Le Codex Sinopensis (Supplément Grec 1286)

Communément appelé codex Sinopensis du nom de la ville de Sinope sur la mer Noire où il a été acquis en 1899, le manuscrit de l’évangile de Matthieu (Supplément grec 1286) de la seconde moitié du VIe siècle est un des deux manuscrits enluminés les plus anciens du Nouveau Testament grec qui nous soient parvenus. Écrit à l’encre d’or sur un parchemin pourpré, le manuscrit conserve cinq enluminures qui illustrent des épisodes majeurs du récit biblique, le festin d’Hérode et la mort de Jean Baptiste (Mt 14, 6-11, f. 10v), le premier miracle de la multiplication des pains (Mt 14, 13-16, f. 11r, enluminure très partiellement conservée), le second miracle de la multiplication des pains (Mt 15, 33-37, f. 15r), la guérison miraculeuse des deux aveugles de Jéricho (Mt 20, 32-34, f. 29r) et le miracle du figuier desséché (Mt 21, 18-19, f. 30v). Ces miniatures placées en bas de page sont toujours encadrées par deux personnages de l’Ancien Testament qui déroulent devant eux le texte vétérotestamentaire censé annoncer l’épisode néotestamentaire représenté au centre : il s’agit de Moïse (pour des versets de la Genèse et de l’Exode, f. 10v, 11r, 15r), David (pour le psautier, f. 10v, 11r, 15r, 29r), Isaïe (f. 29r), Habaquq (f. 30v) et Daniel (f. 30v).

Festin d’Hérode et mort de Jean Baptiste, encadré par Moïse et David

BnF, Supplément Grec 1286, f. 10v

L’orientation typologique de l’illustration rapproche le Sinopensis du codex des évangiles de Matthieu et de Marc conservé au musée diocésain de Rossano en Calabre : dans ce dernier manuscrit qui est également pourpré, ce ne sont pas moins de quatre personnages vétérotestamentaires qui, dans chacune des dix miniatures où ils apparaissent, renvoient d’un geste à l’épisode évangélique représenté au-dessus d’eux tout en tenant de l’autre main un rouleau avec les versets vétérotestamentaires correspondants. Cette insistance commune sur la typologie se double de similitudes paléographiques : sans être d’une même main, les deux manuscrits sont écrits dans une forme de majuscule biblique marquée par des déséquilibres annonciateurs de la désintégration de ce style. Ces mêmes caractéristiques paléographiques se retrouvent dans un autre manuscrit biblique enluminé et pourpré, la Genèse de Vienne (Österreichische Nationalbibliothek, Theol. gr. 31). Malgré des différences évidentes de mise en page, ces trois manuscrits semblent avoir une origine commune qu’il faudrait situer dans la partie orientale de l’empire byzantin et plus précisément en Syrie (Antioche ?). Si cette hypothèse est exacte, le manuscrit Sinopensis proviendrait sensiblement de la même région que le célèbre tétraévangile syriaque enluminé copié par le moine Raboula en 486 dans un monastère situé dans le nord-ouest de la Syrie (Florence, Bibliothèque Laurentienne, Plut. I, 56).

Miracle du figuier desséché, encadré par Habaquq et Daniel

BnF, Supplément grec 1286, f. 30v

Présentée sur Gallica depuis le début du mois d’août, la numérisation en haute définition des quarante-trois feuillets subsistants du codex Sinopensis – auxquels est jointe celle d’une reproduction ancienne d’un quarante-quatrième folio du manuscrit qui se trouvait à Marioupol en Ukraine au début du XXe siècle – permettra des études comparatives plus aisées entre ces témoignages remarquables d’un art chrétien des premiers siècles byzantins. Elle coïncide également avec la présentation d’un bifeuillet enluminé (ff. 29/31) dans le cadre de l’exposition « Chrétiens d’Orient : deux mille ans d’histoire » qui ouvre ses portes le 26 septembre à l’Institut du monde arabe : le codex Sinopensis y sera notamment exposé aux côtés du tétraévangile de Raboula.

Le Codex Sinopensis à la BnF

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *