Esquisse de l’histoire de quelques manuscrits de Corbie

L’abbaye royale de Saint-Pierre de Corbie, fondée entre 657 et 661 par Bathilde, la veuve du roi Clovis II, fut notamment connue pour la richesse de sa bibliothèque, renfermant tant des manuscrits copiés sur place que des manuscrits acquis auprès d’autres monastères. Cette bibliothèque fut prospère pendant de nombreux siècles, avant de connaître une période de déclin et de négligence au seizième siècle, au cours de laquelle un certain nombre de manuscrits rares furent perdus, et qui aboutit, à l’issue de la guerre franco-espagnole, en 1638, au transport de quatre cents manuscrits parmi les plus précieux vers la bibliothèque de Saint-Germain-des-Prés (Jones : 191-4 ; 201).

Nous nous intéresserons ici à sept manuscrits qui ont appartenu à Corbie et ont fait partie des quatre cents manuscrits transportés à Saint-Germain-des-Prés en 1638 : les manuscrits latins de la Bibliothèque nationale de France 12957, 12958, 12960, 13026, 13955, 13957 et 14088. Ils recèlent de multiples annotations et indices témoignant de leur histoire, dont certains leur sont spécifiques et attestent de leur parcours particulier, et dont d’autres sont communs à plusieurs d’entre eux, voire à tous, et montrent que ces manuscrits ont partagé une même trajectoire à certains moments de leur histoire. Leur étude nous permettra ainsi d’avoir un aperçu de l’histoire générale de la bibliothèque de Corbie et du devenir de ses manuscrits.

Commençons par un bref aperçu de ces sept manuscrits. Le latin 12957, daté du IXe siècle, contient essentiellement des traités de grammaire et d’astronomie, des œuvres de Boèce et des commentaires des œuvres de Boèce ; le 12958, pour une partie des Xe-XIe siècles, pour une autre du IXe, comporte également des œuvres de Boèce et de la grammaire latine, mais aussi un traité de médecine et de l’arithmétique ; dans le 12960, des IXe-Xe siècles, figurent une fois encore des traités de Boèce, de la grammaire et surtout des gloses à l’œuvre de Martianus Capella ; le 13026, daté du IXe siècle, est un recueil de traités de grammaire pour la plus grande partie, auxquels s’ajoute une compilation d’œuvres versifiées ; le 13955, du IXe siècle lui aussi, réunit un grand nombre de textes sur les arts libéraux, logique, astronomie, géométrie et arithmétique, métrique ; on trouve dans le 13957, daté des IXe-XIe siècles, un traité de logique de Boèce, un traité de grammaire d’Alcuin, un commentaire de l’Apocalypse par Bède et une courte compilation de grammaire et d’astronomie ; enfin, le 14088, du IXe siècle, présente des extraits d’œuvres grammaticales, rhétoriques (Bède, Donat), d’histoire naturelle (Isidore), mais aussi religieuses (Augustin, Ordines, hymnes), ainsi que des questions de comput. Ce sont ainsi pour l’essentiel des manuscrits contenant des textes sur les arts libéraux, qui ont en outre la particularité, à l’exception du 13957, manuscrit d’un seul tenant, d’être issus de la réunion de plusieurs manuscrits ou fragments de manuscrit.

Les premiers signes de leur présence à Corbie (IXe-XIIIe siècle)

Bien que la plupart d’entre eux aient sans doute été copiés à Corbie au moins partiellement (sauf pour le 13026, qui vient de la région de Paris, et le 13957, de l’est de la France ou de l’ouest de l’Allemagne, cf B. Bischoff, 2014 : 201-2 et 214), peu gardent trace de cette appartenance précoce : sur ce point, le plus intéressant est le 12957, qui conserve, parmi d’autres essais de plume aux f. 99-100, une liste de moines et d’abbés de Corbie (on y trouve ainsi deux abbés bien connus de Corbie, Wala, noté Vuala, et Paschase Radbert, noté Ratbertus, tous les deux abbés dans le courant du IXe siècle) et un fragment de lettre concernant la mort d’Ansgerus (moine à Corbie, puis l’un des fondateurs de la Nouvelle Corbie, Corvey, en 822) adressée aux moines de Corbie, dont David Ganz édite le texte (1990 : 159). Ces annotations, datées du IXe siècle (ou peut-être Xe siècle), pourraient ainsi permettre de placer le manuscrit 12957 à Corbie dès le IXe siècle.

Latin 12957, f. 99v
Latin 12957, f. 100r

Après celle-ci, l’unique autre indication sûre d’appartenance que l’on ait se trouve dans le 12960, seul de nos manuscrits à contenir un ex-libris de Corbie qui remonte au-delà du XVIe siècle : en l’occurrence, cet ex-libris « liber sancti petri corbeie » est daté par Marina Passalacqua (1978 : p. 246-7) du XIIIe siècle. Mais l’on peut également mentionner une annotation du 14088 (f. 1r et 119v), a priori du XIe siècle, qui pose question : « ego frater adalardus promitto stabilitatem corporis mei ». Elle ne mentionne pas explicitement Corbie, mais le nom adalardus ne peut manquer de nous évoquer le nom de l’un des abbés de Corbie du IXe siècle, et également celui d’un moine de Corbie, aussi du IXe siècle, dont on trouvait une souscription dans le Paris, Bibliothèque nationale de France, Latin 13354 en grec aujourd’hui disparue et reprise en latin par Mabillon au f. 1r (Delisle, 1874 : 112-113). Le lien n’est aucunement certain, mais le nom semble néanmoins nous rapprocher de Corbie.

Latin 12960, f. 1r
Latin 14088, f. 1r

Sans autre indice interne concernant la présence ancienne ou non de nos manuscrits à Corbie, il nous faut utiliser des indices externes : nous pouvons pour cela avoir recours aux trois anciens catalogues (l’un du XIe siècle, l’autre du XIIe, le dernier du XIIIe) de Corbie édités par Léopold Delisle (1874 : 427-440). Grâce à la description des manuscrits de Corbie qu’ils nous proposent, il est possible, s’ils s’y trouvent, d’identifier nos manuscrits. On peut ainsi rattacher, dans le deuxième catalogue, celui du XIIe siècle (qui se trouve dans le manuscrit Berlin, Staatsbibliothek, Ms. Phill. 1865), le n°136, « Eutichis liber de uerbo », aux f. 58-66 du 12958 et aux f. 1-10 du 13026 qui appartenaient à l’origine au même ensemble ; toujours pour le 13026, mais cette fois-ci les f. 11-40, on a le n°299, « Virgilii Maronis epytoma » ; enfin, les n°277, « Sacsonis et Franconis altercatio », et 289, « Themistii philosophi liber », semblent correspondre à deux unités du 13957. D’autres identifications encore sont possibles, mais la plupart ne sont pas certaines. Cela nous permet néanmoins de supposer de la présence à Corbie dès le XIIe siècle d’un certain nombre de nos manuscrits, ou du moins de parties de ceux-ci, et de constater justement qu’ils ne prenaient pas encore, à cette époque, la forme que nous leur connaissons aujourd’hui : ils étaient encore séparés sous forme de petites unités contenant généralement une seule œuvre, et n’ont donc été rassemblés qu’après le XIIe siècle, à l’exception du 13955, pensé comme un recueil de plusieurs œuvres dès sa conception.

Berlin, Staatsbibliothek, Mss. Phill. 1865, f. 1v

Le travail des bibliothécaires de Corbie (XVe-XVIIe siècle)

La période suivante, bien que décrite par Léopold Delisle (1874 : 133) comme une période de négligence pour la bibliothèque de Corbie, est paradoxalement celle qui a laissé le plus d’annotations sur les manuscrits. Le plus remarquable concernant ces annotations tient dans le retour de mêmes mains dans plusieurs manuscrits différents ; ces mains donnent essentiellement des informations sur le contenu du manuscrit, et l’une d’elles est également à l’origine à plusieurs reprises d’un ex-libris de Corbie. Il semble assez raisonnable d’y voir le travail de bibliothécaires de la bibliothèque de Corbie, chargés de l’étude des manuscrits de la bibliothèque et de leur inventaire. L’un en particulier au début du XVIIe siècle, celui qui a rédigé les ex-libris, a été particulièrement actif.

Nous avons deux annotations du XVe siècle : l’une sur le f. 1r du 13957, qui note « de dyaletica », l’autre sur le f. 1v du 14088, qui écrit « de partibus gramatice artis », toutes les deux a priori de la même main. La première correspond visiblement au contenu du f. 1r, un extrait du De topicis differentis de Boèce intitulé à tort « de dialecticis locis » et attribué à un certain Themestius dans le titre d’origine ; la seconde renvoie a priori au feuillet suivant, sur lequel figure le De arte metrica de Bède intitulé « Grammaticalia » par une main du XVIIe siècle.

Deux autres annotations, probablement de même main là aussi, réunissent cette fois-ci les manuscrits 13026 et 13955 : elles sont plus tardives et peuvent être datées du XVIe siècle. Celle du 13955 mentionne plusieurs œuvres de Boèce : son commentaire sur Porphyre, ses traités d’arithmétique et de géométrie. Il ne s’agit donc pas seulement de l’identification d’une œuvre, mais du sommaire succinct de l’ensemble du manuscrit. C’est plus flou pour « liber grammaticus de metris et figuris » dans le 13026 : elle ne recoupe pas exactement l’œuvre qu’on trouve sur le même feuillet (le De uerbo d’Eutychès), et elle ne renvoie nominalement à aucun des traités du manuscrit. Toutefois, étant donné que le manuscrit contient notamment des artes grammaticae et un recueil d’œuvres en vers introduit par un traité de métrique, il est probable que cette annotation couvre tout le manuscrit. On passe ainsi, entre le XVe et le XVIe siècle, d’annotations spécifiques à des annotations générales, qui attestent, pour le 13026, que les différentes parties du manuscrit avaient déjà été assemblées au XVIe siècle, ou au moins certaines d’entre elles.

Latin 13026, f. 1r
Latin 13955, f. 1r

Les annotations les plus intéressantes sont encore un peu plus tardives : on peut les dater du début du XVIIe siècle. Ces annotations, toutes de la même main, se trouvent dans six de nos manuscrits, soit tous sauf le 12958. Cette main est l’auteur d’un ex-libris de Corbie dans les manuscrits 12960, 13026 et 13957, ce qui atteste non seulement que ces annotations ont été faites à Corbie (avant donc le transport des manuscrits), mais également qu’elles ont été faites par un bibliothécaire de Corbie et non par un lecteur extérieur à la bibliothèque ; en plus d’ex-libris, elle a en outre rédigé des sommaires des manuscrits dans les premiers feuillets de ces derniers, ce qui est le cas pour les manuscrits 12957, 12960, 13026, 14088 ; on la retrouve enfin à plusieurs autres endroits dans les manuscrits, où elle ajoute des titres aux œuvres qui en sont dépourvues, ou bien aux titres déjà présents. Dans le manuscrit 12957, elle vient même corriger un titre qui avait déjà été ajouté tardivement, aux XVIe-XVIIe siècles, f. 2r, pour le préciser. Ces annotations sont remarquables à plusieurs chefs : à titre pratique, la présence de cette main sur un manuscrit par ailleurs dépourvu d’ex-libris ou d’autres marques d’appartenance permet de le placer à Corbie au XVIIe siècle avec assez de certitude ; à titre historique, elles nous apprennent que les manuscrits de Corbie ont été soumis à une étude assez poussée au XVIIe siècle. En effet, les sommaires que nous avons évoqués sont détaillés et précis, pour des manuscrits qui ne sont pourtant pas faciles car constitué de plusieurs unités codicologiques souvent éclectiques et nombreuses. Cette étude a sans doute eu lieu dans un souci d’inventaire, puisque ces annotations se doublent d’un catalogue des manuscrits de Corbie composé en 1621, que l’on trouve dans le Paris, Bibliothèque nationale de France, Latin 13071, aux f. 43-50. Or, bien que les annotations et les entrées du catalogue ne concordent pas totalement quant au contenu, il semblerait, au vu de la proximité des écritures, que ce soit la même main qui soit à l’origine à la fois des annotations et du catalogue. Ce bibliothécaire du début du XVIIe siècle a donc fait un important travail d’inventaire sur les manuscrits de Corbie.

Latin 12957, f. 2r, sommaire
Latin 12960, f. 1r, ex-libris
Latin 13071, f. 47v, entrée correspondant au Latin 12957

Le parcours des manuscrits au sein de la bibliothèque de Corbie marque ainsi une évolution nette entre le IXe et le XVIIe siècle : les annotations des bibliothécaires vont croissant, à la fois pour ce qui est du nombre et de la précision, avec des sommaires de plus en plus exhaustifs, mouvement qui se poursuivra à Saint-Germain ; les manuscrits vont eux aussi croissant, puisque l’on note que les sommaires du XVIIe siècle nous présentent des manuscrits autrement plus fournis que ce n’était le cas dans le catalogue du XIIe siècle. L’assemblage des unités codicologiques pour arriver au contenu que nous connaissons aujourd’hui s’est donc fait à un moment entre les XIIe et XVIe-XVIIe siècles, sans que l’on puisse dire exactement quand ; cela a sans doute été graduel.

L’arrivée des manuscrits à Saint-Germain (XVIIe-XVIIIe siècles)

Toutes les annotations évoquées précédemment ont été faites à Corbie, avant le transport des manuscrits à Saint-Germain. D’autres annotations et ex-libris témoignent ensuite de leur arrivée et prise en charge à Saint-Germain à partir de 1638. Nos sept manuscrits ont ainsi bénéficié d’ex-libris de Saint-Germain « Sancti Germani a Pratis » ainsi que de deux cotes, l’une ancienne « olim », l’autre nouvelle « N. », et également d’un sommaire reprenant le contenu du manuscrit, datant de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle. Des sept sommaires que nous avons à notre disposition, cinq sont d’une même main, les manuscrits 12958, 12960, 1306, 13957 et 14088, et deux d’une autre, le 12957 et le 13955.

Latin 12957, sommaire
Latin 12958, sommaire

De cette même époque nous conservons également un catalogue des manuscrits de la bibliothèque de Saint-Germain (que l’on trouve dans le manuscrit de la Bibliothèque nationale NAF 5792), constitué plus précisément en 1677. Or ce catalogue semble bien écrit de la même main que les sommaires des manuscrits 12958, 12960, 1306, 13957 et 14088. En outre, le contenu de ces sommaires et des entrées correspondantes du catalogue sont pratiquement identiques au mot près, alors que les sommaires des manuscrits 12957 et 13955, bien que proches de l’entrée du catalogue, s’en distinguent néanmoins plus que ce n’était le cas pour les autres manuscrits. Le catalogue et une partie des sommaires sont donc l’œuvre d’un même bibliothécaire de Saint-Germain, qui a ainsi répété, avec un plus grand degré de précision encore, le travail de son prédécesseur à Corbie.

NAF 5792, p. 67, entrée correspondant au Latin 12958

Du séjour de nos manuscrits à Saint-Germain, nous gardons une autre trace. Le manuscrit 14088 fut en effet le témoin et la victime d’un événement marquant pour la bibliothèque, qui eut lieu en 1791 : le vol d’un grand nombre de manuscrits précieux, qu’on retrouve aujourd’hui à Saint-Pétersbourg (Delisle : 52-53). Les f. 99-136 du 14088 firent partie des manuscrits volés, ainsi que l’atteste l’ancienne foliotation du volume que l’on peut encore observer et qui marque une lacune au niveau des feuillets manquants. Les manuscrits de Saint-Germain furent ensuite transférés à la Bibliothèque nationale de France en 1795-6 (Delisle : 49).

Ces sept manuscrits de Corbie conservent un certain nombre de marques de leur passage à Corbie et à Saint-Germain, et nous donnent de cette façon un aperçu tangible de leur histoire, à la fois individuelle et collective, puisque nous avons pu constater qu’on y retrouvait les mêmes mains : ils nous permettent ainsi d’entrevoir l’histoire plus large de la bibliothèque de Corbie et de celle de Saint-Germain, et de leurs bibliothécaires.

Bibliographie :

DELISLE, Léopold, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale II, Paris : Imprimerie nationale, 1874. 

JONES, Leslie Webber, « The Scriptorium at Corbie : I. The Library », Speculum 22, 2, 1947, p. 191-204.

PASSALACQUA, Marina, I codici di Prisciano, Paris : Ed. di Storia e letteratura, 1978.

GANZ, David, Corbie in the Carolingian Renaissance, Sigmaringen : Jan Thorbecke, 1990.

BISCHOFF, Bernhard, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts III, Wiesbaden : Harrassowitz Verlag, 2014.


Une réflexion sur « Esquisse de l’histoire de quelques manuscrits de Corbie »

  1. Merci pour cette analyse précise qui montre en particulier l’intérêt porté très tôt par les mauristes aux bibliothèques et aux manuscrits des monastères qu’ils réforment, sachant que Corbie appartient aux premières abbayes réformées vers 1618-1620. Le transfert des mss en 1638 en est une manifestation particulièrement significative.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.