Acquisition d’ un ensemble de feuillets issus du plus ancien manuscrit connu de l’œuvre de Chrétien de Troyes, le “manuscrit d’Annonay”

Considéré comme le père de la littérature arthurienne en français, Chrétien de Troyes (vers 1130 -vers 1180-1190) a composé cinq romans en vers inspirés des légendes bretonnes du roi Arthur et de la quête du Graal : Érec et Énide, Cligès ou la fausse morte, Lancelot ou le Chevalier de la charrette, Yvain, le chevalier au lion, Perceval ou le conte du Graal. De ces textes fondateurs de la culture et de l’imaginaire européens, peu de manuscrits ont été conservés, la plupart se trouvant aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France, qui détient par exemple 6 des 8 exemplaires complets connus de Cligès. Or, cette inestimable collection s’est récemment enrichie d’une pièce majeure, un ensemble de feuillets provenant du plus ancien manuscrit connu de l’œuvre de Chrétien de Troyes, préempté lors de la vente De Baecque du 14 avril 2022, à Lyon.

Copiés dans la région de Troyes vers l’extrême fin du XIIe siècle ou le début du XIIIe siècle, les 16 précieux feuillets, de différents formats et ponctués d’initiales filigranées rouge et bleu, constituent les uniques vestiges d’un recueil vraisemblablement composé pour la cour comtale de Champagne[1]. Ils contiennent précisément :

  • 1765 vers de Cligès ou la fausse morte (soit plus du quart des 6664 vers que compte le texte complet) ;
  • 1118 vers d’Yvain ou le chevalier au lion (soit le sixième des 6818 vers du texte complet) ;
  • 152 vers de Perceval ou le Conte du Graal.

Cet ensemble est connu des spécialistes sous le nom de « manuscrit d’Annonay », car les premiers feuillets furent découverts en 1933 par le bibliophile Paul Escoffier, originaire de cette ville, dans l’étude de Léon Boissonnet, notaire à Serrières (Ardèche). En 1934, Albert Pauphilet, professeur de littérature française du Moyen Âge à la Faculté de lettres de Paris, publia la reproduction en fac-similé des premiers fragments retrouvés, avec une transcription du texte[2]. En 1936, de nouvelles recherches menées par Pauphilet dans l’étude notariale de Serrières lui permirent de mettre au jour une autre partie de Cligès et un passage d’Érec et Énide (300 vers environs), dont il donna l’édition dans le t. 63 de la revue Romania (1937). En 1954, toujours chez le notaire Boissonnet, d’autres fragments de Cligès et d’Yvain furent retrouvés par Louis-Fernand Flutre, professeur de littérature française du Moyen Âge à la Faculté de Lyon, et publiés dans le t. 75 de la revue Romania (1954). Le lot acquis par la BnF comprend les feuillets édités et reproduits en fac-similé par Pauphilet en 1934, ainsi que ceux édités, mais non reproduits, par Flutre, en 1954. Les pièces éditées par Pauphilet en 1937 ont disparu, leur perte ayant été signalée dès 1993 par les philologues Stewart Gregory et Claude Luttrell dans leur édition de Cligès[3].

Si l’on considère que la composition de Perceval, dernier roman de Chrétien de Troyes, est datée entre 1182 et 1190, qu’Yvain aurait été rédigé vers 1181 et Cligès vers 1176, il apparaît que la copie des feuillets d’Annonay est de peu contemporaine de la création des romans. La critique s’accorde à dire qu’ils conservent un état du texte particulièrement proche des rédactions originales et de la langue de Chrétien de Troyes. Ils sont de fait toujours utilisés pour étayer les corrections aux manuscrits de base de toutes les éditions récentes de Cligès et d’Yvain[4].  Par ailleurs, ils ne sont pas inconnus du grand public, puisqu’ils ont été présentés à l’exposition “Chrétien de Troyes et la légende du roi Arthur”, organisée par la Médiathèque du grand Troyes en 2011 [5]

C’est donc un témoin majeur de l’oeuvre de Chrétien de Troyes qui rejoint la riche collection arthurienne du département des Manuscrits de la BnF, sous la cote NAF 29 060. L’entrée des feuillets d’Annonay dans les collections nationales ouvre un nouveau chapitre de leur singulière histoire. Elle donne une tournure presque prophétique aux conclusions que Pauphilet, dès 1934, formulait à leur égard : “Tant par leur étendue que par la qualité du texte qu’ils nous offrent, ces fragments de l’un des plus grands écrivains du Moyen Âge présentent un intérêt de tout premier ordre et l’on jugera sans doute qu’ils méritaient d’être mis à la disposition des chercheurs “. 

Cette acquisition exceptionnelle a été réalisée avec le soutien de M. Emmanuel Boussard et de M. Michel Zink, président de l’association Balzan 2007 – Recherche en littérature médiévale.

 

[1] Th. Delcourt, (dir.), La Légende du roi Arthur, Paris : BnF / Seuil, 2009, p. 100.

[2] A. Pauphilet, (éd.), Chrétien de Troyes, Le Manuscrit d’Annonay, Paris, Droz, 1934.

[3] S. Gregory, C. Luttrell, (éd.), Chrétien de Troyes. Cligès, Cambridge, D.S.Brewer, 1993.

[4] S. Gregory, C. Luttrell, (éd.), op. cit. ; D. F. Hult, (éd.), Chrétien de Troyes, Le chevalier au lion ou le roman d’Yvain, édition critique d’après le manuscrit B.N. fr. 1433, Le livre de poche, Lettres gothiques, 1994.

[5]Chrétien de Troyes et la légende du roi Arthur [exposition, Troyes, Médiathèque du Grand Troyes, 14 mars-30 juin 2011] ; commissariat D. Quéruel, P. Gandil, Fr. Berquet… [et al.], Troyes : Médiathèque du Grand Troyes, 2011.

 




Citer ce billet
Laure Rioust (2022, 14 juin). Acquisition d’ un ensemble de feuillets issus du plus ancien manuscrit connu de l’œuvre de Chrétien de Troyes, le “manuscrit d’Annonay” MANUSCRIPTA : Manuscrits médiévaux conservés à la BnF. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r885

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.