Manuscrits du trésor de la cathédrale de Nevers au département des manuscrits

Le département des Manuscrits conserve un ensemble de livres liturgiques notés qui appartiennent à différentes périodes allant du Moyen Âge à l’époque moderne. Ces ouvrages livrent un témoignage riche et varié sur les pratiques liturgiques et musicales alors en vogue entre les Xe et XVIIIe siècles.  

Parmi ces nombreux manuscrits dotés de mélodies destinées à la messe ou à l’office, trois graduels – Latin 9449, Latin 908 et NAL 1235 –, deux recueils de proses – Latin 10513 et NAL 3126 – et un antiphonaire – NAL 1236 – sont issus des fonds médiévaux. Jadis ils étaient destinés à la cathédrale de Nevers ou à l’une de ses églises. Ces magnifiques livres liturgiques ont été réalisés entre les XIe et XIIe siècles et comportent une notation neumatique diastématique sous forme de signes graphiques indiquant, tels des signes de ponctuation, le tracé de la mélodie selon qu’elle monte dans l’aigu ou descend dans le grave. Plusieurs d’entre eux comprennent aussi des ajouts plus tardifs en notation carrée, le système de notation qui se substitue aux neumes à partir du XIIe siècle. Par ailleurs, deux de ces graduels, les deux recueils de proses et l’antiphonaire sont entrés au sein de la Bibliothèque nationale au XIXe siècle après avoir appartenu à des collectionneurs privés. Le Graduel de Nevers – Latin 908 – provient quant à lui de la bibliothèque du cardinal Mazarin. Cet ouvrage est entré dans les collections royales au XVIIIe siècle.   

Dans les lignes qui suivent sont exposées les caractéristiques les plus remarquables qui confèrent à ces manuscrits une valeur liturgique et artistique unique.

Dévolus à la fois au propre du temps et au propre des saints, ces six livres liturgiques présentent des formats relativement variés dont les dimensions laissent supposer qu’ils pouvaient être posés sur un lutrin afin d’être lus par un petit groupe de chantres. Alors que cinq de ces six ouvrages liturgiques ont des reliures des XVIIe et XIXe siècles, l’antiphonaire  de l’office – NAL 1236 – comporte une reliure médiévale sur ais de bois recouverte d’une peau de truie. Ce précieux témoignage permet de découvrir les pratiques de reliure à cette époque.

Plat supérieur de la reliure du manuscrit NAL 1236

Sur le plan de la décoration, deux de ces six ouvrages, les Graduels de Nevers – Latin 9449 et NAL 1265 – comprennent une iconographie particulièrement riche qui ne peut laisser indifférents chercheurs et amateurs de livres anciens.

Le Graduel de Nevers – Latin 9449 – comporte tout d’abord une enluminure représentant saint Grégoire Ier (540-604). Pape de 590 à 604, Grégoire le Grand favorisa l’unification des mélodies liturgiques à travers la chrétienté. Plus tard, le plain-chant prend le nom de chant grégorien en hommage à ce Père de l’Église occidentale.

Enluminure représentant saint Grégoire extraite du Graduel de Nevers Latin 9449 (f. 1).

Saint Grégoire est de profil en train d’écrire. Remarquons la qualité des couleurs et, à droite, la présence d’une figure zoomorphe multicolore.

Une seconde enluminure est également remarquable par son iconographie comme par sa facture.

Enluminure représentant un joueur de vièle à archet et un joueur de flûte extraite du Graduel de Nevers Latin 9449 (f. 34 v°).

Le joueur de vièle à archet semble exécuter un pas de danse au rythme de son instrument et de celui du joueur de flûte. Là encore, comment ne pas admirer la finesse des personnages représentés et les couleurs où prédomine un vert olive marié à du bleu, du marron et du rouge. La représentation de ces deux musiciens, qui peut-être exécutent une danse, rappelle l’existence d’un monde médiéval au sein duquel le sacré et le profane ne présentaient pas encore une frontière étanche.

Le Graduel de Nevers – Latin 1235 –  comporte, quant à lui, une lettrine « A » de l’introït Ad te levavi animam meam pour la messe du premier dimanche de l’avent. Cette grande initiale est composée de dessins géométriques surmontés d’une tête fantastique quadrupède.  

Lettrine « A » de l’introït « Ad te levavi animam meam » extrait du Graduel de Nevers NAL 1235 (f. 9)  

Ces manuscrits offrent un contenu liturgique particulièrement riche et représentatif de la diversité cultuelle alors en vigueur au Moyen Âge. Si depuis les XVIIe et XVIIIe siècles, missels, bréviaires, graduels et antiphonaires comportent essentiellement deux parties distinctes et successives, comprenant le temporal et le sanctoral, les ouvrages de Nevers proposent une alternance entre le propre du temps et le propre des saints. En effet, pour un temps liturgique donné, à chaque partie du temporal correspond une partie du sanctoral.

Ainsi, pour le Graduel de Nevers – NAL 1235 –, le temporal début par la rubrique « Dominica I in adventu Domini » (f. 1), célébré le 1er dimanche de décembre, pour s’achever par la rubrique « Dominica II post Epiphaniam »  (f. 20 v°), dont la date tombe entre le 16 et le 23 janvier. Succède alors à ce premier extrait du temporal, la première partie du propre des saints qui débute par la fête « Nativitas sancti Marcellini episcopi » (f. 21 v°), dont la date s’échelonne entre novembre et décembre, et se termine par « Nativitas sancte Agnetis » (f. 21 v°), fêtée le 21 janvier.

                Le nombre de fêtes, de célébrations et de jours hebdomadaires, durant lesquels ont été copiées des mélodies pour la messe et l’office, peut varier selon le temps liturgique.

                En effet au sein du Graduel de Nevers – NAL 1235 – pour le temps de l’avent et de Noël ont seulement été notés les dimanches, jours de fêtes et deux messes chantées en semaine :

« (f. 9) [Dominica I in adventu Domini] (Invocavi te altissime venturum. AH 49, n° 398) ; (f. 10) « Dominica II in adventu Domini » (De celo plebem hanc miserere.AH 49, n° 601) ; (f. 11 v°) « Dominica III » (Da nobis potentis [sic potenti] in celis. AH 49, n° 605) ; (f. 12) « Feria IIII » ; (f. 13) « Feria VI » ; (f. 13 v°) « Sabbato » (In plebem electam suscipe. AH 49, n° 608) ; (f. 15) « Dominica IIII » (Concrepare oppido studeto cantu Domino. AH 49, n° 609) ; (f. 15 v°) « In vigilia Nativitatis Domini » (Preparavit eternus et clemens creature. AH 49, n° 612) ; (f. 16) « Missa in nocte » ; (f. 17) « Secunda missa » (Die nos Christe. AH 49, n° 616) ; (f. 18) « In die » (Dextera Dei cum patre sempiterne. AH 49, n° 619)… ».

Temps de l’avent et de Noël extrait de la notice du Graduel de Nevers NAL 1235.

En revanche, durant le temps de carême et de Pâques, figurent aussi les mélodies réservées à la messe quotidienne en complément de celles destinées aux dimanches de carême et de Pâques.

« (f. 39) « In septuagesimae » ; (f. 40) « Dominica in LX » ; (f. 40 v°) « Dominica in L » (Cor nostrum reple tuo lumine) ; (f. 42) « Ad processionem » (Exaudi nos, Domine quoniam benigna) ; (f. 42 v°) « Feria IIII ad missam in die » ; (f. 43 v°) ; « Feria V » ; « Feria VI » ; (f. 44 v°) « Sabbato » ; (f. 45) « Dominica in quadragesima » ; (f. 46) Feriae II à VI ; (f. 49 v°) « Sabbato » ; (f. 50 v°) « Dominica II » ; Feriae II à VI ; (f. 53 v°) « Sabbato » ; (f. 54) « Dominica III » ; (f. 55) Feriae II à VI ; (f. 57 v°) « Sabbato » (In justicia longe sit a terra. AH 49, n° 62) ; (f. 58) « Dominica IIII » (In Hierusalem tue [sic tua] virtutes) ; Feriae II à VI [Feria IIII prosa. Oracio ore profusa Christo] ; (f. 62 v°) « Sabbato » ; (f. 63) « Dominica V in Passione Domini » ; (f. 64) Feriae II à VII ; (f. 67) « Dominica in palmis palmorum » ; (f. 69) Feriae II à IIII [Feria III prosa. Eripe me rex celice] ; (f. 71) « Feria V in Cena Domini » ; (f. 71 v°) « In parasceve » [hymnus. Crux fidelis. AH 52, n° 6] ; (f. 75 v°) [Dominica Paschae in Resurrectione Domini] ; hymne : Hec est clara dies clararum. AH 43, n° 37 ».

Temps de carême et de Pâques extrait de la notice du Graduel de Nevers NAL 1235.

Ces six manuscrits comportent un sanctoral particulièrement détaillé. Parmi les nombreuses fêtes intégrées à ces ouvrages liturgiques, relevons la fête dévolue à saint Cyr et sainte Julitte, dont une partie des reliques fut déposée dans la cathédrale de Nevers. Cet édifice fut construit au début du XIIIe siècle bien que dès le IXe siècle un lieu de culte fût consacré. D’ailleurs, plus tard, cet édifice portera en leur honneur le nom de « Cathédrale Saint-Cyr et Sainte-Julitte ». Pour le Graduel de Nevers – Latin 1235 – et le Recueil de proses à l’usage de Nevers – Latin 10513 –, la présence de la fête dédiée à saint Cyr est le seul indice qui a permis d’attribuer ce graduel à la cathédrale de Nevers, les ouvrages de cette époque étant dépourvus d’une page de titre.

En parcourant les deux extraits du Graduel de Nevers – NAL 1235 –, le lecteur a sans aucun doute remarqué les mentions « De celo plebem hanc miserere. AH 49, n° 601 », « Preparavit eternus et clemens creature. AH 49… » etc. Ces incipit, suivis d’un numéro AH…,sont le premier vers d’une séquence encore appelée prose.

Ces poèmes à vocation liturgique comprennent plusieurs strophes et étaient exécutés durant la messe. Leur présence est effective aussi bien pour des fêtes ou commémorations du temporal que pour celles du sanctoral. La plupart du temps anonymes, certaines de ces poèmes ont été écrits par Adam de la Halle ou Pierre Abélard. Si bon nombre d’entre-elles sont recensées au sein du répertoire Analecta Hymnica, certaines sont uniques et vraisemblablement n’ont été notées qu’au sein de l’un de ces manuscrits.

  Laudes regiae en l’honneur d’Hugues II de Champallement et du roi Philippe Ier (f. 36 v°).

« Invocavi te altissime venturum ». AH 49, n° 398 extrait du Graduel de Nevers – NAL 1235 – (f. 9)

Une dernière particularité relative au Graduel de Nevers ­– Latin 9449 – doit être soulignée avec intérêt. En effet, ce manuscrit comporte les Laudes regiae, ensemble de chants liturgiques destinés à célébrer l’empereur, le roi, le pape ou l’évêque.

Les Laudes regiae de ce manuscrit acclament l’évêque de Nevers, Hugues II de Champallement (1013-1065), et le roi Philippe Ier (1052-1108) lors de son couronnement en 1059. Cet événement daté a permis de situer avec précision la composition de ce manuscrit.

  Laudes regiae en l’honneur d’Hugues II de Champallement et du roi Philippe Ier (f. 36 v°).

                            

                Ainsi l’étude de ces six ouvrages liturgiques présente-elle un intérêt certain tant sur le plan de la codicologie et de la liturgie qu’au regard de la musicologie et de la poésie religieuse médiévale. En effet, les musicologues découvriront au fil de leur consultation un très grand nombre de mélodies qui leur permettront d’approfondir leur connaissance du répertoire liturgique et musical moyenâgeux. De leur côté, étudiants et chercheurs en littérature ne manqueront pas de repérer et d’analyser les textes des innombrables proses notées au sein de ces six manuscrits à l’usage de la cathédrale Saint-Cyr et Sainte-Julitte de Nevers.        

François Auzeil

Pour en savoir plus : liens vers les notices des manuscrits dans le catalogue Archives et manuscrits (qui comprennent également les liens vers les numérisations dans Gallica) :

Latin 9449 : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc387155

Latin 908 : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc62468w

NAL 1235 : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc69606g

NAL 1236 : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc58847n

Latin 10513 : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc72231


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.