Parution de la sélection thématique Gallica : « La Librairie royale sous Charles V et Charles VI »

Destinée à servir la politique d’un souverain averti et passionné par les livres, la librairie constituée sous le roi Charles V le Sage (1364-1380) et transférée en 1369 par celui-ci du Palais de la Cité à celui du Louvre rassemblait plus de 1000 manuscrits. Ceux-ci constituaient une collection exceptionnelle tant par leur richesse que par leur caractère encyclopédique, puisqu’ils touchaient à tous les domaines du savoir. Héritée par Charles VI, puis rachetée en grande partie en 1425 par Jean de Bedford, régent du royaume, cette collection fut définitivement dispersée à la mort de ce dernier en 1435.

Français 1950, f. 2r – Liber de informatione principum, traduction en français parJean Golein

Depuis 2008, en prenant appui sur les anciens inventaires du Louvre et des résidences royales où étaient conservés une centaine d’autres manuscrits (donjon de Vincennes, châteaux de Saint-Germain-en-Laye et de Melun), un projet de recherche portant sur la reconstitution sur le plan matériel et intellectuel des bibliothèques de Charles V et Charles VI a été initié sous l’impulsion de Marie-Hélène Tesnière et François Avril et mené par une équipe de chercheurs de la Bibliothèque nationale de France et de l’Institut de recherche et d’histoire des textes[1].

Les travaux d’identification des exemplaires faisant partie de l’ancienne librairie royale ont permis de retrouver quelque 200 manuscrits, dont une centaine est aujourd’hui conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal et au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Ce riche corpus est désormais facilement accessible dans Gallica à travers une sélection thématique permettant de reconstituer virtuellement une partie de la librairie dispersée.

La sélection Gallica consacrée à la librairie de Charles V et Charles VI, conçue par Véronique de Becdelièvre, a été organisée en huit dossiers reprenant les disciplines suivies par Léopold Delisle pour son édition des inventaires (théologie, droit, littérature, histoire, sciences), tout en mettant en valeur également les traités politiques et de bon gouvernement ainsi que les traductions en langue vernaculaire ; le dernier dossier permet d’accéder aux anciens catalogues de la librairie royale.  

Outre un accès direct à l’ensemble des numérisations des manuscrits, cette sélection présente des commentaires synthétiques sur les manuscrits les plus notables de chaque dossier et permet d’accéder aux importants travaux d’enrichissement des notices du catalogue qui, depuis plus d’une décennie, ont été menés sur les exemplaires de la librairie de Charles V, qui fut la première bibliothèque royale européenne.


[1] Après avoir bénéficié d’un plan triennal de recherche au sein de la BnF (2008-2010), ce projet a été intégré dans le programme européen Europeana regia (2010-2012). Entre 2012 et 2015, il a fait partie du programme de l’ANR BIBLIFRAM (Les bibliothèques matrices et représentations des identités médiévales), puis de celui de l’équipEx BIBLISSIMA (Bibliotheca bibliothecarum novissima). Deux dernières années au sein du plan quadriennal de recherche de la BnF (2016-2018) ont permis de finaliser les recherches ainsi que d’envisager la publication d’un ouvrage qui paraîtra prochainement.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.