Acquisition exceptionnelle d’un feuillet enluminé par le maître de la légende dorée de munich

L’année 2021 débute, pour le département des Manuscrits, par une acquisition particulièrement intéressante : celle dun feuillet issu d’un livre d’heures enluminé à Paris, vers 1425-1435, par le Maître de la Légende dorée de Munich.

NAL 3261 recto
NAL 3261 verso

Cette pièce, contenant la  fin de sexte et début de none des heures de la Croix, fut extraite du manuscrit Rothschild 2535 avant l’entrée de celui-ci dans les collections de la Bibliothèque nationale, en 1949. Elle comporte deux miniatures marginales représentant les soldats jouant aux dés la tunique du Christ et le Christ crucifié recevant le coup de lance, qui s’insèrent parfaitement dans le cycle iconographique de ce livre. Avec leurs figures aux contours cernés de noir, aux lèvres tombantes et aux paupières marquées, les deux peintures  sont caractéristiques du style du Maître de la Légende dorée de Munich, dont la carrière, documentée entre 1420 et 1460 environ, présente encore quelques inconnues. Formé dans la tradition du célèbre Maître de Bedford, l’artiste travailla essentiellement à Paris pour une clientèle de notables, mais il pourrait avoir également séjourné à Rouen, Reims, Angers ou Poitiers. Demeuré anonyme, il porte par convention le nom de son œuvre principale, un exemplaire de la Légende dorée de Jacques de Voragine aujourd’hui conservé à la Bayerische Staatsbibliothek de  Munich (Cod. gall. 3).

BnF, Manuscrits, Rothschild 2535 f. 14v (Adam et Ève)

Le livre d’heures ms. Rothschild 2535 appartenait en 1874 au collectionneur anglais William Bragge (1823-1884) et fut vendu en 1876. Il fut postérieurement acquis par Mayer Carl de Rothschild (1820-1886), qui le transmit à Thérèse de Rothschild (1847-1931) et Henri de Rothschild (1872-1947). Celui-ci le légua à la Bibliothèque nationale, avec l’ensemble de sa collection, en 1949.

Le volume contient aujourd’hui 171 feuillets, mesurant 214 × 148 mm. La collation des cahiers révèle plusieurs lacunes : le calendrier, un feuillet dans le Petit office de la Vierge (entre les f. 46 et 47) et deux feuillets dans les heures de la Croix (entre les f. 98 et 99, fin de sexte et début de none). Si nous comparons l’état actuel du manuscrit avec les descriptions qu’en donnent le catalogue de vente de 1876 et le catalogue de la bibliothèque Rothschild publié par Émile Picot en 1893, il apparaît que, entre ces deux dates, l’ouvrage fut rogné de quelques centimètres et reçut une nouvelle reliure de velours rouge, identique à la précédente. Cette opération eut certainement pour objectif d’améliorer l’aspect du volume, que la description de 1876 dit « rongé par les rats au coin supérieur ». Un examen approfondi du manuscrit révèle l’extraordinaire qualité de cette restauration, chaque feuillet rongé ayant été minutieusement comblé de parchemin, avec une reconstitution quasiment imperceptible du décor amputé.

BnF, Manuscrits, Rothschild 2535, f. 98 (nous avons souligné en rouge la démarcation entre le feuillet original rongé et l’angle restauré).

La perte des feuillets mentionnés est antérieure à cette intervention, ou contemporaine de celle-ci, dans la mesure où le volume actuel ne présente aucune marque de découpe et où sa reliure n’a subi aucune modification depuis 1893. Notre feuillet, dont les dimensions sont celles du manuscrit avant qu’il ne fût rogné, présente d’ailleurs encore les déchirures laissées par les indélicats rongeurs…

Pour aller plus loin :

Laurent UNGEHEUER, Le maître de la Légende dorée de Munich. Un enlumineur parisien du milieu du XVe siècle. Formation, production, influences et collaborations,  thèse de doctorat sous la direction de Michel Pastoureau, École pratique des hautes études, 2014.

Laurent UNGEHEUER,  « Un livre d’heures parisien de la collection Rothschild à la BnF », Art de l’enluminure, mars-mai 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.