élémentaire ! la terre, L’eau, l’air et le feu dans les enluminures du Livre des propriétés des choses

Le XIIIe siècle fut une période faste, marquée par la rédaction de nombreuses encyclopédies, comme le De proprietatibus rerum, oeuvre du franciscain Barthélémy l’Anglais. Cet ouvrage connut un succès considérable, diffusé notamment à travers les nombreuses traductions en langues vernaculaires. C’est le roi de France Charles V (1364-1380) qui fit traduire en 1372 le texte en français par son chapelain, Jean Corbechon.

BnF, Français 22531, f. 12r
Charles V et le traducteur Jean Corbechon

Intitulé Le livre des propriétés des choses, cette somme des connaissances du temps fit l’objet de plusieurs copies manuscrites somptueusement enluminées. Plusieurs exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France en témoignent. Divisée en dix-neuf livres, qui constituent autant de sections touchant aux différents domaines du savoir, cette encyclopédie aborde au quatrième livre le corps humain.

Parcourons ensemble les nombreux manuscrits enluminés de la BnF afin de comparer les miniatures qui servent de frontispice à cette partie du texte, et découvrons les partis pris des artistes pour introduire ce thème.

Dans un manuscrit réalisé à la fin du XVe siècle (BnF, Français 9140) pour un grand seigneur berrichon, l’enlumineur Evrard d’Espinques a représenté un paysage.

Ce choix pourrait sembler insolite étant donné le sujet abordé, le corps humain. Il s’agit en fait de la représentation des quatre éléments, figurés ici afin de rappeler qu’ils constituent le socle de la pensée médiévale sur le corps humain, fondement de la théorie des humeurs. L’idée d’un quatuor élémentaire remonte aux philosophes grecs du Ve siècle avant notre ère, en particulier Empédocle qui synthétisa la pensée grecque, avec la terre, l’eau, l’air et le feu.

Dans un autre manuscrit (BnF, Français 9141), on retrouve une scène de paysage, avec cette fois trois personnages qui désignent les éléments représentés sous forme de sphères emboîtées.

BnF, Français 9141, f. 43, détail

On peut lire les quelques lignes à l’encre rouge qui constituent la rubrique, qui permet d’introduire le texte : « Cy commance le IIIIe livre qui traicte des qualitez des ellemens et des IIII humeurs desquelles sont composes les corps tant des hommes comme des bestes ».

BnF, Français 9141, f. 43, détail

La théorie des humeurs fut développée par les médecins grecs Hippocrate (Ve siècle avant notre ère) et Galien (IIe siècle de notre ère). Elle se fonde sur l’existence des éléments, associés chacun à une humeur, c’est-à-dire un fluide, un liquide qui se trouve dans le corps humain, avec pour source un organe précis du corps.

Des enluminures issues d’autres manuscrits du Livre des propriétés des choses (BnF, Français 135) mettent en avant ce lien entre l’homme et les éléments, renvoyant ainsi à la notion de microcosme et de macrocosme, l’homme est à l’imitation de l’univers.

BnF, Français 135, f. 91
BnF, Français 135, f. 91, détail

L’élément air est ainsi lié à l’humeur du sang, qui est une substance provenant du foie ; la terre est liée à l’humeur appelée la bile noire (ou atrabile), qui a pour origine la rate ; l’eau est rattachée à l’humeur nommée phlegme (lymphe), qui est constituée de sécrétions telles que les larmes ou la sueur, provenant du cerveau. Le feu est quant à lui mis en rapport avec l’humeur de la bile jaune, liquide issu du foie. Chaque élément est corrélé à des qualités premières (sec, humide, chaud, froid). De ce fait chaque humeur se voit attribuer les qualités premières de son élément. Un exemple : l’air est chaud et humide, l’humeur correspondante, le sang, se voit ainsi liée à ces qualités de chaleur et d’humidité.

Chaque personne est dotée d’un tempérament, déterminé en fonction de l’humeur qui prédomine. On parlera ainsi de tempérament sanguin, mélancolique, colérique et flegmatique, dont le langage courant actuel a gardé la trace de ces théories des humeurs, fondement de la médecine médiévale.

Selon cette conception, la maladie se manifestait lorsque l’humeur caractéristique de l’individu était soit excessive, soit insuffisante. Afin de rétablir l’équilibre, on avait tout d’abord recours à une alimentation bien précise. Tout comme l’homme, les aliments étaient caractérisés par des qualités premières : chaud, froid, sec, humide.

Leur prescription était destinée à contrebalancer les qualités en excès ou insuffisantes chez le malade. C’est pourquoi, en cas de fièvre, on prescrira de la nourriture aux qualités froides, comme la salade, pour contrebalancer la présence excessive de chaleur.

Pour découvrir l’ensemble des enluminures commentées d’un des exemplaires manuscrits de cette encyclopédie (BnF, Français 9140), vous pourrez visionner la vidéo de l’épisode de la BnF dans mon salon, voyage dans un manuscrit.


Une réflexion sur « élémentaire ! la terre, L’eau, l’air et le feu dans les enluminures du Livre des propriétés des choses »

  1. Merci à Sabine Maffre pour les explications passionnantes sur cette écologie enluminée où se mêlent superbement les éléments, les humeurs et le corps humain. La vidéo proposée en constitue un bel approfondissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.