Enrichissements du département des Manuscrits : quatre livres enluminés des XIXe et XXe siècles.

En 2019 et 2020, le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France a acquis quatre livres à peintures du XIXe siècle et du début du XXe siècle, témoins de la redécouverte de l’enluminure médiévale à l’époque du livre industriel.

Ces ouvrages religieux, écrits en français, font désormais partie du fonds des Nouvelles acquisitions françaises :

NAF 29 008, ordinaire de la liturgie peint vers 1900-1920 par Élisabeth Teinturier, comtesse de Carfort (1858-1954), pour elle-même et son époux. Ce manuscrit en caractères gothiques et cursifs est orné de spectaculaires bordures végétales, formant un magnifique herbier. Tout en étant parfaitement caractéristique de l’époque, ce décor n’est pas sans évoquer, de par son naturalisme raffiné, l’esprit de l’école ganto-brugeoise, qui rayonna au tournant des XVe et XVIe siècles.

NAF 29 008, f. 7v. Ordinaire de la liturgie, vers 1900-1920

NAF 29 009, livre de mariage de Louise Taigny et Robert Lejeune, vers 1880, texte imprimé enluminé. Ce volume au décor peint très élaboré, mêlant d’innombrables sources d’influence, a certainement été commandé à la maison Gruel-Engelmann, spécialisée dans ce type d’ouvrages imprimés, rehaussés de peinture et personnalisés.

NAF 29 016, texte de la messe du mariage peint et offert par Hélène de Maillé de la Tour-Landry à sa cousine, Jeanne Marie de Maillé de La Tour-Landry, à l’occasion du mariage de celle-ci avec  Pierre Antoine de Grammont, célébré à Paris le 23 mai 1889. Ce petit in-8° à l’élégante reliure signée Loisellier s’ouvre sur une miniature figurant une protectrice de la famille de la mariée, la bienheureuse Jeanne-Marie de Maillé (1331-1414). Le texte, ponctué d’initiales ornées et filigranées, se trouve mis en valeur par des bordures florales peintes et dorées déclinant des motifs issus de l’enluminure médiévale.

NAF 29 017, recueil de prières de la fin du XIXe siècle, comprenant une addition du premier quart du XXe siècle. Les premiers possesseurs de ce volume sont inconnus, mais une prière ajoutée vraisemblablement lors de la Première Guerre mondiale se termine par la mention : « composée par Mme le Bourlier d’Orgeval, arrière-grand-mère d’Alfred ». L’ouvrage manuscrit porte encore l’étiquette du libraire et relieur parisien Pouget-Coulon, spécialisé dans le domaine religieux. Toutes les pages sont ornées de bordures végétales peintes et dorées de style médiéval, souvent répétitives. Quatre feuillets au verso vierge,  intercalés dans le texte, contiennent des prières illustrées de figures. Ces dernières, entièrement peintes à la main, semblent être des gravures, ce qui évoque un procédé de fabrication destiné à la production commerciale : l’utilisation de l’estampe pour insérer rapidement et aisément des scènes figurées, plus complexes à dessiner, dans des volumes copiés sur commande.

NAF 29 017. Recueil de prières, fin du XIXe siècle
NAF 29 017. Recueil de prières, fin du XIXe siècle

Ces enrichissements viennent étoffer le corpus, jusqu’alors assez restreint, de manuscrits enluminés français des XIXe et XXe siècles conservé au département des Manuscrits. La question de la place de l’enluminure dans le mouvement de redécouverte du Moyen Âge qui gagna l’Europe au XIXe siècle reste de fait largement à étudier. En 2017, elle a fait l’objet d’un colloque international organisé par l’université de Rennes II, intitulé « Le XIXe siècle en lumière : redécouverte et revalorisation de l’enluminure médiévale en France au temps du livre industriel ». Tous les aspects du sujet y ont été abordés, depuis la bibliophilie jusqu’aux éditions de fac-similés, en passant par l’érudition et la pratique artistique. Plusieurs interventions ont éclairé la variété des milieux de création, qui comptaient aussi bien des professionnels aguerris, comme le fameux Spanish forger, que des congrégations religieuses, telles que les Dominicaines de Sainte Catherine de Sienne à Étrépagny, ou des laïques anonymes. Deux de nos quatre manuscrits viennent précisément documenter cette pratique de l’enluminure comme art domestique cultivé par des femmes de la haute société de l’époque. Les deux autres nous invitent à considérer la production commerciale destinée à des librairies spécialisées, comme la maison parisienne Gruel-Engelmann. Tous soulèvent des questions jusque-là peu abordées pour l’enluminure française de cette période, telles que le rapport aux sources, la transmission des techniques ou encore les méthodes de fabrication, champs de recherche récents et prometteurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.