite-fille du saint roi. Celle-ci le légua en 1398 à Philippe le Hardi, duc de Bourgogne[1]. Le psautier d’Ingeburge de Danemark demeura jusqu’en 1418 dans les collections royales : il correspond à l’article G 3303 de l’inventaire des joyaux de Vincennes sous Charles V. Le psautier Latin 10434 faisait aussi partie de la librairie royale en 1380 ; il en sortit entre cette date et l’inventaire de 1391 : il se trouvait à Londres dans le premier quart du XVe siècle. Le ms. Latin 10525, offert à Marie de France par son père le roi Charles VI, resta au couvent de Poissy jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Entré dans la bibliothèque du prince Mikhail Petrovitch Golitsyn ((1764-1848), écuyer du tsar de Russie Alexandre Ier, il fut cédé à la Bibliothèque royale en août 1818 par l’entremise du comte de Noailles, ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg. Ainsi, se transmettant au fil des générations, les psautiers royaux furent à fois livres de dévotion, manuels pédagogiques et objets de prestige. Selon une quittance du 2 juin 1401-1402, la jeune Michèle de France, née le 11 janvier 1395, possédait un abécédaire suivi d’un psautier : elle apprenait à lire dans le premier et faisait ses exercices de lecture dans le second.

[1] Codicille du testament de Blanche de Navarre, 10 septembre 1398, édité par Léopold Delisle, 1885, « Testament de Blanche de Navarre, Reine de France », Mémoires de l’Histoire de Paris et de l’Île-de-France, XII, 1885, p. 1-64 ; Jean-Luc Deuffic, Les livres manuscrits de la reine Blanche de Navarre († 1398) : http://blog.pecia.fr/post/2011/09/15/Les-livres-manuscrits-de-Blanche-de-Navare

Quelques références bibliographiques

Kervyn de Lettenhove, « Le psautier de Saint Louis, conservé dans la Bibliothèque de l’Université de Leyde », Bulletin de l’Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 2e série, 34, 1865, p. 296-304.

Victor Leroquais, Les psautiers manuscrits latins des bibliothèques publiques de France, Mâcon, 1940-1941, t. I, cat. 111, p. 138-143 (Chantilly, musée Condé, ms. 9) ;  t. II, cat. 255, p. 13-17 (Arsenal, ms. 1186) ;  cat. 327, p. 93-95 (Latin 10434) ; cat. 333, p. 101-105 (Latin 10525).

Marcel Thomas, Scènes de l’Ancien Testament illustrant le Psautier de saint Louis : Reproduction des 78 enluminures à pleine page du manuscrit latin 10525 de la bibliothèque nationale de Paris, Graz, 1970.

Marcel Thomas, Le Psautier de Saint Louis: faksimile-Ausgabe der ganzseitigen Miniaturen, des Kalendariums und der Seiten mit Bildinitialen des Manuscrit latin 10525 der Bibliothèque nationale, Paris, Graz, 1972.

Robert Branner, Manuscript Painting in Paris during the Reign of Saint Louis. A study of Styles, Berkeley, 1977.

Florens Deuchler (éd.), Le Psautier d’Ingeburge de Danemark : Der Ingeberg Psalter

(vollständige Faksimile-Ausgabe im Originalformat der Handschrift Ms 9 olim 1695 aus dem Besitz des Musée Condé-Chantilly), Graz, 1985.

Harvey Stahl, Picturing Kingship : History and Painting in the Psalter of Saint Louis, University Park (Penn.), 2008.

Patricia Stirnemann et Marcel Thomas (éd.), Der Psalter Ludwigs der Heiligen : Ms. lat. 10525 der Bibliothèque nationale de France, Graz, 2011.

Hanno Wijsman, « Het psalter van Lodewijk de Heilige: Functie, gebruik en overlevering van een middeleeuws prachthandschrift », dans Paul Hoftijzer et al. (éd.), Bronnen van kennis : Wetenschap, kunst en cultuur in de collecties van de Leidse Universiteitsbibliotheek, Leiden, 2006, p. 32- 42.

Saint Louis, catalogue d’exposition [organisée par le Centre des monuments nationaux], Paris, La Conciergerie, 8 octobre 2014-11 janvier 2015, Paris, 2014, cat. 40, p. 217 (Leyde, Bibl universitaire, BPL 76A) ; cat. 41, p. 217 (Arsenal, ms. 1186) ; cat. 99, p. 252 (BnF, Latin 10434).

Suzette van Haaren, Text/Image/Sound. Initials as Entanglements and Embodiment in the Leiden Psalter (Leiden, University Library, BPL 76A), RMA, Thesis Medieval Studies, Utrecht University, 2015.

Patricia Stirnemann, « A Family Affair. The Psalters of Ingeborg of Denmark and Blanche de Castille and the Noyon Psalter », dans Revue Mabillon, vol. 29, 2018, p. 101-130.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.