Les Heures de Catherine de Médicis, un manuscrit bijou

Les Heures de Catherine de Médicis (BnF, Manuscrits, NAL 82) sont un des manuscrits les plus importants et originaux de la Renaissance française. Extrêmement fragiles, de petite taille (10, 5 sur 7 cm), elles ne pouvaient plus ni être présentées au public ni même être numérisées sans une double restauration de leur reliure et de leur corps d’ouvrage qui a longtemps été repoussée. Celle-ci a été menée en 2019-2022, ce qui a été l’occasion de mener une étude approfondie du volume (publiée dans la revue Art de l’enluminure, n° 81, juin-août 2022), de permettre une numérisation sur Gallica, en couleur et en haute définition (volumereliure), et de rendre possible, avec d’infinies précautions, sa présentation, jusqu’au 4 juillet 2022, au château de Fontainebleau, dans le cadre de l’exposition L’art de la fête à la cour des Valois.

A l’origine, ce livre d’heures (livre de prières) a été commandé en 1530-1531 par François Ier. Seuls la copie du texte, le décor secondaire et une unique miniature furent cependant réalisés. Le travail fut stoppé net et les espaces destinés aux miniatures restèrent vierges, à l’exception d’un portrait de Louise de Savoie, peint par Jean Clouet, directement sur le parchemin.

Heures de Catherine de Médicis, f. 2v : Jean Clouet, Louise de Savoie

La présence du portrait de la mère du roi, sans connotation religieuse, peut paraître étrange dans un livre d’heures. Sans doute faut-il comprendre cette étrangeté par le contexte de la commande du manuscrit. On y trouve en effet de nombreuses oraisons concernant la maladie et l’espoir d’une guérison prochaine. Il est tentant d’y voir un lien avec la mère du roi qui, effectivement, mourut en 1531.

Le manuscrit fut offert à Catherine de Médicis, peut-être pour son mariage avec le futur Henri II. Grande bibliophile, elle le dota d’une somptueuse reliure de maroquin rouge orné d’appliques en or à émaux opaques blancs, noirs et bleus, et translucides bleus et verts. Au centre de chaque plat se trouve une composition formée d’une fermesse (S barré), posé sur deux mains jointes, le tout entouré d’un phylactère noué où se lit la devise “Firmus amor junctae adstringunt quem vincula dextrae” (L’amour durable dont les mains jointes resserrent les liens). Aux coins, des éléments triangulaires fleuronnés sont au chiffre entrelacé HC (Henri – Catherine). Cette reliure porte encore en tranche de queue les belières pour y passer un lac, permettant ainsi à Catherine de Médicis d’avoir son manuscrit auprès d’elle, faisant également de celui-ci un véritable bijou. Ces éléments d’orfèvrerie émaillés sont attribués à l’orfèvre de la reine, Mathurin Lussault.

Heures de Catherine de Médicis, plat inférieur, après restauration

Le relieur, anonyme, réalisa en outre des logettes à volets aux contreplats, permettant aujourd’hui de découvrir, une fois ouvertes, des portraits peints. Ceux-ci, ajoutés ultérieurement, ont peut-être remplacé des reliques.

Catherine de Médicis ne se contenta pas de doter son manuscrit de cette luxueuse reliure reliure bijou. Elle le fit achever en faisant remplir tous les espaces destinés au cycle iconographique non réalisé. Mais au lieu des scènes religieuses attendues, elle commanda au peintre François Clouet des portraits des membres de sa famille, depuis François Ier, ses fils et sa sœur, Marguerite, jusqu’à ses enfants, leurs épouses, et ses petites-filles espagnoles. La plupart sont de la main de François Clouet, en dehors de quelques-uns plus faibles, réalisés dans son atelier, dont, étonnamment, celui de Catherine elle-même en sainte Claire. A l’exception d’un seul, tous ces portraits ont été réalisés à part, sur vélin, à la taille des emplacements à remplir, puis collés dans le volume. François Clouet, conçut ainsi pour la reine un album dynastique qu’elle pouvait garder en permanence auprès d’elle.

Pour ce programme original, François Clouet utilisa les modèles à sa disposition : ceux qu’il avait réalisés, en dessin ou en peinture, ceux de son père, Jean Clouet, ou d’autres artistes, comme Corneille de Lyon, Etienne Dumonstier ou Jean Decourt.

Toutes ces opérations furent réalisées en 1572, l’année même où l’orfèvre de la reine, de confession protestante, périt durant la Saint-Barthélemy.

Le manuscrit passa ensuite à la belle-fille de Catherine, la reine Louise de Lorraine-Vaudémont, épouse de Henri III, puis à la nièce de celle-ci, Françoise de Lorraine. Cette dernière continua l’œuvre de son aïeule, en ajoutant, par deux fois, vers 1640-1650 et vers 1665, des portraits de taille diverses, miniatures provenant vraisemblablement de boîtes démontées. Ces miniatures furent en général collées sur des feuillets de parchemin ajoutés dans le volume.

C’est également vers 1640-1650 que furent insérés une trentaine de feuillets de papier portant des identifications de tous les portraits (pas toujours exactes du reste !). Ces ajouts nombreux augmentèrent le nombre de feuillets, alors que la reliure ne pouvait les contenir, fragilisant à terme le volume qui ne peut plus se fermer correctement.

Heures de Catherine de Médicis, tranche de tête (montrant la déformation du volume, après restauration)

Ces désordres, ainsi que les collages, parfois hasardeux des feuillets ajoutés, la fragilité des émaux, en partie disparus, ont imposé une restauration qui a été confiée à deux restaurateurs.

Martine Bailly, spécialiste des émaux, a traité les parties métalliques et émaillées. Après un diagnostic d’état qui n’a révélé aucun sel soluble ou crizzling (phénomène d’altération du verre), les émaux étant stables chimiquement, celle-ci a traité la légère corrosion de l’or (car contenant un peu de cuivre) ainsi que les encrassements (notamment la présence de colle due à l’entretien du cuir). La partie la plus délicate du travail a été la stabilisation et la consolidation des émaux, fissurés pour certains avec une résine acrylique réversible. Ces émaux resteront néanmoins d’une grande fragilité et d’une grande sensibilité aux variations de température et d’hygrométrie. Les appliques mouvantes ont été calées avec de fines bandes de mousse de polyéthylène.

Heures de Catherine de Médicis, détail d’une applique des chants après restauration

Le volume a ensuite été restauré par Eric Bazin, restaurateur au département de la Conservation de la BnF. La reliure a été déboîtée afin de faciliter les opérations. Cela a en outre permis de mieux comprendre le montage du volume, ainsi que ses strates successives de constitution. La couvrure en maroquin a été consolidée mais l’essentiel des traitement a porté sur le bloc texte. Le premier et les deux derniers cahiers ainsi que les gardes ont été recousus, les fonds du dernier cahier ont été repris. La partie la plus délicate a concerné la dépose des feuillets de papier portant les identifications des portraits, collés de façon rapide et peu adaptée, souvent sur des peintures, avec des débordements de colle, et leur repose sur des onglets de fin papier japonais. Les volets des contreplats ont été déposés et correctement replacés avec une fine charnière de maroquin neuf. Le travail fini, la reliure a été remboîtée et une boîte de conservation adaptée a été réalisée, en lien avec les ateliers de conditionnement de la BnF.

Ces différentes opérations ont permis de réaliser, alors que la reliure était déposée, la numérisation du manuscrit, désormais accessible à tous et en haute définition. Riche d’enseignements, cette restauration a en outre permis de mieux comprendre un des manuscrits les plus fascinants de la Renaissance française.

Pour aller plus loin :



Citer ce billet
Maxence Hermant (2022, 8 juin). Les Heures de Catherine de Médicis, un manuscrit bijou. MANUSCRIPTA : Manuscrits médiévaux conservés à la BnF. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r884

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.