Pour bien terminer cette année : 10 manuscrits médiévaux d’exception mis en ligne dans Gallica en 2020

Avec ces coups de cœur Gallica, toute l’équipe du service des manuscrits médiévaux vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année et une année 2021 riche en découvertes !

Légende de l’illustration de couverture: Nicolas de Lyre, Postilles sur la Genèse, Mantoue?, fin XIVe s. (Latin 364, f. 1)

Français 93

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525128401

Bien qu’il porte le titre de Marques de Rome, le ms. Français 93 offre le cycle entier du roman des Sept Sages de Rome et de ses continuations. Inspiré d’une légende orientale, le Livre de Sindbad, le texte primitif, connu en Occident sous sa version hébraïque, donna lieu à diverses rédactions en vers et en prose. Le manuscrit contient la version vernaculaire en prose A, la plus répandue dès le XIIIe siècle. Commandité par Jacques d’Armagnac, duc de Nemours dont il porte les armes, cet exemplaire fut copié en 1466 à Crozant dans l’ancien comté de la Marche par Michel Gonnot, son copiste attitré, et illustré par Évrart d’Espinques, actif à Paris, puis à Ahun entre 1440 et 1494. Pas moins de 252 enluminures ornent les 603 feuillets de ce luxueux volume. Après l’arrestation de Jacques d’Armagnac en 1376, le manuscrit entra dans la collection de Pierre II duc de Bourbon qui y fit représenter ses armes, sa devise et son ex-libris. Il fit partie de la collection personnelle de François Ier avant d’entrer dans la Bibliothèque royale.

Pour en savoir plus :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc511879

Véronique de Becdelièvre

Grec 2247

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b550137372

Ce recueil de textes chirurgicaux antiques et protobyzantins, copié au au XVIe siècle, est célèbre pour ses dessins aquarellés exécutés par Francesco Salviati, un des grands peintres florentins de la Renaissance. Fait exceptionnellement rare, ces illustrations dérivent tout comme le texte d’un modèle byzantin toujours conservé, le manuscrit de la Collection de Nicétas, copié et enluminé à Constantinople dans la première moitié du Xe siècle, qui a fait partie de la bibliothèque privée (libreria medicea privata) de Laurent le Magnifique et est toujours conservée parmi les trésors de la Bibliothèque Laurentienne à Florence. Directement inspirés des enluminures classicisantes de son modèle, les dessins du manuscrit de la BnF illustrent ainsi à merveille la double filiation byzantine et antique de la Renaissance italienne.

Pour en savoir plus :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc22365k

Christian Förstel

Latin 364

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53196532c

Ce luxueux manuscrit a été commandité par Jean-Galéas Visconti (1351-1402), duc de Milan, dont les armes ornent le frontispice. Richement enluminé, le programme initial  prévoyait un cycle de 77 enluminures. 44 sont inachevés, mais le décor existant témoigne de vitalité artistique entre Milan et Mantoue à la fin du XIVe siècle. Le texte en latin, Postilla super Genesi,est dû au franciscain Nicolas de Lyre (1270-1349). Il s’agit d’un ouvrage d’exégèse, avec des commentaires sur la Bible, ici tout particulièrement sur le premier livre, la Genèse.

Pour en savoir plus :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc61584c

Sabine Maffre

Latin 886

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b104614851

Longtemps reportée en raison de sa complexité, la restauration de la reliure Renaissance à grand décor du Missel de Jacques de Beaune (Latin 886) a pu être menée en 2019 dans les ateliers du département de la Conservation de la BnF. Cette opération d’envergure a permis de numériser le volume qui a été mis en ligne début 2020. Commandé entre 1506 et 1511 par Jacques de Beaune, trésorier d’Anne de Bretagne, doyen du chapitre cathédral de Tours et vicaire général et administrateur de l’archevêché de Tours, ce manuscrit a été enluminé dans cette ville par le peintre du roi Jean Bourdichon, assisté pour les encadrements par le Maître de Claude de France. Par sa taille et le luxe de son décor et de sa reliure, ce missel est un des chefs-d’œuvre de la Renaissance française conservés au département des Manuscrits de la BnF. Il complète de façon admirable les centaines de manuscrits de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance d’ores et déjà en ligne dans Gallica.

Pour en savoir plus :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc62390d

Maxence Hermant

Latin 1152

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100271595

Une récente restauration généreusement mécénée par Michael I. Allen a permis de restituer tout son éclat à cette somptueuse reliure d’orfèvrerie qui recouvre le Psautier de Charles le Chauve exécuté pour ce souverain avant 869. Unique témoin de reliure carolingienne d’orfèvrerie non retouchée, elle se compose de deux plaques d’ivoire d’éléphant enchâssées dans une monture d’argent rehaussée de filigranes et de gemmes. Délicatement sculptés en ronde-bosse, les sujets représentés sur les plaques d’ivoire, l’âme de David couchée parmi les lions qui dévorent les fils d’Adam (Ps. 56 :5-7) au plat supérieur et Nathan reprochant à David et Bethsabée la mort d’Urie (II Samuel 12 :4-15) au plat inférieur, s’accordent avec le contenu liturgique du manuscrit auquel cette reliure sert d’écrin.

Pour en savoir plus :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc84406

Charlotte Denoël

Latin 10403

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52513088k

Le manuscrit latin 10403 est un recueil de fragments de manuscrits qui fut sans doute constitué par Jérémie-Jacques Oberlin, philologue strasbourgeois du XVIIIe siècle, puis acquis par la Bibliothèque royale en 1829 avec quelques autres manuscrits de la collection d’Oberlin. Les fragments contenus dans ce recueil sont variés, des extraits de traités de grammaire latine (Priscien, Alcuin, Donat) aux œuvres classiques (extraits des Sermones d’Horace, du Bellum ciuile de Lucain et du De Officiis de Cicéron), en passant par un traité de médecine (le De urinis). On trouve d’ailleurs dans ce dernier (copié au XIIe siècle et originaire d’Italie) deux initiales de style toscan, des initiales champies sur fond bleu ornées d’entrelacs. En plus des caractéristiques spécifiques de chacun de ces fragments, le recueil présente l’intérêt de leur superposer une seconde temporalité, une main de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, certainement celle d’Oberlin, ayant ajouté ses annotations par le biais de feuillets intercalés entre les fragments.

Pour en savoir plus :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc72125x

Clémence Pelletier

Latin 16210

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10029583x

Cet « almanach planétaire » pour les années 1393 à 1312, établi par l’astronome parisien Guillaume de Saint-Cloud, était l’exemplaire personnel du maître de la Sorbonne Pierre de Limoges. Bien qu’établi selon les tables de Tolède, déjà critiquées par son auteur et supplantées quelques années plus tard, ce manuscrit a été considéré par le collège de Sorbonne comme un ouvrage de référence et « enchaîné » à la bibliothèque pour y être toujours disponible. Il contient, pour chaque jour pendant 20 ans, la longitude de chaque planète sur le zodiaque et leurs aspects, ainsi que plusieurs horoscopes complets. C’est l’un des plus anciens à adopter ce format, qui deviendra courant au XVe siècle.

Pour en savoir plus :

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc766833

Alexandre Tur

NAL 3258

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10463253t/f31.item

Acquis par la Bibliothèque nationale de France en septembre 2019, ce livre d’heures à l’usage de Rome a récemment fait l’objet d’une étude approfondie conduite par François Avril. Les miniatures du manuscrit seraient l’œuvre du Maître des Heures de Louis de Savoie (https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb17777214q ), peintre actif en Savoie dans les années 1440 à 1460. Le style de cet artiste se caractérise par une vision analytique, un sens aigu de la construction architecturale et une attention passionnée aux détails, qui tirent leur source de l’art des Primitifs flamands et du grand peintre bâlois Konrad Witz (vers 1400 – 1445/46). L’enlumineur se démarque en outre par un goût particulier pour l’ornement, par la création de motifs décoratifs originaux ainsi que par une manière très picturale, où la couleur, contrastée et saturée, l’emporte sur le dessin. Ces caractéristiques se retrouvent ici sous un aspect assez rudimentaire, ce qui invite à considérer ces heures comme une œuvre précoce du peintre.

Pour en savoir plus : 

https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc1248791

Laure Rioust

***

Les deux derniers coups de cœur Gallica proviennent de manuscrits numérisés dans le cadre de partenariats entre la BnF et des bibliothèques en région :

Bibliothèque du Carré d’art de Nîmes 393_1

Manuel de Dhuoda

Ce manuscrit constitue l’un des trois témoins conservés du manuel de Dhuoda, célèbre traité d’éducation chrétienne rédigé à l’époque carolingienne par une aristocrate lettrée, Dhuoda, épouse du comte Bernard de Septimanie et belle-fille à ce titre du fameux chevalier Guillaume d’Orange. Elle a écrit celui-ci alors qu’elle était installée à Uzès, entre 841 et 843, à l’intention de son fils Guillaume que Charles le Chauve retenait en otage et qu’elle tentait d’éduquer à distance. Unique en son genre, ce manuel livre un précieux témoignage personnel et intime sur la culture d’une princesse carolingienne, sur son rôle de mère et sur les devoirs d’un jeune prince. Cette œuvre a eu une diffusion très limitée, ce qui explique le faible nombre de témoins conservés. Copié dans la seconde moitié du IXe siècle ou au début du Xe siècle, le manuscrit conservé à Nîmes est le plus ancien. Ses 32 feuillets livrent une version fragmentaire du traité.

Quimper, Médiathèque de la Communauté de communes, ms. 16

Cartulaire de l’abbaye Saint-Guénolé de Landévennec

Ce prestigieux manuscrit renferme un monument de l’histoire bretonne : le cartulaire de l’abbaye Saint-Guénolé de Landévennec, émaillé de nombreux documents hagiographiques et liturgiques sur son saint fondateur, Guénolé. Rédigé sous l’abbatiat d’Elisuc au milieu du XIe siècle, en pleine expansion de l’abbaye, ce fleuron du scriptorium a été pourvu d’un riche décor enluminé qui témoigne de son importance pour la communauté monastique de Landévennec, ainsi que des échanges artistiques nourris avec le Nord de la France et l’Angleterre.

Cartulaire de Saint-Guénolé de Landévennec (Quimper, Médiathèque, ms. 16)

 


Une réflexion sur « Pour bien terminer cette année : 10 manuscrits médiévaux d’exception mis en ligne dans Gallica en 2020 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.