Restauration de la reliure du psautier de charles le Chauve

Le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France conserve l’une des plus grandes collections au monde de reliures précieuses à plaques d’ivoire et / ou d’orfèvrerie. Cet ensemble, qui couvre une large période allant du VIe au XVIIIe siècle, est composé d’une quarantaine de volumes. Parmi eux figurent l’insigne Psautier de Charles le Chauve (Latin 1152) dont la reliure est la seule d’époque carolingienne qui nous soit parvenue sans modification majeure. Cette reliure a été restaurée en 2019 grâce au mécénat de Michael I. Allen. Elle sera présentée dans le musée du site Richelieu qui ouvrira à la fin des travaux de rénovation de celui-ci.

BnF, Mss., Latin 1152. Psautier de Charles le Chauve. Plat supérieur (après restauration)

Le Psautier de Charles le Chauve avait été numérisé sur Gallica dans le cadre du projet Europeana Regia (2010-2012), mais il n’avait pas été restauré à cette époque. Les manuscrits carolingiens étaient un des trois axes de ce programme. Une nouvelle numérisation de la reliure a été réalisée à la suite de la présente restauration.

Ci-dessus : Numérisation du volume complet lors du programme Europeana Regia (avant restauration)

Ci-dessous : Numérisation de la reliure (après restauration)

Le manuscrit a été commandé par l’empereur Charles le Chauve, petit-fils de Charlemagne, entre 842, date de son mariage avec Ermentrude, et 869, date de la mort de cette dernière. Il a été copié en lettres d’or par Liuthard, qui est aussi probablement l’auteur des enluminures. On lit au f. 172v la mention : « Hic calamus facto Liuthardi fine quievit« .

BnF, Mss., Latin 1152. Psautier de Charles le Chauve. F. 172v.

Le volume contient [2]+173 ff. de parchemin et mesure (corps d’ouvrage) 24 x 19 cm. Il est illustré de trois grandes peintures narratives : au f. 1v : David accompagné de ses musiciens jouant du psaltérion, des cymbales, de la cithare et des cordes ; au f. 3v : Charles le Chauve, destinataire du psautier, assis sur un trône et tenant sceptre et globe ; au-dessus de lui se trouve la main de Dieu ; au f. 4 : Saint Jérôme, traducteur des psaumes

Le texte est en outre scandé par de grands diptyques ornementaux où la pourpre et l’or, deux couleurs parmi les plus précieuses, sont abondamment utilisées. On compte enfin de nombreuses initiales peintes et des bandes pourprées qui animent et organisent le texte sur tous les feuillets.

Le manuscrit a été offert par Charles le Chauve lui-même au chapitre cathédral de Metz peu après son couronnement comme roi de Lotharingie dans cette église et la mort d’Ermentrude, deux événements qui sont survenus en 869.  Il resta dans le trésor de la cathédrale durant tout le Moyen Âge et une partie de l’époque moderne. En 1604, il y est décrit comme « un psaltier en velin de lettres d’or couvert d’yvoir richement entaillé, enrichy d’argent et de pierreries ». Il a été offert en 1674-1675 par les chanoines au ministre Jean-Baptiste Colbert, par ailleurs éminent bibliophile. Le Psautier de Charles le Chauve est entré à la Bibliothèque royale en 1732, avec tous les manuscrits Colbert. Il fait ainsi partie de l’ancien fonds royal de la Bibliothèque nationale de France.

Le manuscrit est particulièrement célèbre, certes pour sa prestigieuse origine et la qualité de son décor, chef-d’œuvre de l’Ecole du palais de Charles le Chauve, mais aussi pour sa reliure de plaques d’ivoire d’éléphant à monture d’argent et d’argent doré ornée de gemmes, sur ais de bois. En dehors de quelques accidents ayant entraîné des lacunes dans la monture et d’un remontage au XVIIe ou au XVIIIe siècle au cours duquel certaines plaques d’orfèvrerie ont été raccourcies, cette reliure nous est parvenue sans modification notable (le tissu du dos et les oreilles au niveau des coiffes datent de ce remontage). C’est un cas absolument unique qui fait du Psautier de Charles le Chauve un témoin exceptionnel de l’art du luxe au IXe siècle.

Au plat supérieur, la plaque d’ivoire (140 x 90 mm) est sculptée d’une illustration du psaume 56, 5-6, dans un cadre de feuilles d’acanthes, sur quatre registres : « Mon âme [celle de David] est couchée parmi les lions qui dévorent les fils d’Adam ; leurs dents, une lance et des flèches, leur langue, une épée acérée. Ô Dieu, élève-toi dans les cieux ! ». La bordure d’argent doré est ornée de filigranes et de gemmes (émeraude, calcédoine, saphirs, grenats, cristal de roche, quartz rose, améthystes, perles fines, verres rouges, verts, bleus).

BnF, Mss., Latin 1152. Psautier de Charles le Chauve. Monture du plat supérieur, détail (après restauration)

Au plat inférieur, la plaque d’ivoire (de même taille que la précédente) est sculptée, également dans un cadre de feuilles d’acanthes, sur trois registres : Nathan reproche à David et Bethsabée la mort d’Urie, sous forme de la parabole de l’homme riche volant la brebis de l’homme pauvre (II Samuel 12, 4-15). La bordure d’argent, d’une grande sobriété, est ornée de filigranes et de gemmes posés en forme de fleurs (grenats, saphirs, verre (?)).

BnF, Mss., Latin 1152. Psautier de Charles le Chauve. Plat inférieur (après restauration)

Le corps d’ouvrage en lui-même est en très bon état. Un simple dépoussiérage et de petites consolidations ont été réalisées dans les ateliers du département de la Conservation de la BnF. Une nouvelle boîte de conservation, plus adaptée que l’ancienne, a également été réalisée par les ateliers. Des coussins en toile de lin 100 %, rembourrés de polyester et fixés sur les côtés, permettent de maintenir en place le volume sans pour autant contraindre à l’excès les ivoires et le dos de tissu. Le manuscrit a en outre été emballé dans une feuille de polyester intissé, ce qui facilite sa manipulation pour le sortir de sa boîte, tout en faisant barrière aux éventuels polluants.

Le Psautier de Charles le Chauve et sa nouvelle boîte de conservation

Pour le traitement de l’ivoire et du métal, il a été fait appel à deux restauratrices extérieures spécialisées, Marie-Emmanuelle Meyohas (ivoire) et Fabienne Dall’Ava (orfèvrerie). Cette double intervention sur les plats, qui a duré vingt-huit jours, a été rendue possible grâce au mécénat de Michael I. Allen.

Il a été constaté que les ivoires, malgré leur grande délicatesse et leur fragilité (les plaques sont d’un seul tenant, avec des éléments parfois très finement ouvragés) nous sont parvenus dans un état exceptionnel. Deux petites fentes sans gravité se trouvent au plat inférieur. Protégés par la monture d’orfèvrerie, les ivoires n’ont été que peu usés et les lacunes sont rares (par exemple la queue du lion de gauche au plat supérieur).  Aucune trace de polychromie n’a été observée.

La surface des deux plaques d’ivoire était très empoussiérée, avec des amas de poussière épais et durcis dans les creux. Leur nettoyage a été réalisé à l’aide de mucine, mais il s’est révélé complexe en raison de la présence d’une ancienne couche de colle vieillie peu réversible. Les ivoires, extrêmement ternes et grisâtres ont retrouvé leur éclat. La perception des volumes et des détails en a été particulièrement améliorée.

Les bordures d’argent et d’argent doré ont également été constatées en bon état de conservation, sans fragilités structurelles notables. Le plat supérieur a cependant subi un accident (chute ?) à une époque indéterminée, ce qui a causé des dégâts et des lacunes de pierres, de bâtes et de filigranes au coin inférieur droit. Le plat inférieur présente un même accident au coin inférieur, auquel il faut ajouter quelques lacunes dans la feuille d’argent et quelques manques de pierres. Il ne reste des fermoirs que les éléments de fixation en laiton, qui semblent modernes ; il n’est pas certain que le volume ait été doté à l’origine d’un système de fermeture. L’encrassement et l’oxydation étaient considérables, enlevant toute luminosité aux gemmes. Poussières et salissures étant cohérentes aussi bien sur les surfaces planes que sur celles peu accessibles, il est probable que la monture ne fut que peu nettoyée depuis le IXe siècle. Il a donc été décidé de laisser en l’état deux emplacements discrets, permettant dans le futur d’analyser ces dépôts noirâtres (pollens, ADN, etc.).

Les plaques d’argent et d’argent doré ont tout d’abord été dépoussiérées à l’aide de pinceaux-brosses. Des tests ont été effectués avec différents solvants dans des endroits peu visibles. Les couches noires se sont révélées solubles par voie enzymatique. Il a en outre été constaté qu’une couche de protection d’origine animale avait peut être été anciennement posée. Ce nettoyage enzymatique a permis d’éliminer une grande partie des salissures et des sulfures. Cinq ou six passages successifs ont parfois été nécessaires pour obtenir un résultat suffisant. Si des cotons-tiges de différentes tailles ont tout d’abord été utilisés, la restauratrice a également eu recours à des pinceaux-brosses, pointes, scalpels et mandrins pour traiter les emplacements les moins accessibles. Des emplacements fragilisés ont par sécurité été consolidés à l’aide d’une résine acrylique. Trois petits fragments détachés des bâtes, coincés sous les arcatures, ont été dégagés lors du nettoyage et replacés et refixés à l’aide de la même résine acrylique. Il a enfin été décidé de ne pas poser de couche de protection, dans la mesure où il aurait été difficile de l’appliquer de façon uniforme en raison de la complexité des décors et des montures des pierres.

La restauration de la monture a permis de faire diverses constatations d’ordre technique. Le montage de l’ensemble (chaque bordure est formée de plusieurs plaques) est d’une grande finesse, la plupart des fixations étant en effet invisibles, même sous les bâtes. Il y a peu de clous de réfection. Le montage des pierres est extrêmement minutieux, avec des bandes filigranées soudées pour les maintenir et en souligner les contours. La disparition de certaines pierres a permis de constater la présence de sable et d’un matériau rouge, qui serait de la cire et de la brique pilée, permettant d’assurer l’assise du montage. Des prélèvements de ces matériaux seront prochainement analysés.

Après nettoyage sont apparues des aspérités (surtout au plat supérieur), auparavant masquées par les couches de salissures, sous la forme de bulles qui ont parfois éclaté, laissant alors apparaître l’argent sulfuré sous la dorure. Ces bulles se sont peut-être formées dès l’origine, pendant l’opération de dorure au mercure, avec une température de chauffe trop élevée, provoquant ainsi un défaut d’adhésion de la couche de dorure. Une autre hypothèse, plus vraisemblable, serait que cet excès de chaleur sur le métal aurait été causé par la soudure des bâtes et des filigranes. La dorure des plaques et des divers éléments du décor ont en effet réalisés avant la soudure des bandes des bâtes dorées. Après nettoyage, la surface de l’argent doré est apparue recouverte d’un voile rougeâtre composé d’oxydes de cuivre. Il a été décidé de ne pas intervenir. Ces oxydes de cuivre ont pu se former lors d’une étape de fabrication ayant entraîné une chauffe excessive (mais pas lors de la dorure car le plat inférieur n’en comporte pas alors qu’il présente aussi ce voile rougeâtre) ; il est cependant plus probable qu’il s’agisse d’une oxydation lente, au fil des siècles, du cuivre présent en petite quantité dans l’argent des plaques.

BnF, Mss., Latin 1152. Psautier de Charles le Chauve. Plat supérieur, détail (après restauration)

Pour en savoir plus sur ce manuscrit :

Marie-Pierre Laffitte et Charlotte Denoël (dir.), Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, cat. exp., Paris, BnF, 20 mars-24 juin 2007, Paris, 2007, n° 15 (notice de M.-P. Laffitte)

Pour en savoir plus sur l’appel à mécénat concernant le chantier de conservation et de restauration des reliures d’orfèvrerie et d’ivoire du département des Manuscrits :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.