Dans les collections de la BnF a Moulins. Trésors enluminés des ducs et duchesses de bourbon

À l’occasion du cinquième centenaire de la disparition d’Anne de France (1461/1462-1522), marqué par l’exposition Anne de France. Femme de pouvoir et princesse des Arts (musée Anne-de-Beaujeu, 18 mars-18 septembre 2022), et de la publication aux Éditions de la Sorbonne du livre Princes et princesses en leur bibliothèque. Les Bourbons et les livres (XIIIe-XVIe siècles) sous la direction d’Olivier Mattéoni, la Bibliothèque nationale de France noue un partenariat avec le musée départemental Anne-de-Beaujeu de Moulins. Six manuscrits exceptionnels issus des riches collections du département des Manuscrits sont ainsi présentés au musée départemental Anne-de-Beaujeu, du 17 juin au 18 septembre 2022, dans le cadre de l’opération “Dans les collections de la BnF”.

Gilles de Rome, De Regimine. Bourbonnais, vers 1460-1469. BnF, Manuscrits, Français 6482, f. 2v [non exposé]

Grands bibliophiles, les ducs et duchesses de Bourbon ont constitué, dès le XIVe siècle, une riche bibliothèque installée dans leur château de Moulins. Chaque génération y a ajouté ses propres commandes, les cadeaux qui lui ont été faits ou des prises de guerre. Louis II de Bourbon (1337-1410), Jean Ier (1381-1434) et son épouse Marie de Berry (1375-1434), Charles Ier (1401-1456) et son épouse Agnès de Bourgogne (1407-1476), mais surtout Jean II (1426-1488) et son épouse Jeanne de France (1435-1482), et Pierre II (1438-1503) et son épouse Anne de France (1461-1522), ont fait de la cour de Moulins un foyer brillant, où rayonnaient tous les arts, accumulant une impressionnante collection de livres, à la fois en quantité qu’en qualité. On y trouvait des manuscrits aux origines prestigieuses, provenant par exemple du duc de Berry, qui passèrent par héritage à ses filles Marie, mariée au duc Jean Ier de Bourbon, ou Bonne, mariée en secondes noces à Bernard VII d’Armagnac. Les livres de la famille d’Armagnac furent en partie saisis par Pierre II de Bourbon suite à l’exécution du duc de Nemours Jacques d’Armagnac en 1477. Au début du XVIe siècle, la collection de livres des ducs et duchesses de Bourbon était l’une des plus prestigieuses et des plus riches de France, avec près de 600 volumes connus à ce jour, dont la moitié ont pu être retrouvés. Ces livres, manuscrits et imprimés, étaient conservés au château de Moulins, mais aussi dans d’autres résidences, comme Aigueperse (qui entra en 1505 dans le domaine des Bourbons avec le connétable Charles III) et probablement Chantelle (lieu de résidence qu’affectionnait particulièrement Anne de France).

Vue de la ville et du château de Moulins au milieu du XVe siècle, dans l’Armorial de Revel. BnF, Manucrits, Français 22297, p. 359 [non exposé]

La trahison et la disgrâce du connétable Charles III de Bourbon sonnèrent le glas de la principauté des Bourbons. Cette chute fut largement orchestrée par Louise de Savoie, la mère de François Ier, elle aussi une Bourbon, par sa mère, Marguerite, fille du duc Charles Ier et d’Agnès de Bourgogne. Les biens des Bourbons, dont la bibliothèque, furent mis sous séquestre, puis saisis à la mort du connétable en 1527. Près de la moitié des livres furent manifestement sélectionnés pour leur ancienneté, leur somptuosité, leur contenu ou leurs signes d’appartenance. Ils devinrent vraisemblablement la propriété de Louise de Savoie, puis intégrèrent à la mort de celle-ci en 1531 la bibliothèque personnelle du souverain, elle-même réunie en 1544, au château de Fontainebleau, à la bibliothèque royale auparavant conservée au château de Blois. Une grande part des livres de Moulins appartiennent encore aujourd’hui au noyau historique des collections de la Bibliothèque nationale de France que sont les livres des rois de France.

Nombre des livres des Bourbons sont des manuscrits richement enluminés, de grand format, dont les plus anciens remontent au XIIe siècle. La bibliothèque connut cependant un accroissement à la fin du Moyen-Âge et au début de la Renaissance. En son sein se trouvaient des chefs-d’œuvre de l’enluminure, produits par les plus grands peintres, à Moulins, dans le Val de Loire, à Bourges et à Tours, mais aussi à Paris. Parmi eux se détachent tout particulièrement les Heures de Louis de Laval, un des manuscrits les plus richement enluminés au monde ou les Statuts de Saint-Michel, peints par Jean Hey, auteur du célèbre triptyque de Moulins, qui furent offerts au roi Charles VIII.

Pierre Thomas, La défense de la Conception immaculée de la Vierge Marie. Lyon, vers 1480. Pour Jeanne de France. BnF, Manuscrits, Français 989, f. 3 [non exposé]

Bible historiale de Jean de Berry

Le duc Jean de Berry fut un immense bibliophile. Plusieurs dizaines de ses manuscrits passèrent à ses filles. Marie, épouse du duc de Bourbon Jean Ier, reçut ainsi une imposante Bible historiale, traduction en prose et en français de la Bible établie à la fin du XIIIe siècle par Guyart des Moulins. Ce manuscrit avait été offert au duc de Berry par Raoulet d’Anquetonville, écuyer du duc de Bourgogne Philippe le Hardi. Il a été réalisé dans les ateliers de copie et d’enluminure de la capitale, spécialisés dans la production de manuscrits de grand luxe destinés au roi et à son entourage. Il est orné d’une soixantaine de petites miniatures et d’une grande peinture frontispice. Des cieux, où trône la Trinité, tombent les âmes des damnés destinées à l’enfer, encadrées par les quatre évangélistes et leurs symboles.

Bible historiale de Jean de Berry. Paris, vers 1395-1400. BnF, Manuscrits, Français 159, f. 3

Flavius Josèphe, Antiquités judaïques (tome 1)

Ce volume de la traduction en français des Antiquités judaïques de l’historien du Ier siècle Flavius Josèphe est caractéristique, comme la Bible historiale, de la grande bibliophilie aristocratique de la fin du Moyen Âge. Il fut commencé (avec un second tome) pour le duc Jean de Berry mais fut laissé inachevé. Il passa dans l’héritage de sa fille, Bonne de Berry, épouse de Bernard VII d’Armagnac. Ce dernier y fit rapidement ajouter une peinture. Il revient néanmoins à leur petit-fils, Jacques d’Armagnac, de faire réaliser à Tours vers 1465-1470 l’essentiel des grandes peintures à pleine page qui illustrent le texte, comme celle représentant la Clémence de Cyrus. Fondateur de l’empire perse, celui-ci permit aux Judéens exilés en Babylonie de retourner à Juda. Ces peintures sont l’œuvre du Maître du Boccace de Munich, vraisemblablement un deux fils du célèbre peintre et enlumineur Jean Fouquet. Ce premier tome, séparé du second qui connut une autre destinée, fit partie des livres captés par Pierre II de Bourbon suite à la disgrâce de Jacques d’Armagnac.

Flavius Josèphe, Antiquités judaïques. Paris, vers 1410-1420 (copie et décor secondaire) / Tours, vers 1465-1474, maître du Boccace de Munich (miniature). BnF, Manuscrits, Français 247, f. 230v

Ordonnance de fondation de la collégiale de l’ordre de Saint-Michel, dite Statuts de l’ordre de Saint-Michel

Contrairement aux cinq autres manuscrits présentés dans l’exposition, et qui ont appartenu aux ducs de Bourbon jusqu’à leur saisie par le pouvoir royal suite à la disgrâce du connétable en 1523, ce manuscrit a été offert à Charles VIII par Pierre II vers 1493-1494. Il contient deux éléments réalisés séparément : une copie de l’ordonnance de fondation de la collégiale de l’ordre de Saint-Michel en 1476, enluminée à Paris, complétée à Moulins par un poème liminaire adressé à Charles VIII ouvrant sur un frontispice peint par Jean Hey dans lequel l’archange apparaît au souverain. Peintre de tableau, mais aussi fournisseur de modèles pour les vitraux et vraisemblablement la sculpture, enlumineur, Jean Hey était un des principaux artistes au service de Pierre II et Anne de Beaujeu.  La miniature qu’il a peinte dans le volume contenant l’ordonnance est la seule de sa main connue à ce jour. Le manuscrit a conservé sa reliure originelle de velours bleu à appliques de cuivre doré (semé de coquilles autour d’un saint Michel terrassant le démon).

Horae ad usum Romanum, dites Heures de Louis de Laval

Issu d’une puissante lignée, le gouverneur de Champagne Louis de Laval, par ailleurs grand bibliophile, légua à Anne de France son luxueux livre d’heures (livre de prières), réputé de nos jours comme l’un des plus enluminés au monde avec 1234 enluminures dont 137 à pleine page. Par son décor à la fois riche et complexe, il dépasse tous les livres d’heures produits à la fin du Moyen Âge. Commandé vers 1470-1475, il fut enluminé à Bourges et (vraisemblablement Tours) par Jean Colombe, assisté de plusieurs artistes dont le Maître du Missel de Yale (Guillaume Piqueau ?). Il fut considérablement augmenté, vers 1480-1485, par l’ajout d’un grand cycle biblique, de la Création du monde à l’histoire de Daniel, par les mêmes artistes. Les pages où Colombe représente les différentes étapes de la Création du monde sont parmi les plus spectaculaires du manuscrit.

Heures de Louis de Laval. Tours, vers 1480-1485, Jean Colombe. BnF, Manuscrits, Latin 920, f. 4v

Ludolphe de Saxe, Vita Christi (tome 1)

En 1482, le libraire tourangeau Thibault Bredinc fut payé pour avoir fait écrire trente-cinq cahiers d’une traduction en français de la Vita Christi de Ludolphe de Saxe (religieux dominicain du XIVe siècle) destinée à la reine Charlotte de Savoie. Ce texte spirituel était particulièrement à la mode à la fin du XVe siècle. Le premier volume, présenté dans l’exposition, a été enluminé à Tours par Guillaume Piqueau. L’unique miniature qu’il contient représente l’Annonciation, la Nativité et l’Adoration des mages. Le manuscrit a fait partie de l’héritage qu’Anne de France, fille de Louis XI et de Charlotte de Savoie, reçut de cette dernière.

Ludolphe de Saxe, Vita Christi (tome 1). Tours, 1482, Guillaume Piqueau. BnF, Manuscrits, Français 407, f. 1

Trés saincte vie, mort et miracles du glorieulx sainct Hierosme

Fille du roi de France, élevée dans le Val de Loire, Anne de France commanda beaucoup de manuscrits dans cette région, même une fois devenue duchesse de Bourbon. Cette Vie de saint Jérôme fut réalisée à Tours vers 1505-1510 et enluminée par un artiste proche du Maître de Claude de France, qui a été formé auprès de Jean Bourdichon, le peintre du roi. Chaque partie du volume s’ouvre sur une double page présentant à gauche une grande miniature (ici la Mort de saint Jérôme, dans un grand encadrement Renaissance) et à droite une page de texte encadrée de marges à la flamande aux armes de la duchesse, avec des végétaux au naturel (myosotis ;  fraisiers en bouton, en fleur et en fruit) sur fond doré, entre lesquels s’ébattent des insectes (chenille, papillon et libellule).

Pour aller plus loin :

Giulia Longo et Aubrée David-Chapy (dir.), Anne de France. Femme de pouvoir, princesse des arts, catalogue de l’exposition, Moulins, musée Anne-de-Beaujeu, 18 mars-18 septembre 2022, Dijon, Faton, 2022

Olivier Matteoni (dir.), Princes et princesses en leurs bibliothèques. Les Bourbons et les livres (XIIIe-XVIe siècles), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2022 [sous presse]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.