François Ier et l’art des Pays-Bas – exposition au musée du Louvre, 18/10/2017-15/01/2018

Le musée du Louvre organise du 18 octobre 2017 au 15 janvier 2018 une exposition consacrée à François Ier et l’art des Pays-Bas. Son propos est de montrer combien l’art au temps de ce souverain a connu de fortes influences septentrionales, prenant à contrepied l’historiographie traditionnelle où sont davantage mises en avant les influences italiennes.

Tous les arts sont mis à l’honneur, et tout particulièrement celui des manuscrits enluminés, avec une dizaine de prêts exceptionnels de la Bibliothèque nationale de France (département des Manuscrits et bibliothèque de l’Arsenal).

Sont ainsi évoqués dans le parcours deux importants enlumineurs d’origine flamande travaillant dans la France de la Renaissance.

Peintre et enlumineur d’origine anversoise, Noël Bellemare est actif à Paris de 1515 à sa mort en 1546. Peintre de retables, auteur de cartons de vitraux, il fut également à la tête d’un atelier d’enluminure d’où sortirent des manuscrits réalisés aussi bien pour le roi que pour de riches personnages.

Horae ad usum Romanum, dites Heures d’Anne d’Autriche. BnF, Manuscrits, NAL 3090. Réalisé vers 1530 pour une personne inconnue, ce précieux livre d’heures est typique des meilleures productions de l’atelier de Noël Bellemare, avec de grandes compositions architecturées et des personnages aux attitudes maniérées trahissant l’origine anversoise de l’artiste.
Diego de San Pedro, Carcer d’Armor. BnF, Manuscrits, Français 2150. Enluminé vers 1530 par Noël Bellemare ou un artiste proche (Maître du Carcer d’Amor), peut-être pour Marguerite d’Angoulême

Enlumineur d’origine hollandaise, Godefroy le Batave, est actif dans le milieu de la Cour au début du règne de François Ier.  Il est notamment connu pour ses manuscrits de petite taille, ornés de miniatures en grisaille d’une grande originalité.

François Demoulins de Rochefort, La Vie de la belle et clere Magdalene. BnF, Manuscrits, Français 24955. Ce charmant petit volume (à peine 10 cm de hauteur) a été réalisé en 1517 pour la mère du roi, Louise de Savoie, afin de commémorer sa visite de la Sainte-Baume. Godefroy le Batave y a peint 68 médaillons en grisaille rehaussée de lavis de couleurs, qui témoignent de ses talents de dessinateur, tout en finesse et en détails.
Pétrarque, Triomphes. BnF, Arsenal, ms. 6480 Réserve. Enluminé vers 1520-1525 par Godefroy le Batave, peut-être pour Marguerite d’Angoulême.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.