Le travail d’un éditeur et imprimeur au XVIe siècle : L’exemple de Guillaume Morel et du manuscrit latin 7558

Le manuscrit latin 7558 de la Bibliothèque nationale de France est une compilation de la première moitié du IXe siècle regroupant tant des textes grammaticaux, comme le De schematibus et tropis de Bède ou l’ouvrage anonyme des Cunabula, que des œuvres poétiques, notamment d’Ausone et de Paulin de Nola, ou encore de Florus de Lyon. Non seulement la paléographie, mais également le contenu de ce manuscrit, qui comporte un grand nombre de textes dont la transmission est essentiellement lyonnaise (les poèmes de Florus, les Cunabula, les poèmes d’Ausone et de Paulin, etc.), permettent à A.-M. Turcan-Verkerk (2003 : p. 36-37) de le supposer originaire de Lyon.

Si, au cours des siècles, le 7558 a suscité l’intérêt de nombreux commentateurs, c’est pour le témoignage qu’il apporte concernant la tradition de textes déjà connus par ailleurs, ceux de Paulin, de Florus, mais aussi et surtout pour les poèmes dont il fournit l’unique témoignage : l’Alethia de Claudius Marius Victorius, les Versus Drepani de cereo Paschali, le De obitu Baebiani, les Laudes domini de l’anonyme d’Autun et les Epigramma d’un certain Paulin, parfois identifié à l’évêque de Béziers (cf. E. Griffe, 1956 : p. 187-194) ; tous ces poèmes ne se trouvent dans aucun autre manuscrit que le 7558, et, à ce titre, ce dernier est extrêmement important.

L’attention portée au 7558 et à ses poèmes uniques a commencé dès le XVIe siècle, avec leur édition en 1560 par Guillaume Morel, imprimeur du Roi pour le grec. L’ouvrage, décrit par P. Lejay dans son article sur la question (1890 : p. 71-78), est intitulé Cl. Marii Victoris oratoris Massiliensis, Aletheias, seu Commentationum in Genesin libri III. Epigrammata varia vetusti cujusdam auctoris, inter quae sunt & aliquot psalmi versibus redditi. Hilarii, Pictaviensis episc. Genesis. Cypriani, Genesis & Sodoma. Dracontii, de Opere sex dierum. Omnia versibus, nunc primum è vetustis codicibus expressa, et contient l’Alethia, la Laus sancti Iohannis, les Laudes domini, le poème Ad Iouium, le De obitu Baebiani, les Versus Drepani et l’ensemble des poèmes de Florus, autant de pièces que Morel a tirées du 7558, et également d’autres œuvres chrétiennes en vers prélevées dans un autre manuscrit (des poèmes d’Hilarius, de Cyprianus, etc.). P. Lejay, qui a prouvé de façon définitive que Guillaume Morel avait bien usé du 7558 pour son édition, a montré en outre que Morel avait laissé derrière lui, sur le manuscrit même, un nombre conséquent de traces qui donnent un aperçu de son travail pour la constitution de son édition, et que je vous propose de passer en revue dans ce billet.

Le travail de l’éditeur

Dans ce que l’on pourrait imaginer avoir été le premier temps du travail, les textes utilisés pour l’édition ont été délimités et marqués au sein du manuscrit par l’utilisation de la foliotation. Les feuillets qui intéressaient Morel forment trois ensembles : selon la foliotation générale du manuscrit (plus tardive que le travail de Morel), il s’agit des f. 44-87, 104-124 et 162-166 ; or, ces trois ensembles ont chacun une foliotation indépendante du reste du manuscrit, tracée par une main moderne que l’on va avoir l’occasion de revoir tout au long de notre étude et qui a été identifiée par P. Lejay comme celle de Guillaume Morel. Les f. 47-88, qui contiennent le poème de Claudius Marius Victorius, sont numérotés de 1à 42 (la foliotation ne commence qu’à partir du premier livre de l’Alethia et laisse de côté l’introduction) ; les f. 105-124, compilation de divers poèmes, de XIIII à XXXIII (cette foliotation comprend donc les feuillets qui la séparent de l’ensemble précédent, quoique ces treize feuillets ne soient pourtant pas numérotés de façon apparente) ; les f. 162-167, dans lesquels on trouve la deuxième partie des poèmes de Florus, sont numérotés de 1 à 6.

L’éditeur a également visiblement procédé à un travail de recherche autour des textes eux-mêmes, notamment sur la question de leur attribution, travail dont il nous reste essentiellement une annotation au f. 104v, dans laquelle Morel indique que l’auteur de la Laus sancti Iohannis n’est pas connu.

f. 104v

Aux problèmes d’attribution s’ajoute la question de la structuration des textes : l’éditeur vient pallier les omissions du manuscrit et permettre une meilleure lisibilité de l’organisation des poèmes. C’est le cas surtout pour le poème long de l’Alitheia, dans lequel Morel précise la séparation entre livre 1 et livre 2, qui avait disparu dans le manuscrit ; il insère, au f. 59r qui marque le début du livre 2, un titre en capitales, indiquant le passage au second livre. Il intervient aussi aux f. 162-166 pour délimiter les vers, que le copiste a rédigés de façon continue ; Morel, lui, a intercalé entre chaque vers une démarcation à l’encre, qui permet de restaurer la versification des poèmes de Florus.

f. 59r

Le travail le plus important pour l’éditeur et celui qui nous a été le plus abondamment conservé dans notre manuscrit reste la correction du texte avant édition. Guillaume Morel a corrigé directement sur le manuscrit, à l’encre, les divers textes qu’il avait choisi d’éditer. On peut relever plusieurs types de corrections : il y a ce qui concerne la ponctuation, qui est fréquemment ajoutée par la main de Morel ; il y a la coupe des mots, reprise par Morel à l’aide de traits verticaux et d’accolades horizontales lorsque le copiste a opéré une mauvaise division – il lui arrive même de réécrire la phrase en marge si la coupe est trop confuse – (1) ; il y a l’ajout des majuscules pour les noms propres (2) ; il y a la transcription en alphabet grec des mots grecs qui avaient été translittérés en latin dans le texte (3) ; il y a enfin, qui sont les corrections de loin les plus nombreuses, la suppression (par exponctuation) (4) ou l’ajout (indiqué par un v inversé placé sous la ligne, à l’endroit où doit s’insérer l’ajout, lequel est au-dessus de la ligne) de certaines lettres, voire de parties de mot ou de mots entiers (5), ou le remplacement de certaines lettres ou mots (souvent exponctués au préalable) par d’autres (6). On observe en outre une volonté de clarification, sans doute pensée pour faciliter la lecture de l’imprimeur, qui passe par la réécriture de certaines lettres (notamment le r lorsqu’il est ligaturé à un t) (7) ou certains mots, visiblement considérés peu lisibles par Morel (8), ainsi que par le développement de certaines abréviations (9). Guillaume Morel fait par ailleurs usage de deux signes : l’astérisque, qui apparaît a priori à trois reprises, semble marquer les vers incomplets (un seul des trois vers ainsi balisé est corrigé par un ajout) (10) ; le carré (peut-être une sorte de pied-de-mouche ?), que l’on trouve au début de certains vers, indique probablement l’insertion d’un alinéa dans l’édition, car il ne marque que des débuts de phrase (notamment après un discours direct) (11), ou bien, dans le cas de deux feuillets, un vers sur deux (et dans ce cas, la notation s’arrête lorsque le copiste fait lui-même l’alinéa).

(1) f. 72r
(3) f. 120r

Le travail de l’imprimeur

Après ce travail préparatoire à l’édition, rédigé à même le manuscrit très probablement par l’éditeur Guillaume Morel lui-même, il reste à passer à la version imprimée du texte pour parvenir à l’édition finale de Morel que nous connaissons. Or, ce passage vers l’imprimé a laissé lui aussi des traces sur le manuscrit.

La première de ces traces concerne la pagination de l’édition. On constate qu’a été ajoutée en marge du manuscrit, aux f. 45r-72r, et ce de façon assez régulière, une numérotation (de 2 à 16), dont P. Lejay a remarqué qu’elle correspondait aux pages de l’édition de Morel. Elle est en outre doublée d’une seconde numérotation, celle-ci avec des lettres (c au f. 63v et d au f. 73r), qui apparaissent à l’endroit où commencent dans l’édition de Morel les cahiers justement désignés par ces lettres (il y en a huit en tout dans l’édition, de A à H), comme le relève également P. Lejay. Ces deux systèmes de numérotation sont notés par la même main que les corrections évoquées ci-dessus, a priori celle de Guillaume Morel lui-même. Ces annotations sont probablement là pour aider l’imprimeur à se repérer plus aisément dans le manuscrit au fur et à mesure de la composition et de la mise en page de l’édition : il paraît donc possible de supposer que Guillaume Morel, au moins pour les seize premières pages de son édition, a lui-même procédé à l’impression, puisque ces annotations sont de sa main.

La seconde empreinte laissée par l’impression est de beaucoup la plus frappante : l’édition de Morel a en effet été imprimée directement sur certains feuillets du manuscrit. Sur ces feuillets (les f. 74r, 77v, 79v et 82r), on observe, discrètes mais bien visibles, des traces d’une encre plus noire que celle du copiste, et, au sein de ces traces, des mots, non pas écrits mais imprimés sur le parchemin. Ces mots, ce sont, comme l’a bien montré P. Lejay, des mots de l’édition de Morel, tirés d’un passage qui précède celui des feuillets concernés. P. Lejay l’explique de cette façon : l’imprimeur, qui procède à son impression directement à partir du manuscrit, l’a malencontreusement posé, ouvert et retourné, sur des formes d’impression précédemment utilisées et encore couvertes d’encre, sans doute alors qu’il était occupé à composer les formes des feuillets touchés. L’impression destinée à l’édition a ainsi été directement apposée sur le manuscrit.

f. 74r

Un travail collectif : les interventions de la seconde main

Il est intéressant de noter que la main que l’on a identifiée comme celle de Guillaume Morel n’est pas la seule à participer à ce travail. En effet, une seconde main vient compléter deux des tâches à laquelle s’est occupée la première. On la trouve notamment attelée à la foliotation des feuillets concernés par l’édition : elle achève la foliotation des f. 47-88, qui est de la main de Morel jusqu’au f. 81 avant de changer pour cette seconde main au f. 82. Et on la retrouve en marge des f. 78r-87r, 104v-124r et 162v-166v où elle contribue à baliser le texte : elle indique régulièrement la progression de l’édition à l’aide d’une lettre (celle du cahier en cours) et d’un chiffre (toujours la page, d’après P. Lejay, mais qui reprend à zéro à chaque nouveau cahier, bien que la numérotation soit continue dans l’édition).

On remarque que cette seconde main ne prend pas part au travail d’édition (elle n’est pas du tout présente pour tout ce qui est correction ou ajout de titres), mais se restreint aux tâches liées à la question de la composition et de l’impression. Ce changement de main laisse ainsi supposer qu’il y a dû y avoir un passage de relais pour le travail d’impression quelque part entre les f. 72r et 78r, de Morel à sans doute l’un de ses collaborateurs. Il est par conséquent probable que l’encre et l’impression visibles sur les f. 74r, 77v, 79v et 82r soient du fait de cette seconde main, plutôt que de Morel lui-même.

Le manuscrit 7558 nous est ainsi très précieux : nous pouvons suivre, à travers les annotations et les autres marques qu’il comporte, la constitution de l’édition de Guillaume Morel, le passage du manuscrit à l’imprimé. Il nous donne à voir un aperçu fascinant du travail d’un éditeur et imprimeur au XVIe siècle.

Bibliographie

– Paul LEJAY, « Marius Victor, l’éditeur Morel et le ms. latin 7558 de Paris », Revue de Philologie, de littérature et d’histoire ancienne 14, 1, 1890, p. 71-78.

– Elie GRIFFE, « L’Epigramma Paulini, poème gallo-romain du Ve siècle », Revue des Etudes Augustiniennes 2, 1956, p. 187-194.

– Anne-Marie TURCAN-VERKERK, Un poète latin chrétien redécouvert : Latinius Pacatus Drepanius, panégyriste de Théodose (Collection Latomus 276), Bruxelles : Latomus, 2003, cité p. 13-69.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.