Un luxueux lectionnaire des évangiles syriaque, de l’ancienne bibliothèque de l’évêché de Séert

Le lectionnaire des évangiles Syriaque 355, intitulé « Le Saint Évangile divisé en leçons », daté de la fin du 12è s. – début du 13è s., est remarquable tant du point de vue matériel que par son histoire. Cette copie luxueuse de la version héracléenne pour le rite syro-orthodoxe (jacobite) constitue en effet l’un des rares exemples de manuscrit syriaque richement enluminé1 et nommant le peintre des miniatures avec le programme décoratif et son coût2.

Ce lectionnaire des évangiles mesure environ 44 cm sur 32 cm, soit une taille supérieure à la moyenne des manuscrits syriaques sur parchemin qui font en général autour de 36 x 28 cm. Les dimensions le classent parmi les manuscrits de luxe pouvant atteindre 42 à 45 cm de hauteur pour 32 à 35 cm de large3.

Il contient aujourd’hui 285 feuillets. Il illustre un art du codex syriaque classique, composé de quinions, soit des cahiers de 10 feuilles (20 pages) de parchemin chacun4. Le début et la fin de chaque cahier est numéroté dans un cadre ornée au centre de la marge inférieure. Selon une pratique commune dans la tradition syriaque, les versos sont marqués de quatre points disposés en losange en haut de la marge droite, au niveau de la première ligne5.

Syriaque 355, f. 32v, détail des quatre points en losange placés au niveau de la première ligne du verso, dans la marge droite

Les pages sont divisées en deux colonnes de 27 ou 28 lignes. L’écriture est en estranghélo. Le titre des leçons est réalisé à l’or (chrysographie) sur l’encre rouge.

Syriaque 355, f. 3v, vers au-dessus du Lavement des pieds, la chrysographie est réalisée par-dessus l’inscription à l’encre rouge

Les marges recouvertes de mots grecs et syriaques pour indiquer la différence entre les versions. Un décor de rosaces et entrelacs colorés parsème le volume.

Douze peintures de pleine page sont conservées au début du livre. Le colophon au premier feuillet en dresse par ailleurs la liste et établit qu’elles étaient à l’origine au nombre de 246 :

Syriaque 355, f. 5v Déisis (Intercession de la Vierge)

1. La Croix
L’Annonciation
La naissance du Christ
4. La Présentation au Temple
5. Le Baptême du Christ
Le Christ au Mont Thabor
La résurrection de Lazare
8. L’Entrée à Jérusalem
9. Lavement des pieds
La Cène et l’Eucharistie
La Crucifixion
La Mise au Tombeau

Syriaque 355, f. 1v Croix

La Résurrection
14. L’Apparition à Saint Thomas
15. L’Ascension
La Pentecôte
La Dormition de la Vierge
18. L’Exaltation de la Croix par Hélène à Constantin 
19. Intercession de la Vierge
Saint Matthieu évangéliste
Saint Marc évangéliste
Saint Luc évangéliste
Saint Jean évangéliste
24. Croix et début du livre

Il s’inscrit dans un programme iconographique courant dans l’église byzantine contemporaine, celui des « Grandes Fêtes »7.

Syriaque 355, f. 3r, Entrée à Jérusalem, détail des visages

Les enluminures sont réalisées l’ensemble de la page sur fond d’or dans un cadre architecturé supporté par deux colonnes, dont les couleurs diffèrent à chaque tableau, dans une qualité picturale remarquable.

Syriaque 355, f. 3r, Entrée à Jérusalem

Chaque miniature est accompagnée d’épigrammes, commençant chacun par une lettre de l’alphabet dont la valeur numérique permet de les numéroter. L’épigramme de l’Entrée à Jérusalem est traduit ainsi par Jules Leroy (op. cit., p. 270.)):

ḤYL’ DRKB ‘YL’ BṢHYWN MKY’YT

ḤDYW BH TLY’ WB’WŠ‘N’ QLSWHY BDQL’ WBZYT’

Le puissant qui chevauche humblement un ânon dans Sion. Les enfants l’ont félicité et salué d’Hosannas avec des palmes et des rameaux d’olivier

Ces vers sont réalisés selon le mètre de Mar Ephrem, formé de deux mesures de sept syllabes. Jules Leroy fait remarquer que le manuscrit s’ouvre donc8:

non seulement comme une galerie de tableaux qui raconte de la vie du Christ, mais comme un poème d’une cinquantaine de vers qui célèbre son œuvre.

Au-delà d’un aspect matériel, le soin dans la conception du manuscrit est révélé aussi par sa composition textuelle. Les marges supérieures en tête et en fin de chaque cahier sont versifiées et contiennent des glorifications de l’évangile et des prières du scribe.

Syriaque 355, f. 1r, colophon

Le colophon, exceptionnel par la richesse des indications qu’il prodigue sur la réalisation du manuscrit, mentionne aussi qu’après l’avoir inscrit, le copiste porta le manuscrit afin de faire exécuter les enluminures à Mélitène, actuelle Malatya (Turquie). Elles furent réalisées par le peintre Joseph, sous le contrôle de Mar Joannès, l’évêque de la ville entre 1193 et 12209. La mention donne à penser que la production et la copie du volume furent effectuées dans un premier lieu et que le copiste s’est sans doute chargé de la coordination du projet.

Il indique également les contributeurs par leurs aumônes à la réalisation de l’ouvrage : Boulfatah d’Alep, deux moines du couvent de Barsauma, un autre moine, l’évêque de Romena, une religieuse arménienne. Les contributions pieuses s’échelonnent de 7 à 40 zouzé nasrayé (pièce d’argent équivalent au dirham /drachme) par personne pour aboutir à un total de 91 zouzé. Cette somme couvre la manufacture du codex et la copie du texte. Il y fut ajouté presque autant, 100 zouzé, pour l’exécution des peintures et des passages écrits en or.

Le colophon, inscrit dans un cadre imitant la forme générale d’une tablette à écrire antique, s’achève sur un appel au lecteur :

« Aussi nous demandons à tous ceux qui rencontreront et liront ce monument de prier pour tous ceux qui sont chers, et le seigneur Dieu aura pitié de leurs fautes et aussi leur remettra leurs péchés volontaires et non volontaires, et il leur donnera portion et héritage dans son royaume céleste avec tous ses saints, par la prière de la Mère de Dieu et de tous les saints. Amen, et Amen et toujours Amen. »

Les dimensions, les matériaux avec l’usage de l’or, la richesse et le soin dans la réalisation variée des décors pour la numérotation des cahiers, élèvent ce manuscrit au rang des ouvrages de grand prix. Les quelques manuscrits de luxe syriaque connus correspondent, en général, comme cet ouvrage, à des lectionnaires des évangiles. Ils sont produits à la fois à des fins liturgiques et dans l’optique d’une exposition au public, très démonstrative, facile à lire.

On ignore pour quel commanditaire, église ou monastère le manuscrit fut exécuté en premier lieu. Au début du 20è s., au cœur de la tourmente de la question arménienne et des pillages, les manuscrits furent transportés à l’évêché chaldéen de Séert10. Il y avait rejoint à une date inconnue la bibliothèque du monastère chaldéen de Saint-Jacques-le-Reclus, au sud de Séert. Fondé à la fin du 6è s., le monastère avait abrité un temps le siège du patriarcat sous Ebedjésus IV et Iabalaha IV (1555-1580). De la riche collection patrimoniale, beaucoup avaient déjà disparu au moment de la rédaction du catalogue par l’archevêque Addaï Scher en 1905, qui en décrit alors 136. Le Syriaque 355 y porte la cote cod. 17.

L’histoire de son arrivée dans les collections françaises sous le n° acq. 11751 partage de le destin d’une vingtaine de manuscrits vendus entre 1909 et 1913 à de la Bibliothèque nationale de France. À la veille de la Première guerre mondiale en Europe, dans un contexte menaces grandissantes à l’encontre des communautés chrétiennes et des ravages de la guerre déjà en cours en Orient, l’archevêque se résout à vendre une partie de ses manuscrits, dans l’espoir de garantir leur sauvegarde et de pouvoir lever des fonds. Le monastère de Saint-Jacques-le-Reclus et l’archevêché furent pillés et détruits dans des incendies en 1915. L’archevêque, enlevé par l’armée turque, fut torturé et mis à mort le 21 juin 191511.

Syriaque 355, f. 4v, détail de la partie inférieure de l’Ascension

Références

  • Notice bibliographique et accès à la version numérisée en ligne
  • Illustrations en couleur et légende des enluminures sur Mandragore.

Bibliographie

  • Addaï Scher, Catalogue des Manuscrits syriaques et arabes de la bibliothèque épisocopale de Séert (Kurdistan), Mossoul, 1905, p. 13-14. Disponible en ligne.
  • H. Omont, « Peintures d’un évangéliaire syriaque du XIIe ou XIIIe siècle », Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot 19/2, 1911, p. 201-210. Disponible en ligne.
  • J. Leroy, « XVI. Manuscrit syriaque 355 de la Bibliothèque nationale de Paris (XIIIe s.)», Les Manuscrits syriaques à peintures conservés dans les bibliothèques d’Europe et d’Orient, BAH 77, Paris, 1964, p. 268-280.
  • A. Bausi (éd.), Comparative Oriental Manuscript Studies: an Introduction, Hambourg, 2015. Disponible en ligne.
  • F. Pacha Miran, Le décor de la Bible syriaque de Paris (BnF syr. 341) et son rôle dans l’histoire du livre chrétien, Paris, 2020.
  1. A. Bausi (éd.), Comparative Oriental Manuscript Studies: an Introduction, Hambourg, 2015, p. 263 indique que parmi la quarantaine de manuscrits syriaques enluminés produits entre 586 et 1851, listés par  S. Brock, 29 sont des lectionnaires des évangiles. []
  2. A. Bausi (éd.), ibid., p. 263, cite le manuscrit de la BnF Syriaque 356 et un troisième cas, le codex Or. 60 de la Biblioteca nazionale Marciana de Venise. La plupart des colophons mentionne parfois les copistes avec une date, en général les donateurs, et quelquefois des avertissements à des lecteurs peu consciencieux quant aux dégradations qu’ils pourraient faire subir au manuscrit. []
  3. A. Bausi, o.c., p. 258 indique que sur 354 manuscrits syriaques sur parchemin et papier datés entre le 5è et le 16è s., 291 mesurent de 20 à 28 cm de haut pour 13 à 20 cm de large. []
  4. Le nombre de quinions pour ce manuscrit était de 31 à l’origine. []
  5. A. Bausi, o.c., p. 258. []
  6. Les enluminures précédées d’un numéro sont celles conservées, tandis que celles en italique, nommées dans le colophon, ne figurent pas dans le manuscrit actuel. []
  7. J. Leroy, Les Manuscrits syriaques à peintures conservés dans les bibliothèques d’Europe et d’Orient, Paris, 1964, p. 275, fait d’ailleurs remarquer que l’ordre du cycle iconographique mêle une double influence: la Transfiguration est placée selon son ordre chronologique, soit sa place liturgique byzantine tandis que l’usage chez les Syriens est de la célébrer après Pâques. Par ailleurs, la Dormition et l’Exaltation de la Croix suivent l’année liturgique syriennes. []
  8. op. cit., p. 273-274. []
  9. Les dates sont donnéee par H. Omont d’après les Chroniques de Bar-Hebraus et de Michel le Syrien, MonPiot, 1911, p. 206. []
  10. Voir le récit d’Addaï Scher dans son Catalogue, 1905, p. 3-4. []
  11. F. Pacha Miran revient sur l’histoire troublée de ces manuscrits dans Le décor de la Bible syriaque de Paris (BnF syr. 341), Paris, 2020. p. 15-20. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.