Comparer des manuscrits de Mandragore et d’ailleurs grâce au protocole IIIF

Mandragore offre la possibilité de comparer un document décrit dans la base avec un ou des documents provenant d’autres bibliothèques numériques grâce aux possibilités offertes par le visualiseur Mirador. Pour cela il faut que le document à comparer soit issu d’une bibliothèque numérique utilisant, comme Mandragore, le protocole IIIF (International Image Interoperability Framework).

Ce protocole est utilisé par un nombre croissant de bibliothèques françaises (BnF, BVMM, Nubis, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne…), mais aussi européennes (Universitad Complutense de Madrid, e-codices pour la Suisse) et américaines (Houghton Library à Harvard…). La page du site Biblissima consacrée au protocole IIIF liste un certain nombre de ces établissements. On peut notamment y ajouter la Bibliothèque vaticane (DVL, Digital Vatican Library) ou le projet Fragmentarium.

Les numérisations de manuscrits utilisant ce protocole sont accompagnées d’un « manifeste », sous la forme d’un lien dont la syntaxe se termine par /manifest.json et sont généralement accompagnées du logo IIIF. C’est ce lien qui permet de « transférer » le manuscrit issu d’une bibliothèque numérique tierce dans Mandragore.

Cette démarche nécessite dans un premier temps de localiser le manifeste IIIF du document que l’on souhaite comparer dans Mandragore, puis de l’y importer.

Etape 1 : localiser le manifeste du document à comparer

Les manifestes peuvent se trouver dans le volet d’informations du document numérique. Pour un manuscrit en ligne sur le site de la Bibliothèque vaticane (https://digi.vatlib.it/view/MSS_Pal.lat.50), il faut cliquer sur l’icône (i) du bandeau de la visionneuse.

Un volet d’information s’ouvre où l’on trouve le manifeste IIIF.

Pour un document de la BnF qui n’est pas décrit dans Mandragore mais que l’on souhaite comparer avec un manuscrit de Mandragore, il faut accéder à la numérisation disponible dans Gallica et cliquer sur le logo IIIF dans le bandeau d’information de gauche.

Exemple pour le Français 2829, non décrit dans Mandragore.

Un nouvel onglet s’ouvre avec le visualiseur Gallica. En cliquant sur l’icône (i) présente à droite dans le bandeau supérieur, un volet d’informations apparaît. Le manifeste IIIF se trouve tout en bas de celui-ci.

Une autre solution consiste à passer par Biblissima et de renseigner la cote dans la barre de recherche.

Le manifeste se trouve sous la visionneuse.

Etape 2 : Importer le manifeste dans Mandragore

Dans l’exemple suivant, l’objectif est de comparer la page de dédicace du Ms Français 2692, qui figure dans Mandragore, et celle du Français 2829, qui n’y est pas décrit. Il faut alors ouvrir le folio concerné du Ms Français 29692 dans Mirador et cliquer sur le bouton + en haut à gauche (« ajouter une ressource »).

Puis à nouveau sur le bouton « Ajouter une ressource »

Dans la barre « Emplacement de la ressource », coller le lien du manifeste copié sur Gallica, Biblissima ou une autre bibliothèque numérique, puis cliquer sur “Ajouter”.

Cliquer ensuite sur le manuscrit qui vient d’être ajouté :

Les deux manuscrits s’ouvrent dans deux fenêtres côte à côte. Il est possible de les feuilleter (1) et de fermer le volet d’information pour une meilleure visualisation des enluminures (2) et de zoomer sur chacun d’eux de manière indépendante.

On obtient donc ce type d’affichage 

Même résultat pour le manuscrit importé de la Bibliothèque vaticane.

Billet rédigé par Hélène Jacquemard, élève conservatrice des bibliothèques · Enssib


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.