Arrêt sur images : de drôles de marges enluminées

A partir du milieu du XIIIe siècle et pour environ un siècle, les marges des manuscrits se peuplent de petites scènes appelées drôleries. Tout un univers foisonnant fait alors son apparition. Inspirées du bestiaire médiéval et des fables, ces représentations à portée morale mettent à l’honneur de nombreux animaux, comme la licorne, le singe, le renard ou la cigogne.

BnF, Latin 14284, f. 29, initiale historiée (ivresse de Noé) et dans les marges, créatures hybrides et deux singes jouant aux dés.

Prenons quelques exemples tirés d’un somptueux livre d’heures enluminé de la fin du XIIIe siècle conservé à la Bibliothèque nationale de France (BnF, Latin 14284). Les feuillets sont ornés d’une profusion de petits personnages, de créatures hybrides et d’animaux. La numérisation du microfilm noir et blanc est disponible dans Gallica, bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, mais vous pouvez retrouver les reproductions en couleur ainsi que les identifications des sujets représentés grâce à Mandragore, base des manuscrits enluminés de la BnF.

Certaines scènes sont bien reconnaissables, comme la chasse à la licorne (f. 4v). Une jeune femme assise tient contre elle une licorne que l’on reconnaît à sa corne. Alors qu’elle se blottit en toute confiance, un chasseur lui porte un coup fatal. En effet, dans la pensée médiévale, on ne mettait pas en doute l’existence de la licorne et on pensait que cet animal farouche ne se laissait approcher que par une jeune pucelle, d’où le stratagème d’attirer la licorne dans ce piège afin de pouvoir la capturer.

BnF Latin 14284, f. 4v, détail, chasse à la licorne

D’autres images en revanche peuvent sembler étranges et amusantes pour notre regard contemporain, mais dérivent en fait de sources littéraires bien connues au Moyen Âge. C’est le cas d’un feuillet dont la marge inférieure met en scène un renard et un oiseau dont le bec disparaît entièrement dans un grand vase (f. 21). Nous nous trouvons ici face à une scène tirée d’une fable d’Esope, Le renard et la cigogne, qui nous est familière, grâce notamment à Jean de La Fontaine. (Pour en savoir plus sur les fables et la satire animale, voir ici).

BnF, Latin 14284, f. 21, détail, le renard et la cigogne

La cigogne dont la tête est plongée dans le vase illustre un passage de la fable, lorsque le renard, arroseur arrosé, contemple avec dépit la cigogne qui seule peut accéder au contenu du vase. En effet, la cigogne lui rend la pareille : le renard l’avait invitée à partager un repas, du brouet étalé, qui de fait lui était inaccessible à cause de la forme de son bec, seul le renard in fine avait pu engloutir le plat entier.

Dans une autre image (f. 34v), la scène représentée suscite au premier abord une réaction d’étonnement. Un examen attentif nous révèle l’action en cours : un renard, la patte levée, est en train d’uriner sur ce qui semble un terrier rempli de petits animaux. 

BnF, Latin 14284, f. 34v, détail, renard et les blaireautins

Cet épisode ne découle pas d’une fable mais se rattache à une tradition présente dans plusieurs encyclopédies médiévales : la lutte du renard contre le blaireau. La plus ancienne à en faire le récit date du début du XIIIe siècle, le De naturis rerum d’Alexandre Neckam (pour en savoir plus, voir ici). Le renard, figure sournoise et fourbe, envie le terrier du blaireau et met au point une ruse pour l’en déloger. Il attend le départ des blaireaux et en profite pour marquer son territoire. A leur retour, les blaireaux, incommodés par l’odeur de l’urine, ne peuvent que se résoudre à lui abandonner le terrier.

Dans le De proprietatibus rerum, compilation encyclopédique en latin, le franciscain Barthélémy l’Anglais relate également l’usurpation du terrier par le renard. Composée autour de 1230-1240, cette somme des connaissances médiévales du temps connut un grand succès via ses traductions au siècle suivant en langues vernaculaires, notamment en français en 1372. Le XVIIIe livre est consacré aux « bestes ». Plusieurs exemplaires somptueusement décorés de cette encyclopédie comportent une miniature en frontispice, comme dans un manuscrit datable de la fin du XIVe siècle au début du XVe siècle (BnF, Français 16993).


BnF, Français 16993, fol. 286, enluminure introduisant le livre XVIII consacré aux “bestes”.
BnF, Français 16993, f. 286v, détail, le renard

Le chapitre 101 évoque le blaireau. Découvrons le détail de ce passage dans la traduction en français du XIVe siècle, telle qu’on peut la transcrire par exemple dans un manuscrit datable de la fin du XVe siècle et conservé à la BnF (Français 218). Le chapitre en question s’intitule «  Du tesson ». Le blaireau était en effet anciennement appelé le « tesson ».

BnF, Français 218, f. 368v, détail du passage du chapitre transcrit ci-dessous :

 « Le tesson hait le regnart et se combat contre luy mais le regnart qui ne le peut blesser pour ce qu’il a la pel trop dure et fait semblant de fouyr et cependant que le tesson quiert sa proie le regnart sen va dedans la fosse du tesson et y fait son ordure et quant le tesson sent celle puanteur il laisse sa maison et en fait une autre en ung autre lieu »

Transcription à partir du manuscrit Français 218, f. 368v

Sur l’enluminure du manuscrit, le renard a attendu que les blaireaux s’absentent du terrier et met en œuvre son plan en émettant un puissant jet d’urine, qui atterrit sur les blaireautins.

Ces quelques exemples illustrent ainsi une des facettes des drôleries médiévales, qui peuvent revêtir de nombreuses autres formes, entre créatures hybrides et parodie ou satire des vices et des travers humains.


Une réflexion sur « Arrêt sur images : de drôles de marges enluminées »

  1. Merci à Sabine Maffre pour ce nouvel article éclairant et facétieux qui nous combien les marges ne sont en rien marginales !

Répondre à Georges Magnier Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.