Acquisition d’un rituel à l’usage de Notre-Dame de Paris

Parmi ses fonds exceptionnels, la Bibliothèque nationale de France conserve plus de 300 manuscrits médiévaux et modernes provenant de la bibliothèque capitulaire de Notre-Dame de Paris. Cette collection, remarquable tant par sa cohérence que par le nombre et la qualité des pièces qui la composent, vient de s’enrichir d’un manuscrit extrêmement rare, un rituel à l’usage de Notre-Dame, préempté en vente publique et acquis avec le soutien de M. François Pinault.

Exécuté à Paris au deuxième quart du XVIe siècle, ce précieux recueil détaille la plupart des rites qu’un prêtre pouvait être amené à célébrer, comme la bénédiction de l’eau, les exorcismes, l’office des catéchumènes, l’extrême onction ou encore l’office des morts. Le texte mentionne à plusieurs reprises Notre-Dame de Paris, ainsi que Saint-Jean-le-Rond, collégiale qui était accolée à la cathédrale et qui fut, jusqu’à sa suppression en 1748, la paroisse des laïcs vivant dans le cloître Notre-Dame.

D’une grande qualité d’exécution, le manuscrit est orné de plusieurs centaines d’initiales peintes à motifs d’insectes, de fleurs et d’acanthes sur fond d’or, caractéristiques de l’enluminure parisienne des années 1525-1545. À une date inconnue, mais probablement au XVIIe siècle, ce décor fut complété par onze lettrines rapportées, découpées dans un manuscrit du XVe siècle. Deux d’entre elles représentent respectivement des laïcs priant devant un autel et un saint assis à son pupitre.

Vraisemblablement réalisé pour un prêtre de la cathédrale, qui le possédait en propre, ce délicat ouvrage appartint, au XVIIe siècle, à Valentin de Bournonville (v. 1610-1663), maître de musique à Notre-Dame de 1646 à 1653. Deux siècles plus tard, le manuscrit figurait dans la riche collection de l’abbé Louis Auguste Napoléon Bossuet (1806-1888), curé de Saint-Louis-en-l’Ile, consacrée à l’histoire de Paris.

L’histoire de la librairie de Notre-Dame est bien documentée, notamment grâce aux registres des délibérations capitulaires ainsi qu’à plusieurs inventaires manuscrits, dont les plus anciens remontent au XIIIe siècle. En avril 1756, afin de financer les travaux de reconstruction de l’ancienne sacristie, le chapitre cathédral vendit à la Bibliothèque du Roi 301 manuscrits parmi les plus précieux de sa collection. Le reste, en particulier les manuscrits liturgiques conservés au trésor, exclus de la vente car nécessaires au culte, fut saisi à la Révolution et réparti entre la Bibliothèque nationale, la bibliothèque de l’Arsenal et la bibliothèque Mazarine. Certains types de manuscrits liturgiques à l’usage de Notre-Dame, tels que les rituels, semblent toutefois avoir connu un destin différent des livres de la bibliothèque capitulaire et du trésor de la cathédrale. Ils étaient vraisemblablement la propriété d’un célébrant particulier, ce qui expliquerait qu’ils soient majoritairement demeurés en mains privées. Ainsi, jusqu’à ce jour, aucun rituel manuscrit provenant de Notre-Dame n’était conservé en collection publique. L’acquisition par la BnF de cet exemplaire unique, qui rejoint les collections du département des Manuscrits sous la cote NAL 3262,  permet d’offrir aux chercheurs une source irremplaçable sur l’histoire de la liturgie qui était célébrée à la cathédrale de Paris à l’époque pré-tridentine.

Pour aller plus loin

  • Charlotte DENOËL, « Le fonds des manuscrits latins de Notre-Dame de Paris à la Bibliothèque nationale de France », Scriptorium , 58/2 (2004), p. 131-173.
  • Archives du séminaire organisé dans le cadre du projet e-NDP « Notre Dame de Paris et son cloître » (2021-2024), soutenu par l’Agence nationale de la recherche et piloté par le Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (Paris 1 Panthéon-Sorbonne / CNRS).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.