LES MANUSCRITS DE LOUIS DE BRUGES ANTÉRIEURS À 1450 : UN CORPUS COMPLÉMENTAIRE DE LA COLLECTION FLAMANDE

 

Français 761, f. 1

Louis de Gruuthuse (v. 1427-1492), dit Louis de Bruges, est connu pour sa brillante carrière au service des ducs de Bourgogne. Il a aussi laissé l’image d’un bibliophile éclairé dont la collection de manuscrits fut, après celle de Philippe le Bon, la plus importante des anciens Pays-Bas méridionaux.

Des cent quarante-six manuscrits aujourd’hui identifiés, cent dix-sept sont conservés à la Bibliothèque nationale de France (Hans-Collas ― Schandel 2009, t. I, p. 321-327). S’y distinguent deux ensembles : le premier est composé de soixante-quinze manuscrits fort luxueux, réalisés en Flandre pour le seigneur de Bruges à partir de 1455 ; le second comprend quelques quarante ouvrages d’exécution française, anglaise ou flamande du XIIIe à la première moitié du XVe siècle. Moins homogène que le premier noyau, acquis dans des circonstances parfois obscures, ce corpus n’en est pas moins par sa composition un exemple de bibliothèque nobiliaire constituée de façon raisonnée et complémentaire de la collection flamande.

Ce fut probablement au cours de ses ambassades à Londres que Louis de Bruges acquit une vingtaine d’ouvrages : manuscrits copiés en Angleterre, à l’exemple d’une Bible anglo-normande (ms. Français 1) ornée de l’écu des Welles, ou du Lancelot-Graal (ms. Français 123) exécuté pour Blanche d’Artois à l’occasion de son mariage avec Edmond Crouchback, comte de Lancastre. On ignore comment les mss Français 749, 812 1584 et 4976, produits en France, étaient entrés en Angleterre : on lit sur les derniers feuillets de garde des annotations ou marques d’appartenance en anglais. La Bible historiale qui porte les armes d’Isabelle de France (1295-1358), épouse du roi d’Angleterre Édouard II, pourrait avoir été acquise par la reine lors d’un séjour diplomatique à Paris avant 1326 (ms. Français 156).

 

Français 1, f. 69 : Bible anglo-normande, armoiries Welles

 

Français 1584, f. 505v : Guillaume de Machaut, Œuvres poétiques, mentions en anglais

À cet ensemble, il faut ajouter treize manuscrits de l’ancienne Librairie du Louvre. Sans doute firent-ils partie des ouvrages envoyés en Angleterre en 1429 par Jean de Lancastre, duc de Bedford, régent du royaume de France, à l’exemple des mss Français 174 (De civitate Dei, Livres XI-XXII) et Français 810 (Honoré Bovet, Vision du prieur de Salon) qui avaient appartenu à Jean de Montaigu, grand-maître de l’hôtel de Charles VI, ou du ms. Français 761 (Artus de Bretagne).

 

Français 761, f. 1 : Artus de Bretagne,  ancien manuscrit de la Librairie du Louvre

Au nombre des quinze autres manuscrits du corpus, on retient le ms. Français 5631 (Devisement du monde) qui a appartenu au duc Jean de Berry. Les trois premiers volumes du Miroir historial (ms. Français 308-310), copiés à Paris au début du XVe siècle mais dépourvus alors de décoration, furent sans doute commandés par un proche de la cour et laissés inachevés en raison des vicissitudes politiques. L’exemplaire de La Somme le Roi de Frère Laurent (ms. Français 942), copié à Bruges en 1438, seul exemple de manuscrits flamands du corpus, venait vraisemblablement d’un héritage familial.

La collection s’apparente aux bibliothèques princières et nobiliaires, offrant un éventail de textes bibliques et hagiographiques, moraux et politiques, littéraires et scientifiques. Elle illustre aussi les plus hautes charges qu’il exerçait, comme en témoigne la présence de six ouvrages de jurisprudence. Elle reflète surtout un choix raisonné et un projet lisible de constitution d’une collection dont les deux parties se complètent harmonieusement.

Ainsi les différentes versions des textes y étaient-elles représentées et les lacunes comblées par la suite. Bible anglo-normande (ms. Français 1) et Bible historiale (ms. Français 156) côtoyaient la très belle Apocalypse (ms. Français 403) exécutée à Salisbury vers 1250. Une Bible moralisée (ms. Français 897), illustrée en partie par Guillaume Vrelant vers 1455-1460 compléta la série.

 

Français 403, f. 2 : L’Apocalypse  de Charles V

Parmi les romans courtois, trois rédactions partielles du Cycle de Lancelot-Graal (mss Français 749, 122 et 123) voisinent avec un exemplaire d’Artus de Bretagne (ms. Français 761). Manquait cependant la première partie du Lancelot propre : une copie du texte en fut exécutée vers 1470-1480 (ms. Français 121). Vers 1455, Louis de Bruges prit soin de faire achever par Guillaume Vrelant la décoration des trois premiers volumes du Miroir historial (ms Français 308-310) et commanda un exemplaire du quatrième volume (ms. Français 311). Le ms. Français 174 contient la deuxième partie de la Cité de Dieu traduite par Raoul de Presles : une copie des Livres I-X (ms. Français 17) fut commandée à l’atelier du Maître de Marguerite d’York.

 

Français 17, f. 1 : La Cité de Dieu, vol. I (Livres I-X), ca 1470-1480

 

Français 174, f. 3 : La Cité de Dieu, vol. II (Livres XI-XXII), ca 1404-1405

La prisée, certainement sous-estimée, des manuscrits de la Librairie du Louvre, faite en 1424 sur l’ordre de Jean de Bedford, régent du royaume, donna lieu à une estimation modeste. Parmi les ouvrages achetés par Louis de Bruges, seul le deuxième volume de la Cité de Dieu, fut évalué à 32 livres, la valeur des autres livres ne dépassant pas quatre livres, comme l’exemplaire d’Artus de Bretagne. Ce fut bien un choix textuel plutôt que le luxe des ouvrages qui guida le seigneur de Bruges dans sa politique d’acquisition.

 Contrairement aux manuscrits flamands, les livres formant ce noyau ne comportent pas l’emblème (bombarde ou mortier) de leur possesseur, non plus que les initiales de son nom et de celui de son épouse (L e M).

Français 2691, f. 11 : cimier, bombardes et devise de Louis de Bruges

Ils présentent cependant tous en transparence dans la marge inférieure du premier feuillet ses armoiries entourées du collier de la toison d’or : écartelé aux 1 et 4 d’or à la croix de sable (La Gruuthuse) ; aux 2 et 3 de gueules au sautoir d’argent (Van der Aa). Armes et collier ont été systématiquement recouverts de l’écu de France sous Louis XII. Dans le deuxième volume du Miroir historial (ms. Français 309, f. 2v), la bordure inférieure a été sur toute sa longueur repeinte aux couleurs royales, rouge et jaune : les armes royales recouvrant celles du seigneur Bruges sont encadrées d’un porc-épic et des initiales de Louis XII et d’Anne de Bretagne.

 

Français 309, f. 2v (Miroir historial) : armes de France recouvrant celles de Louis de Gruuthuse, encadrées de l’emblème de louis XII et des initiales du roi et d’Anne de Bretagne

Nombre de livres étaient couverts de velours figuré, c’est-à-dire damassé ou ciselé. Des indications de reliure en flamand, correspondant à celles qui figurent sur l’inventaire de la Librairie de Blois en 1544 se lisent parfois sur les derniers feuillets de garde : les mss Français 24395 (Livre de Sidrac), Français 812 (Consolation de Philosophie) et Latin 7351 (Recueil d’astrologie) portaient à cette date une couverture de « veloux bleu », corroborée par la mention « viet blau ».

À l’exception de quatre d’entre eux, les manuscrits figurent dans le premier inventaire de la Librairie royale réunie à Blois par le roi Louis XII (Omont 1908, t. I). Les circonstances dans lesquelles ils entrèrent à la Bibliothèque du roi restent encore incertaines : don de la collection de son père par Jean de Bruges, droit d’aubaine exercé par le roi ? Les mss Français 19525, 20045 et 24395 issus, les deux premiers du fonds de l’abbaye de Saint-Germain, le troisième de l’abbaye de Saint-Victor entrèrent à la Bibliothèque nationale sous la Révolution française. Le ms. Français 2136 fit partie de la  bibliothèque du cardinal Mazarin.

Quelques références bibliographiques

Joseph Van Praet, Recherches sur Louis de Bruges, seigneur de la Gruthuyse, Paris, 1831.

Henri Omont, Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale, Paris, 1908-1913.

Claudine Lemaire, « De bibliothek van Loedewijk van Gruuthuse »,  dans  Vlaamse Kunst op perkament. Handschriften en miniaturen te Brugge van de 12 tot de 16de eeuw, Brugge, 1981. Ursula Baurmeister et Marie-Pierre Laffitte,  Des livres et des rois : la Bibliothèque royale de Blois, Paris, 1992.

Marie-Pierre Laffitte, « Les manuscrits de Louis de Bruges, chevalier de la Toison d’or », dans Marie-Thérèse Caron et Denis Clauzel, Le banquet du faisan. Actes du colloque tenu du 21 au 24 juin 1995 à l’Hospice Comtesse de Lille et à l’Université d’Artois, Arras, 1997, p. 241-255.

Ilona Hans-Collas et Pascal Schandel, avec la collaboration de Hanno Wijsman, Manuscrits enluminés des anciens Pays-Bas méridionaux, t. I : Manuscrits de Louis de Bruges, Paris, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.