Heurs et malheurs du copiste

Mettre en page le manuscrit au XIIIe siècle à travers deux exemples de Bibles enluminées

La Bibliothèque nationale de France conserve de très nombreux manuscrits de la Bible copiés au Moyen Age, et notamment un ensemble de Bibles datables du XIIIe siècle, le grand siècle des Universités. Les Bibles gothiques sont très différentes des Bibles Romanes : si l’on regarde une Bible du XIIe siècle, comme le manuscrit en deux volumes (BnF, Latin 11534-11535), elle paraît géante, presque 50 cm de hauteur, par rapport à une Bible du XIIIe, de plus petit format, en un seul volume. C’est le cas d’une Bible datable du milieu du XIIIe siècle, haute de 15 cm (BnF Latin 10425), faite pour être maniable, transportable aisément et commode pour l’étude au sein des Universités.

Les Bibles gothiques sont copiées avec une écriture de tout petit module, et le parchemin utilisé, très aminci, renvoie à la dénomination actuelle de « papier bible », qui évoque un support très fin et qui permet de condenser beaucoup de texte dans un seul volume. Le gain de place se traduit également par une décoration peu fournie, avec souvent pour seule initiale historiée le début de la Genèse, « In principio creavit deus ».

BnF Latin 10425, f. 12v

La lettre I condense en une synthèse visuelle le message biblique, avec la représentation de plusieurs étapes de la Création sous forme de scènes superposées, jusqu’à leur aboutissement, avec la Crucifixion. Le corps de la lettre I revêt alors une valeur programmatique, résumant en une lettre historiée l’Ancien et le Nouveau Testament.

Intéressons-nous à la mise en page de ces Bibles de petit format, à l’écriture resserrée. Comment s’y retrouver entre les différents livres qui forment la Bible ? Comment repérer facilement un chapitre au sein de tel ou tel livre ? Lorsqu’on examine les feuillets, on prend la mesure de tout ce qui a été mis en œuvre pour guider la lecture.

Souvent, le début de chaque livre est marqué par une initiale ornée, pour scander visuellement les grandes articulations de la Bible et marquer la transition vers le livre suivant. Par exemple, dans la Bible évoquée plus haut (Latin 10425), le texte du premier livre, la Genèse, se termine au feuillet 34, et on passe au deuxième livre, à savoir l’Exode, dont l’incipit fait l’objet d’une initiale ornée. En effet, l’Exode débute par ces mots : « Hec sunt nomina filiorum Israel qui ingressi sunt Egyptum ». Le H du premier mot est mis en exergue, pour signaler visuellement le changement de livre. Il s’agit ici d’une initiale qu’on appelle puzzle à filigranes, car le corps de la lettre est bicolore, bleu et rouge, avec un emboîtement comme un puzzle, et la lettre est ornée d’un très fin jeu de filigranes.

BnF, Latin 10425, f. 34

L’emploi de rubriques apporte également une grande aide pour structurer le texte. Il s’agit du titre des livres, des chapitres, écrits à l’encre rouge, ce qui a donné le mot rubrique en français, qui vient du latin ruber, rouge. Si l’on regarde l’exemple du feuillet 34, on voit qu’aux côtés de l’initiale puzzle à filigrane du premier mot de l’Exode, se lit « Exodus », écrit à l’encre rouge. Dans le cas présent, la rubrique est très sommaire, avec juste le titre du livre. Parfois elle peut faire l’objet de développements plus importants. Le contraste est à cet égard flagrant si l’on regarde une autre Bible du XIIIe siècle, plus luxueuse, avec une décoration plus considérable, chaque livre faisant l’objet d’une initiale historiée et les rubriques étant plus longues. Regardons ainsi comment se présente le début de l’Exode dans une bible enluminée à Naples à la fin du XIIIe siècle (BnF Latin 40).

BnF, Latin 40, f. 18v.


On y lit « Explicit liber bresith id est genesis. Incipit liber ellesinoth i. exodus »

Reprenons la Bible universitaire : le contenu du texte est rendu visible, pour non seulement indiquer les différents livres mais aussi leur division interne en chapitre. Le livre de l’Exode est ainsi rythmé par ses différents chapitres figurés grâce à numérotation en chiffres romains, écrite à l’encre bleue et rouge. En complément, une initiale simple à l’encre bleue filigranée ajoute un repère coloré. Cet emploi révèle ainsi la hiérarchie des initiales : l’initiale historiée, au sommet, est utilisée pour l’incipit de la Genèse, tandis que l’initiale ornée, la moins importante, est utilisée pour différencier les chapitres.

Ouvrons le manuscrit au f. 43v-44 :

BnF Latin 10425, f. 43v

Grâce à plusieurs éléments, le lecteur qui aurait ouvert le  volume au hasard est en mesure de savoir précisément à quel endroit du texte il se trouve. En l’occurrence, au chapitre 22 de l’Exode au feuillet 43v, et au chapitre 23 au feuillet suivant. Ce qu’on appelle le titre courant renseigne déjà sur le livre dans lequel il se trouve. En effet, en marge supérieure, on peut lire sur le feuillet de gauche « Exo » et sur celui de droite « Dus », en lettres alternées rouges et bleues.

BnF Latin 10425, f. 43v, détail
BnF Latin 10425, f. 44

Puis si l’on regarde le texte, on y voit une lettre à l’encre bleue et la mention du numéro de chapitre, XXII, figuré sous la forme d’un C barré (abréviation du latin Capitulum, chapitre), ancêtre de notre pied-de-mouche actuel : ¶.

BnF Latin 10425, f. 43v, détail

Voilà pour les systèmes utilisés par le copiste, le rubricateur et l’enlumineur, qui permet de structurer le texte et d’offrir au lecteur des repères visuels pour se retrouver dans le texte.

Mais parfois, le système se grippe… et certains manuscrits témoignent des erreurs, des oublis  qui peuvent arriver et font dérailler la lecture ! Le copiste peut parfois se corriger, ou alors un lecteur postérieur annote lui-même l’ouvrage pour rectifier les erreurs ou pour préciser de quelle partie du texte il est question.

Si l’on prend le principe de numérotation des chapitres, déjà abordé dans le cas du livre de l’Exode, on pourrait s’attendre à ce que le manuscrit suive ce système pour l’ensemble des livres qui composent la Bible. C’est là que nous constatons des oublis lors de la copie, ainsi dans le livre de Malachie, composé de quatre chapitres, le manuscrit  distingue bien les trois premiers chapitres, comme ici au feuillet 410 où l’on repère le chapitre II et le chapitre III.

BnF Latin 10425, f. 410

En revanche, au feuillet suivant (f. 410v), le quatrième n’est nullement signalé, la copie du texte entre la fin du troisième chapitre et le quatrième se fait sans interruption.

BnF Latin 10425, f. 410v

Au f. 437v, un ajout en marge indique CXLIII. Pourquoi cette annotation ? Cette partie du manuscrit correspond aux Psaumes, comme en témoigne le titre courant. Un lecteur de ce manuscrit a souhaité tout simplement s’y retrouver dans les différents psaumes et préciser qu’on est face ici au psaume 143, qui dans le manuscrit est mis en exergue uniquement par une lettre à l’encre mais sans indication de numéro.

BnF Latin 10425, f. 437v
BnF Latin 10425, f. 437v, détail

Au feuillet 456v, à première vue il est ici question du premier livre des Macchabées, comme l’indique le titre courant.

BnF Latin 10425, f. 456v

Or il s’agit du second livre des Macchabées, dont le texte a débuté plusieurs feuillets avant, au f. 453v. Cette erreur a été corrigée par une main postérieure, qui a discrètement ajouté à la mine de plomb un trait au chiffre romain I du titre courant, pour que le I devienne II et puisse ainsi renvoyer au second livre.



BnF Latin 10425, f. 456v, détail

A un autre endroit du manuscrit, l’erreur a été corrigée directement au moment de la copie du texte : au feuillet 567, une rubrique a été grattée pour en effacer le contenu.

BnF Latin 10425, f 567


BnF Latin 10425, f 567, détail

En lisant le texte, on s’aperçoit qu’en effet une rubrique à cet endroit précis n’a pas lieu d’être, car il n’y a pas de changement de partie du texte. Il est très probable que le copiste rubricateur a cru à tort à un changement ; or, il s’agissait toujours de la seconde épître à saint Pierre. Après avoir pris conscience de l’erreur, il a corrigé son erreur en grattant le texte fautif au moyen d’un canivet, petit canif.

Concernant les initiales, plusieurs cas de figures se présentent. Soit le copiste a laissé un espace vide à cette intention, mais l’initiale n’a jamais été réalisée et l’espace reste vacant. Ainsi au f. 543v, en bas de la deuxième colonne de texte, un petit espace vide attire l’œil, on se rend compte qu’il manque l’initiale du premier mot de l’argument de l’épître de Paul à Philemon : « Philemoni familiares …. ».

BnF Latin 10425, f. 543v


BnF Latin 10425, f. 543v, détail. Le P de Philemoni manque.

7 réflexions sur « Heurs et malheurs du copiste »

  1. Bravo!
    quel plaisir ! on sent la présence humaine à travers ce commentaire… merci mille fois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.