Un prêt exceptionnel au musée de picardie (Amiens). les puys d’amiens de louise de savoie

En juin 1517, Louise de Savoie accompagna François Ier et son épouse Claude de France pour leur entrée à Amiens. A cette occasion, la mère du roi fut particulièrement frappée par les tableaux des puys accrochés dans la cathédrale. Chaque année, le maître élu de la confrérie du puy Notre-Dame, un bourgeois ou officier qui avait remporté le concours de poésie en l’honneur et glorification de la Vierge, choisissait une devise et confiait à un peintre sa réalisation en image. Celle-ci était ensuite exposée dans la cathédrale.

Puys d’Amiens (BnF, Manuscrits, Français 145, f. 22v)

“Madame d’Angoulesme […], prenant plaisir à la gentillesse & diversité des histoires de tant de tableaux, comme aux refreins encore & ballades y apposées, pria Messieurs de Ville de luy en donner un extraict”. Afin de satisfaire cette cordiale demande de la mère du roi, les échevins délibérèrent “de faire faire ung grant livre en beau velin ouquel seroient pourtraictz lesd. tableaux et balades et champs royaulx […] le plus richement que faire se porroit”.

Ce manuscrit est aujourd’hui conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous la cote Français 145. Il est présenté de façon exceptionnelle dans l’exposition Les Puys d’Amiens, chefs-d’oeuvre de la cathédrale Notre-Dame, au musée de Picardie d’Amiens, du 3 juillet au 10 octobre 2021.

Les échevins passèrent rapidement marché, pour 45 livres, avec le peintre amiénois Jacques Platel “pour faire et tirer de blancq et noir le pourtraict desd. tableaux en nombre de XLVIII”, dont une scène de présentation du livre à Louise de Savoie. Il ne s’agissait donc pas de reproduire directement les puys d’un support à l’autre mais d’exécuter des copies en grisaille (et non en pleine couleur), afin de pouvoir ensuite transposer ces modèles au calme sur le parchemin du livre.

Les échevins décidèrent de recourir aux services d’un enlumineur parisien pour exécuter les miniatures du manuscrit à partir des modèles en grisaille de Jacques Platel, “a raison qu’il n’y avoit ouvrier en ceste ville [d’Amiens] pour le bien et souffissamment enluminer et estoffer”. Jean Pichore, un des principaux enlumineurs de la capitale à cette époque, reçut ainsi 120 livres “pour avoir enluminé bien richement XLVIIII histoires estans oud. livre”. Celui-ci fut livré à Louise de Savoie au cours de l’année 1518.

Documenté de 1502 à 1521, Pichore fut un véritable chef d’entreprise à la tête d’un vaste atelier commercial. Entouré de collaborateurs, partageant ou sous-traitant ses commandes avec d’autres enlumineurs de la capitale, il était un des rares à pouvoir mener en un temps réduit des manuscrits aux cycles iconographiques ambitieux, à tel point que se répandit dans la capitale un “style Pichore” dont il est parfois bien difficile de différencier les mains. Il travailla tout particulièrement pour le cardinal Georges d’Amboise, qui semble avoir lancé sa carrière au début du XVIe siècle. Il réalisa ainsi pour ce riche mécène un De civitate Dei de saint Augustin (Latin 2070) mais coordonna aussi vers 1503-1508 le décor de plusieurs importants manuscrits pour lesquels il s’adjoignit des collaborateurs, notamment pour des Histoires romaines de Jean Mansel (Français 54), des Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet (Français 2678 et 2679) ou des Divinae institutiones de Lactance, vers 1500-1505 (Latin 1671). C’est également au cardinal d’Amboise que l’on doit le don à Louis XII des Remèdes de l’une et l’autre fortune de Pétrarque enluminés en 1503 par Pichore (Français 225).

Saint Augustin, De civitate Dei (BnF, Manuscrits, Latin 2070)

Cet artiste n’était pas un inconnu pour Louise de Savoie en 1518 car elle possédait plusieurs manuscrits qu’il avait enluminés : des Remèdes de l’une et l’autre fortune de Pétrarque, vers 1503 (Français 224), des Héroïdes d’Ovide dans la traduction d’Octavien de Saint-Gelais, vers 1505-1515 (Français 873), ainsi qu’un recueil de textes consacrés à saint Jérôme, vers 1509-1511, offert par leur traducteur Jean Thenaud (Français 421).

Le manuscrit des Chants royaux du Puy Notre-Dame d’Amiens était l’un des volumes les plus importants et spectaculaires de la riche bibliothèque de Louise de Savoie. De très grand format (il mesure 56 cm de haut sur 38 cm de large), il est composé de 49 feuillets de parchemin portant texte et décor. Il s’ouvre sur une miniature représentant les deux échevins chargés de la commande. Andrieu de Monssures et Pierre Louvel, remettant le volume à la mère du roi, assise sur un grand trône au milieu de sa cour féminine. Cette représentation, fait écho à celle de la Vierge tout au long du volume.


Puys d’Amiens (BnF, Manuscrits, Français 145, f. 1v)

Les représentations de quarante-sept puys (de 1458 à 1515) se succèdent ensuite, avec, en regard, le chant royal correspondant, orné de lettres d’une grande variété et originalité : cadelées (à entrelacs de traits de plumes pleins et déliés), à entrelacs végétaux, ornées, parfois à motifs humains ou zoomorphes. Les puys ne sont pas disposés dans un ordre chronologique.

Ce manuscrit est exceptionnel par son décor, mais aussi par le fait qu’il documente, certes avec des variantes de couleur ou de style car il ne s’agit pas de copies exactes, des peintures qui ont pour la plupart disparu. On ne conserve qu’une vingtaine de puys pour toute l’époque moderne et sur les quarante-sept puys représentés dans le manuscrit, seuls trois nous sont parvenus, qui plus est à l’état de fragments.

On a de longue date fait le lien entre un fragment du puy de 1499, Arbre portant fruit d’eternelle vie (musée de Picardie, Amiens), et sa représentation dans le manuscrit. C’est grâce à elle qu’il a été possible de reconnaître dans un modeste fragment passé en vente en 2017 un élément de la partie haute manquante du puy et d’en justifier ainsi l’acquisition, complétant le bas de la composition.

Le manuscrit de Louise de Savoie permet également d’imaginer l’aspect du panneau central du puy de 1501 Sacrée ampoule a l’onction roiale, triptyque dont on ne conserve que les panneaux latéraux (Paris, musée de Cluny).

Puys d’Amiens (BnF, Manuscrits, Français 145, f. 23V) – Puys de 1501 (Paris, musée de Cluny) (c) RMN-Grand Palais, musée de Cluny / Jean-Gilles Berizzi et Stéphane Maréchalle

On conserve enfin deux éléments du puy de 1513, Clavigère du royaume céleste (musée de Picardie, Amiens). Dans ce cas, la comparaison avec le même puy représenté dans le manuscrit de Louise de Savoie permet de noter de larges libertés dans la composition qui y est peinte.

Puys d’Amiens (BnF, Manuscrits, Français 145, f. 42v) – Puy de 1513 (musée de Picardie) (c) Irwin Leullier / musée de Picardie

Il est à noter que l’exposition d’Amiens est l’occasion d’admirer un autre manuscrit de la Bibliothèque nationale de France, bibliothèque de l’Arsenal : un Epistolier à l’usage d’Amiens, enluminé vers 1490 dans cette ville par le Maître d’Antoine Clabault (ms. 662 Réserve).

Epistolier à l’usage d’Amiens (BnF, Arsenal, ms. 662 Réserve, f. 1)

Pour en savoir plus : François Seguin (dir.), Les puys d’Amiens. Chefs-d’oeuvre de la cathédrale Notre-Dame, cat. exp., Dijon / Amiens, 2021.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.